background preloader

Renovation energetique

Facebook Twitter

Promodul - Guide Réno - Bénéfices d'une rénovation énergétique globale. Spécialiste des éco matériaux et des solutions d'éco-construction. Quand les travaux d'isolation deviennent 9643. "La rénovation énergétique est attendue car elle est un levier de sortie de crise" pour le bâtiment, a souligné la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal.

Quand les travaux d'isolation deviennent 9643

Pour aider les ménages à financer leurs travaux, le projet de loi de finances 2015, débattu en parallèle, institue un crédit d'impôt pour la transition énergétique, qui va remplacer l'actuel crédit d'impôt développement durable (CIDD). Il porte à 30% l'allègement fiscal pour des travaux de rénovation énergétique ou pour l'acquisition d'équipements permettant des économies d'énergie (chaudières à condensation, appareils de régulation du chauffage, etc.). L'abattement actuel, dans le cadre du CIDD, est compris entre 15% et 25%. Cela concernera le montant des travaux engagés entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2015. D'autre part, l'éco-prêt à taux zéro a été relancé depuis juillet 2014.

Préservation des maisons à colombage Cet amendement prolonge un objectif qui existe déjà jusqu'en 2017. Source : batirama.com. Precarite-energetique-2.pdf. Larenovation.fr egis Ingénierie de la rénovation. Transition énergétique : l'isolation au cœur des mesures pour le bâtiment. Rénovation écologique de l'habitat : les raisons d'un flop.

Le secteur du bâtiment trinque avec le nouveau plan de rigueur annoncé par le gouvernement : disparition du prêt à taux zéro dans l’ancien, hausse de la TVA sur l’entretien-rénovation...

Rénovation écologique de l'habitat : les raisons d'un flop

Comment va-t-on pouvoir tenir les objectifs du Grenelle de l’environnement en matière de bâtiment si l’éco-construction et l’éco-rénovation sont ainsi pénalisées ? La rénovation énergétique est une priorité, pour ne pas dire LA priorité, si l’on veut remplir nos objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Alors pourquoi ce secteur est-il autant torpillé ? Le bâtiment, premier consommateur d’énergie. Aide à la rénovation thermique des logements.

Projet de loi Transition énergétique : 9315. Désormais baptisé "loi de programmation de la transition énergétique vers la croissance verte", le texte a été adopté en conseil des ministres mercredi 30 juillet.

Projet de loi Transition énergétique : 9315

Il doit être discuté dès le mois d’octobre à l’assemblée nationale. Ce texte comprend 64 articles qui répondent à plusieurs objectifs : diminuer la consommation d'énergie de moitié d'ici 2050, par rapport à 2012, réduire la consommation des énergies fossiles de 30% en 2030 et parvenir à 32% d'énergie renouvelable en 2030, contre 13,7% en 2012. "C'est une loi avec des objectifs ambitieux et des moyens pour tous ceux qui veulent s'engager dans la transition énergétique", a assuré la ministre de l'Ecologie et l'Energie, Ségolène Royal qui dit avoir tenté de "faire converger des positions antinomiques".

Transition énergétique : les grands principes du projet de loi. Rénovation des bâtiments: la transition énergétique se joue à domicile  Le 18 juin, Ségolène Royal dévoilait enfin le projet de loi sur la transition énergétique en conseil des ministres.

Rénovation des bâtiments: la transition énergétique se joue à domicile 

Très attendue, cette loi est considérée comme "l'un des textes les plus importants du quinquennat Hollande". 80 articles qui plantent le décor d'une France aux objectifs ambitieux: diminution des émissions de gaz à effet de serre, baisse de notre dépendance aux énergies fossiles, développement des énergies renouvelables... Des chiffres, des idées mais concrètement, comment y arriver? L'énergietoutcompris.fr : Tout sur les économies d'énergie.

Marché de l’immobilier : la plus-value de la « valeur verte » Le Plan Bâtiment Durable publie sur son site, le 02 décembre 2013, un dossier explicitant et démontrant l’impact de la valeur verte dans les secteurs résidentiels et tertiaires : « Immobilier et valeur verte : état actuel de la réflexion ».

Marché de l’immobilier : la plus-value de la « valeur verte »

Le dossier, divisé en deux grands chapitres, adopte une forme pédagogique. Une première partie présente exhaustivement les études nationales et internationales déjà menées à ce sujet ; tandis que la deuxième partie s’intéresse aux définitions pertinentes de la valeur verte. Son apport majeur est sa reconnaissance de l’impact croissant et durable de l’efficacité énergétique des logements sur le marché de l’immobilier. Il ne s’agit pas d’un simple effet de mode, mais d’une véritable adoption générale de la transition énergétique. Les acheteurs sont de plus en plus friands de logements écologiquement responsables, et générateurs d’économies d’énergie. Immobilier et valeur verte. Le point de vue du Plan Bâtiment Durable se résume ainsi : Plusieurs études montrent que la performance énergétique et environnementale des biens est de plus en plus prise en considération par le marché immobilier, aussi bien à l’étranger qu’en France, pour le secteur résidentiel comme pour le secteur tertiaire.

Immobilier et valeur verte

Dès lors, il est raisonnable de penser qu’à mesure que la transition énergétique et écologique se développe, la différence de valeur entre des biens immobiliers équivalents mais à performance environnementale différente continuera de s’accentuer, avec un double effet de dévalorisation des biens peu performants et de revalorisation des biens performants. Il est important que les investisseurs, qu’ils soient institutionnels ou particuliers, prennent d’ores et déjà en considération cette tendance de long terme. > Télécharger ce dossier au format pdf (format pdf - 1.4 Mo) Quelles définitions de la valeur verte ? 1. 2. 3. Des pistes pour accélérer la transition 9202. Rendu public mercredi et co-signé par le député Jean-Yves Le Déaut et le sénateur Marcel Deneux, ce rapport parlementaire sur "Les freins réglementaires à l'innovation en matière d'économies d'énergie dans le bâtiment", émane de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).Il contient 20 recommandations que ses auteurs espèrent voir reprises dans la future loi sur la transition énergétique.

Des pistes pour accélérer la transition 9202

"La France a tous les atouts pour relever le défi de la transition énergétique", y lit-on. "Il faut pour cela simplifier, "débureaucratiser", rendre le système plus transparent, soutenir la formation de tous les acteurs (...), ouvrir le système vers les universités, organiser l'audit et l'expertise et évaluer a posteriori les techniques mises en oeuvre", estiment les parlementaires, selon lesquels 300 000 emplois pourraient ainsi être créés dans le bâtiment. Source : batirama.com / AFP. Rénovation énergétique : les initiatives 9140. La création de ce club s’inscrit dans le Plan de Rénovation Energétique de l’Habitat lancé en mars 2013 par le Gouvernement dont la volonté est de s’appuyer sur l’intelligence locale et les initiatives déjà mises en place par les régions, les départements, les villes en matière de rénovation énergétique des bâtiments.

Rénovation énergétique : les initiatives 9140

Dans ce cadre, un appel à projets destiné aux collectivités locales lancé en mai 2013 a permis de récompenser 10 initiatives remarquables (voir encadré). Travaux de rénovation énergétique : les artisans plébiscités. RGE : l’entrée en vigueur de 9112. La date était pourtant ancrée dans tous les esprits.

RGE : l’entrée en vigueur de 9112

Encore confirmée récemment par Ségolène Royale lors de la présentation de la loi sur la transition énergétique et les mesures l’accompagnant, l’éco-conditionnalité des aides publiques n’entrera pas en vigueur au 1er juillet mais au 1er septembre. Un report de deux mois, pour un dispositif qui interviendra en deux phases. Les demandes de marque RGE affluent avant la date 8799. A partir du 1er juillet 2014, l’éco conditionnalité sera mise en place, en ce qui concerne les travaux énergétiques liés à l’éco PTZ (à partir du 1er janvier 2015 pour les crédits d’impôt développement durable et les certificats d’économie d’énergie).

Les demandes de marque RGE affluent avant la date 8799

Les pouvoirs publics souhaitent en effet réserver les aides financières à la rénovation énergétique aux travaux réalisés par des professionnels bénéficiant d’une qualification ou d’une certification. La marque RGE (Reconnu garant de l’environnement) atteste donc de la qualification des pros désirant réaliser ces travaux. Cette marque RGE concerne les travaux d’amélioration énergétique (isolation, menuiseries extérieures, chauffage, ventilation) mais aussi les travaux d’installations d’équipements utilisant une source d’énergie renouvelable (photovoltaïque, solaire thermique, bois énergie, pompes à chaleur).

Rénovation : une carte vitale du logement en projet 8972. Philippe Pelletier, Président du Plan Bâtiment Durable a demandé à Emmanuel Cau, vice-président du Conseil Régional de Nord-Pas-de-Calais et à André Pouget, Gérant du bureau d’étude Pouget Consultants, de conduire un groupe de travail autour du sujet « Rénovation des logements : du diagnostic à l’usage ». Ce groupe de travail a pour objectif de concourir à l’élaboration de la « carte vitale du logement », outil de mutualisation et de suivi dynamique de l’ensemble des informations concernant un même bâtiment. Dès à présent, le groupe de travail lance un appel à contributions afin de recueillir les idées, mais aussi les bonnes pratiques, les expériences, les savoir-faire... de l’ensemble de la filière.

Les acteurs peuvent envoyer leurs travaux jusqu’au 30 juin dernier délai. Une fois le logement rénové, comment l’entretenir ? Dossier : Rénovation intérieure : du sol au plafond avec le CIDD. Rénovation énergétique : l'UFC-Que Choisir dresse un constat sévère. Transition énergétique : une enveloppe d’environ 10 Md€ prévue. Après la théorie, la pratique. Eco-conditionnalité : un décret fin juin, une application en septembre. Un décret qui fait figure d'Arlésienne ? Il semblerait que l'issue est pourtant proche, Manuel Valls ayant tranché.

On a appris ce lundi soir, que ce texte tant attendu des professionnels du bâtiment, sortirait fin juin, pour une application au 1er septembre prochain, en ce qui concerne l'éco-PTZ. Une date confirmée donc par le ministère du Logement, qui indique également que le CIDD entrera en vigueur au 1er janvier prochain, comme annoncé il y a quelque temps. Ce texte, qui implique que les aides aux travaux d'amélioration thermique commenceront à être réservées aux opérations réalisées par des professionnels "Reconnu Garant de l'Environnement" (RGE), se veut un signal fort pour le lancement de la rénovation énergétique des logements. Il fait débat depuis un moment, les ministères du Logement et de l'Ecologie ayant des divergences quant à son entrée en vigueur. Comment devenir RGE ? Transition énergétique : le bâtiment sort gagnant. Le texte était attendu depuis la Conférence environnementale de septembre 2012, il est désormais finalisé : Ségolène Royal a présenté le "projet de loi de programmation pour la transition énergétique" qui doit engager le pays tout entier dans la voie de la croissance verte.

"Il s'agit d'une loi d'action et de mobilisation, qui s'accompagne de la mise en mouvement des territoires. Nous souhaitons généraliser les bonnes pratiques et nous appuyer sur l'intelligence collective et le bon sens citoyen", explique la ministre de l'Ecologie. Un "Passeport rénovation énergétique" pour lier travaux d'entretien et performance thermique. Les points clés du projet de loi Transition 9070. Pour accélérer les opérations de rénovation thermique dans le logement, l’un des piliers du projet de loi, plusieurs dispositifs viennent s'additionner. La ministre a ainsi annoncé la création d'un chèque énergie destiné aux ménages aux revenus modestes afin qu’ils puissent rénover leur logement.

La France pointée du doigt en matière de rénovation énergétique-8753. Pour France Nature Environnement (FNE, fédération de 3.000 associations) et le Cler - Réseau pour la transition énergétique, la réglementation française datant de 2007 et 2008 pour retranscrire une directive européenne de 2002 est "inopérante" voire "obsolète". De plus, cette réglementation ne concerne pas le chauffage électrique pourtant utilisé par près d'un tiers des foyers français, soulignent les deux ONG.