background preloader

Environemental

Facebook Twitter

Ecosolutions : des produits et services éco-performants. Développer les énergies renouvelables : solaire, biomasse. Faire face aux risques de pollution accidentelle. Anticiper et se tenir prêt en permanence En matière de pollution accidentelle, la prévention est un volet essentiel de notre action. Elle repose notamment sur : la conception d’installations toujours plus fiables, sûres et performantes ;des opérations très régulières d’entretien et d’inspection ;des dispositifs de détection précoce des fuites ;des audits systématiques ;le choix de modes de transport et d’itinéraires minimisant les risques d’accident... Compte tenu des métiers que nous exerçons, nous nous devons d’être prêts à faire face à l’urgence, en toutes circonstances. Dans cette perspective, nous avons mis en place des plans d’urgence sur chacun de nos sites présentant un risque de pollution marine ou fluviale. Elaborés avec l’assistance d’experts externes (le CEDRE1 en France), ces plans sont actualisés en permanence.

En 2009, nous avons, en outre, déployé sur tous nos sites un outil permettant d’auto-évaluer le niveau de préparation à la lutte anti-pollution. Déchets industriels : réduction, recyclage et valorisation. Nous mobilisons tout notre savoir-faire pour générer moins de déchets. Dans le domaine de la pétrochimie, par exemple, nos équipes développent des polyoléfines (plastiques) de plus en plus performantes. Elles permettent par exemple la production d’emballages plus fins, nécessitant moins de matière et générant donc moins de déchets. La mise au point de produits biodégradables (à l’image des lubrifiants des gammes Total Biohydran et Chainbio) fait également partie de nos préoccupations. Nous développons en parallèle des solutions innovantes pour recycler et valoriser les déchets inévitables. En France, une filière originale de traitement des huiles usées est en phase finale de construction à proximité du Havre. Conçue en association avec Veolia Environnement, Osilub sera en mesure de produire annuellement 120 000 tonnes d’huiles de base régénérées.

Dans plusieurs pays d’Afrique, nous avons mis en place une filière (appelée Ecolub) de collecte et de valorisation d’huiles usées. Préserver les sols autour de nos sites de production. Prévenir et maîtriser les pollutions Notre approche repose sur : la prévention des fuites, grâce à la mise en œuvre de standards de haut niveau, tant en engineering qu’en opération ;des opérations très régulières d’entretien pour détecter les points faibles et conserver les installations à leur capacité nominale ;une surveillance globale du milieu, pour identifier une augmentation éventuelle de la pollution des sols ;la maîtrise de l’extension des pollutions résultant d’activités passées, via des opérations visant à les confiner ou à les réduire. Depuis plusieurs années déjà, nous avons mis en place une organisation intégrant un pôle d’experts de la réhabilitation des sites et des sols.

Cette organisation : Depuis 2008, nous disposons d’un référentiel et d’outils très élaborés de management des sites et sols pollués, dans une optique de prévention, de gestion et de réduction des risques. En 2009, nous avons formalisé notre engagement dans un plan de prévention spécifique. Préserver la biodiversité autour de nos sites de production. Publiée en 2005, notre politique biodiversité formalise les objectifs qui guident notre action : minimiser l'impact de nos activités ;intégrer la biodiversité dans notre système de management environnemental ;porter une attention particulière aux régions dans lesquelles la biodiversité est riche ou vulnérable ;contribuer à la recherche scientifique et au progrès des connaissances.

Pour faciliter la mise en application pratique de cette politique sur le terrain, nous avons élaboré un Guide pratique de la Biodiversité, diffusé depuis 2007. A cette politique s’ajoute depuis 2013 l’engagement pris par Total de ne pas mener d’activités d’exploration ni d’extraction de pétrole et de gaz dans le périmètre des sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial naturel de l’Unesco à la date du 4 juin 2013.

Minimiser nos impacts Total agit en faveur de la préservation de la diversité biologique depuis de nombreuses années. Ce travail nous permet de : Améliorer les connaissances L’objectif ? Préserver l'air autour de nos sites de production. Dioxyde de soufre (SO2) Les hydrocarbures bruts sont essentiellement composés d’hydrogène, de carbone mais aussi de composés soufrés. Leur combustion génère des émissions de dioxyde de soufre (SO2) qui contribuent à l’acidification de l’air et de l’eau. Les émanations de composés soufrés peuvent également engendrer des nuisances olfactives.

Depuis plusieurs années, nous avons engagé une démarche visant à réduire nos émissions de SO2 et à en éviter les pointes ponctuelles (« pics »), sources de nuisances pour les riverains. Les résultats sont déjà significatifs : une baisse de 48 % des émissions globales de dioxyde de soufre issues de notre activité Raffinage depuis 2004. Le nombre de pics de SO2 est également en recul, grâce à un travail mené depuis plusieurs années et s’appuyant sur : L’anticipation et la modélisation de la dispersion des émissions, grâce à un outil qui permet d’ajuster le fonctionnement des unités et de raccourcir les délais de réaction.

Oxydes d’azote (NOX) Préserver l'environnement autour de nos sites : notre démarche. Intégrer l’environnement à chaque stade de nos activités Conformément à notre charte Hygiène Sécurité Environnement Qualité, nos projets (création d’installations ou extension importante) ne sont lancés qu’après une évaluation des risques environnementaux. Dès l’origine, un état des lieux environnemental est réalisé avec le concours d’experts internationalement reconnus et de bureaux d’études locaux. Il porte notamment sur : la qualité de l’eau, de l’air et des sols ;la biodiversité ;le capital culturel à préserver… Cet état des lieux initial servira de référence pendant la période d’activité du site. Une étude d’impact environnemental définit ensuite les mesures à mettre en œuvre à chaque stade des projets, pour en limiter les impacts.

Mieux connaître pour mieux protéger Total s'implique dans différents programmes de recherche, le plus souvent en coopération avec des partenaires scientifiques et institutionnels. Le saviez-vous ? Prévenir et gérer les risques environnementaux. Préserver l'eau autour de nos sites de production. Optimiser notre consommation en eau Optimiser l’usage de l’eau est un impératif qui concerne l’ensemble de nos activités et de nos métiers.

Depuis 2007, nous disposons d’un guide méthodologique dédié à cette thématique. Son but est de : diffuser les bonnes pratiques au sein du Groupe ;aider les sites à définir des objectifs de réduction de leurs consommations. Nous travaillons en priorité sur les sites où l’utilisation industrielle de l’eau entre en compétition avec d’autres usages essentiels, tels que la consommation domestique ou l’agriculture. Préserver la qualité de l’eau Lorsque le pétrole ou le gaz sont extraits d'un gisement, ils sont mélangés avec de l’eau (dite « de production »). Notre priorité est de réinjecter cette eau de production dans les gisements. Cette démarche suppose la mise en œuvre de procédés techniques élaborés. Si la réinjection n’est pas possible, l’eau est traitée avant d’être rejetée dans le milieu naturel.

Anticiper l’évolution des règlementations. Préserver l'environnement autour de nos sites de production. Performance environnementale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La performance environnementale est une notion utilisée dans le domaine de l'évaluation environnementale, de l'écocertification[1] et du développement soutenable. Le terme « performance environnementale » provient de l'anglo-américain : les Américains évaluent par exemple l'environmental performance index (EPI)[2] des autres pays. La performance environnementale se réfère à la manière dont l'objet étudié (un bâtiment par exemple) perfoms, c'est-à-dire à la manière dont il se comporte face à certaines conditions : face au conditions climatiques, face à l'usage des habitants, face au feu… Avant que l'anglo-américain ne domine les secteurs technologiques, le français parlait de « comportement » (au feu[3], au séismes[4], etc.). Le système de management environnemental (SME), quand il existe, vise a améliorer cette performance.

Éléments de définition[modifier | modifier le code] Évaluation[modifier | modifier le code] Réduire nos émissions de CO2, développer le captage-stockage.