Orsay Commons

Facebook Twitter

L'objectif de ce Pearltree est de rassembler tous les articles de presse et de blog (ou tout autre occurence pertinente) autour d'OrsayCommons, en positif ou en négatif.

81937 de M. Patrick Beaudouin (UMP - Val-de-Marne) M.

81937 de M. Patrick Beaudouin (UMP - Val-de-Marne)

Patrick Beaudouin attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur la possibilité de prendre des photographies dans les musées et monuments nationaux. Voici quelques années, le musée du Louvre avait édicté une interdiction partielle de photographier les oeuvres d'art, avant d'y renoncer. Le musée d'Orsay vient de mettre en place une interdiction générale. Ces interdictions sont généralement présentées comme inspirées par le souci du confort du visiteur et de la fluidité des visites, même si beaucoup y voient aussi, sinon davantage, des motivations pécuniaires. Ces décisions soulèvent un certain nombre de questions. Photos dans les musées : il est interdit d'interdire. 21/3/11 - Musées - Droit de photographier - Nous avons, à plusieurs reprises, dénoncé l’interdiction de photographier que certains musées français ont tenté ou tentent encore d’inscrire dans leur règlement.

Photos dans les musées : il est interdit d'interdire

Nous écrivions qu’à notre avis cette mesure était illégale, rien dans la législation française ne permettant de s’opposer à la prise de vue d’œuvres appartenant au patrimoine public et concernant des artistes tombés dans le domaine public. Un article dû à une avocate, Anne-Laure Stérin, publié sur le site de l’Association des professionnels de l’information et de la documentation1, le confirme point par point. On ne peut interdire les photographies dans un musée, tant du point de vue du droit d’auteur - pas davantage d’ailleurs pour ceux non encore tombés dans le domaine public, du moment que la photographie n’est utilisée qu’à titre privé - que du point de vue du droit de propriété, ou au titre de la domanialité publique.

Pour un débat sur la pratique photographique au musée. Accueil > Musées > Musée d’Orsay > No photo au musée d’Orsay Hélène Leroy | 20/03/2011 | 16:36 | 4 commentaires Reçu en commentaire de notre dossier sur l’interdiction de la photo au musée d’Orsay, nous avons demandé à l’auteur de ce texte, une jeune aspirant conservateur, l’autorisation de le publier ici comme contribution au débat.

Pour un débat sur la pratique photographique au musée

Pas seulement du fait de sa longueur mais surtout pour sa qualité, la finesse de ses réflexions, l’intérêt des questions qu’il pose, des reproches qui nous sont adressés sans animosité, des perspectives qu’il ouvre. Quand l’auteur nous interpelle, nous lui répondons en note. #MuseumPics « Jim Richardson – Digital thinking for the Arts. Un musée peut-il interdire de photographier ? Interdiction de photographier : pour combien de temps encore ? « Option Culture.

Décidément, le malthusianisme n’est pas mort !

Interdiction de photographier : pour combien de temps encore ? « Option Culture

Certains établissements publics – comme le musée d’Orsay – ont décidé d’interdire l’usage de la photographie (même sans flash, cela va sans dire) s’agissant des œuvres figurant dans leurs collections permanentes. Faut-il être à ce point éloigné des préoccupations des publics pour prétendre imposer aux visiteurs une mesure qu’ils désapprouvent massivement, au nom même de l’intérêt de ces publics… Si l’interdiction peut se comprendre dans le cas d’expositions temporaires présentant des pièces concernées par les questions de droits patrimoniaux des artistes ou de leurs héritiers, elle n’est pas justifiée s’agissant de collections appartenant à la collectivité nationale et par conséquent à l’ensemble des citoyens. Cette décision n’ayant pas de fondement légal, ne devrait-elle pas être rapportée le plus rapidement possible ? Voir à ce sujet : La photo au musée, ou l’appropriation.

Courbet, Le Combat de cerfs (restauration), Musée d'Orsay.

La photo au musée, ou l’appropriation

Ah! Si seulement la culture restait l’affaire de quelques-uns, esthètes raffinés à même de profiter de la délectation des œuvres! Manque de chance, la populace aussi aime les musées, et s’y précipite en «cohortes», quand ce n’est pas en «hordes». Et pire du pire, ces pique-assiettes qui ont l’audace de prendre Malraux au mot se promènent habituellement munis de sandwiches au pâté et d’appareils photos derrière lesquels ils s’abritent, au lieu de s’abîmer dans la contemplation d’Un enterrement à Ornans. J’exagère? MuseumPics.

Mixeum : mixer les gens, l'art et les musées. Livre d'or. Photographie, musée et pouvoir : formes, ressorts et perspectives. 1Verra-t-on encore longtemps cette énième invective de l’institution placardée sur les murs de nos musées ?

Photographie, musée et pouvoir : formes, ressorts et perspectives

Prenant le relais des pressions des visiteurs, nombreux sont aujourd’hui les professionnels qui défendent l’autorisation de la prise de photographie(s) dans le cadre muséal, vantant notamment ses qualités d’agent de médiation. Musée du Louvre, Paris, 2008 © Louise Merzeau 1 Chaumier, S. et Parisot, V. Musées: plaidoyer pour le no photo. Ainsi, Orsay voudrait interdire qu’une cohorte de touristes armés de smartphones photographie à tout va ses Degas.

Musées: plaidoyer pour le no photo

Une liberté essentielle serait menacée. Par esprit mercantile, souffle-t-on. Pourtant, imaginer qu’il s’agit de développer le business des cartes postales est tout simplement grotesque. Oublions et allons à l’essentiel: il serait temps que le «no photo» devienne la règle. Pourquoi? Orsay Commons : contre l'interdiction de photographier au musée d'Orsay. Interdire les photographies dans un lieu public, qui plus est dans un musée, lieu de la pulsion scopique par excellence, où l'on vient pour voir, est-ce une décision valable, voire applicable ?

Orsay Commons : contre l'interdiction de photographier au musée d'Orsay

Il y a quelques mois, la direction du musée d'Orsay prenait la décision aberrante d'interdire toute prise d'image dans l'institution, photographique ou filmée — il n'est pas le seul, il en est de même par exemple au Prado, à Madrid, où le commerce d'affiches et de cartes postales « à la demande » est très rentable. Raison invoquée par le musée : le confort des visiteurs. Mais comme le souligne Bernard Hasquenoph sur le site Louvrepourtous.fr, cette décision va à rebours de l'évolution actuelle des musées (ainsi le British Museum a engagé un partenariat avec Wikipédia, et le Château de Versailles organise des concours de photo avec FlickR) et du partage d'images qui, quoi qu'on fasse, est de plus en plus difficile à restreindre. Internet, lieu du partage de l'expérience muséale. Alors qu'au musée d'Orsay, le combat des pro et des anti-photo continue (voir notamment les arguments avancés par Jean-Marc Proust, en réponse à un article de Vincent Glad paru sur Slate.fr), la journée de demain 17 mars devrait voir des milliers de visiteurs de musées du monde entier tendre leurs appareils vers les cimaises.

Internet, lieu du partage de l'expérience muséale

L'idée : former lors du Picture a Museum Day un gigantesque kaléidoscope d'images de musées, alimenté pendant vingt-quatre heures par les utilisateurs de Flickr (via le groupe MuseumPics) et de Twitter (réunis par le hashtag #MuseumPics). À l'origine du projet, l'agence de communication britannique Sumo, spécialisée dans les secteurs de l'art et de la culture, qui a déjà à son actif une campagne intitulée « I Like Museums ».Comme on peut le lire dans les commentaires postés sur le mur de la page Facebook du groupe Orsay Commons, le débat est loin de se tarir. Mus?e d'Orsay: la carte postale contre le t?l?phone portable. Un parfum de liberté a soufflé dans les travées du musée d'Orsay dimanche 6 février.

Mus?e d'Orsay: la carte postale contre le t?l?phone portable

Un groupe de visiteurs a commis l'impensable: ils ont pris des photos. Scandale. Immédiatement, une discussion assez vive s'engage avec le service de sécurité du musée. «Si c'était pour faire des belles photos, je veux bien, lâche une responsable très énervée. Mais là vous êtes ridicules à shooter les statues avec vos portables».