background preloader

Politique et écriture de soi

Facebook Twitter

J'ai créé ce dossier pour rassembler des travaux de photographes qui en "narrant" leur vie donnent à penser le politique, la société.

Darcy Padilla. Nachtergael DerridaA autre en soi. Hervé Guibert, écriture de soi et fascination de la mort. Hervé Guibert, écriture de soi et fascination de la mort [mercredi 13 mai 2015 - 15:00] Littérature Hervé Guibert ou les morsures du destin Éditeur : Séguier Pas de table des matières, pas de chapitres ; juste le déroulement de la vie de l’« écrivain-photographe » (1955-1991), encadré par le récit de l’auteur-admirateur venu voir sa tombe en Toscane dans le village Rio nell’Elba – île d’Elbe – et se recueillir devant la plaque de marbre rose, cette couleur que Hervé Guibert avait lui-même choisie : « J’avais fermé les yeux pour revivre l’histoire.

Hervé Guibert, écriture de soi et fascination de la mort

Que retenir du parcours ainsi retracé ? Pour vivre, Guibert intègre la rédaction de 20 ans où il tient la rubrique du cœur sous le pseudonyme de « Victor » ; puis il entre au Monde où il tient une rubrique sur la photographie. . « Hervé Guibert est définitivement un artiste. Le Dompteur de Metal.: Nan Goldin - The Ballad Of Sexual Dependency. Samuel Boche - Moniker.

Le Dompteur de Metal.: Nan Goldin - The Ballad Of Sexual Dependency.

Photographe, vidéaste français. J'ai trouvé cette vidéo totalement triste de vérités. Bref, à ne pas franchement regarder quand on déprime, car elle n'a rien de bien joyeux. Les couleurs ternes, une ambiance parfois pesante et quand les choses paraissent heureuses elles ne le sont pas en vérités. A travers cette micro société que Samuel Boche filmera durant plusieurs mois il montre des hommes et des femmes de passages, en transitions, quand d'autres au contraire paraissent comme figés ou prisonniers de ces lieux. Pour conclure sur Moniker je dirais que son travail est réellement intéressant, mais je ne suis pas subjuguée. Carnet de repérages 2008 :

Claude Cahun

Guia Besana. Zanele Muholi. Mon travail est une exploration qui vise à créer / tracer les contours / protéger l’histoire visuelle des lesbiennes et queer noir-africains (LGBTI : lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, intersexes) après l’Apartheid, en Afrique du Sud.

Zanele Muholi

J’étudie la façon dont les activistes – socialement, culturellement, politiquement et économiquement marginalisés - peuvent utiliser les images pour créer des espaces de résistances et développer leur regard critique. Cet ensemble de photographies comprend quatre séries produites sur plusieurs années, dans différents townships sud-africains et leurs banlieues. Dans Beulahs et Transfigures, on retrouve Ms D’vine (2007), Martin Machapa (2007), Christina Mavuma & Tinky (2010). Ces deux séries créent une distinction rapide entre l’orientation sexuelle et la façon dont le genre s’exprime. L’homophobie / la queerphobie / la transphobie / la xénophobie et les crimes de ce type ont rendu notre parole inaudible. Mother, Daughter and I, 2003. Catherine Opie. Catherine Opie has generally avoided commercial photography, so she isn't as famous as Richard Avedon or Annie Leibovitz.

Catherine Opie

But at least one curator is convinced her photos will be era-defining.

Amalia Ulman

À 15 ans, Nancy-Wangue documente sa banlieue — Atoubaa. Peux-tu nous en dire plus sur toi ?

À 15 ans, Nancy-Wangue documente sa banlieue — Atoubaa

Je m’appelle Nancy-Wangue Moussissa, j’ai 15 ans, je suis en seconde et mes parents sont d’origine camerounaise. J’ai commencé la photo à 13 ans, quand mon père m’a acheté mon premier appareil, un Olympus PEN E-PL1. C’est celui que j’utilise toujours. Comment t’es tu mise à la photographie ? J’ai commencé à m’intéresser à la photographie à 11 ans, à une époque où j’étais beaucoup sur internet et passais énormément de temps sur les sites de musique et de photographie.

Ta première photo ? Qu’est-ce qui t’inspire ? Elinor Caruchi. Zipper mark, 1999 Amber ring, 2000.

Elinor Caruchi

The renewal of protest books. According to the social medias’ new year’s wishes, there is a very pessimistic mood over what used to be our quiet little world !

The renewal of protest books

But it is right that, if you consider the cold facts, the world seems turning upside down, just considering the wars, the terror attacks, the migrant crisis or the boost of weapon sells… Well I can hear you saying, this is not the best way to start the year ! But in, the same time, more and more people started to engage themselves in a process of changing things in our society and it is no different in the photobook world with the emergence of a new form of protest books. I will write here about four different books published in 2016 on this topic of protestation… The first of these works is “Forthright, stronger than a weapon” by photographer Sascha Kraus. This is a 444 pages heavy book with more than 250 photos of 43 artists from 13 countries. Artiste transmédia et féministe. Météorite narratif du BIO ART. Son oeuvre questionne le statut du CORPS dans la société. Ses sculptures, HYBRIDATIONS et autoportraits réinterprètent le rôle des nouvelles technologies.

Www.PeterKennard.com. Galerie Perrotin. Ivars Gravlejs.