Scénario de la catastrophe

Facebook Twitter

Le CEA - Crise nucléaire au Japon : questions / réponses. Situation au lundi 18 avril 2011 12/04/2011, 07/04/2011, 04/04/2011, consulter les points de situation de mars 2011 Situation au lundi 18 avril 2011 (18h15, heure de Paris)

Le CEA - Crise nucléaire au Japon : questions / réponses

Seisme et accident nucleaire au japon : le bilan au jour le jour. L'hypothèse du pire à Fukushima, actualité Monde : Le Point. "Il est possible que la cuve contenant les barres de combustible dans le réacteur n° 3 soit endommagée.

L'hypothèse du pire à Fukushima, actualité Monde : Le Point

" L'information, lâchée vendredi à l'AFP par un responsable de Tepco, l'opérateur de la centrale japonaise, a de quoi inquiéter sur la situation à la centrale de Fukushima-Daiichi, dont les systèmes de refroidissement ne fonctionnent plus depuis le tsunami qui a ravagé le nord-est du Japon le 11 mars. La rupture de la cuve du réacteur n° 3 pourrait en effet déclencher une réaction en chaîne catastrophique. "On n'avait pas eu de mauvaises nouvelles depuis plusieurs jours, aujourd'hui, on en a une", lâche Jean-Jacques Dumont, commissaire de l'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN), pressé de réagir par la presse. Pour l'heure, l'autorité du nucléaire refuse toutefois de commenter une information toujours non confirmée. Dans le cas du réacteur n° 3 notamment, l'enceinte de confinement en béton, précédemment endommagée, est "fuyarde". {sciences²}

Réacteur N°3 et 4 La situation de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi demeure dramatique après cinq jours de crise.

{sciences²}

(photo, on voit le réacteur n°4, et les brèches dans la paroi métallique du bâtiment, à gauche, le N°3 dont le toit est détruit). Suite de la note écrite avant ces informations de dernière minute. : «Nous sommes dans l’urgence absolue» à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daiichi. La course se poursuit entre les processus nucléaires qui surchauffent eau et combustible, l’apport d’eau pour les refroidir - «il faut 100 mètres cubes à l’heure sur le site», précise Lauvergeon - et la montée de la radioactivité sur le site susceptible d’en provoquer l’évacuation.

Sur le front des réacteurs, où la fusion partielle des cœurs est confirmée jusqu’à 70% pour l’un deux, l’injection d’eau de mer continue sur les n°1, 2 et 3 - ceux qui étaient en fonctionnement lors du séisme et du tsunami. Mais l’accident n’est pas terminé. La course continue, dramatique. Sciences : Nucléaire : la situation reste critique à Fukushima Daiichi. INFOGRAPHIE - Une mesure inédite de refroidissement direct à l'eau de mer a été utilisée.

Sciences : Nucléaire : la situation reste critique à Fukushima Daiichi

Au Japon, le séisme et le tsunami qui a suivi ont mis en péril la centrale de Fukushima Daiichi. Sciences : Nucléaire japonais : mieux comprendre les incidents. INFOGRAPHIE - Les systèmes de refroidissement des réacteurs à eau bouillante de Fukushima Daiichi ont été endommagés.

Sciences : Nucléaire japonais : mieux comprendre les incidents

La hausse de température dans trois réacteurs fait craindre une catastrophe. Explications. Petit cours de nucléaire à l’usage du citoyen curieux. Devant les fantasmes des uns et les minimisations des autres, voici quelques données sur le fonctionnement des réacteur nucléaires endommagés au Japon, et l’évolution possible de la situation.

Petit cours de nucléaire à l’usage du citoyen curieux

Un lecteur informé en vaut deux. Schéma de fonctionnement d'un réacteur à eau bouillante © DR Lundi, dans la centrale nucléaire de Daiichi, une double explosion s’est produite au niveau du réacteur numéro 3, tandis que le réacteur n°2, jugé indemne jusque là semble désormais connaître lui aussi des problèmes de refroidissement. Une double enceinte de confinement Même s’ils possèdent des caractéristiques légèrement différentes, les réacteurs de Daiichi ont des points communs, ils sont de type « eau bouillante ». Infographie : le scénario de la catastrophe (Le Monde) Accident de Fukushima: les questions clefs - Nature & environnement. Daniel Heuer est directeur de recherche au Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie de Grenoble (CNRS/IN2P3) et responsable du groupe Physique des réacteurs nucléaires.

Sciences et Avenir.fr : A la centrale de Fukushima Daiichi, la fusion partielle des cœurs des réacteurs 1, 2 et 3 est confirmée par l’ASN. Que signifie exactement ‘fusion du cœur’? Daniel Heuer : Cela signifie que le combustible présent dans le cœur du réacteur a atteint de très hautes températures et a commencé à fondre, à devenir liquide. Pourquoi ? Quand on arrête une réaction de fission nucléaire, la décroissance des produits de la fission provoque une chaleur résiduelle. Quels sont les risques posés par ce combustible fondu ? Et que se passe-t-il si la cuve ne tient pas ? Faut-il craindre une explosion de l’un des réacteurs suite à la fusion du cœur ? Sur le réacteur n°4 un incendie s’est déclaré sur une piscine où est entreposé du combustible usagé.