background preloader

Taxer les riches ?

Facebook Twitter

Fillon taxe les riches de 200 millions et les autres de 11 milliards. (dessin : Louison) Il aura fallu attendre quasiment la fin du quinquennat pour constater enfin la mort de la loi travail-emploi-pouvoir d’achat, la loi TEPA en novlangue sarkozyste.

Fillon taxe les riches de 200 millions et les autres de 11 milliards

Pour ceux qui s’en souviennent encore -quatre ans, c’est si loin ! -, le « paquet fiscal » fut la quintessence du sarkozysme économique mis en actes. Le président élu assumait sans vergogne un clientélisme fiscal envers quatre catégories destinées à être choyées, vantées, chouchoutées par le régime: les travailleurs au delà de 35 heures, les très riches, les héritiers et les propriétaires. L’ouragan de la crise a écorné successivement les réductions d’impôt sur les emprunts immobiliers, le bouclier fiscal, les exonérations sur successions. Que les chéris du sarkozisme se rassurent: si les symboles sont tombés, les avantages fiscaux demeurent pour la plus part bien en place (lire ci-dessous). Mais, en matière de rigueur, l’Elysée et Matignon sont en désormais sur un marché concurrentiel. Plan d'austérité: Fillon limite la taxe exceptionnelle aux vraiment très riches. Le Premier ministre François Fillon a annoncé mercredi un vaste programme d'austérité, destiné à compenser une croissance économique nettement revue à la baisse, qui rapportera 1 milliard d'euros de recettes supplémentaires à l'Etat en 2011 et 11 milliards en 2012.

Plan d'austérité: Fillon limite la taxe exceptionnelle aux vraiment très riches

Parmi les multiples mesures du plan anti-déficit, deux au moins marquent une inflexion sinon un tournant dans la politique de Nicolas Sarkozy: une taxe exceptionnelle sur les revenus des ménages les plus aisés et des allègements de charges moins avantageux pour les entreprises sur les heures supplémentaires. "Le seuil de tolérance à l'endettement est désormais dépassé", a fait valoir le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse à Matignon, à l'issue d'une ultime réunion d'arbitrage présidée par Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

Pour 2011 comme pour 2012, le gouvernement n'attend plus que 1,75% de croissance annuelle, loin des 2% et plus encore des 2,25% attendus jusque-là pour cette année et la suivante. Austérité Symbole. Effort fiscal : les riches seront épargnés - Economie. La taxe exceptionnelle sur les très hauts revenus est-elle "un symbole de la participation de l'ensemble de la Nation" au redressement des comptes publics, comme l’a affirmé François Fillon, ou une mesure "cosmétique" comme le dénonce la gauche ?

Effort fiscal : les riches seront épargnés - Economie

Cette taxe "exceptionnelle" de 3% frappe les revenus du travail et du capital (dividendes, plus-values…) dépassant 500.000 euros pour un célibataire avec une part et 1 million pour un couple. Le cabinet Landwell et associés s’est livré à une simulation de son coût réel pour un couple marié avec deux enfants, soit trois parts (voir tableaux). La nouvelle taxe ne porte que sur la fraction des revenus excédant ces seuils. Revenus : 1,1 million ; impôt : 0 Ainsi pour un couple disposant de 1,1 million d’euros de revenus, la surtaxe ne porte que sur 100.000 euros et l’impôt supplémentaire sera… nul, compte tenu du nombre de parts ! Le cabinet Landwell a également évalué l’impact de la réforme de l’ISF en 2012.

Thierry Philippon - Le nouvel Observateur. #rigueur selon sarkozy. #rigueur selon sarkozy. #rigueur selone sarkozy. La fausse taxation des riches. Comme chacun j'ai pris connaissance des mesures du tandem Sarkozy-Fillon et comme de très nombreux Français je me demande si on ne se moque pas de nous.

La fausse taxation des riches

Mon billet sera donc très court. En juin le gouvernement fait voter une réforme de l'ISF qui en réalité est une diminution de cet impot puisqu'il rapportera 2,3 milliards après la réforme contre 3,9 milliards avant. En aout le même gouvernement nous fait pleurer en annonçant une "contribution exceptionnelle" et temporaire des riches qui devrait faire rentrer 200 millions dans les caisses de l'Etat. En synthèse, vous avez donc d'un côté un cadeau de 3,9 - 2,3 = 1,6 milliard et de l'autre une imposition temporaire de 200 millions.

Cherchez l'erreur ! La différence fait tout de même 1,4 milliard que tous les autres Français financeront car cet allégement fiscal il faut bien que quelqu'un le paye ! Euh qui a dit foutage de gueule ?