background preloader

: quel avenir pour l'humanité à l'ère du numérique?

Facebook Twitter

Quel avenir pour le travail dans un monde numérique. L’avenir du travail ? Vaste sujet qui a constitué le cœur des discussions de Lift 2014, qui s’est tenue du 21 au 22 octobre à Marseille. Pour Daniel Kaplan (@kaplandaniel), délégué général de la Fing, coorganisateur de cette conférence (et éditeur d’InternetActu.net, partenaire de l’organisation du programme de cette journée), certaines études estiment que 40 à 70% des métiers d’aujourd’hui sont candidats à l’automatisation. A terme, tous les secteurs sont appelés à être bouleversés par le numérique. Pour beaucoup d’observateurs, l’intermittence et l’auto-entrepreneuriat seraient les éclaireurs de ces nouvelles formes de travail. « Le numérique rend le monde et les organisations plates », remarque Daniel Kaplan. Il nous libère des carcans hiérarchiques, temporels, géographiques… Mais d’un autre côté, il favorise la taylorisation d’un certain nombre de métiers qui ne l’étaient pas avant.

Présentation : les slides de la présentation Digiwork de la La Fing. Vers l’ère du self-emploi. Métiers de demain : comment le numérique transforme l'entreprise. Le numérique transforme radicalement le visage de l’économie et des entreprises. Le monde du travail est profondément impacté par ces changements technologiques. Microsoft et le cabinet IDC se sont penchés sur l’évolution des métiers liés à la transformation numérique. L’étude a été réalisée en janvier 2014 auprès de 255 décideurs issus d’entreprises basées en France de plus de 500 salariés. L’étude souligne l’impact du numérique sur l’entreprise, mais aussi sur les nouveaux métiers qui émergent grâce à ces technologies.

Des salariés de plus en plus compétents sur les outils numériques Les entreprises de plus de 500 salariés semblent avoir des salariés à même de suivre les transformations numériques du monde du travail. 36,6% des effectifs dans les directions marketing, finance et RH disposent de compétences numériques. Les métiers de demain. Misère de l’humanité numérique. Deux milliards de personnes sont aujourd’hui connectées à internet. D’ici quelques années, la majeure partie de l’humanité vivra enveloppée dans un flux constant d’informations. Les différents éléments de notre quotidien sont en train de devenir smart (les voitures, les frigos, les compteurs électriques, les lunettes, les montres, etc.), et nos organes ne tarderont pas à être eux aussi branchés uns à uns sur le réseau global.

Ce monde numérique, où nous construisons une part croissante de notre existence, est façonné par à peine plus d’un millier de scientifiques et d’ingénieurs en informatique, dont la plupart œuvrent dans la Silicon Valley. Ils sont à l’origine, entre autres, du langage HTML, de l’ordinateur personnel, du iPhone, des principaux logiciels que nous utilisons chaque jour et des sites internet les plus visités au monde.

Depuis trente-cinq ans, Jaron Lanier est l’un d’entre eux, même s’il ne leur ressemble pas. La sagesse aveugle des foules Réinstituer l’humain ? Quel est notre avenir, avec Google ? - 21e siècle. C’est un Nouveau Monde qui se met en place. Il est dominé actuellement par les Big Four de l’information : Google, Apple, Amazon et Facebook (chapitre 1). C’est un monde aux contours flous à cause des secrets industriels dont ces grandes entreprises s’entourent. On ne réalise guère que nous venons d’assister, en 40 ans, à l’émergence de superpuissances comme on ne l’avait jamais vu auparavant dans toute notre histoire.

Nous sommes dépendants de leurs écrans pour communiquer, transiger, apprendre et même rêver. Notre patrimoine culturel, comme les livres, les images et la musique, est emmagasiné chez eux et semble leur appartenir désormais. Est-ce que nous sommes en train d’échanger les classes politiques et économiques qui nous ont dominés dans le passé pour cette nouvelle élite qui semble vouloir s’approprier tous les outils nécessaires à notre développement futur ? Pourquoi en sommes-nous rendus là ? La situation a commencé à se développer à partir des années 1980. Conséquences actuelles. L’intelligence artificielle menace-t-elle l’humanité. Si le rêve d’immortalité de l’homme devient réalité… peut-il tuer l’humanité ? Un des plus vieux rêves de l’homme n’est-il pas « la mort de la mort », rêve repris par Google et sur lequel il investit au point que, selon le Docteur Laurent Alexandre, « l’objectif des dirigeants de Google est de transformer leur moteur de recherche en intelligence artificielle… » !

Il explique aussi que même si l’on ne s’en est guère aperçu, le géant du web serait plus près du but qu’on ne l’imagine. Il n’est qu’à voir le nombre de start-ups rachetées par Google, dans le domaine de la santé et dans celui de la robotique, des objets intelligents… Mais doit-on s’en réjouir ? Des voix s’élèvent… scientifiques et entrepreneurs du numérique s’inquiètent pour l’avenir de l’humanité Une de ces voix est celle de Stephen Hawking, chercheur distingué du Perimeter Institute for Theoretical Physics, auteur réputé dans le domaine de la cosmologie et de la gravité quantique. Et si nous prenions, nous aussi, la parole ? Le Projet de Conscience Globale. Cette petite sphère colorée à l’apparence anodine (présente dans le coin droit du menu principal de ce site – petites tablettes et mobiles s’abstenir!) N’est rien de moins qu’un indicateur en temps réel du niveau de cohérence de la conscience collective!

Et ce n’est pas une blague. Difficile à croire? Et pourtant, cette petite sphère est tout ce qu’il y a de plus scientifique, car elle est le résultat de plus de 30 années de recherches effectuées à l’Université de Princeton et représente l’une des grandes percées scientifiques modernes. Quoique son fonctionnement demeure inexpliqué, l’influence de la conscience humaine sur son environnement est désormais indéniablement prouvée.

Mais cette petite sphère colorée, issue du Projet de Conscience Globale, ne fait pas qu’indiquer le niveau de cohérence de la conscience collective, elle peut aussi, dans une certaine mesure, servir à prédire le futur! Mais mesurer quoi exactement? Qu’en conclure? Une coïncidence? Qu’en retire-t-on? En conclusion. Hacker le cerveau : la menace ultime ? - 21 octobre 2014. Fiche_Emergence_CEREMA-CAP_ECRAN_cle76b217.pdf. Fiche_Emergence_CEREMA-CAP_ECOLE_cle71219a. En quoi les Big Data sont-elles personnelles. A l’occasion du colloque “la politique des données personnelles : Big Data ou contrôle individuel “ organisé par l’Institut des systèmes complexes et l’Ecole normale supérieure de Lyon qui se tenait le 21 novembre dernier, Yves-Alexandre de Montjoye (@yvesalexandre) était venu présenter ses travaux, et à travers lui, ceux du MediaLab sur ce sujet (Cf.

“D’autres outils et règles pour mieux contrôler les données” ). Yves-Alexandre de Montjoye est doctorant au MIT. Il travaille au laboratoire de dynamique humaine du Media Lab, aux côtés de Sandy Pentland, dont nous avons plusieurs fois fait part des travaux. Nos données de déplacements sont encore plus personnelles que nos empreintes digitales Faire correspondre des empreintes digitales n’est pas si simple, rappelle Yves-Alexandre de Montjoye. Image : illustration de l’unicité de nos parcours repérés via des antennes mobiles. Et Yves-Alexandre de nous inviter à retrouver un de ses collègues du Media Lab. Hubert Guillaud. A.I. Intelligence Artificielle - Bande-annonce [VF] «Real Humans»: Les hubots rendront-ils les hommes immortels? Attention, spoilers tout le long de l'article, qui parle de l'ensemble de la saison 1 de Real Humans Les deux derniers épisodes (9 et 10) de la série Real Humans, saison 1, ont été diffusés jeudi 2 mai 2013 sur Arte.

Notre petit exercice de prédiction se solde par un résultat mitigé. Avec quelques bons points mais de gros ratés… Le scénariste suédois, Lars Lundström, a réussi à bien cacher son jeu. En particulier grâce aux clés parcimonieusement distillées au cours des épisodes sur la genèse de l’intrigue. La fin de la saison 1 éclaircit autant les ressorts de l’histoire que les rangs de ses protagonistes. Fausse piste La série nous a embarqués, sciemment, sur une fausse piste. L’un des personnages, Lennart, se voit proposé, dans l’un des épisodes précédents, un clone virtuel. Avenir immortel Les hubots tels que Lars Lundström les a imaginés ne sont rien d’autre que l’avenir immortel d’une humanité mortelle.

Béa - Arte Clones réels Trois classes de hubots Succès inattendu Episode 9 : Plus.google. Transcendance - Bande-annonce VF. Les Nouveaux Héros | Accueil | Site officiel Disney.fr. Bande annonce I,Robots (version2)