background preloader

E santé et nouveaux patients

Facebook Twitter

Dispositifs de médiation numérique. Lemire, sicotte et pare. Le Goff et al 2012 CES V4 - quoi_de_neuf_docteur-une_etude_econometrique_sur_la_recherche_en_ligne_dinformations_medicales_par_les_patients.pdf. E-health. L'éducation thérapeutique au CHU de Bordeaux. Invitée | Pr Pascal BARAT pédiatre, président de l’éducation thérapeutique au CHU de Bordeaux Date de diffusion | Lundi 21 janvier 2013 Définition de l’éducation thérapeutique L’éducation thérapeutique du patient est définie comme l’aide apportée aux patients et/ou leur entourage pour comprendre la maladie et les traitements, collaborer aux soins et prendre en charge leur état de santé, afin de conserver et/ou améliorer la qualité de vie.

C’est un processus par étapes, intégré aux soins et mis en œuvre par différents professionnels. Il s’agit de l’articulation d’activités organisées de sensibilisation, information, apprentissage et accompagnement psychosocial concernant la maladie, le traitement prescrit, les soins, les institutions de soins et les comportements de santé et de maladie du patient (OMS, 1998). Les critères de qualité pour un programme d’éducation thérapeutique L’éducation thérapeutique au CHU de Bordeaux Ses objectifs Son organisation Source : CHU de Bordeaux. Les 10 prochaines évolutions de la e-santé en 2013 selon IDC. Typologie des services et sites d'informations sa... Doit-on valoriser davantage l’expertise des patients ? Médecindirect.fr Accueil. (2007) Innovation technologique : des outils pour mieux gérer l’offre de soins ? Une Revue systématique [2] espagnole (littérature de synthèse, de niveau de preuve 1, (Voir le réseau francophone Cochrane (RFC)) analyse l’impact des innovations technologiques.

Cette étude montre que sur 926 publications d’essais cliniques sur le nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) en médecine (NTIC en santé NTIC en santé Nouvelles technologies de l’information et de la communication en santé. Convergence de l’informatique et du multimédia permettant la « télésanté » (traitement, stockage, diffusion et échange de l’information)., télésanté Télésanté La télésanté est en bref un accès à plus de santé par des voies informatiques.), 24 ont pu être examinées car elles répondaient à tous les critères d’inclusion (maladies chroniques, essais cliniques randomisés, pronostic évalué).

Elles concernaient l’asthme, le diabète, les maladies cardiovasculaires, la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) . [1] Voir télésanté dans le GLOSSAIRE. Accueil - Ludomedic | La plateforme médicale vidéoludique. Diagnostic Educatif. Médecine 2.0. Médecine 2.0 Dernier ajout le mercredi 5 mars 2014. "Puisque ces mystères me dépassent, feignons d’en être l’organisateur. " Jean Cocteau (les mariés de la tour Eiffel) La Médecine 2.0 traduit l’idée d’une évolution majeure de la relation entre le médecin, le malade et la maladie. Comme ce nombre "2.0" le traduit en informatique, cette évolution est en rupture avec les précédentes (1.1, 1.2... 1.9, 1.9.1 etc.).

C’est donc une forme de révolution. Les points forts de cette révolution sont les suivants : • Les patients créent de la connaissance Les patients ont eu accès à une information médicale étendue grâce à Internet. Mais après avoir absorbé cette information sans savoir trop quoi en faire, ils créent une nouvelle forme de connaissance de leur maladie, fondée sur leurs échanges d’expériences ou de théories, tout à fait passionnants à défaut d’être scientifiques.

. • Les patients découvrent ou inventent de nouvelles maladies • Le savoir des soignants s’étend lui aussi Santé 2.0, perspectives. BePATIENT : Services personnalisés d'accompagnement du patient chronique. La relation médecin patient : une négociation perpétuelle - Zeblogsanté. De la plainte à la guérison, le parcours du patient face au médecin est complexe. Mais pour le médecin c’est aussi vrai : tout doit se négocier ! Le terme de négociation peut sembler choquant lorsqu’on parle de relation médecin-patient, censée être fondée sur la confiance réciproque. C’est pourtant une réalité qui explique bien les avatars de ce couple turbulent que sont le patient et son médecin, et d’une manière plus générale le monde des patients et le monde médical. Jugez plutôt ! La plainte Quel que soit le lieu, le type de médecine, la pathologie, et les enjeux, un principe est immuable : pour qu’il y ait un médecin, il faut d’abord qu’il y ait un patient.

Le symptôme De son côté, il faut avouer que le médecin accueille la plainte avec une oreille qui n’est pas forcément celle que le patient attend. Le diagnostic Le but du médecin est d’obtenir, si possible, un diagnostic. Le traitement Le résultat Les 7 raisons du non dit du patient. Les 7 raisons du non dit du médecin. Comment les patients et les professionnels de la santé utilisent les médias sociaux. Les usages des médias sociaux diffèrent et varient selon les parties prenantes de l’écosystème médical : patients, parents et famille, proches et amis, professionnels, médecins traitants, etc. Ainsi, le côté peer to peer apporte une valeur ajoutée perçue comme élevée par les patients et leur entourage : obtenir du soutien moral et affectif, éviter de se sentir seul face à sa maladie et lors de son traitement, etc.

Du côté des professionnels, ça permet de mieux vulgariser et fournir des informations pédagogiques quant à la gestion de la situation. L’infographie ci-dessous montre aussi les résultats de plusieurs enquêtes sur le sujet, où notamment les patients regardent souvent des vidéos liées aux problématiques de santé, trouvent des personnes dans les mêmes conditions qu’eux (pathologies chroniques). Quant aux questions relatives à la sécurité des données médicales et des données personnelles du patient, il y a encore du travail à faire. Articles similaires: Le blog de Solange Ménival, Vice-Présidente en charge de la santé du Conseil Régional d'Aquitaine. - Bliss- the oniric experience. L'Effet Papillon » Bliss. 1er réseau social virtuel destiné aux patients hospitalisés de longue durée. Dans le cadre d’un projet étudiant réalisé en partenariat avec les écoles de l’ESIEA et L’ESCIN, l’Effet Papillon a développé un prototype de réseau social, Bliss.

Bliss est un monde virtuel permettant au patient de s’évader de sa chambre d’hôpital et de communiquer avec l’extérieur. Premier prototype de réalité virtuelle de l’Effet Papillon, Bliss, fonctionne comme un réseau social. Equipé d’un casque micro, de lunettes 3D et d’une kinect, le patient dirige un avatar papillon qui lui permet d’évoluer dans un monde virtuel et de communiquer avec l’extérieur grâce à un système multi utilisateurs. Laval Virtual avril 20111er Prix de l’excellence de l’école de l’ESIEA dans la catégorie « Science et technologies » le 10 juin 2011Soirée Geeks So In – Intel 16 juin 2011Pôle Ingénérium de Laval, Clarté. Site internet du projet : www.bliss-project.fr.

Exposition et publication « Loin des yeux près du corps » à la Galerie de l'UQAM | Corps et Médecine. Communautés. Conjoncture : Les pistes pour améliorer l'accès aux soins. Télémédecine, délégation de tâches ou incitations financières font partie des solutions envisagées par le ministère de la Santé pour lutter contre les déserts médicaux. La télémédecine plébiscitée La télémédecine est la solution préférée des Français et des médecins. D'après le sondage de Jalma, 44% des Français et la moitié des médecins sont prêts à expérimenter la télésurveillance médicale (des capteurs renseignent le praticien sur l'état de santé du patient). Quant à la téléconsultation à distance, elle séduit a priori un tiers des Français et 41% des médecins.

«Les médecins sont favorables à ce type d'évolutions à condition d'être rémunérés», préviennent toutefois les experts de Jalma. La délégation de tâches pour soulager les médecins Attention, déléguer certaines tâches aux infirmiers pour plus se concentrer sur les diagnostics est un sujet sensible et les syndicats de médecins y sont plutôt hostiles. Des incitations financières pour attirer les jeunes. Recherche - La webTV de la e-santé. E-santé et m-santé : quels usages et quels acteurs, aujourd’hui et demain ? | SOLUCOMINSIGHTSOLUCOMINSIGHT.

E-santé et m-santé : quels usages et quels acteurs, aujourd’hui et demain ? Publié le 20 | 06 | 2011 [Tribune rédigée en collaboration avec Bassam Boufakhreddine et Roman Potocki] Les termes d’e-santé et de m-santé (aspects mobiles de l’e-santé) sont à la mode et apparaissent comme une évolution inéluctable. Si les différents acteurs de ce marché ne semblent pas remettre en doute l’explosion des nouveaux usages à forte valeur technologique dans le monde hospitalier à travers de nombreuses initiatives, la véritable démocratisation de ces outils est loin d’être pour demain. Sommes-nous prêts à accueillir les nouvelles technologies au sein de nos hôpitaux ou dans notre santé au quotidien ? Les usages dans le secteur hospitalier La prise en charge des personnes dans les établissements de santé (ES) est dynamique par essence. La m-santé apportera aux PS une réelle valeur ajoutée dans l’exercice de leurs activités.

Du patient passif au patient actif Peurs et freins à tous les niveaux. Cluster TIC Santé Aquitain. Technologies émergentes. ComSanté | La santé à l'épreuve des reconfigurations organisationnelles et communicationnelles : bilan et perspectives. Colloque présenté dans le cadre du 80ème congrès de l'ACFAS les 7 et 8 mai 2012 à Montréal Actes de colloque sous la direction de : Anne Mayère, Consuelo Vasquez, Alexia Jolivet et Régine Bercot Les organisations de santé subissent des reconfigurations qui posent la question de leurs frontières organisationnelles au regard de l’intégration de plus en plus prononcée d’acteurs de la société civile (les associations de patients, les citoyens auxquels est offert la possibilité de consulter les rapports sur les hôpitaux, par exemple) et d’un État préconisant des principes de responsabilisation.

Ceci interroge les nouvelles missions des organisations de santé prises entre une mission fondamentale de soin, mais également une mission économique au sens où les contraintes du système de santé poussent à leur gestion maîtrisée ; s’ajoute une mission civique selon laquelle les organisations de santé exercent une responsabilité sociale. > Voir les vidéos des conférences du colloque : Table des matières. UQAM | ComSanté. Portail Internet et santé | La recherche dans le domaine de l'Internet santé. Objectifs | Festival International du Film de Santé | ImagéSanté. E-santé: exemples de dispositifs innovants. PARIS (Sipa) -- Alors qu'une conférence parlementaire s'interroge mercredi à Paris sur "la place pour les nouvelles technologies dans le système de santé de demain", quelques initiatives témoignent du rôle croissant que sont appelées à jouer les technologies dans le système de santé.

La télémédecine entre dans les moeurs C'est un dispositif de plus en plus usité qui pourrait bien régler la question des déserts médicaux: la téléconsultation par visioconférence. Elle permet par exemple à un patient situé à Fort-de-France (Martinique) de consulter un médecin installé à Toulouse. En Midi-Pyrénées, 73 établissements sont équipés en postes de visioconférence. Autre initiative, la téléradiologie consiste à envoyer des images prises par scanner ou IRM a des "médecins référents", à l'hôpital, dans une clinique privée ou en cabinet libéral. Ces technologies sont aussi utilisées dans des milieux peu accessibles, comme la jungle guyanaise ou les zones de montagne, ainsi qu'en milieu carcéral.

Health On the Net (HON): Charte de "Health On the Net" (HONcode) Pourquoi un Code de Conduite ? L'Internet est un lieu sans précédent d'expression libre. Il ignore les frontières nationales et culturelles et les technologies liées à Internet se développent à une vitesse ahurissante. Un seul site peut couvrir un large spectre de sujets indépendants.

Si la copie conventionnelle et les médias audiovisuels laissent des traces physiques, le contenu d'Internet est volatil : présent aujourd'hui, parti demain. Le problème n'est donc plus de trouver de l'information mais d'évaluer la fiabilité de l'éditeur Internet comme la pertinence et l'exactitude d'un document retrouvé sur Internet. Qu'est-ce que le code de Conduite de HON (HONcode) ? Répondant à ce nouveau besoin, HON a développé un Code de Conduite (HONcode) basé sur huit principes éthiques (la première version de 1996, avait six principes). La certification HONcode est gratuite. Pour le moment, HON a choisi de se focaliser sur les sites Web de santé humaine. Quels sont les buts du HONcode ?

Santé numérique

Journée Ethique & Tic du Cnom, décryptée à travers ses Tweets #etic2012. Le 14 novembre, 2012 à Paris, le Cnom a tenu sa journée consacrée à la réflexion sur l'éthique dans le domaine de l'usage de l'internet santé. Saluons le travail de Jacques Lucas ainsi que de ses collègues Jacqueline Rossant, Irène Kahn, Bernard Le Douarin. Quels ont été les sujets abordés ? Les thèmes que le Cnom se doit d'aborder en France : l'impact d'Internet sur la relation médecin-patient, l'activité des professionnels de santé sur le web, la confiance dans le numérique en santé... Vous pouvez lire le programme ici. J'ai eu la chance d'intervenir en introduction de la première table ronde, intervention enregistrée par vidéo compte tenu d'un déplacement à l'étranger, déplacement qui ne m'a pas empêché de participer par Twitter le matin.

Etait-ce un succès cette journée ? Que veut dire "réussir une réunion professionnelle" ? Quels thèmes ont suscité le plus d'échanges sur Twitter et donc ont touché le plus de personnes ? Les thèmes numérotés dessous ont été parmi les plus débattus.

Relations médecins / patients