background preloader

Avis d'experts

Facebook Twitter

Les devoirs après la classe à l’école ou à la maison : un débat anachronique. La question de savoir où, à l’école ou à la maison, doivent se faire les devoirs donnés après la classe est fort complexe.

Les devoirs après la classe à l’école ou à la maison : un débat anachronique

Elle s’augmente en effet d’autres paramètres. Qui s’en occupe, les parents, les professeurs, des assistants d’éducation, d’autres personnes recrutées pour ce faire ? Par ailleurs la question n’est pas tranchée non plus s’il convient de donner ou pas des devoirs à faire après la classe. Cette dernière question semble ne pas devoir se poser au lycée — un consensus largement favorable existe à ce sujet — ni à l’école — ce n’est pas un consensus mais la loi qui interdit que les maîtres du premier degré donnent du travail à faire après la classe, disposition largement transgressée dans les grandes classes. En revanche, la question reste posée pour le collège et les avis sont fort divers à ce sujet, parents et professeurs émettant parfois des avis contraires ou même conjoints selon qu’il s’agit de telle ou telle association, de tel ou tel syndicat. Bruno Devauchelle : Numérique : Ils en veulent tous, mais pour quoi faire ?

Le numérique et l'école sont présents dans tous les projets présentés par les politiques qui ambitionnent le poste de président de la République.

Bruno Devauchelle : Numérique : Ils en veulent tous, mais pour quoi faire ?

Malheureusement aucun texte, aucun débat, aucun propos ne montre une ligne de pensée différente, voir novatrice par rapport à l'institution actuelle. Les états-majors sont-ils en panne d'imagination ? Non ils sont, pour la plupart, incapables de penser autrement le monde de demain qu'en défendant celui d'aujourd'hui retouché à la marge. Portée et limites de la numérisation de l’apprentissage. Nota : ce texte est issu d'une intervention d'André Tricot dans l'équipe apprenance du CREF Paris Ouest Nanterre Le positionnement d’une recherche en psychologie de l’apprentissage André Tricot est psychologue de l’éducation.

Portée et limites de la numérisation de l’apprentissage

Il s’intéresse aux processus d’apprentissages impliqués dans les situations institutionnelles. Bruno Devauchelle : Pédagogie, la belle endormie... Une question : le numérique aurait-il réveillé la question pédagogique qui doucement s'endormait ?

Bruno Devauchelle : Pédagogie, la belle endormie...

A regarder le nombre impressionnant de liens faits entre les deux, on ne peut que constater une relation. Ces liens se font non seulement dans les discours (cf. Education Endowment Foundation. The use of digital technologies to support learning.

Education Endowment Foundation

Approaches in this area are very varied, but a simple split can be made between: Programmes for students, where learners use technology in problem solving or more open-ended learning, and Technology for teachers such as interactive whiteboards or learning platforms. How effective is it? Bernard Stiegler: «L’accélération de l’innovation court-circuite tout ce qui contribue à l’élaboration de la civilisation» «Disruptif».

Bernard Stiegler: «L’accélération de l’innovation court-circuite tout ce qui contribue à l’élaboration de la civilisation»

Le terme, dixit le dictionnaire de l’Académie française, dérive du latin disrumpere, «briser en morceaux, faire éclater». Dans le langage des entreprises du numérique, «l’innovation disruptive», c’est l’innovation de rupture, celle qui bouscule les positions établies, court-circuite les règles du jeu, impose un changement de paradigme. Conference : Pascal Plantard et Jérémy Lachal : Jeudi: Les... Identifiez-vous | Mot de passe oublié ?

Conference : Pascal Plantard et Jérémy Lachal : Jeudi: Les...

Conference : Pascal Plantard et Jérémy Lachal Code. Pour comprendre la facture numérique et ses enjeux pour le travail social. - Le trottoir d'à côté. Bruno Devauchelle : Le numérique et les examens. Bruno Devauchelle : Quand les MOOCs sortent de leur berceau. L'apparition des Moocs (Massive Open Online Course) dans l'espace de l'enseignement supérieur a déclenché de nombreux débats, provoqué de nombreux écrits, mais aussi des recherches.

Bruno Devauchelle : Quand les MOOCs sortent de leur berceau.

Qu'ils soient X pour l'extension des cours traditionnels mis en ligne ou C pour le développement d'apprentissage au sein de communautés connectées, on parle alors de Mooc connectiviste, la littérature s'est d'autant plus développée que, comme à la fin des années 1990 avec le passage de la FAD à la Foad et au e-learning, il y a beaucoup d'imaginaire autour de ce phénomène. Une fois passés les premiers temps de la séduction de l'innovation, le temps du concept valise, s'effectue une stabilisation, voire une normalisation du concept. Bruno Devauchelle : Inégalités et numérique à l'école : une question vive ? Inégalités sociales, inégalités d'aspiration, inégalités scolaires...

Bruno Devauchelle : Inégalités et numérique à l'école : une question vive ?

Ces expressions largement utilisées aussi bien dans les travaux de recherche que dans les discours politiques ne doivent pas masquer deux autres termes qui sont tout aussi importants et complémentaires : différence et fracture. Dans son ouvrage "Pour en finir avec la fracture numérique" Pascal Plantard (FYP éditions 2011) et ses collègues nous alertent sur la nécessité de ne pas laisser le numérique provoquer ces fameuses fractures, signes de ruptures profondes, voire irréversibles et aux conséquences sociales imprévisibles. Bruno Devauchelle : Images et numérique. L'attirance pour les images animées et en particulier les vidéos interroge l'humain et en particulier l'éducateur : la vidéo est-elle plus facile à comprendre que l'écrit traditionnel ?

Bruno Devauchelle : Images et numérique

Si tel est le cas on peut imaginer, qu'à l'instar des premières projections cinématographiques, le spectateur ne confonde ce qu'il voit avec la réalité. Cette trace de l'histoire du cinéma qui fait sourire est pourtant encore d'actualité : sans amener le spectateur à fuir la salle de peur que l'image ne devienne réalité, nombre d'entre nous avons du mal à mettre en doute ce que les écrans nous montrent, surtout lorsqu'ils revendiquent leur projet informationnel. On peut aussi imaginer que l'enseignement puisse augmenter en efficacité en utilisant la vidéo, en utilisant justement cette attirance. Bruno Devauchelle : Le numérique et la peur de l'autonomie. S’intéresser aux pratiques « ordinaires » – Veille et Analyse TICE. La succession de pratiques appelées innovantes, nouvelles, amène à penser que ces pratiques, lorsqu’elles rentrent dans « le rang médiatique de l’oubli », sont passées dans la vie courante des enseignants.

La succession des enquêtes sur les pratiques du numérique dans l’enseignement montre que, dans ce domaine il n’en est rien. Les pratiques dites innovantes ne se généralisent que très peu, voire pas du tout. Les Freinet, Cousinet et autres Montessori ont eu beau nous montrer des chemins différents, ils sont toujours restés en marge de l’institution scolaire dans sa globalité. Or les pratiques ordinaires sont d’abord les pratiques largement majoritaires. Installées dans le paysage depuis longtemps, elles font figure d’évidence pour chacun. Qu’est-ce donc qui résiste ? Quelles pratiques, quels usages ? « Déployer le numérique à l’école » ne veut rien dire, tout simplement. La communication politique a des motivations et des moyens qui laissent parfois pantois.

Déjà, sur le tout récent événement Éducatice — bon sang ! Quand va-t-on supprimer cette appellation datée et devenue stupide ? —, on évoquait sans honte le « coding » sur une table ronde organisée par un média scolaire et l’abscons « usages » était mis à toutes les sauces, dès qu’il s’agissait de choses qu’on ne comprenait pas. Quelques exemples tirés du programme officiel pour la seule première journée : « une politique réussie de développement massif des usages partout en France », « la généralisation des usages numériques », « pédagogie inversée et nouveaux usages », « retours d’expériences sur les usages », « constat actuel des usages d’Internet ».

Avec le numérique : Diffusion ou transmission ? L'histoire du numérique, définie comme le processus de socialisation de la digitalisation de l'information communication, amène à observer qu'il y a deux grandes périodes : la diffusionniste et la transmissive. Le modèle initial est celui des médias de flux, fondés sur la diffusion d'informations.

Le développement de l'informatique et de la mise en réseau ont permis de mettre en cause cette forme. Emmanuel Davidenkoff : Le numérique, un exhausteur de goût pédagogique. Serge Tisseron, la culture numérique - visions. «Nouveau monde» contre «vieux monde» ? En surfant sur la Toile ou en écoutant les infos à la radio, en prêtant l’oreille aux débats sur la loi Hadopi ou en suivant l’actualité de ces soulèvements qu’on a appelé le «printemps arabe» en Tunisie ou le «printemps érable» au Québec, n’avez-vous jamais eu le sentiment qu’un «nouveau monde» s’oppose aujourd’hui sous bien des aspects à un «vieux monde» ? Et que la culture de ce «nouveau monde», qu’on pourrait qualifier de numérique pour résumer son vecteur principal, semble se heurter sans cesse aux valeurs, aux façons de faire et de décider, aux modes de vie et surtout aux codes d’autorité traditionnels de nos sociétés occidentales ?

Déjà, au début des années soixante, Marshall Mc Luhan affirmait dans une phrase fameuse devenue presque un cliché : «Le message c’est le médium»… Une culture s’apparente à un langage, à des formes de relation et de transmission autant qu’à des objets culturels en tant que tels. Une autre culture des écrans. Entretien avec Serge Tisseron : L’école n'a pas à introduire les écrans, mais le bon recul. A l'occasion de Futur en Seine, Le psychiatre Serge Tisseron partage ses idées sur le numérique éducatif et les rapports que les enfants entretiennent avec les écrans. Quand on parle du numérique à l'école, il faut apprendre à raisonner autrement qu'en termes d’introduction des écrans.

Mieux vaut s'interroger sur ce que la culture du numérique modifie dans l'attention des élèves. 868.n°868 - Michel Guillou : « Le plan numérique ne s’accompagne d’aucune transformation de l’école » Ancien professeur de SVT, Michel Guillou est un observateur du numérique éducatif, blogueur et conférencier. Tendances pour l’éducation : les 5 annonces que le ministère ne fera pas en 2016. De manière très conventionnelle, la mode, en cette fin d’année, est à l’imagination, aux idées prospectives, aux prévisions, aux vœux, aux promesses pour demain. École numérique : obscurantismes à tous les étages ! On va encore me trouver grognon ! La collision est inévitable, cela va de soi, car, à perdre la raison, l’école va droit dans le mur, c’est une certitude.

Il y avait pourtant tout lieu d’être optimiste, de retour de Bordeaux-Cenon. Des pratiques numériques des jeunes aux enjeux pour l'école. François Taddei – Pour un nouveau modèle d’éducation. François Taddei. L'éducation du 3ème millénnaire, Francois Taddei - #FCE2015. Apprendre au 21e siècle - François Taddei. Ces évolutions majeures qui pourraient faire changer le monde de l’éducation. Polytechnicien, biologiste, directeur de recherches à l’Inserm, François Taddéi est à la tête du Centre de recherches inter-disciplinaires, hébergé à l’Université Paris-Descartes.

Membre du Haut conseil de l’Education nationale, ses recherches portent notamment sur l’innovation dans l’éducation. Bouillonnant, il ne travaille « qu’avec des gens qui ont envie » et rappelle que son dieu favori est Portunus, le dieu des clés et des portes. Alors que François Hollande a annoncé l’Acte II de la refondation de l’école, François Taddei explique comment les enseignants peuvent s’adapter à un monde changeant et décrit l’une de ses initiatives pédagogiques que dix pays étrangers veulent dupliquer.

François Taddéi : "L’innovation sociale est essentielle pour le changement dans l’éducation." Marcel Lebrun : "L'écart entre collaboration et aliénation numérique est étroit". Désormais présent partout, le numérique bouleverse les habitudes des enseignants et des étudiants. 05 - « L’école » dans une société numérique ! Et si on parlait d’apprentissage ? (jipn 2016) - Centre d'Enseignement Multimédia Universitaire (C.E.M.U.) Université de Caen Basse-Normandie. L'école de demain, entre MOOC et classe inversée. Michel Serres: pour inventer et créer, il faut savoir zigzaguer et privilégier les bifurcations.

Julien Burri. Michel Serres - L'innovation et le numérique - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Information sur la video. #FUNE70 retour sur la conférence de Michel Guillou. Alain Touraine, sociologue : “Les nouvelles technologies nous bouleversent autant que la vapeur ou l'électricité” Interview André Giordan. « Il faut encadrer la révolution numérique » Nipédu 21 : Avec Thierry Karsenti ça déménage ! Nipédu 21 : Avec Thierry Karsenti ça déménage ! by nipcast. 33. La transition fulgurante : vers un bouleversement systémique du monde ? , de Pierre Giorgini. Avec le numérique, on répond (enfin) aux intelligences multiples ! De la ligne au cercle, industrialiser l’individualisation. Et si le numérique entrait réellement à l’Ecole. Université 3.0 : nouveaux enjeux, nouvelles échelles à lère numérique. Le rêve fou d’un numérique éducatif déconnecté d’Internet !

Numérique et réussite scolaire : un couple gagnant ? 3 questions à François Villemonteix. APPRENDRE AVEC LE NUMERIQUE. Un modèle d'apprentissage pour les technologies. Quel est le principal impact du numérique sur l'enseignement ? Apprendre dans la société numérique : temps, lieux, ressources, attitudes. Textes de réflexion sur les TICE et l'enseignement. Alain Boissinot : « Il devient à la fois possible et nécessaire, grâce au numérique, d’enseigner autrement » Que faut-il apprendre à la nouvelle génération ? France Info - Guibert del Marmol.