Cyber-securité

Facebook Twitter
Cybersécurité : les entreprises craignent pour leur réputation - Journal du Net Solutions
Cybersécurité : Télécom SudParis dévoile la première formation initiale reconnue par l'Etat - Journal du Net Solutions L'école d'ingénieur va permettre à des étudiants d'obtenir le titre d'"expert en sécurité des systèmes d'information" délivré par l'agence assurant la cybersécurité de la France. Focus sur une formation pas comme les autres. Assurant la cyber-sécurité de la France en cas d'attaque informatique, l'agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) va délivrer à certains étudiants en sécurité de l'école d'ingénieurs Télécom SudParis le titre d'"expert en sécurité des systèmes d'information". Une certification officielle que réservait jusqu'à lors l'Anssi uniquement à son propre centre de formations. Un bac+5 certifié Anssi Cette distinction vient démarquer cette école d'ingénieur qui a déjà la particularité de former, en option, ses élèves à la sécurité des systèmes d'information en troisième et dernière année du cursus. Cybersécurité : Télécom SudParis dévoile la première formation initiale reconnue par l'Etat - Journal du Net Solutions
A vos agendas : Colloque à Lille le 26 janvier sur le thème du crime organisé au cyber terrorisme, quels risques? A vos agendas : Colloque à Lille le 26 janvier sur le thème du crime organisé au cyber terrorisme, quels risques? Jeudi 26 Janvier 2012 de 9h00 à 17h30 l’Université Catholique de Lille et la MiSsion LEDS (Lille Eurométropole Défense Sécurité) organisent une journée de colloque sur le thème : Internet, du crime organisé au cyber terrorisme, quels risques? Amphi RS-30 Espace Robert Schuman* *58 rue du port à Lille (Entrée libre sans inscription préalable)
2CENTRE: l’Europe s’attaque à la cyber criminalité 2CENTRE: l’Europe s’attaque à la cyber criminalité Tous ensemble contre la cyber-criminalité ! La Gendarmerie nationale et l’Université de technologie de Troyes, en partenariat avec la Police nationale, l’Université de Montpellier-1, Microsoft et Thales viennent de lancer la partie française du projet européen 2CENTRE (Cybercrime Centres of Excellence Network for Training, Research and Education) financé par la Commission européenne. Ce projet européen a pour but d’aider les différents pays de l’UE à mettre en place des centres de formation dédiés à la lutte contre le cyber-crime. Pour faire face à ces menaces, l’European Cybercrime Training and Education Group (ECTEG) d’Europol (l’office de police de l’Union européenne) a souligné l’importance de mutualiser les savoir-faire en associant les compétences des forces de l’ordre (la Gendarmerie nationale et la Police nationale), des entreprises high-tech (Microsoft, Thales) et des centres de recherche universitaires, signale ITespresso.fr.
La guerre cyber, combien de divisions ?
What You Missed: Open for Questions on Cybersecurity Awareness
Ecrire un spyware, combien ça rapporte ? On trouve parfois des perles en surveillant des sites tels que Freelancer.com. Ce site se spécialise dans la mise en relation entre développeurs indépendants et sociétés commanditaires de projets de développement. Or, on y trouve parfois de bien curieux projets, comme celui-ci, daté du 22 septembre dernier. Le commanditaire de ce projet recherche en effet un développeur capable de mettre à jour un keylogger afin qu’il ne soit plus détecté par les anti-virus, pour une somme de $750 à $1500 ; soit un coût de développement relativement modique par rapport à ce que l'outil peut rapporter à un utilisateur malveillant. Il s’agit d’un keylogger commercial, baptisé Keylog Pro. Le projet a déjà reçu plusieurs offres, toutes inférieures à $1000, de développeurs situés en Inde, en Indonésie, et aux Emirats Arabes Unis. Ecrire un spyware, combien ça rapporte ?
Publié le 23-09-2010 à 15:34:29 dans le thème Réseau - Sécurité Pays : International - Auteur : La rédaction Pub : Tous les antivirus en ligne pour désinfecter votre ordinateur Les aigles du Pentagone prônent une cyberdéfense internationale pour contrer les pirates informatiques. Le ministre adjoint de la défense des États-Unis d'Amérique, William Lynn, a donné son avis au sujet de la lutte contre le piratage informatique, et plus précisément celui qui semble venir d'action étatique de pays "ennemis". Pour le politique, l’Otan doit s'équiper d’un "bouclier cybernétique". Cyber army sous une même bannière Cyber army sous une même bannière
Entreprises : du hacker à l’ouvrage Embaucher d’anciens cybercriminels ? Pas de ça chez nous, s’insurgent les professionnels. «Nous demandons des extraits de casier judiciaire, assure Olivier Franchi, directeur du laboratoire de recherche en sécurité informatique Sysdream. Certains clients font même des enquêtes de moralité.» Impossible pour un cabinet de se permettre de douter de la probité de ses ouailles. Entreprises : du hacker à l’ouvrage
Rex Baldazo - Why Is Common-Sense IT Security So Uncommon?
BlackBerry encryption 'too secure': National security vs. consumer privacy Research in Motion, the creator of the widely used enterprise-come-consumer BlackBerry device, has an uncertain position in India. The Indian government's internal security and intelligence services cannot break the encryption of the device, which makes countering terror threats and national security matters difficult - especially for a region which faces constant threats and attacks from domestic Maoist insurgents and extremist Islamic groups. Nearly two years ago, around 170 people were killed in the 2008 Mumbai attacks which lasted two days, and was reported primarily by citizens on the ground through citizen journalism; posting updates to Twitter and Facebook through their mobile devices. BlackBerry encryption 'too secure': National security vs. consumer privacy
01Net

slashdots

Crime 2.0 : le web dans tous ses états ! Crime 2.0 : le web dans tous ses états ! Agence France-Presse, 26 août 2009, Une blogueuse accusée de diffamation portera plainte contre Google, Cyberpresse, [http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/internet/200908/24/01-895390-une-blogueuse-accusee-de-diffamation-portera-plainte-contre-google.php], consulté le 15 septembre 2009. Amoroso A., 2009, Hearing on improving cybersecurity: United States Senate Committee on Commerce, Science and Transportation, [http://commerce.senate.gov/public/_files/TestimonyofEdAmoroso31709.pdf], consulté le 9 août 2009. Anderson P., février 2007, What is web 2.0?
ItEspresso

Web : Les États-Unis craignent pour leur cyber-sécur Web : Les États-Unis craignent pour leur cyber-sécur Les Etats-Unis ne sont plus sûrs de leurs forces. Mercredi, dans le cadre d'un conférence mondiale dédiée à la cyber-sécurité, la responsable de la sécurité intérieure, Janet Napolitano, a appelé à en faire «davantage et plus vite» et avoué que l'administration américaine était obligée de travailler «dans l'urgence». «Nous voyons pendant ce temps que les adversaires, qu'il s'agisse de criminels, d'Etats ou de terroristes, ne prennent pas de repos», a-t-elle lancé, rappelant que le président Barack Obama avait jugé que les attaques informatiques étaient devenues la menace la plus sérieuse pour les Etats-Unis. Fin février, l'ancien directeur du renseignement américain, Michael McConnell, s'était montré encore plus pessimiste. «Si nous entrions en guerre aujourd'hui dans le cadre d'une cyber-guerre, nous serions battus», avait-il affirmé devant le Sénat.
Cyber Command: We Don’t Wanna Defend the Internet (We Just Might OMAHA, Nebraska – Members of the military’s new Cyber Command insist that they’ve got no interest in taking over civilian Internet security – or even in becoming the Pentagon’s primary information protectors. But the push to intertwine military and civilian network defenses is gaining momentum, nevertheless. At a gathering this week of top cybersecurity officials and defense contractors, the Pentagon’s number two floated the idea that the Defense Department might start a protective program for civilian networks, based on a deeply controversial effort to keep hackers out of the government’s pipes. U.S. Cyber Command: We Don’t Wanna Defend the Internet (We Just Might