background preloader

La pollution des hydrocarbures

Facebook Twitter

La marée noire, le Katrina d'Obama ? Golfe du Niger : lautre marée noire - Energies Fossiles. Les fuites de pétrole dans le delta du Niger sont dix fois supérieures à celles du golfe du Mexique !

Golfe du Niger : lautre marée noire - Energies Fossiles

Tribune de Thomas Porcher, auteur de «Un baril de pétrole contre 100 mensonges» (2009) et professeur associé à l'ESG, et de Simon Porcher, économiste et maître de conférences à Sciences Po.Le 20 avril dernier, l'explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon marque le début d'un véritable 11 septembre écologique. Les fuites provoquées par l'explosion ont laissé s'échapper tous les jours 20.000 à 40.000 barils de pétrole, soit 3,1 à 6,3 millions de litres. Au final, 200 millions de litres de pétrole - quatre fois plus que l'Exxon-Valdez -ont été déversés en à peine trois mois dans le golfe du Mexique. La marée noire aura été également très coûteuse pour l'économie américaine - environ 7 milliards de dollars - et pour la société BP, détentrice de la plate-forme.

Pas moins d'une douzaine de solutions ont été mises en œuvre pour ralentir, à défaut d'arrêter, la fuite de pétrole. Naufrages de pétrolier : les avancées législatives du transport maritime. Gulf of Mexico Oil Spill - Maps & Satellite Images. VERS LE PIC PÉTROLIER. Les marées noires oubliées du delta du Niger. Depuis cinquante ans et dans le plus grand silence, le pétrole brut se déverse en flots continus et pollue cette région.

Les marées noires oubliées du delta du Niger

En comparaison, la catastrophe du golfe du Mexique semble surmédiatisée. Contrats Le Nigeria, huitième pays exportateur de pétrole brut, a signé, mi-mai, avec une entreprise d’Etat chinoise un contrat de 23 milliards de dollars (18,9 milliards d’euros) pour construire trois raffineries, qui devraient à terme produire l’équivalent de 750 000 barils par jour, et un complexe pétrochimique. Fin 2009, la compagnie nationale pétrolière chinoise avait mis sur la table 30 milliards d’euros pour s’assurer 6 milliards de barils nigérians, soit environ un sixième des réserves prouvées du pays. Une autre entreprise chinoise, Sinopec, s’est quant à elle offert, fin 2009, la société canadienne Addax Petroleum, qui opère au Nigeria et en Afrique de l’Ouest, pour 5 milliards d’euros. “Les compagnies pétrolières veulent notre mort” C’est la capitale mondiale de la pollution pétrolière. Présentation du Cedre. Deepwater Horizon. L'accident Le 20 avril 2010, à 80 km au large des côtes de la Louisiane, la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon (autrement dénommée Macondo/MC 125), est victime d’une explosion suivie d’un incendie.

Deepwater Horizon

Cet accident fait 17 blessés et 11 disparus sont à déplorer. Les garde-côtes américains parviennent à évacuer rapidement 115 des 126 personnes présentes sur le site au moment du drame. La plate-forme Deepwater Horizon en feu (Source : US Coast Guards) La plate-forme sombre deux jours plus tard, et les 2 000 à 2 500 m3 d'hydrocarbures présents à bord sont soit partis en fumée, soit répandus en mer. Quelques jours plus tard, une révision des estimations initiales annonce que les fuites seraient cinq fois plus importantes que prévu. Le 30 avril 2010, après la Louisiane, c’est au tour de l’Alabama, de la Floride et du Mississippi de décréter l’état d’urgence.

Le gouvernement américain prend une part active dans le suivi des actions menées par BP. Nom : Deepwater Horizon Date : 20/04/2010 Liens. Nigeria, la malédiction de l'or noir. Découvrez "Nigeria, la malédiction de l'or noir", notre nouveau web-reportage.

Nigeria, la malédiction de l'or noir

Corruption endémique, économie de rente, répartition des richesses quasi inexistante, rébellion armée… Depuis 1956 et l’ouverture du premier puits de pétrole par Shell, l’opérateur historique, cette région du Nigeria sombre un peu plus chaque année dans le chaos. Un chaos regroupé au sein de quatre thématiques majeures : « le désastre écologique », « les droits civiques », « la vie dans le delta » et « la fin de la rébellion ? ». Des chasseurs de marées noires à la lutte des Ogonis, de la pêche à l’action militaire, chaque reportage apportera un éclairage, un témoignage unique sur cette région dont on ne parle que pour égrener la longue liste des enlèvements.

Car la complexité du problème est grande à l’image de l’industrie pétrolière et de ses effets sur les pays sous-développés : corruption endémique, économie de rente, répartition des richesses quasi inexistante, rébellion armée… Voir le web-reportage.