background preloader

Conséquences ?

Facebook Twitter

Les collectivités territoriales un peu plus fragilisées par la perte du AAA - Etat et collectivités. © Phovoir.com Avec la perte du triple A, les collectivités locales craignent l'effet domino La dégradation de la note de la France par Standard & Poor’s devrait rendre plus difficile l’accès des collectivités aux emprunts bancaires.

Les collectivités territoriales un peu plus fragilisées par la perte du AAA - Etat et collectivités

La ligne de crédit de 4 milliards d’euros débloquée en décembre par le gouvernement pour palier la faillite de Dexia risque d’être insuffisante pour assurer le financement de nombreux projets locaux. Effet domino, scénario boule de neige, syndrome du château de carte. SLOVAR les Nouvelles - Expressions libres. Si l’on en croît les dernières déclarations successives de l’UMP et de certains ministres, les salariés seront les dindons de la crise et vont la payer très largement, alors qu'ils n'ont aucune responsabilité dans celle-ci.

SLOVAR les Nouvelles - Expressions libres

Petite revue de détail. Les salariés devraient être les premiers et les plus durement touchés par l’avalanche de propositions/solutions de l’UMP pour sortir la France de la crise. Si nombre d’entre eux ne se sont pas inquiétés outre mesure des implications de la dégradation de la note AAA du pays, il va leur falloir être particulièrement attentifs aux prochaines mesures et « réformes » prônées par le gouvernement et l’UMP. Au-delà d’une mesure qui fait consensus comme le chômage partiel, rappelons que les objectifs prioritaires du gouvernement et de l’UMP sont de : supprimer la durée légale du travail ainsi qu’adapter les salaires aux évolutions de l’activité des entreprises. Donc travailler plus pour … travailler plus ! POLITIS.fr, « La perte du triple A entraîne la France dans une machine infernale », lundi 16 janvier 2012.

« La perte du triple A entraîne la France dans une machine infernale » Politis.fr : La perte du triple A est-elle une catastrophe ?

POLITIS.fr, « La perte du triple A entraîne la France dans une machine infernale », lundi 16 janvier 2012

Paul Jorion : À l’intérieur du système tel qu’il est, oui. Mais la catastrophe est liée au pacte de stabilité européen. Parce que cette règle est écrite de telle manière que les taux exigés pour emprunter ne doivent pas être supérieurs au taux de croissance. Le déficit maximum est en effet calculé en fonction du PIB et non pas des recettes de l’Etat. « La perte du triple A entraîne la France dans une machine infernale » Je partage le constat de Paul Jorion même si je le trouve limité sur le problème de la zone euro, il ne va pas assez au fond du problème et donc n’envisage pas la sortie de la France de l’Union Européenne et de l’euro.

« La perte du triple A entraîne la France dans une machine infernale »

C’est non seulement la perte du triple A qui est une machine infernale, c’est la politique malthusienne de recours de manière permanente et indéfinie par les gouvernements à l’endettement. Cela dure depuis plus de trente années que ce soit la droite ou la guche même si depuis l’instauration de l’euro comme monnaie unique les choses se sont encore plus compliquées. De plus, les cinq dernières années de la mandature du Président Sarkozy, de part de politiques fiscales et économiques inadaptées bien souvent soutenues par des lois aberrantes (loi tepa, bouclier fiscal,...). Je ne crois pas aux appréciations morales et moralisatrices à fortes teneurs idéologiques qui séparent la dette en dette légitime, illégitime, odieuse et autres foutaises !

Deux questions sur la dégradation. Citoyens, gAAArdez votre cAAAlme. Citoyen, citoyenne, Contrairement à ce que vous pouvez penser, l’heure n’est pas grAAAve.

Citoyens, gAAArdez votre cAAAlme

Dans les prochains jours, les prochaines heures, les agences de notation vont retirer son triple A à la France. Et alors ? C’est une peccadille, un je-ne-sais-quoi, un petit rien, un moustique qui heurte votre pare-brise – et encore ! Guère plus. Alors effectivement, il y a eu des propos qui peuvent, rétrospectivement, vous inquiéter, maintenant que la rétrogradation de la France en deuxième division mondiale se profile.

Ceux de Franck Louvrier, conseiller à l’Elysée, par exemple. « Avec les socialistes, on aurait perdu notre note AAA ». Ceux de François Baroin, peut-être aussi. « Tout est mis en œuvre pour conserver cette notation qui est l’une des meilleures au monde et qui fait de la France de la France une valeur refuge […] Nous répondrons présent et nous serons même en avance sur les temps de passage des objectifs de réductions de déficits. Oui, oui, oui. Romain Pigenel. «Une dégradation totalement injustifiée» Comment jugez-vous cette dégradation de la note française?

«Une dégradation totalement injustifiée»

Elle me semble totalement injustifiée. Que note-t-on au juste ? Et si c'était un choc salutaire? Ce vendredi, Standard & Poor's a dégradé la note de la Belgique, de AA+ à AA, avec perspective négative.

Et si c'était un choc salutaire?

L'agence invoquait notamment pour justifier cette décision les blocages politiques de la Belgique, l'absence de gouvernement, et les négociations bloquées pour l'élaboration du budget 2012. Conséquence: dès le lendemain, un accord était trouvé pour le budget, levant l'un des derniers obstacles à la constitution d'un gouvernement. En Belgique, certains commentateurs se sont demandé, avec humour, si Standard & Poor's était le nom du nouveau Premier ministre. Les déclarations des négociateurs belges étaient sans équivoque: il est apparemment plus facile d'expliquer à ses électeurs qu'on a cédé à S&P's qu'aux autres partis politiques. France: perdre le triple A "c'est passer d'un 20/20 à un 18/20", tempère une économiste - Social. PARIS (AP) — Que se passera-t-il si la France perd son triple A, la note maximale de confiance dans la capacité d'un pays à rembourser sa dette?

France: perdre le triple A "c'est passer d'un 20/20 à un 18/20", tempère une économiste - Social

Les taux d'intérêts auxquels elle emprunte sur les marchés financiers devraient augmenter, mais les titres français restent parmi les plus sûrs au monde, estime l'économiste Céline Antonin. "On en a fait un petit peu un mythe, de ce triple A, mais finalement, c'est passer d'un 20 sur 20 à un 18 ou un 17 sur 20: on ne déclare pas que la France est en faillite mais ça envoie un signal un peu négatif aux marchés", résume cette analyste de l'Observatoire français des conjectures économiques (OFCE, indépendant). "On accorde beaucoup d'importance aux agences de notation parce qu'elles ont une capacité à mettre une note, donc à synthétiser toute l'information dans quelque chose qui est très simple et compréhensible par tout le monde", explique Mme Antonin lors d'un entretien téléphonique mercredi à l'Associated Press. sc/st/cov/ljg. Pour Juppé: « pas un cataclysme» La perte éventuelle par la France de la note AAA, attribuée par les agences de notation, «ne serait pas un cataclysme», a estimé mercredi le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, deux jours après que Nicolas Sarkozy a jugé que cela ne serait «pas insurmontable».

Pour Juppé: « pas un cataclysme»

«Ce ne serait pas une bonne nouvelle bien sûr, mais ce ne serait pas non plus un cataclysme. Les Etats-Unis qui ont perdu leur triple A continuent d'emprunter sur les marchés à de bonnes conditions», a-t-il dit au quotidien économique Les Echos. Sans vouloir la disparition des agences de notation, il les appelle à «davantage de transparence dans les critères qu'elles utilisent». «Elles sont parfois dans l'appréciation subjective et politique», regrette-t-il. Des conséquences en cascade pour les émetteurs français. Conséquences en cascade de la fin du AAA français. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne Michel La perte, désormais probable, du triple A français est déjà une réalité sur les marchés financiers.

Conséquences en cascade de la fin du AAA français

Les conditions de financement de la France, dont l'écart de taux d'intérêt avec l'Allemagne excède 1 point de pourcentage, pour les emprunts à dix ans (à 3,2 %), en attestent. De plus, si l'on fait "tourner", à la façon des économistes, le modèle de notation de l'agence américaine Standard & Poor's, assis sur un faisceau de données économiques (déficit public, croissance potentielle, commerce extérieur, etc.), le résultat est imparable : la France obtient aujourd'hui… un double A. Luc Chatel nous le dit : Jusqu’à l’os. Luc Chatel ministre UMP en principe chargé d’un travail, se perd en insultes et annonces qui font froid dans le dos : la gauche “a fait payer à crédit les 5es semaines de congés payés” .

Je vous l’avait déjà fait remarquer les prochaines attaques sont prévisibles. Sur les marchés, la France ne vaut plus que triple B. Ces trois lettres affolent les investisseurs, mais aussi les politiques : AAA! Le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, aurait lui-même déclaré en décembre dernier : « Si on perd le triple A, je suis mort!