Sondages louches, factures Sur le papier, c’est presque trop beau. Tous les ingrédients sont réunis pour une bonne histoire, voire une affaire : de coquettes sommes d’argent versées par l’Elysée, un cabinet d’études (Publifact) pour le moins opaque et dirigé par un conseiller de l’ombre du chef de l’Etat (Patrick Buisson, issu des rangs de l’extrême droite, lire page suivante), un institut de sondages controversé (OpinionWay), des accusations de manipulation de l’opinion et, bonus, l’Elysée mis en cause très officiellement par la Cour des comptes pour avoir surpayé à Publifact des sondages dont «la comparaison des résultats publiés dans la presse [le Figaro et LCI, ndlr] et ceux remis à la présidence ne faisait pas apparaître de différences». Bigre ! Pour tenter de démêler cet écheveau, l’opposition a réclamé mardi la création d’une commission d’enquête parlementaire. Sondages louches, factures
Dixit : Dixit : Sélection de déclarations entendues hier et ce matin, lors des débats, à l'Assemblée nationale, autour du projet de loi « relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet ». «La répétition est monotone !» _ Frédéric Mitterrand ( Troisième séance du 21/07/2009)
Le Google Bombing est une technique utilisée par des spécialistes des techniques référencement Web, à des fins discutables mais souvent divertissantes, et qui consiste à orienter les moteurs de recherches vers un résultat précis sur une requête précise. Pour y parvenir, plusieurs sites doivent effectuer un lien vers le site visé, en précisant dans ce lien les termes qui devront être recherchés, leurrant le système du moteur de recherche (pour lui, si certains mots sont associés à un certain site, ces mots et ce site ont forcément un rapport). Dernier exemple en date ? Si vous tapez en ce moment la recherche « trou du cul du web », le premier résultat renvoyé par Google sera le site de campagne du Président de la République, www.sarkozy.fr. unnamed unnamed
Hadopi : Re-couic ! Hadopi : Re-couic ! Ce matin, les députés ont commencé à débattre de l' article 3 du nouveau texte Hadopi, soit l'article relatif à la peine complémentaire. Il s'agit de permettre au juge de pouvoir ajouter, aux peines déjà prévues par le code de la propriété intellectuelle -- l'amende (300000 euros) et/ou à la peine de prison (3 ans) -- la suspension jusqu'à un an de l’accès Internet. Le tout assorti par l’obligation pour la personne condamnée de continuer à payer son abonnement et l'interdiction de souscrire chez un autre fournisseur d'accès Internet.
Tom DeMarco recently published an article in IEEE Software suggesting he may have been wrong in stating that metrics are a requirement for successful software development. He questions his timeless statement, “You can’t control what you can’t measure”, realizing that control is not the most important aspect of a software project. But there was a small section on the second page of the article that was especially thought provoking. DeMarco makes the following hypothetical statement. “I have a finish date in mind, and I’m not even going to share it with you. When I come in one day and tell you the project will end in one week, you have to be ready to package up and deliver what you’ve got as the final product.” The Project Date - Kill It! The Project Date - Kill It!
Hadopi cr La mode n’est pas récente mais pour contourner le droit à un procès équitable constitutionnellement garanti par l’institution judiciaire le législateur a recours à la constitution de « Hautes autorités », dont l’objet n’est autre que d’exercer un pouvoir de sanction, à l’abri de toute possibilité de contradiction. Que l’on ne s’y trompe pas Hadopi 2 est avant tout une loi liberticide stigmatisée en tant que telle par le Conseil constitutionnel dont l’objet est de créer une législation d’exception pour les échanges Internet. La « Haute autorité » (connaît-on de basses autorités...) n’est rien d’autre qu’une juridiction d’exception dont l’objet est de parvenir à faire rentrer dans la sphère du Web des mesures restrictives d’une liberté individuelle. C’est-à-dire ni plus ni moins que de créer une juridiction chargée de poursuivre l’œuvre répressive du gouvernement dédiée au Web. Hadopi cr
Sarkozy off : une journaliste de France 3 encore convoqu Carine Azzopardi lors de sa convocation par la police (DR) Trois semaines après son collègue Joseph Tual, la journaliste de France 3 Carine Azzopardi a été entendue ce jeudi matin par la police judiciaire. Elle aussi a été confrontée à un technicien de la chaîne qui pensait l’avoir reconnue, et qui s’est rétracté. En sortant de son audition d’une heure, la jeune femme a déclaré espérer que « cette affaire va s’arrêter » : « A la fin de l’audition, je leur ai donné mon numéro de carte de presse, en rappelant que je travaille depuis dix ans à France Télévisions. Sarkozy off : une journaliste de France 3 encore convoqu
Comment l'Etat finance la passion Comment l'Etat finance la passion Toujours prêt à se vanter de gérer l’Etat comme une holding des plus performantes, tout laissait à penser que la structure de communication élaborée par Sarkozy relevait de la mécanique de haute précision quand la réalité des faits nous rapproche plus des machines improbables imaginées par les Shadoks. Rattaché à Matignon le Service d’information du Gouvernement, dirigé par l’ancien publicitaire Thierry Saussez, est un service de 120 personnes chargé à la fois de l’analyse de la stratégie et de la conception de la communication gouvernementale. Pour le grand public, le SIG gère essentiellement les campagnes d’information du public sur la sécurité routière ou la lutte contre le tabagisme etc. Avec 22 millions d’euros en 2009, son budget de fonctionnement a progressé de près de 292% et ses dépenses publicitaires se chiffrent à 100 millions d’euros pour une cinquantaine de campagnes multi-supports par an.
Pour illustrer la problématique de la censure sur Internet et des dérives qu’elle peut entraîner, nous proposons la traduction littérale d’un article publié en mai 2009 par Ezra Levant, blogueur, journaliste indépendant et activiste politique canadien. L’article d’Ezra Levant (Australia’s embarrassing attempt to censor the Internet) a été largement repris dans le monde entier. Comment fonctionnerait la censure à l’ère d’Internet ? [Bakchich : informations, enqu [Bakchich : informations, enqu
Hadopi : Le logiciel de s Hadopi : Le logiciel de s Dans les discussions sur l’article 3 du nouveau texte Hadopi et la peine complémentaire qui doit punir la «négligence caractérisée» de non sécurisation de la ligne Internet, la question du fameux logiciel à installer sur l'ordinateur était au cœur des débats mais restait toujours aussi énigmatique. Ce matin, on a appris de la bouche de Michèle Alliot-Marie qu'il reviendrait aux FAI de développer le fameux logiciel et le proposer à leurs abonnés. Un peu comme pour «les logiciels d'accord parental» , a-t-elle expliqué. Mais à l'écrit, rien. Tous les amendements proposés par l'opposition, dans le but de clarifier ou préciser les modalités de distribution du logiciel, ont été systématiquement repoussés ou rejetés. La gratuité, d'une part.
Mauvais karma pour Microsoft qui vient de subir deux revers. Le géant informatique américain a dû faire une concession majeure, vendredi, afin de régler un vieux litige avec l’Union européenne. Il offrira désormais le choix entre plusieurs navigateurs Internet sur son logiciel d’exploitation Windows : son navigateur maison, Internet Explorer, mais également Firefox, de la fondation libre Mozilla, Chrome (Google) ou encore Opera, du norvégien Opera Software. Soupçonné par Bruxelles de se procurer un avantage commercial déloyal à l’égard de ces concurrents en excluant les autres navigateurs de son système, qui équipe neuf ordinateurs sur dix dans le monde, le géant américain avait fait l’objet d’une enquête par la Commission. Le g
Dans un environnement informatique en pleine mutation, ­Microsoft, dont le chiffre d’affaires et le ­bénéfice ont reculé en 2008 – une première ! –, est contraint à bouger. Vendredi, le géant du logiciel a dû faire une concession majeure à Bruxelles, à propos de son navigateur Explorer. Quelques jours plus tôt, il avait fait «don» à la communauté Linux du code source de 20 000 lignes ­concernant trois gestionnaires de périphériques. unnamed
AT&T bloque la En terme de probabilité, il y a relativement peu de chance que vous, chers lecteurs, surfiez actuellement depuis la Californie du sud via une connexion fournie par l'opérateur AT&T.; Et tant mieux, car si tel était le cas, vous auriez des problèmes à vous rendre sur certaines rubriques du site 4chan , le fameux et infamant imageboard réputé pour ses mèmes ( lire l'article ), son goût douteux, ses hoax plus ou moins subtils et sa grande liberté qui permet à tout un chacun de poster des images allant du LOL-cat gentillet aux immondices pédophiles. Parmi les caractéristiques du site, rappelons que la durée de vie d'un post sur 4chan dépend des commentaires postés en réponse. En période de forte activité, certains billets peuvent donc tomber dans les limbes en moins de 10 minutes, le site ne proposant aucune archive...
Windows 7 : Le feuilleton de l'été continue concernant la nature du navigateur dans la prochaine version de Windows, Seven, en Europe. Mi-juin, la Commission Européenne avait exigé de Microsoft qu'Internet Explorer, le navigateur Web maison, ne soit plus proposé comme seul butineur maison dans le système d'exploitation. La solution alors pressentie avait été « aucun navigateur », ce qui aurait posé quelques problèmes, pointés par la Commission sous la forme d'une remarque dans la décision prise, qui devrait permettre à l'utilisateur « d'avoir un choix de navigateurs, pas que Windows soit fourni sans aucun navigateur » .
Mediapart révèle dimanche soir les troublantes suites d’un fait divers dont s’est mêlé le banquier italo-américain Robert F. Agostinelli, qui avait accueilli grâcieusement Nicolas Sarkozy dans sa villégiature de Wolfeboro en 2007. En 2006, le banquier aurait proféré des menaces, mais n’a pas été inquiété pour cela par la justice française, pourtant alertée. La justice a-t-elle pass
Opinion Way-Le Figaro : la preuve par la Une
Bienvenue [Gna!]
Some Aspects of JVM Tuning in Virtual Environments
Tricks and Tips With Comet Part 1: Making All Browsers Work Prop
Sebastian K
Online Home Business
Clarity of code is clarity of thought
Himanshu's Musings Comments and Blog Notes
James Gosling: on the Java Road
?

A very long map name to test display properties of