Transition

Facebook Twitter
Décroissance

Villes en transition

Simplicité volontaire

Objection de croissance et simplicité volontaire Rien de neuf d'un certain point de vue, mais bon quand c'est une source aussi bien documentée, c'est intéressant quand même. Source : JDLE Le Giec s’apprête à publier une synthèse du second tome de son 5e rapport d’évaluation. Une semaine avant sa sortie officielle, le JDLE vous en livre les principaux enseignements. On ne pourra décidément plus dire qu’on ne savait pas. Depuis quelques semaines, une version quasi définitive du résumé pour les décideurs du second tome du 5erapport d’évaluation du Giec[1] circule sur internet et dans la presse anglo-saxonne.

Objection de croissance et simplicité volontaire

Simplicité volontaire Vendredi 18 mai 5 18 /05 /Mai 21:54 Après avoir musardé en fonction de ses humeurs sur les sites francophones (« simplicité volontaire ») ou anglo-saxons (« simple living »), l’internaute intéressé par le sujet pourrait être tenté de tirer des conclusions hâtives : la simplicité volontaire pourrait être perçue comme une fuite face aux réalités matérielles ; un refuge pour les naufragés de la vie désireux de faire passer pour un choix personnel la frugalité que leur impose leur situation économique. Cette conclusion hâtive pourrait être étayée par une analyse sociologique sommaire : ces partisans de la simplicité volontaire ne sont-ils pas avant tout des opposants à l’ordre établi ? Ne sont-ce pas les mêmes qui un jour protestent contre le grand capital ; qui le lendemain battent le pavé en compagnie d’apôtres du matérialisme afin de réclamer du pouvoir d’achat supplémentaire ; qui le surlendemain réclament une hausse des minima sociaux ? Simplicité volontaire
Consommateur mais pas con...

« Zone de gratuité », ou comment les objets deviennent « sans propriétaire fixe » - Véritable libre-échange Et si on changeait notre rapport à la propriété et à la consommation ? Un peu partout en France émergent des « zones de gratuité », des espaces où les rapports marchands sont abolis, de manière temporaire ou permanente. Ici les objets circulent et les gens se parlent, en réapprenant que l’échange ne passe pas forcément par l’argent. Petit reportage à Montreuil (Seine-Saint-Denis). « Tout est vraiment gratuit ? », questionne un enfant, incrédule.

« Zone de gratuité », ou comment les objets deviennent « sans propriétaire fixe » - Véritable libre-échange

Contre le gaspillage