background preloader

Tunisie

Facebook Twitter

Le vin, futur atout touristique pour la Tunisie ? par Guillaume Klein. GROMBALIA (Tunisie), 30 oct 2016 (AFP) - Alors que le tourisme tunisien paraît vivre un hiver sans fin, Mohamed Ben Cheikh croit en des jours meilleurs: "notre pays est riche en produits du terroir", plaide-t-il depuis les hauteurs de son domaine. Parmi ces atouts, le vin, culture "ancestrale" en plein renouveau. Pendant des décennies, la Tunisie s'est appuyée sur un tourisme de masse quasi exclusivement balnéaire. Mais l'instabilité née de la révolution de 2011 et plusieurs attentats jihadistes ont entraîné une profonde crise, amenant à réfléchir à une diversification. Parmi les pistes étudiées, celle de l'oenotourisme. "Le vin est un produit haut de gamme qui peut parler du terroir, de l'histoire. A la tête du domaine Neferis, à Grombalia (40 km au sud de Tunis), où les collines toisent la Méditerranée au loin, il travaille à la création d'une "route des vins", "alternative au tourisme classique", qu'il veut mettre à la disposition des opérateurs dès l'an prochain. - 'Cellier de Rome' -

A Paris Plages, la Tunisie promeut le tourisme contre le terrorisme. Un an après l'attentat du Bardo, le tourisme tunisien souffre toujours. VIDÉO - Le 18 mars 2015, 21 touristes et un policier étaient assassinés lors de l'attentat au musée à Tunis. Un an après ce drame, les chiffres du tourisme tunisien sont catastrophiques. Même en épluchant soigneusement les chiffres du tourisme tunisien de l'année dernière, difficile d'y trouver un motif d'espoir. Un an après l'attentat du musée du Bardo à Tunis, les touristes continuent d'éviter de cocher la Tunisie comme possible destination pour leurs vacances. Seulement 1,3 million de vacanciers sont venus en 2015, soit 53% de moins qu'en 2014 selon les derniers chiffres de l'office national du tourisme tunisien à Paris.

Cette fidélité est toutefois très relative puisqu'en 2010, avant le printemps arabe et la Révolution de jasmin, 1,4 million de visiteurs débarquaient en provenance de l'Hexagone. Mais les terroristes s'acharnent contre l'économie du tourisme. VIDÉO - Il y a un an, la Tunisie et sa capitale étaient touchées par le terrorisme. Quand le terrorisme rebat les cartes du tourisme - Le Temps. La gestion de crise est devenue la norme dans le secteur touristique. Cette dernière décennie, les voyagistes ont tout vécu: marchés financiers en déroute, troubles politiques, guerres civiles, grippe aviaire, volcan islandais, tsunami, printemps arabe. Dernièrement, les actes terroristes en série – phénomène dont les conséquences sur l’industrie du voyage doivent être discutées cette semaine à Davos – ont contraint les agences à brader leurs offres. Car les attentats à répétition sont en train de laminer les destinations traditionnellement prisées des touristes suisses, notamment.

Paris en novembre 2015, Hurghada début janvier, puis Istanbul, Djakarta, ou encore Ouagadougou ces derniers jours; il ne passe plus un mois, voire une semaine sans qu’une bombe visant des vacanciers n’explose quelque part sur la planète. Où peut-on encore passer des vacances sans craindre pour sa sécurité? Lire aussi: Loin des attentats: 5 destinations à (re)découvrir Tunisie, destination morte? Sept conséquences du terrorisme sur le tourisme mondial. La fréquentation internationale dégringole en Turquie, après de nombreux attentats. Ailleurs, les touristes adaptent leurs destinations mais ne renoncent pas aux voyages. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne-Aël Durand L’attentat contre l’aéroport Atatürk d’Istanbul, qui a fait 41 morts, mardi 28 juin, est le dernier d’une série d’attaques terroristes qui ont frappé la Turquie en 2016. Cet acte, attribué à l’Etat islamique, malgré l’absence de revendication formelle, rappelle aussi par son mode opératoire l’attentat contre l’aéroport de Bruxelles-Zaventem le 22 mars, ou les attaques de touristes étrangers sur des plages ou dans des musées en Tunisie en 2015.

Plusieurs pays dont l’activité économique dépend du tourisme voient s’éloigner la clientèle étrangère. 1 – Effondrement du tourisme international en Turquie L’aéroport international Atatürk est le dixième aéroport mondial ; il accueille plus de 42 millions de passagers par an. 2 – En Tunisie, le difficile retour à la confiance.