background preloader

PISA

Facebook Twitter

PISA products. PISA à la loupe. Rien ne va plus à l'école. Le collège Pierre-Mendès-France de Tourcoing (Nord), classé Eclair et Zone violence, reflète les difficultés du système éducatif français.

Rien ne va plus à l'école

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard Mériem aimerait avoir de bonnes notes. Pourtant, stockés en vrac, couverts d'encre rouge, ses devoirs de maths plafonnent à 5. Elle n'y comprend rien et se sent à peine concernée par ce tas de copies en début de cahier. Si cette élève de 15 ans, en 3e au collège Pierre-Mendès-France de Tourcoing (Nord), avait passé les évaluations internationales de l'OCDE, elle n'aurait pas remonté le niveau ! Lire le contexte : Classement PISA : la France championne des inégalités scolaires Lire aussi l'analyse : Une nécessaire prise de conscience Jeudi 23 janvier, la porte du bureau du principal adjoint se referme sur deux mini-agresseurs.

La leçon de vocabulaire n'aura pas d'application pratique puisqu'une heure plus tard Cynthia confond une nouvelle fois diplomatie et insolence. France. France. Sécher coûte cher. Pisa 2012 : les performances des élèves français de 15 ans restent stables en compréhension de l'écrit et en culture scientifique. Auteurs : Ginette Bourny, Sylvie Fumel, Saskia Keskpaik et Bruno Trosseille, Depp B2 L'essentiel.

Pisa 2012 : les performances des élèves français de 15 ans restent stables en compréhension de l'écrit et en culture scientifique

PISA 2012 : baisse des performances des élèves de 15 ans en culture mathématique et augmentation des inégalités scolaires en France. Auteurs : Saskia Keskpaik, Franck Salles, Depp B2 L'essentiel Conduite en 2012 dans les 34 pays membres de l’OCDE et dans 31 pays ou « économies partenaires », l’enquête PISA mesure les performances d’un échantillon représentatif de 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français.

PISA 2012 : baisse des performances des élèves de 15 ans en culture mathématique et augmentation des inégalités scolaires en France

Elle porte principalement sur la culture mathématique, comme lors de l’enquête 2003. En 2012, la France obtient un score global de 495 en culture mathématique, qui la situe dans la moyenne des 34 pays de l’OCDE. Mais ce résultat est inférieur de 16 points à celui obtenu en 2003. La performance des élèves français de 15 ans scolarisés en seconde générale et technologique (score moyen de 546) est comparable aux scores obtenus par les meilleurs pays de l’OCDE. Un palmarès médiatisé mais discutable.

LE MONDE | • Mis à jour le | Julien Grenet (Chercheur à l'Ecole d’économie de Paris et directeur adjoint de l'Institut des politiques publiques) Contrairement à un préjugé tenace, les écueils de classement PISA ne sont pas la conséquence d'un « biais culturel » qui avantagerait les systèmes éducatifs des pays anglo-saxons, au motif que leurs élèves seraient plus habitués à certains supports utilisés dans les cahiers d'évaluation PISA (questionnaires à choix multiples, articles de presse).

Un palmarès médiatisé mais discutable

Un examen attentif des résultats de l'enquête montre en effet que les écarts entre pays changent peu lorsqu'on se restreint aux tests que les 65 pays participants considèrent eux-mêmes comme les mieux adaptés à leurs élèves. La fragilité de ce classement tient à d'autres facteurs. Une première difficulté provient de ce que cette enquête ne concerne pas tous les jeunes de 15 ans mais uniquement ceux qui sont inscrits dans un établissement scolaire. L’école française est-elle vraiment à la traîne ? L'école française se dégrade et aggrave les inégalités.

L’école française est-elle vraiment à la traîne ?

Tel est le constat dressé par l'enquête PISA de l'OCDE, publiée le 3 décembre. La France régresse dans le classement de cette étude trisannuelle. Elle se place désormais au 25e rang sur les 65 pays qui participent à l'enquête, et au 18e rang parmi les 34 pays membres de l'OCDE. Les déterminismes sociaux pèsent lourd sur le parcours des élèves, mais est-ce le seul facteur ?

L'élitisme républicain est-il en cause ? « Une institution inégalitaire » Résultats PISA : le sketch. Les résultast de l'enquête PISA tombent (en effet) aujourd'hui.

Résultats PISA : le sketch

Dramaturgie prévisible. 1) L'attente Ca va tomber aujourd'hui . A quelle heure ? La Finlande au tableau noir. La vie ne s’arrête pas à 15 ans.

La Finlande au tableau noir

Toute réflexion sur les résultats des enquêtes internationales doit tenir compte de ce qui se passe après la scolarité obligatoire. PISA, PIRLS, TIMSS : compétences et connaissances (3) Les divergences entre les résultats de TIMSS et de PISA s’expliquent par trois séries de facteurs : - les populations d’élèves visées ne sont pas les mêmes ; - les questions qui leur sont posées sont très différentes ; - l’enseignement qui leur a été dispensé varie de façon substantielle selon les pays. 1.

PISA, PIRLS, TIMSS : compétences et connaissances (3)

Deux populations scolaires différentes Le billet précédent a été consacré au premier aspect : l’OCDE sélectionne les élèves selon leur âge tandis que l’IEA considère la classe fréquentée. Quelle conclusion fiable sur l’efficacité de l’école peut-on tirer d’une telle étude ? 2. Les tests proposés aux élèves par PISA découlent de ce mépris pour le « curriculum scolaire ». Les mathématiques évaluées par PISA sont d’abord envisagées dans une approche dite « phénoménologique », en partant du « vécu de l’élève », seul élément censé « donner du sens aux savoirs » (le pauvre Husserl doit se retourner dans sa tombe). 3.

Reste donc à savoir pourquoi on en est arrivé là. "Expertisons les experts!" Il est toujours agréable de constater que les faits vous donnent raison.

"Expertisons les experts!"

Comme je l’avais prévu, la Finlande disparaît du peloton de tête et les pays du sud-est asiatique raflent tous les prix. Les pédagos ne pourront plus nous inviter une fois de plus au pèlerinage d’Helsinki, il va falloir qu’ils changent de disque. "Expertisons les experts!" Grand remue-ménage médiatique à propos de PISA.

"Expertisons les experts!"

Sélection de quelques déclarations particulièrement gratinées. 1. A tout seigneur tout honneur, commençons par messieurs-dames les ministres. Peillon continue sur sa lancée et déclare à France-Inter : "Ce sont des analyses faites en mai 2012. Je ne vais pas trop le souligner, ce serait cruel pour certains... ". "Expertisons les experts!"