Services sémantiques

Facebook Twitter

Briques s?mantiques et micro-formats par l?exemple ? InternetActu.net. Par Hubert Guillaud le 03/01/07 | 2 commentaires | 3,749 lectures | Impression ClearForest est une start-up spécialisée dans le web sémantique.

Briques s?mantiques et micro-formats par l?exemple ? InternetActu.net

Elle propose des outils d’analyse de texte qui permettent de le “sémantiser”, c’est-à-dire d’en signaler, par exemple, tous les termes qui relève de noms de société ou de personne, voire de concepts. Twine : le web sémantique va-t-il devenir grand public. Par Hubert Guillaud le 05/11/07 | 7 commentaires | 8,581 lectures | Impression Nova Spivack, le président de Radar Networks, s’apprête à lancer un outil en ligne, baptisé Twine, qui ambitionne de changer la manière dont nous organisons notre information.

Twine : le web sémantique va-t-il devenir grand public

Dévoilé au récent Sommet du Web 2, Twine est un site web où les gens pourront déposer l’information qui leur est importante, des mails, aux vidéos (voir la traduction du communiqué de presse réalisée par Jean-Marie Le Ray). Twine peut collecter toutes les pages que vous visitez ou les mails que vous envoyez et recevez, explique Kate Greene pour la Technology Review. Une fois que Twine est connecté sur vos données, il les analyse et automatiquement, les catégorise selon les concepts discutés, les personnes, les lieux, les organisations et les sociétés qu’ils concernent , afin de proposer une recherche facilitée.

Freebase, la machine à “créer les synapses du cerveau global” Par Hubert Guillaud le 22/03/07 | 5 commentaires | 11,866 lectures | Impression “Créer les synapses du cerveau global” : c’est ainsi que Tim O’Reilly, appelé à réagir pour le New York Times, salue la création de Freebase.

Freebase, la machine à “créer les synapses du cerveau global”

Cette première réalisation de Metaweb, la nouvelle société du spécialiste des “machines intelligentes” Danny Hillis et de Robert Cook, se fixe en effet pour mission, selon ses propres termes, de créer “une base de connaissances communes, une base de données structurée, interrogeable, constituée et modifiée par une communauté de contributeurs“, ou encore “un espace public des données” (data commons).