background preloader

Périurbain

Facebook Twitter

Pour l'INSEE, "Le périurbain est composé des communes sous influence urbaine du fait des déplacements domicile-travail : communes des couronnes périurbaines et communes multipolarisées ».

Cette définition du périurbain est critiquée et souvent remise en cause, notamment pour son caractère trop normatif, pour les seuils retenus et surtout parce qu’elle définit uniquement le périurbain à partir d’une ville-centre polarisatrice en termes d’emplois. Quatre paysages (3/4) : La France des lotissements. Une série documentaire de Camille Juza et Vincent Decque Pas toujours simple de se regarder en face. On a beau crier que l’on est l'un des plus beaux pays au monde, force est de constater que la France s’est couverte d’allées des myosotis, de rues des mésanges. Ces ensembles proprets qui alignent des maisons individuelles mais toutes identiques incarnent un rêve bien français, celui d’avoir son petit chez soi et son petit jardin. Et cet urbanisme censé être un désurbanisme a en réalité aggravé le mitage des campagnes, contribué à l'étalement urbain et imposé dans le paysage une ligne blanche un peu hors d'échelle et hors géographie.

Sans que compter que cet urbanisme pose aussi une question politique : que devient l'espace public dans de tels endroits ? Crédits photo : Camille Juza Mais une fois qu’on a dit ça, on a dit quoi ? Pourquoi et comment ce modèle s'est-il imposé particulièrement en France ? Avec : Lectures : Elodie Huber "Vous êtes unique, votre maison aussi. "" Liens : Le périurbain, France du repli. Il y a aujourd’hui une question périurbaine. Elle est en grande partie liée au succès que rencontre le Front national dans les territoires périurbains.

Christophe Guilluy et Jacques Lévy, tous deux géographes [1], ont largement contribué à attirer l’attention sur cette question. Dans cet article, nous ne contesterons évidemment pas la réalité du vote en faveur du Front national, mais plutôt la réduction du vote périurbain au vote frontiste : s’il y a bien un vote plus marqué en faveur du Front national dans certaines communes périurbaines, ce constat ne peut pas être généralisé à l’ensemble des populations de ces communes et encore moins à l’ensemble du périurbain. Ce sont des ménages et des territoires bien particuliers qui sont concernés. Nous contesterons également les explications apportées à ce vote par Jacques Lévy et par Christophe Guilluy. Le périurbain n’est pas la France périphérique Le périurbain est-il une version dégradée de l’urbain ?

Il n’y a pas un mais des périurbains. La question périurbaine. L’enquête audiovisuelle « Vivre et habiter le périurbain aujourd’hui et demain » La ministre a suggéré une initiative originale pour interroger les espaces périurbains : recueillir la parole des habitants. Le CGET a confié la réalisation d’une enquête audiovisuelle à l’agence Campana Eleb Sablic. Des entretiens filmés d’une vingtaine d’habitants représentatifs des espaces périurbains dans six territoires (agglomérations de Rennes (35), de Valenciennes (59), de Toulouse (31), de Dole (39), de Brignoles (83) et du Gâtinais français (91 et 77) sont présentés dans un film d’une trentaine de minutes, diffusé pour la première fois lors de la rencontre-débat: "Vivre et habiter le périurbain aujourd’hui et demain". Cette approche se révèle particulièrement intéressante et complémentaire aux travaux menés par ailleurs.

Le rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) Le rapport Frédéric Bonnet : aménager les territoires ruraux et périurbains. Lotissement. De manière générale, un lotissement est d’abord une opération foncière, et une opération d’urbanisme. La définition opérationnelle consiste à morceler ou subdiviser un terrain en plusieurs parcelles, en général en vue d’y construire des habitations. De manière générale, il s’agit donc concrètement d’une opération foncière concernant la division de terrain(s) identifiés dans les cadastres comme une unité (des unités) contiguë(s). La destination peut être variable : il peut s’agir de parcelles(s) viabilisées ou non, dans le but de vendre, de louer, de réaliser un placement. L’opération doit être conduite dans un délai prescrit, par exemple de 10 années en France. Toutefois, l’usage du terme lotissement est devenu générique : il est utilisé pour décrire une forme d’habitat individuel, pavillonnaire, qui se distingue par une certaine homogénéité du bâti, et par les formes géométriques du parcellaire redécoupé.

Voir aussi : « politique de la ville »,« quartier » références bibliographiques : Le périurbain, France du repli.

Christophe Guilluy

Regarder le péri-urbain : compte rendu de la séance du séminaire “Re/lire” avec Jacques Levy et Eric Charmes (26 janvier 2015) | Re/Lire les sciences sociales. Par Tess Gagnage, Margaux Lavernhe et Diane Beduchaud La séance du 26 janvier 2015 du séminaire « Re/lire les sciences sociales » accueillait Jacques Levy et Eric Charmes pour un dialogue autour des espaces péri-urbains et de leur contribution à la montée du vote pour le Front national.

Jacques Lévy est géographe et urbaniste, professeur à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, directeur du laboratoire Chôros, et auteur notamment de Réinventer la France (Fayard, 2013) et du Dictionnaire de la géographie (avec Michel Lussault, Belin, 2013). Eric Charmes est chercheur en études urbaines, membre du laboratoire « UMR 5600 Environnement Ville Société » dont il dirige l’équipe « Recherches interdisciplinaires Ville Espace Société » à l’ENTPE. Il est notamment l’auteur de La ville émiettée (Puf, 2011). Jacques Lévy Ensuite J. Lévy aborde le concept de gradient d’urbanité, qu’il définit comme un enjeu social majeur, dans une société quasiment urbanisée. Il faut bien comprendre que pour J. Grandeur et décadence du « périurbain »

Dossier : Y a-t-il des urban studies à la française ? « Un beau matin, les Français se sont réveillés en découvrant qu’un baobab avait poussé dans leur jardin » [1]. À l’issue du dernier scrutin présidentiel, c’est par cette formule que s’ouvre un article du Monde relatant l’irruption des espaces périurbains sur le devant de la scène médiatique sous l’effet de la montée électorale du Front national. Si cette entrée en scène est effectivement fracassante dans un champ journalistique régi par la quête permanente de la nouveauté, cette catégorie d’analyse des mondes urbains est-elle réellement nouvelle dans le champ de la recherche française ?

C’est sur cette question que cet article se penche, sans prétendre à un tour d’horizon exhaustif mais plutôt en essayant de dégager, à travers les travaux les plus emblématiques, quelques lignes directrices en matière de regards portés sur les espaces périurbains. Des mondes ruraux laboratoires du changement social (1) : le regard des géographes. À propos | The place to be ? Il s’agit d’un carnet de recherches d’un travail de thèse en géographie que j’ai entamé depuis deux ans sous la direction de Monique Poulot (Paris Ouest Nanterre La Défense) et de Lionel Rougé (Université de Caen – Basse Normandie). Les jeunes vivant dans l’espace périurbain sont triplement dans un état d’ « entre deux » – par l’âge qu’ils vivent (entre l’enfance et l’âge adulte) – par le fait qu’ils habitent dans des communes qui ne ressemblent ni à la campagne, ni à la ville et aussi – parce qu’ils sont très souvent issus des classes moyennes (« Les petits moyens »).

Très peu de moyens de transports sont mis à leur disposition. A l’heure de la conquête de l’autonomie, vivre et bouger dans cet espace exige de mettre en œuvre des stratégies et des tactiques multiples afin de pouvoir satisfaire ses désirs de mobilités. Problématique : Il s’agit de mettre à l’épreuve les questionnements suivants : - Les jeunes résidant dans les contextes périurbains ont-ils des mobilités spécifiques ? Politique - PARIS () - Un sociologue s’alarme de l’étalement urbain qui mite le territoire. La France périphérique, c’est où ? Certains géographes ont vu dans les bons scores du FN dans la grande banlieue ce qu’ils appellent aussi le périurbain et leur faiblesse dans les centres-villes une corrélation entre éloignement du centre et montée du FN, une sorte de «loi» spatiale.

Mais il est toujours risqué de chercher des constances spatiales dans les comportements électoraux, même si les cartes semblent révéler des évidences incontestables. Le score du FN peut être très faible dans des communes périurbaines et inversement très élevé au cœur de Marseille. C’est donc que les raisons de ce vote sont plus complexes que le seul éloignement du centre. Et surtout que le «périurbain» recouvre des situations très diverses. Pour faire simple, c’est ce qui, au-delà de la banlieue dense des grandes agglomérations, correspond au front d’urbanisation qui avance sur les espaces agricoles. Tous les habitants du périurbain ne sont donc pas en situation de grande fragilité économique ou de désarroi social.

Simuler les évolutions de l’utilisation du sol pour anticiper le futur d’un territoire. 1 AVuPUR a été financé dans le cadre du programme Vulnérabilité Milieu Climat 2007 de l’Agence Nation (...) 2 Les notions d’utilisation et d’occupation du sol sont distinctes mais complémentaires et souvent ab (...) 1L’urbanisation rapide des zones en périphérie des grandes agglomérations conduit à une artificialisation importante des milieux naturels et agricoles qui a un fort impact sur le régime hydrologique et géomorphologique des cours d’eau des bassins versants périurbains. L’imperméabilisation des sols des bassins entraîne une diminution de l’infiltration et une augmentation et une accélération des écoulements, qui accroissent les problèmes d’inondation et diminuent la recharge des nappes. La baisse des écoulements de base dans les rivières peut également avoir des conséquences importantes sur les écosystèmes.

De la prospective territoriale à la géoprospective 5La géoprospective s’est constituée plus récemment (Voiron-Canicio, 2006 ; Houet et al., 2008). La démarche. Ne dites plus "péri-urbain" ! - Globe. En écho à l'émission de ce mercredi 19 janvier (disponible à la réécoute et au podcast), vous trouverez dans ce billet des images et des analyses extraites des travaux de Marc Dumont, invité de Planète Terre cette semaine.

Comme l'explique cette étude de l'INSEE, la croissance des "couronnes périurbaines" est continue depuis les années 1960 en France, bien qu'elle ait eu lieu à des rythmes différents selon les décennies et selon les régions considérées. Cette évolution soulève de nombreuses interrogations, comme l'illustrent ce court reportage télévisé sur l'espace périurbain d'Ile-de-France (datant de 1999), ainsi que la vidéo militante ci-dessous. Comment la géographie appréhende-t-elle ce phénomène hybride, qui brouille les catégories de "rural" et d''urbain" ? "Les nouvelles périphéries urbaines" (Marc Dumont, Emmanuelle Hellier) : des concepts géographiques revisités Les périphéries urbaines : la domination comme indicateur Le périurbain : forme d’urbanité ou espace intermédiaire ?

Périurbanisation et durabilité : inverser la perspective. Adell G., 1999, Theories and models of the peri-urban interface. A changing conceptual landscape, strategic environmental planning and management for the peri-urban interface, Development Planning Unit, University College, London. Alphandéry P., Fortier A., Sourdril A., 2012, « Les données entre normalisation et territoire : la construction de la trame verte et bleue », Développement durable et territoires, vol. 3, n° 2.

Anthon S., Thorsen B. J., Helles F., 2005, « Urban-fringe afforestation projects and taxable hedonic values », Urban Forestry and Urban Greening, vol. 3, n° 2, 79-91 Arrif T., Blanc N., Clergeau P., 2011, « Trame verte urbaine, un rapport Nature – Urbain entre géographie et écologie », Cybergeo : European Journal of Geography. Ascher F., 1995, Métapolis ou l’Avenir des villes, Paris, Éditions Odile Jacob.

Briquel V., Collicard J. Bryant C., Russwurm L. Castel J. Elloumi M., Jouve A. Geels F. Quelles perspectives pour la « ville au large » ? Entretien avec le géographe Martin Vanier. L’omniprésence de la « ville intelligente » tendrait presque à faire oublier que ladite « ville » n’est pas la seule concernée. Les zones périurbaines – qui ne méritent d’ailleurs pas leur appellation – sont elles aussi confrontées à d’importantes mutations, en particulier numériques.

C’est pour mieux comprendre ces transformations que nous avons interrogé Martin Vanier, géographe, membre de l’équipe d’Acadie, et spécialiste de ces questions trop souvent laissées pour compte. Martin Vanier a notamment co-dirigé l’ouvrage « Villes, territoires, réversibilités« ) et participé à l’animation du programme Territoires 2040 pour le compte de la DATAR (cf. « Le choix d’une prospective« ).

C’est donc à travers ses multiples casquettes qu’il nous partage son regard aguerri sur les enjeux et perspectives de ces territoires en pleine mue. Quels sont les grands enjeux qui touchent les territoires périurbain français ? Alors, quels enjeux ? Le grand enjeu du périurbain est donc politique. Halte à la France moche ! Le dossier du Télérama de la semaine prochaine revient sur les dégâts des politiques d’urbanisation de ces dernières décennies : centres commerciaux dénaturant les paysages, lotissements pavillonnaires proliférants, centres-villes muséifiés, règne du tout-voiture… « Partout la même trilogie : infrastructures routières, zones commerciales, lotissements, concourt à l’étalement urbain le plus spectaculaire d’Europe: tous les dix ans, l’équivalent d’un département français disparaît sous le béton. » Cette enquête de Xavier de Jarcy et Vincent Remy sur «l’urbanisme à la française » pose le décor: trois décennies d’impéritie écologique et esthétique.

Télérama rappelle au passage que « l’urbanisme raconte ce que nous sommes. Le Moyen-Age a eu ses villages fortifiés et ses cathédrales, le 19ème siècle ses boulevards et ses lycées. Et en matière de mochetés urbaines, il apparaît que nous sommes champions d’Europe! De la ville moche à la ville rêvée Du côté de l’habitat, même punition!

Les "villes interstitielles" : un nouveau concept de villes en croissance. ACTUALITÉ :: La «ville diffuse», icône du XXIe siècle? Growth of Las Vegas (1974 - 2010) L’étalement urbain - qu’est-ce que c’est ? | SAFE. L’étalement urbain et ses spécificités en Région wallonne Il existe de nombreux concepts et tentatives de définition de l’étalement urbain dans la littératureTrois critères sont couramment mentionnés : (1) une croissance diffuse sans liaison avec les espaces urbanisés existants ; (2) la monofonctionnalité des développements périurbains et (3) une faible densitéL’étalement urbain en Région wallonne (Belgique) présente des points communs mais aussi des spécificités en comparaison avec les régions voisinesLe projet de recherches SAFE aborde l’étalement urbain en Région wallonne sous l’angle énergétique et traite, à la fois, de l’énergie nécessaire au chauffage des bâtiments et aux déplacements des habitants Résumé Le projet SAFE porte sur l’évaluation énergétique des quartiers périurbains wallons et sur la formalisation et l’évaluation de scénarios de renouvellement de ces tissus.

Il convient d’abord de poser les bases de la recherche et de définir de façon précise son objet. La ségrégation résidentielle dans les plus grandes villes françaises (1968-1999) : quel modèle urbain ? 1La différenciation socio-spatiale ou ségrégation résidentielle de la population urbaine en fonction de la catégorie sociale, de l’âge, de l’appartenance ethnique ou du mode de vie n’est pas stable dans le temps, elle est soumise aux différents flux et reflux ségrégatifs produisant la « mosaïque urbaine ». A grande échelle temporelle, elle est le reflet de la hiérarchisation et de la fragmentation sociale de la société dans l’espace urbain. De ce point de vue la configuration de l’espace social est fortement temporelle et se modifie dans le contexte global des changements sociaux. 2En ce moment, les sociétés occidentales sont confrontées à des changements économiques, démographiques et culturels considérables qui sont liés au passage d’une société industrielle vers une société postindustrielle, agissant depuis quelques décennies. 3Dans les villes, en particulier, la nouvelle organisation sociétale semble produire une polarisation sociale (O’Loughlin & Friedrichs, 1996).

Histoire-Géo à Jean Baptiste Say - Page 28 - Histoire-Géo à Jean Baptiste Say. Benjamin Motte-Baumvol, Emmanuel Ravalet et Stéphanie Vincent-Geslin : Vivre le périurbain. Des espaces sous influence urbaine.