background preloader

Références PAYSAN BRETON

Facebook Twitter

PAYSAN BRETON 08/04/16 Retour sur 18 ans de légumes bio. Après un lancement qui laissait certains septique, la gamme biologique profite en 2015 d’un marché porteur. « Au démarrage de la gamme biologique, en 1997, on nous avait dit que nous ne tiendrons pas 5 années », témoigne Jean-Jacques Le Bris, président de la commission biologique au sein du Cerafel.

PAYSAN BRETON 08/04/16 Retour sur 18 ans de légumes bio

Personne ne croyait à la réussite d’un tel projet. Aujourd’hui, Prince de Bretagne est la marque leader des producteurs de légumes bio en France. « Les 43 producteurs cultivent 1 100 ha en plein champ, et 6 ha sous abris, pour livrer un total de 16 000 tonnes. Cette production représente 3 % en valeur du chiffre d’affaires du Cerafel, soit 4 millions d’euros », poursuit le président, intervenant lors de l’assemblée générale de la coopérative Bro Dreger qui se tenait à Plougrescant (22).

Pas une agriculture d’opposition 5 légumes par ferme en moyenne Comme son cousin conventionnel, le chou-fleur bio s’exporte, « principalement en Allemagne. PAYSAN BRETON 01/07/16 140 laitières en bio intensif au “Village de l’herbe”. « Grone Weide », « Ker Yaoteg ».

PAYSAN BRETON 01/07/16 140 laitières en bio intensif au “Village de l’herbe”.

Deux expressions dans deux langues différentes – le néerlandais et le breton – pour dire une même chose : le « village de l’herbe » ou la « prairie verte ». Tout est dit. Willen et Stasja De Jongh, et leur fils Reiner, misent sur l’or vert de cette région du Centre-Bretagne pour faire du lait. Un savoir-faire qu’ils ont importé Pays-Bas, pays qu’ils ont quitté en 1995 en raison « du prix dissuasif du foncier ». L’élevage laitier, une passion familiale chez les De Jongh : Trijntje, Willen, Nelly, Stasja et Reiner. Du bio depuis 1999 À leur arrivée à Poullaouen, Willen et Stasja De Jongh s’installent sur une exploitation de 77 ha. . « Ce sont des mélanges de RGA, dactyle, fétuque et trèfles ». PAYSAN BRETON 14/07/16 Les légumes bio recherchent des producteurs.

La gamme et les débouchés des fruits et légumes biologiques s’étoffent.

PAYSAN BRETON 14/07/16 Les légumes bio recherchent des producteurs.

Pour répondre à la demande, la filière a besoin de producteurs. Après une installation en 2010 à la suite de ses parents, Florian Le Jeune a choisi de convertir son exploitation légumière de Cléder en production biologique en février 2015. « Après une période de réflexion, et un système de production qui se passait de solutions phytosanitaires et de fertilisation, j’ai franchi le pas. J’avais également pour volonté de vendre la totalité de ma production, ce qui n’est malheureusement pas tout le temps le cas en conventionnel », explique-t-il. La production s’est alors étoffée, avec des choux-fleurs, des échalotes, des brocolis, des crosnes ou encore du céleri. Au final, des prix rémunérateurs, la totalité de sa production vendue et un plus avec le ramassage des légumes directement à la ferme par les entreprises Poder ou Pronatura. « J’avertis le collecteur la veille pour un passage le lendemain ».

Priorité aux prix. PAYSAN BRETON 04/04/14 Côtes d'Armor (22) Confort de travail et qualité de vie, moteurs de la conversion bio. En 1999, le système était décrit comme intensif par Mickaël (70 ha dont 40 ha de Scop, 233 000 L de lait, 40 VL, 10 VA et des bœufs).

PAYSAN BRETON 04/04/14 Côtes d'Armor (22) Confort de travail et qualité de vie, moteurs de la conversion bio.

Il entreprend alors de faire évoluer progressivement les activités de la ferme. Les bœufs sont arrêtés en 2001. L’activité allaitante prend fin en 2008 et marque le début de la désintensification du système de production. En parallèle, les cultures de vente diminuent dans l’assolement, les surfaces en herbe augmentent et le pâturage se développe : « des vaches qui pâturent c’est mieux que de faire des stocks », précise l’éleveur. Le système herbager autonome et économe est alors en route. D’un système herbager pâturant à un système bio « En 2008, Mickaël teste la mono-traite sur quelques mois. PAYSAN BRETON 23/10/14 Finistère (29) Le bio peine en baie de Douarnenez. Préserver la qualité de l’eau et lutter contre les algues vertes de la baie, tel est l’objectif de l’établissement public de gestion et d’aménagement de la baie de Douarnenez.

PAYSAN BRETON 23/10/14 Finistère (29) Le bio peine en baie de Douarnenez.

Différents acteurs de la filière se sont concertés lors de la présentation des résultats d’une étude réalisée cet été par le cabinet Allent. « Notre souhait est de relancer les circuits courts et l’agriculture biologique dans la baie, car l’agriculture est en lien direct avec la qualité de l’eau. Mais si le bio est privilégié sur le territoire, quels débouchés sont possibles ? PAYSAN BRETON 18/09/14 Côtes d'Armor (22) Une carte interactive du bio en Côtes d’Armor. Le week-end dernier, la foire Biozone à Mûr-de-Bretagne a accueilli plus de 10 000 visiteurs en deux jours.

PAYSAN BRETON 18/09/14 Côtes d'Armor (22) Une carte interactive du bio en Côtes d’Armor.

Cette année, ce sont les légumes bio costarmoricains qui ont été mis à l’honneur : « Une vingtaine de maraîchers bio du département ont participé à la réalisation d'un étal haut en couleur pour le plaisir des yeux et du palais des nombreux visiteurs présents. L'opération a été un franc succès : des centaines de consommateurs sensibilisés, autant de plaquettes ”Où trouver vos produits bio“ distribuées et des retours positifs sur la mise en ligne de l’outil bonplanbio.fr », se réjouissait-on du côté du Gab d’Armor et la Maison de l’agriculture biologique (Mab) présents, comme chaque année, tout au long du week-end. Une carte interactive sur le net. PAYSAN BRETON 24/07/14 Finistère (29) La filière bio vante ses circuits courts. La filière biologique bretonne est organisée est souhaite le montrer.

PAYSAN BRETON 24/07/14 Finistère (29) La filière bio vante ses circuits courts

Jean-Luc Videlaine, préfet du Finistère, était invité à visiter l’exploitation du Gaec de Penn ar Menez sur Quimerc’h. La production biologique n’est pas nouvelle sur cette exploitation car les anciens exploitants avaient opté pour cette conduite en 1983. Avantage aux circuits courts Couvrant aujourd’hui 85 ha et dirigé par Brigitte et Olivier Giordmaïna et Jean Michel Favé, l’exploitation produit du lait dont 100 000 litres sont transformés en de nombreux produits (tome des Monts d’Arrée, fromage blanc, crème au lait cru…). Une diversification de la production est assurée par 1 000 poules pondeuses. Transmission des exploitations.