background preloader

Blocage

Facebook Twitter

Où il est question de blocage. ...oOo...

Où il est question de blocage

Bonjour à vous qui passez par ici... Un petit tuto-blocage ça vous dit ??? Souvent je lis dans vos commentaires que le blocage vous effraie... Au point que certaines d'entre vous, lectrices (lecteurs ???) , renoncent à se tricoter un joli châle par peur de ne pas savoir... le bloquer... Pourtant, si c'est parfois un peu long (en cas de bordure très dentelée), c'est aussi indispensable pour avoir une jolie finition...

Toutes les tricoteuses expertes vous le diront : "le blocage magnifie l'ouvrage !!! " J'espère que ce billet va démystifier cette opération et que les réticentes oseront désormais se faire plaisir et se tricoter le châle de leur rêves.. :))) Voyons ! Vous avez tricoté un joli modèle, les derniers fils sont rentrés, il va falloir tremper l'ouvrage en eau juste tiède... Mais avant, prenez un long fil de laine ou de coton, et passez-le dans tous les jours des lisières du châle... Laissez ce fil pendre de chaque côté et passez le châle au trempage. avec, selon goût, une dose d'Eucalan.

Bloquer son châle sans kit de blocage. En ce qui concerne le blocage, nous avons toutes nos préférences.

Bloquer son châle sans kit de blocage

Nous avions réalisé un premier tutoriel à ce sujet ici, à l’aide d’un kit de blocage. Mais quand on n’en n’a pas comment faire ? C’est ce que Rililie vous propose de découvrir dans ce tutoriel. Cette technique est principalement adaptée aux châles à forme triangulaire. Elle necessitera probablement une adaptation pour les châles arrondis. Matériel Un châle non bloqué, et avec les fils déjà rentrés de préférenceUn peu de laine douce qui ne s’étire pas (le coton est parfait par exemple) d’une couleur contrastanteUne aiguille de tapissier ou avec un chas largeDes épingles traitées pour ne pas rouillerUne paire de ciseauxUne grand surface sur laquelle vous planterez vos épingles (j’ai utilisé mon canapé mais vous pouvez très bien utiliser une planche à blocage, votre lit ou toute surface assez grande)En option : un peu de plastique ou une bâche, pour protéger la surface sur laquelle vous allez bloquer votre châle Comment faire.

Le blocage. Le blocage est souvent une étape très importante du tricot, et pourtant, il a tendance à en freiner plusieurs.

Le blocage

Nous allons ici dévoiler quelques astuces pour vous montrer que le blocage n’est pas si méchant ! Le blocage permet de révéler un point de dentelle, de gommer les imperfections de tensions d’un point (si votre jersey est souvent inégal, le blocage peut sauver votre ouvrage), mais aussi de laver l’ouvrage (de tout résidu de fabrication, comme pour les laines de type holst garn, et de la poussière et sueur lors de la phase de tricotage). Enfin, le blocage peut offrir quelques surprises en fonction de la composition de la laine (une laine contenant de la soie par exemple, va fortement changer de dimensions après le premier lavage, car la soie a tendance à « grandir »). Certaines laines se bloquent plus ou moins bien (j’ai souvenir d’un châle qui n’a jamais voulu tenir en place), et la composition de la laine une fois de plus peut être à l’origine.

Le blocage, késako ? Comme Emimage me pose la question, je vais reparler de cette technique que les livres français expliquent rarement, et qui est pourtant fondamentale pour obtenir un travail fini et soigné.

Le blocage, késako ?

D'abord, à quoi ça sert ? À régulariser les pointsà mettre l'ouvrage aux bonnes dimensions (on épingle aux dimensions du patron)pour les châles en dentelles, il s'agit d'ouvrir le point pour mettre les motifs en évidence, et le cas échéant, de bien étirer les pointes de la bordure pour qu'elles soient vraiment pointuesselon les méthodes employées, cela permet aussi d'adoucir et d'assouplir la laine : le passage à l'eau retire les éventuels apprêts du filComment fait-on ?

Il existe plusieurs méthodes. Dans la littérature française, on vous conseille souvent de repasser l'ouvrage à la patte-mouille après l'avoir épinglé sur la table à repasser, ou encore, terme vague s'il en est, "d'envoyer de la vapeur", ce qu'on peut faire en "survolant" l'ouvrage avec un fer vapeur, ou avec un défroisseur vertical. Je bloque, tu bloques, nous bloquons... Me voilà plongée dans la technique : avant de me lancer dans la dentelle au tricot, je bétonne le sujet.

Je bloque, tu bloques, nous bloquons...

Je crois que je n'aimerais pas du tout passer des heures à compter mes points, mes jetés, mes SSK et autres K2tog pour un résultat décevant à la fin. Dans les points clefs de la réussite, le blocage, un truc qu'on ne nous explique jamais dans les modèles français. Plusieurs bloggeuses en parlent et partagent avec nous leurs techniques, et en français s'il vous plaît (enfin pour la plupart...).