Transition

Facebook Twitter

Vague verte dans les piscines - Faites le plein d'avenir ! - Biomasse, Solaire, Eolien, Hydraulique, Géothermie… le Blog des énergies renouvelables.. Les piscines rivalisent d’ingéniosité pour chauffer l’eau.

Vague verte dans les piscines - Faites le plein d'avenir ! - Biomasse, Solaire, Eolien, Hydraulique, Géothermie… le Blog des énergies renouvelables..

La majorité des piscines municipales affichent une cinquantaine d’années au compteur. Elles ont été construites dans les années 1960, lorsque l’on a voulu équiper le plus rapidement possible le territoire, avec une seule idée en tête : bâtir le minimum nécessaire pour une pratique sportive. Aujourd’hui, ces piscines sont bien souvent en fin de vie, doivent être rénovées voire fermées et reconstruites. Avec une nouvelle idée en tête : s’inscrire dans une démarche de développement durable et faire preuve d’ingéniosité pour chauffer l’eau des bassins, notamment. Tour d’horizon en trois exemples. Plongeon chez les Helvètes, tout d’abord, où la piscine d’Uitikon, un village près de Zurich, est chauffée grâce à un datacenter !

Dernier « plouf » à Paris, dans la toute récente piscine Alfred Nakache située rue Dénoyez (!) De quoi buller ou faire des longueurs sans alourdir notre empreinte écologique ! Pour aller plus loin : Le centre de données d'IBM va chauffer la piscine d'un village suisse - ICT actualité - Data News.be. IBM et actuelle l'entreprise suisse de services IT GIB-Services construisent conjointement un centre de données vert dans un village suisse.

Le centre de données d'IBM va chauffer la piscine d'un village suisse - ICT actualité - Data News.be

Voilà une nouvelle qui n'est plus guère étonnante aujourd'hui, mais ce qui est surprenant ici, c'est que ce centre de données va chauffer la piscine du village grâce à son excédent thermique. Le centre de données est érigé dans le village suisse d'Uitikon, plus précisément dans un ancien bunker militaire, comme il en existe encore beaucoup en Suisse. GIB-Services l'utilisera pour proposer du support à ses clients. Le centre de données engendrera (normalement) 2.800 mégawatts d'excédent de chaleur, lorsqu'il tournera à plein régime. C'est là la quantité d'énergie nécessaire pour assurer le chauffage et l'eau chaude de 80 maisons pendant un an.

Théoriquement, déclare-t-on chez IBM, il devrait être possible de réutiliser sous forme d'énergie thermique jusqu'à 90 pour cent de l'énergie électrique exploitée par le centre de données. Simplicite volontaire.

Décroissance

Villes en transition. Simplicité volontaire. Objection de croissance et simplicité volontaire. Simplicité volontaire. Consommateur mais pas con... La ruche qui dit oui. « Zone de gratuité », ou comment les objets deviennent « sans propriétaire fixe » - Véritable libre-échange. Et si on changeait notre rapport à la propriété et à la consommation ?

« Zone de gratuité », ou comment les objets deviennent « sans propriétaire fixe » - Véritable libre-échange

Un peu partout en France émergent des « zones de gratuité », des espaces où les rapports marchands sont abolis, de manière temporaire ou permanente. Ici les objets circulent et les gens se parlent, en réapprenant que l’échange ne passe pas forcément par l’argent. Petit reportage à Montreuil (Seine-Saint-Denis). « Tout est vraiment gratuit ? », questionne un enfant, incrédule. Ce projet est né il y a quelques années. « Lors d’un repas de quartier, nous avons lancé l’idée avec des copains, les voisins de la rue, explique Vito, l’un des organisateurs.

Un pied-de-nez à la société de consommation Andres est venu d’une rue voisine, avec sa famille. Tout l’après-midi, les tables se vident et se regarnissent. Donner et récupérer à la place d’acheter et jeter Ni troc, ni obligation de réciprocité, ni charité, la zone de gratuité est un moyen utile de réduire le volume de déchets et de recycler les objets.

Agnès Rousseaux A Brest.

Contre le gaspillage