background preloader

Scandales médicaments

Facebook Twitter

Sovaldi et hépatite C : à 666 euros le comprimé, les labos se frottent les mains. Comme vous le savez , il parait que depuis que l´on a supprimé les 2 ministres écologiques le gouvernement a changé et qu´il va falloir encore plus nous serrer la ceinture car les caisses sont vides et tout particulièrement dans le domaine de la santé.

Sovaldi et hépatite C : à 666 euros le comprimé, les labos se frottent les mains

On nous prend vraiment pour des poires ! Comme d´habitude les médecines alternatives vont être encore plus concernées ainsi que tous les médicaments dis de confort qui ont le privilège de soulager les souffrances de nos patients depuis de nombreuses années sans avoir constaté d´effets secondaires majeurs et, comble de l´indécence, d´être affreusement bon marché et donc peu rentables, voire plus du tout rentables pour l´industrie pharmaceutique. C´est peut-être vrai finalement que nous sommes des poires en continuant à faire aveuglément confiance à nos élites car les infos que je vais vous diffuser ne sont nullement cachées.

Et pourtant, l´air de rien , on est en train de nous la mettre bien profondément. Tramadol : un antidouleur aux effets secondaires redoutables. Depuis que Di-Antalvic a été retiré du marché en mars 2011, le Tramadol a été adopté par des millions de patients.

Tramadol : un antidouleur aux effets secondaires redoutables

Cet antidouleur dérivé de l'opium est très apprécié pour calmer le mal de dos et les douleurs articulaires. Il pourrait pourtant avoir des effets secondaires redoutables. Au point que l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a décidé de le surveiller. La molécule de Tramadol est présente en France dans le générique du même nom et dans une vingtaine de médicaments, notamment le Tropalgic, le Contramal ou Ixprim. Mais les effets secondaires du médicament miracle sont inquiétants : vomissements, troubles du sommeil, désorientation et "addiction importante d'une partie des patients", prévient Le Parisien dans son édition datée de ce mercredi 25 janvier. En France, premières overdoses en 2010 Pourtant des malades ont été victimes d'overdoses dès 2010 en France. « Personne ne m'avait prévenu des effets addictifs. Les pratiques du laboratoire pharmaceutique Merck en accusation.

Merck admet l’inoculation du virus qui provoque le cancer. La division vaccin de Merck, admet l’inoculation du virus qui provoque le cancer par le biais de vaccins.

Merck admet l’inoculation du virus qui provoque le cancer

Santé : le Gardasil, nouveau scandale en vue. Lle a juste 18 ans et, selon ses propres dires, « a peur du futur ».

Santé : le Gardasil, nouveau scandale en vue

Avant, elle était très active, toujours souriante, pratiquait la danse et se préparait à entrer dans un lycée hôtelier pour suivre la voie familiale. Aujourd'hui, Marie-Océane Bourguignon est toujours fatiguée, ne peut plus se mettre au soleil, a beaucoup de mal à finir une semaine entière de scolarité dans son lycée bayonnais et est plus accro aux informations judiciaires qu'aux lectures de son âge. Entre-temps, elle aura passé un an entre hospitalisations et déplacements en fauteuil roulant. Première dose à 15 ans Le 11 octobre 2010 - à 15 ans - Océane reçoit une première dose de vaccin Gardasil, préconisé dans le cadre de la prévention du cancer du col de l'utérus. Le 13 décembre 2010, la jeune fille subit une deuxième injection du vaccin. Risque absent de la notice. Résistance aux antibiotiques : Nouvelle menace mondiale pour la santé publique - Santé.

Le lithothamne - Dossiers. Vous êtes ici : Accueil » » Le lithothamne Nom latin : Lithothamnium calcareum Famille botanique : Corallinacées Partie utilisée : le thalle Description Le lithothamne est une petite algue rouge de 2 cm, représenté par des bourgeons calcifiés réunis en amas, de la taille d’une noix.

Le lithothamne - Dossiers

La liste noire des 68 médicaments à éviter d'après la revue Prescrire. La revue médicale indépendante Prescrire a primé, jeudi 30 janvier, un vaccin contre la méningite et publié une liste de 68 médicaments à éviter en raison des risques qu'ils font courir aux patients qui les prennent.

La liste noire des 68 médicaments à éviter d'après la revue Prescrire

"L'année 2013 est une année de plus sans progrès important apporté par de nouveaux médicaments", a indiqué le directeur de sa rédaction, Bruno Toussaint, précisant que la revue avait renoncé à décerner sa traditionnelle "Pilule d'or" en 2013, pour la sixième année consécutive. La revue, qui se finance exclusivement par ses abonnements et refuse toute publicité par souci d'indépendance, n'a pas non plus placé de médicaments à son "Tableau d'honneur" 2013 (catégorie qui met en valeur un "progrès net pour certains patients"). Mais elle a décidé de citer dans son "Palmarès" (qui salue une "amélioration modeste") le Nimerix (GSK), un vaccin contre la méningite à méningocoques de type A, C, W135 et Y destiné aux enfants de 1 à 2 ans devant voyager en zone d'épidémie.

(Avec AFP) Rockfeller et l’OMS : Les dessous du cartel pharmaceutique. Pour mieux soigner : des médicaments à écarter - Actualisation 2014'', 1er février 2014. Tous les médicaments ne se valent pas.

Pour mieux soigner : des médicaments à écarter - Actualisation 2014'', 1er février 2014

Dans certaines situations, des médicaments sont utiles : ils apportent un avantage thérapeutique par rapport à d'autres options. D'autres médicaments sont plus nocifs qu'utiles et sont à écarter des soins, en attendant leur retrait du marché. De 2010 à 2013, l'analyse des dossiers par Prescrire recense 68 médicaments plus dangereux qu'utiles commercialisés en France. Il s'agit : de médicaments actifs, mais qui compte tenu de la situation clinique exposent à des risques disproportionnés par rapport aux bénéfices qu'ils apportent ; de médicaments anciens dont l'utilisation est dépassée, car d'autres ont une balance bénéfices-risques plus favorable ; de médicaments récents, dont la balance bénéfices-risques s'avère moins favorable que celle de médicaments plus anciens ; de médicaments dont l'efficacité n'est pas prouvée au-delà d'un effet placebo, et qui exposent à des effets indésirables graves.

©Prescrire 1er février 2014.