background preloader

Actualites 13/10 au 15/10

Facebook Twitter

La Chine compte 82 millions de pauvres. Ils vivent dans la deuxième puissance économique mondiale, mais disposent de moins de 1 dollar par jour. 82 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en Chine, a reconnu mercredi 15 octobre le gouvernement du pays. Fin 2013, ces Chinois vivaient notamment en dessous d'un seuil caractérisé par un revenu annuel inférieur à 2.300 yuans (soit 375 dollars ou 295 euros), a précisé un haut responsable, Zheng Wenkai. Et le nombre de pauvres serait encore plus important si on prenait en compte "les standards internationaux", a-t-il observé: selon le seuil de pauvreté fixé par la Banque mondiale à 1,25 dollar par jour, par exemple, quelque 200 millions de Chinois seraient concernés.

La misère, une galère parmi d'autres Les problèmes de ces Chinois pauvres vont d'ailleurs bien au-delà de celui de la misère: Un PIB par habitant de 6.767 dollars >>En réalité, la croissance chinoise serait tombée sous les 2% Des disparités grandissantes Les inégalités se creusent d'ailleurs en Chine. OVH concurrence les géants Google et Amazon. Créé il y a seulement quinze ans à Roubaix, OVH (On Vous Héberge) vise le millier de salariés au premier trimestre 2015.

Ils étaient à peine 500 fin 2012. Le spécialiste de l'hébergement de données franchissait alors un cap. Ses fondateurs Octave Klaba, son père Henryk et son frère Miroslav ne pouvaient plus diriger à eux seuls l'entreprise familiale. Les experts techniques dont ils s'étaient entourés avaient aidé la société à devenir un acteur de référence en France et en Europe dans l'hébergement sur serveurs mutualisés ou dédiés, la sécurisation des sites Web, la téléphonie sur Internet puis dans le cloud et le big data.

Pour grossir davantage, ils se sont adjoint les compétences de managers expérimentés auxquels ils ont confié le pilotage du commercial, du marketing, de l'organisation de la production et des filiales ainsi que des fonctions supports. Né au début de l'essor des sites Web, OVH a commencé par adresser les start-up et les TPE. Quelle intégration des énergies renouvelables dans le mix énergétique ? Dans un panorama des filières éolienne, photovoltaïque et hydraulique, le Sydicat des Energies Renouvelables et les gestionnaires de réseau font le point sur l'intégration de ces énergies renouvelables dans la production nationale et sur les disparités régionales.

Les mesures récentes de simplification administrative pour l'éolien et d'amélioration du cadre économique pour le photovoltaïque commencent à porter leurs fruits. Au premier semestre 2014, ces deux filières ont été relancées, après plusieurs années de flottement, indique le panorama des énergies renouvelables en France métropolitaine publié par le Syndicat des énergies renouvelables (SER), avec les gestionnaires de réseau RTE, ERDF et l'association des distributeurs d'électricité en France (ADEeF).

Cet état des lieux permet également de mesurer la place que prennent ces énergies dans la production d'énergie nationale, mais aussi régionale. Éolien : 3,7 % de la consommation nationale Des productions décorrélées qui se complètent. L'UKIP entre au Parlement britannique. Après un premier succès lors des élections européennes de mai, les europhobes du Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) ont remporté un premier siège à la Chambre des communes, à sept mois des élections législatives. L'UKIP, hostile au maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne et partisan d'un durcissement de la politique d'immigration, était donné gagnant de cette législative partielle organisée le 9 octobre à Clacton-on-Sea, une station balnéaire du sud-est de l'Angleterre.

Mais l'ampleur inattendue de sa victoire dans la circonscription, et son score honorable dans une autre législative partielle le même jour constituent une surprise. >> A lire aussi : Les eurosceptiques arrivent en force au Parlement européen A Clacton, le candidat de l'UKIP, Douglas Carswell, un transfuge du Parti conservateur, a remporté 60 % des suffrages. Il n'avait pas présenté de candidat lors des législatives de 2010. « Très blanche, très âgée » >> A lire aussi : UKIP compare l’UE aux nazis. Pourquoi Jeremy Rifkin fait fausse route, Editos & Analyses. Jeremy Rifkin est de retour : après la « troisième révolution industrielle », il entrevoit rien de moins que la fin du capitalisme ou presque, pour cause de gratuité universelle des communications, de l’énergie et des objets, dont les coûts de production tendraient vers zéro.

Après la révolution technologique des communications, viendraient celle d’un Internet de l’énergie – basé sur le déploiement massif des renouvelables, le stockage par hydrogène et les « smart grids » – et celle d’un Internet des objets, connectés et produits à volonté par des imprimantes 3D. La thèse séduit, chacun y trouve son compte : pourfendeurs d’un fordisme exploiteur, hédonistes qui n’y verront aucune remise en cause de la consommation ou de la mobilité (au contraire, tout y sera gratuit), industriels alléchés par de nouveaux marchés, écologistes naïfs misant sur une énergie propre et abondante… Que le futur semble radieux !

Mais c’est sur le volet énergétique que Rifkin reste le plus irréaliste. Il faut mieux communiquer sur les avantages de l'élargissement, selon les députés. Le projet du commissaire Füle de se concentrer sur le renforcement des institutions démocratiques et de l'administration publique dans les pays candidats et potentiels à l'adhésion à l'UE a été salué par la commission des affaires étrangères. Lors d'un débat suivant l'adoption du "paquet élargissement 2014" par le collège des commissaires, de nombreux députés ont souligné qu'il était nécessaire de mieux communiquer sur les résultats concrets et visibles du processus d'élargissement de l'UE. Selon le commissaire Füle, le "paquet élargissement 2014" se concentre sur le troisième pilier de l'élargissement - à savoir "la réforme de l'administration publique et le renforcement des institutions démocratiques" - après l'état de droit et la gouvernance économique.

Par ailleurs, M. De manière générale, les députés ont remercié le commissaire Füle pour le travail accompli durant les cinq années de son mandat. Bosnie-Herzégovine Albanie Monténégro Kosovo Serbie Turquie.