background preloader

Extractions de minerais (Impacts)

Facebook Twitter

Révélations sur une pollution au cadmium ayant fait 26 morts en Chine. Nouveau scandale sanitaire en Chine. Au moins 26 personnes sont mortes d'empoisonnement et des centaines sont tombées grièvement malades depuis 2009 en raison d'une pollution au cadmium autour d'une usine désaffectée en Chine centrale, a rapporté mercredi 31 juillet le Quotidien de la jeunesse chinoise, un média officel. Des échantillons de terre provenant du village de Shangqiao, dans la province du Hunan, contenaient des niveaux de cadmium jusqu'à 300 fois supérieurs aux seuils autorisés, et des concentrations excessives de ce métal hautement toxique ont été trouvées dans 500 des 3 000 habitants testés par les autorités, a indiqué le Quotidien de la jeunesse chinoise. Selon le journal, 26 personnes sont décédées au cours des quatre dernières années en raison de leur exposition au cadmium – 20 d'entre elles sont mortes d'un cancer –, tandis que nombre d'enfants dans le village sont nés avec des malformations.

Lire aussi (édition abonnés) : Pollution massive au cadmium en Chine. The Illicit Trade of Coltan. Australie : la Grande Barrière de corail menacée par les intérêts de l'industrie minière. L'organisme chargé de la protection de la Grande Barrière de corail en Australie était sur la sellette mercredi 30 octobre. Deux de ses administrateurs, Tony Mooney, cadre dirigeant de la société d'extraction de charbon Guildford Coal, et Jon Grayson, actionnaire d'une entreprise de services sur les champs gaziers ont des intérêts directs dans l'industrie minière du pays.

Les organisations de défense de l'environnement ont donc demandé leur démission. Selon les Verts australiens, "ils mettent [le pays] dans l'embarras sur la scène internationale", alors que l'Unesco a récemment menacé de retirer la Grande Barrière de la liste du patrimoine mondial de l'humanité à la lumière des projets miniers dans la région. Le ministre de l'environnement Greg Hunt a ordonné l'ouverture d'une enquête après les révélations de la chaîne de télévision publique ABC qui a révélé le conflit d'intérêts des deux hommes au sein du directoire du parc marin de la Grande Barrière de corail (GBRMPA).

Australie: un projet de mines de charbon plus polluantes que des pays entiers. 3,7 milliards de tonnes d’équivalent-CO2. C’est ce que devraient rejeter, sur trente ans, les deux mines de charbon du Galilee Basin dans l’Etat du Queensland en Australie et dont le développement a été accepté par le gouvernement, rapporte The Guardian. Cela représente 125 millions de tonnes par an. Ce chiffre, dont le journaliste du Guardian détaille le calcul dans les moindres détails dans son article, prend en compte les émissions générées par l’exploitation minière, le transport du charbon, et sa combustion sur trente ans, la durée de vie approximative des mines. publicité Pour permettre de se rendre compte de ce que peuvent représenter ces 3,7 milliards de tonnes, Quartz compare les 125 millions de tonnes annuelles aux émissions d’équivalent-CO2 d’autres pays du monde par année. Selon les données de Greenpeace, l’émission annuelle des deux mines de charbon serait supérieure à celle de pays comme le Vietnam, l’Ouzbékistan ou encore l’Irak.

À lire aussi sur Slate.fr. Pollution : la véritable "malédiction des ressources" pour l'Afrique ? L’Afrique constitue depuis toujours l’illustration par excellence de la « malédiction des ressources ». On estime que les flux financiers illicites, au moyen de pratiques comme la corruption ou la manipulation des prix, feraient perdre au continent 200 milliards de dollars chaque année. Et ce qui en découle, ce sont les achats d’armements destinés à consolider les régimes autocratiques. Le coût « externalisé » ou caché des conflits ainsi générés a été évalué à plus de 300 milliards de dollars pour les deux dernières décennies.

Malgré les revenus des ressources naturelles qui alimentent le PIB des pays africains, la croissance ne se traduit pas en développement, en raison des politiques prédatrices orchestrées par les ressources « humaines » à la tête des industries extractives du continent. Prenez la Tanzanie. Mais 70% de l’or du monde est extrait dans des nations en développement comme l’Afrique du Sud, le Ghana ou la Tanzanie. Brésil et France, coupables de passivité face au scandale de l'or illégal en Guyane. Jean-Jacob Bicep, eurodéputé d'Ile-de France (Verts/ALE) ; Catherine Grèze, eurodéputée du Sud-Ouest (Verts/ALE), Nicole Kiil-Nielsen, eurodéputée de Bretagne (Verts/ALE), Aline Archimbaud, sénatrice de Seine-Saint-Denis (EELV), François-Michel Lambert, député des Bouches du Rhône (EELV), Chantal Berthelot, députée de Guyane (PS), Geneviève Gaillard, députée (PS) des Deux-Sèvres, Catherine Quéré, députée (PS) de Charentes-Maritimes, Philippe Germa, directeur général de WWF France, Allain Bougrain Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux, Patricia Tabournel Prost, présidente de Guyane nature environnement, Benoît Hurpeau, Groupe d'étude et de protection des oiseaux en Guyane, sont les signataires d'une tribune qui dénonce la passivité des autorités françaises dans la lutte contre l'orpaillage illégal en Guyane.

Pourquoi un tel constat maintes fois répété ? Lire (abonnés) : Or guyanais : le permis minier de la discorde. Des Nobel appellent l'UE à légiférer sur les sables bitumineux. Roumanie : report de la décision sur un projet contesté de mine d'or. La décision concernant un gigantesque projet canadien de mine d'or en Roumanie – qui a fait descendre des milliers de protestataires dans la rue depuis quinze jours – ne sera pas prise avant novembre, a décidé le Parlement roumain, mardi 17 septembre. Les élus de la majorité de centre gauche ont voté pour la création d'une commission spéciale consacrée à ce projet, ignorant les appels du président Traian Basescu et des opposants à retirer rapidement le projet de loi controversé ouvrant la voie à l'exploitation de cette mine.

Selon le premier ministre Victor Ponta, cette commission aura pour mission d'analyser les documents liés à ce projet minier depuis l'octroi en 1999 de la licence d'exploitation à une société d'Etat roumaine, transférée par la suite à une compagnie privée, Rosia Montana Gold Corporation (RMGC), détenue en majorité par le canadien Gabriel Resources. Elle devra également discuter avec les opposants ainsi qu'avec le syndicat des employés de la RMGC. À 1600 m de profondeur, la dangereuse exploitation minière des abysses. EXPLOITATION. La société Nautilus Minerals vient de l'annoncer : elle est en train d’achever l’assemblage des bateaux et machines qui vont lui permettre d’exploiter pour la première fois au monde un gisement de sulfures hydrothermaux dans les eaux territoriales de la Nouvelle Guinée.

Situé à 1600 mètres de profondeur, Solwara est riche en cuivre, or et argent. Les dépôts vont être excavés et remontés à la surface par des tuyaux comme l'explique ce film. Des incertitudes sur l'impact écologique de l'exploitation Malgré quelques études sur l’environnement marin profond menées par l’entreprise, cette nouvelle activité minière intervient dans un contexte écologique très peu connu. IMPACT. Les sulfures hydrothermaux Ces sources hydrothermales qui voient des fumeurs noirs exhaler à haute température des produits soufrés provenant du manteau terrestre sont connues pour leur vie abondante (crevettes, vers tubicoles, coquillages). Les encroûtements cobaltifères Les nodules polymétalliques. Bientôt une planète sans grands singes ? L'exploitation rapide des ressources naturelles fait peser une menace vitale sur les grands singes en Afrique et en Asie. A l'occasion de la première assemblée des Nations unies pour l'environnement, qui se tient jusqu'à vendredi à Nairobi, des experts ont alerté sur l'extraction des ressources naturelles – notamment le bois, les minerais, le pétrole et le gaz – et le développement des infrastructures, qui dévastent l'habitat des grands singes et menacent d'extinction chimpanzés, gorilles, bonobos, orangs-outans et gibbons. « Seules cinq des vingt-sept zones [d'habitat] des grands singes n'ont pas de projet minier dans leur périmètre (...), sans compter l'impact indirect lié au développement des infrastructures comme les routes et le chemin de fer », a ainsi expliqué Helga Rainer, conservatrice en chef du programme consacré aux grands singes par la Fondation Arcus, une importante institution privée qui se consacre à la défense des primates.

Éolien et voiture electrique= pollution!!! Le lac de Baotou, dans la province chinoise de la Mongolie intérieure, a été rendu hautement toxique par le traitement des terres rares. Atlantico : Dans la province chinoise de la Mongolie intérieure se trouve un lac noir (lac de Boatou), rendu toxique par les activités humaines et notamment le traitement des terres rares. Comment en est-on arrivé à ce que cette zone devienne hautement toxique et radioactive ? Yann Queinnec : Cette zone du nord de la Chine située en Mongolie intérieure, à 650 kilomètres à l’ouest de Pékin, accueille la plus grande mine de terres rares au monde, Bayan Obo. Cette région produit 95% de ces minerais présents sur le marché. Que sont ces terres rares, et quelle place occupent-elles dans notre quotidien ?

Les 17 minerais de la famille dite des terres rares présentent des propriétés chimiques et électromagnétiques exceptionnelles indispensables aux produits high tech grands public, aux moteurs électriques ou générateurs.