background preloader

Microbiote

Facebook Twitter

Untitled. L'amidon résistant, un ami dont vous aurez besoin. L'amidon résistant pourrait bien se révéler un atout pour la santé, à divers points de vue.

L'amidon résistant, un ami dont vous aurez besoin

Une étude publiée au Nutrition Bulletin le 5 janvier 2017 fait la synthèse des bienfaits établis par la littérature scientifique et pointe les axes de recherche à suivre sur cette fibre encore peu connue que l'on trouve dans les bananes (légèrement vertes), légumes secs, les pommes de terre, riz brun, les graines et certaines céréales. L'amidon résistant, glucide complexe qui résiste à l'intestin grêle. The Impact of the Gut Microbiota on Humoral Immunity to Pathogens and Vaccination in Early Infancy. Citation: Nguyen QN, Himes JE, Martinez DR, Permar SR (2016) The Impact of the Gut Microbiota on Humoral Immunity to Pathogens and Vaccination in Early Infancy.

The Impact of the Gut Microbiota on Humoral Immunity to Pathogens and Vaccination in Early Infancy

La membrane cellulaire contrôle les échanges. Un des premiers scientifiques à avoir compris que le fonctionnement des cellules dépendait, en partie, des propriétés de sa membrane cytoplasmique, frontière entre la cellule et son milieu, fut René Dutrochet (1776-1847).

La membrane cellulaire contrôle les échanges.

Il plaidait avec force pour l'unité de la physiologie dont les lois, pensait-il, devaient s'appliquer aussi bien aux animaux qu'aux végétaux et n'être pas différentes de celles qui régissent la physique et la chimie. Nous savons maintenant que cette idée était juste et l'application raisonnée de ces lois a conduit aux développements les plus modernes des technologies biomédicales. L'une d'entre elles, qui sauve quotidiennement la vie de milliers de personnes, est le "rein artificiel" dont la terminologie correcte est appareil d'hémodialyse. Cet appareil permet d'éliminer du sang certains déchets toxiques comme l'urée tout en en conservant les constituants essentiels.

Digérer, quelle histoire ! C'est au siècle des Lumières, siècle foisonnant de recherches dans de multiples domaines, que quelques savants se posèrent la question de savoir ce qu'il advient des aliments à l'intérieur de notre corps.

Digérer, quelle histoire !

L'idée la plus communément admise à l'époque était que les aliments subissaient une trituration mécanique et une putréfaction. Les fondements théoriques essentiels de la chimie et de la biologie n'ayant pas encore été posés, les premiers travaux furent très empiriques. An Overview of Where Pharma Is Using Research. Mobile.the-scientist. Researchers are using the tissue, synthesized with human pluripotent stem cells and implanted into mice, to study a rare form of Hirschprung’s disease.

mobile.the-scientist

WIKIMEDIA COMMONS, MARVIN101Researchers at Cincinnati Children's Hospital have succeeded in engineering intestinal tissue with functional nerves in a laboratory setting. Their method, described in a study published this week (November 21) in Nature Medicine, brings regenerative medicine one step closer to making practical use of human pluripotent stem cells for transplants and, nearer term, modeling and studying intestinal disorders. “One day this technology will allow us to grow a section of healthy intestine for transplant into a patient,” said coauthor Michael Helmrath of Cincinnati Children's, in a press release. “But the ability to use it now to test and ask countless new questions will help human health to the greatest extent.”

La création du #microbiome fœtal par transmission de #bactéries de la mère au #fœtus @PLOSBiology. Les cellules de l'intestin se purgent pour se protéger des bactéries. Serratia marcescens est une bactérie opportuniste, présente partout dans l'environnement.

Les cellules de l'intestin se purgent pour se protéger des bactéries

Un mini intestin humain fabriqué en laboratoire à partir de cellules souches. C’est une prouesse technologique.

Un mini intestin humain fabriqué en laboratoire à partir de cellules souches

Des chercheurs du Children’s Hospital Medical Center de Cincinnati, aux Etats-Unis, avec la participation de l’équipe de l’Inserm 913 de Nantes, ont réussi à générer un mini intestin humain fonctionnel in vivo, qu’ils présentent dans une étude publiée dans Nature Medicine. Un intestin n’est pas qu’un simple tube. C’est au contraire un organe complexe composé d’une paroi intérieure (muqueuse) de cellules (entérocytes) qui s’ouvrent sur ce que l’on appelle la « lumière intestinale ». Cette muqueuse est en étroite relation avec des millions de neurones intestinaux et des fibres musculaires. Soit un véritable système nerveux, sorte de « deuxième cerveau », chef d’orchestre des contractions musculaires lors de la digestion (péristaltisme) mais aussi du dialogue ventre-cerveau (voir Sciences et Avenir n°835).

Petits secrets de l’appareil digestif + Traduction en LSF. L'incroyable pouvoir du microbiote - Episode 1 - Un deuxième cerveau dans le ventre - Vidéo. Microbiote instestinal : les bienfaits de la diversité. L'homme est une symbiose intime qui associe quelque 50 000 milliards de cellules et au moins autant de bactéries.

Microbiote instestinal : les bienfaits de la diversité

Ces microorganismes constituent une partie du microbiote (qui contient aussi des champignons, des virus, etc.), dont la plus grande communauté est hébergée dans l'intestin. Ils ont un rôle essentiel pour le maintien de la santé et du bien-être de l'hôte. En effet, le microbiote intestinal contribue, par exemple, à la fermentation des substrats disponibles dans le côlon, à la protection de l'organisme contre des microorganismes pathogènes, ou à la synthèse de vitamines. Depuis une dizaine d'années, les chercheurs ont montré, en particulier grâce à des expériences chez l'animal, que les perturbations du microbiote, ou dysbioses, entraînent un déséquilibre de la symbiose hôte-microbiote avec l'émergence de maladies chroniques, telles que le diabète ou l'obésité.

Le Plantoscope. Microbiote : les plantes aussi ! Nous ne sommes pas seuls !

Microbiote : les plantes aussi !

Dans notre corps, des milliards de microorganismes microscopiques contribuent à notre santé, à notre croissance et à notre résistance aux stress environnementaux. Ces microorganismes (bactéries, champignons, virus…) constituent ce que l'on nomme un microbiote. Et de la même façon que nous hébergeons un microbiote à la surface de notre peau, dans notre système digestif et ailleurs, des microbiotes ont aussi été mis en évidence chez les autres animaux. Des interactions nombreuses. 2015 09 - Le microbiote. Flore intestinale, obésité, risques cardio-métaboliques. La flore intestinale impliquée dans les maladies neurodégénératives. Maladies de Parkinson, d’Alzheimer, dégénérescence fronto-temporale, sclérose latérale amyotrophique : quel est le point commun entre ces pathologies cérébrales ?

La flore intestinale impliquée dans les maladies neurodégénératives

La mort de neurones associée à l’accumulation de protéines dites amyloïdes (différentes selon la maladie). Des protéines anormales s'agrègent en des sortes de « pelotes de laine » qui remplissent les neurones, et se transmettent de neurones en neurones, entre les différentes régions cérébrales et même entre différents organes. Elles provoquent probablement une inflammation (une réaction du système de défense immunitaire) et la mort des cellules. Microbiote : ces bactéries qui nous veulent du bien.

Microbiote : ces bactéries qui nous veulent du bien. L’intestin est notre deuxième cerveau. On entend cette assertion partout depuis quelques années à tel point qu’elle est devenue un topo des Unes de magazine. The Human Microbiome Project: A Community Resource for the Healthy Human Microbiome. Inside the Mucosal Immune System. BACTERIES Teaser. How Could the Intestinal Microbiota Contribute to Celiac Disease? Partially digested gluten peptides translocate the mucosal barrier and are deamidated by human transglutaminase 2, the autoantigen associated with celiac disease.

This process converts glutamine residues to glutamate and increases peptide binding affinity to HLA-DQ2 or DQ8 heterodimers in antigen-presenting cells, initiating a T-cell−mediated immune response. Up to 40% of most populations carry celiac disease susceptibility alleles, yet only 2%−4% develop the disease. Little is known about the other factors that increase risk. As with other autoimmune and inflammatory diseases, intestinal dysbiosis, characterized by abundance of Proteobacteria and decreases in Lactobacillus, has been reported in patients with celiac disease.

Imbalances between pathobionts and core commensals in the proximal small intestine could affect susceptibility to celiac disease. Bacterial interactions appear to affect gluten-degradation patterns and peptide output. Microbiote : les bactéries intestinales boostent l'efficacité des chimiothérapies -... Le microbiote intestinal pourrait jouer un rôle dans le vieillissement du cerveau - 07/10/2016 - ladepeche.fr.

Le microbiote intestinal à la rescousse des chimiothérapies. Pasteurdon 2016 - Le Microbiote - Interview de Gérard Eberl. Heritable components of the human fecal microbiome are associated with visceral fat. Here, in the largest microbiota-obesity study to date using detailed adiposity and visceral fat measures, we have shown that fecal microbial diversity and specific members of the human fecal microbiota are strongly associated with obesity-related phenotypes, specifically abdominal adiposity. The majority of microbial associations were obtained with visceral fat, a key metabolic disease risk factor, which we also show is strongly heritable in our extended sample of more than 3000 twins.

Le microbiote et l'obésité - Corpus - réseau Canopé. Un an d'évolution du microbiote en une infographie. FLORE INTESTINALE. Jadis terra incogita médicale, la flore intestinale n'a pas dévoilé tous ses secrets. Car la composition du microbiote a une incidence considérable : rempart contre le stress ou la dépression, lutte contre le cancer ... Mais à une échelle individuelle, comment notre mode de vie influence-t-il la survie des bonnes ou mauvaises bactéries hébergées dans nos entrailles ? David Lawrence, biologiste américain, a entrepris un projet un peu fou : recenser par lui-même sa propre population bactérienne, tous les jours pendant un an.

Le fruit de son expérience, très documentée, a été consigné dans la revue Genome Biology. Un champignon jouerait un rôle clé dans l'apparition de la maladie de Crohn. MYCOBIOME. Une équipe de chercheurs de la Case Western Reserve University (Ohio - Etats-Unis) a identifié pour la première fois un champignon spécifique, le Candida tropicalis, jouant un rôle clé dans l'apparition et le développement de la maladie de Crohn.

Une découverte à même d'améliorer le traitement de la maladie selon les chercheurs qui publient leurs travaux en septembre 2016 dans la revue mBio. "Nous savions déjà que certaines bactéries, associées à des facteurs génétiques et alimentaires, jouent un rôle majeur dans l'apparition de la maladie de Crohn", précise Mahmoud Ghannoum, auteur principal de l'étude et directeur du Centre de médecine mycologique à la Case Western Reserve University. Mais cette fois donc, c'est sur un autre type de micro-organismes peuplant le microbiote intestinal que les chercheurs se sont concentrés. Le microbiote allié de notre cerveau. MICROBIOTE. Rien de plus simple qu’un système digestif.

Du moins en apparence.