background preloader

Philosophes contemporains

Facebook Twitter

EvidenZ : home-editions. Revue EvidenZ n°2 « de la ludicité » extraits & critiques sur les sites: co-édition Sens & Tonka éditeurs - EvidenZ, 2002 240 pages avec iconographies - format : 16,5 X 19 cm - couverture non pelliculée Revue publiée avec l'aide du Centre National du Livre comité de rédaction : Boris Belay, Adrian Smith, Franck Laroze, Ferdinand Gouzon responsables de l'iconographie: Sébastien Jamain & Adrian Smith illustrations originales: Gréco Alice & Exit (p.60 & 92) de Michèle Kahn « Formé autour d’un noyau de personnes extrêmement soudées, le projet d’EvidenZ consistait à interroger les rapports entre politique et esthétique, communauté et singularité, et diverses pratiques disciplinaires entre elles.

EvidenZ : home-editions

De la ludicité « Lucidité est l’anagramme de ludicité. Sommaire (Paris, 13 février 2002) Revue EvidenZ 1 & 2. Jeu et philosophie de Mehdi Belhaj Kacem. 1 G.

Jeu et philosophie de Mehdi Belhaj Kacem

Bataille, La peinture préhistorique. Lascaux ou la naissance de l’art, Éd. d’Art Albart Stira, G (...) Georges Bataille, Lascaux ou la naissance de l’art1. « Tous les hommes des profondeurs mettent leur bonheur à ressembler une fois aux poissons volants et à se jouer sur les crêtes extrêmes des vagues ; ils estiment que ce que les choses ont de meilleur, c’est leur surface : ce qu’il y a à fleur de peau ». Friedrich Nietzsche, Le gai savoir, § 256. 2 Cf. 1L’œuvre de Mehdi Belhaj Kacem s’est construite et s’articule principalement en deux concepts : le Mal et le jeu. 4 M. 2Cette alternance, en une vie, du Mal et du jeu, comme consistance d’une œuvre, suppose un ensemble de métamorphoses dans la manière dont ils ont été vécus et exprimés. 10 « Ici se concentre tout l’enjeu éthique, le « positif » que propose, tout de même et au finish, ma (...)

Textes choisis - Georges Bernanos.

Alain Badiou

Le site de Roger-Pol Droit. Www.jerphagnon.com. Jean Baudrillard - Soirée de Médan. Implosion du social dans les masses.

Jean Baudrillard - Soirée de Médan

Les sociétés occidentales sont d’abord passées de la caste à la classe, puis de la classe à la masse. Aujourd’hui, les masses ne sont pas aliénées, mais opaques : recherchant le spectacle plus que le sens, elles se transforment en « majorités silencieuses » qui absorbent l’énergie sociale sans la réfléchir ou la restituer, qui avalent tous les signes et les font disparaître elles aussi dans un « trou noir ». L’homme devient lui-même un « pur écran » qui absorbe tout ce que distillent les réseaux. La machine, autrefois, aliénait l’homme. Avec l’écran interactif, l’homme n’est plus aliéné, mais devient lui-même partie d’un réseau intégré. « Nous sommes dans l’écran mondial. Lation d’une actualité permanente qui digère le présent lui-même ».

Naire pour défendre un moralisme radicalisé. Le pouvoir lui-même, ajoute Baudrillard dans A l’ombre des ma- jorités silencieuses, « est seulement là pour masquer le fait qu’il n’existe plus ». Sition ». F. Braudel.

Maxence Caron

Renaud Camus. Heidegger. Alain et les philosophes face à la Grande Guerre. Berson. Maurice Blondel. Julien Gracq, le chant du cygne français. Lorsque Julien Gracq s’éteint dans cette France sans pensée, sans style, sans arts, sans élégance et sans avenir, ce n’est pas seulement un grand écrivain qui meurt, car un grand écrivain ne meurt assurément pas, mais à travers la disparition de ce seul et dernier symbole physique qui pouvait encore nous faire accroire que la déperdition générale était exorable, c’est la mort intégrale du génie littéraire d’un pays qui résonne comme un glas n’ouvrant sur aucun au-delà derrière la masse de ses fontes.

Julien Gracq, le chant du cygne français

La littérature française, en perdant loin du lourd fatras de ses écrivants son ultime écrivain, devrait y gagner au moins désormais la conscience de son guenilleux état, car Gracq a vécu suffisamment longtemps pour que nous pussions apprécier combien il n’avait point non pas de disciples ou de continuateurs, ce qui en littérature n’a que peu de sens, mais de successeurs. Les successeurs sont ceux qui prennent le feu pour, en eux, le porter ailleurs : de ceux-là, point.