background preloader

Oral orga: la morphine et ses dérivés

Facebook Twitter

NDR_2012_Part2_Comments_F. Éther-oxyde. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Éther. Structure générale d'un éther Nomenclature[modifier | modifier le code] En ce qui concerne les éthers non cycliques : par rapport à l'oxygène central, la chaîne alkyle la plus longue est utilisée en suffixe et l'autre chaîne en préfixe de type alcoxy. Pour ce qui est des éthers cycliques, on utilise le nom qu'aurait un alcane cyclique si l'on remplaçait l'oxygène de l'éther par un carbone, et on rajoute le préfixe « oxa ». Géométrie[modifier | modifier le code] Dans le cadre de la théorie VSEPR, la molécule est de type AX2E2 : géométrie tétraédrique, molécule coudée. Caractéristiques[modifier | modifier le code] État[modifier | modifier le code] Solubilité[modifier | modifier le code] Polarité[modifier | modifier le code] Les éther-oxydes sont des molécules polaires (à cause des doublets localisés sur l'oxygène).

Spectroscopie infrarouge[modifier | modifier le code] Réactivité[modifier | modifier le code] I- La morphine : Histoire, molécule et synthèse de la morphine - TPE 2009: La morphine. La Morphine: Histoire, molécule et synthèse de la morphine. par Anthony VIVION . I -Histoire de la morphine II -La molécule de morphine III -L'extraction de la morphine C'est seulement à partir du XX siècle qu'apparaît la mise en évidence des propriétés physiologiques que possèdent certaines substances extraitent de plantes appelées alcaloïdes. L'une des premières tentative d'extraction de la substance principale de l'opium a été effectuée par un chimiste français : Jean-François Derosne (1774-1855), il réussi à isoler un sel (sel de Derosne), contenant un mélange de narcotine (élément utilisé dans les médicaments contre la toux) et de morphine (alcaloïde de l'opium) . La première synthèse de la morphine fut faite en 1952.

La molècule de morphine est une molécule extrêmement complexe de formule C17H19NO3 de masse moléculaire 284.5 g/mol qui est répertoriée dans la catégorie des stupéfiants (elle était souvent utilisée comme drogue au XXe siècle). III -L'extraction de la morphine. Synthesis of Morphine by Marshall D. Gates (1952) Bischler-Napieralski Reaction. Héroïne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Historique[modifier | modifier le code] Bouteille d’héroïne de Bayer. Elle est synthétisée pour la première fois à partir de la morphine en 1874 par C. R. Alder Wright[4] travaillant au St Mary's Hospital de Londres, mais son potentiel n'est pas reconnu.

Elle est de nouveau synthétisée en 1898 par Heinrich Dreser, un chimiste allemand de l'entreprise pharmaceutique Bayer qui l’exploitera comme médicament pour différentes affections respiratoires dont la tuberculose[4]. L’héroïne devient vite un problème de santé publique et dès 1918, la Société des Nations s’engage dans une campagne contre l’héroïne avançant qu’un produit aussi dangereux doit être supprimé par une action internationale.

L’Europe attendra 1931 pour reconnaître à son tour que le peu d’intérêt thérapeutique du produit ne compense pas son coût social[4]. La Convention unique sur les stupéfiants de 1961 porte principalement sur la coca, l’opium, le cannabis et leurs dérivés. Codéine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La codéine (ou méthylmorphine) est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot somnifère (Papaver somniferum). Elle est utilisée comme analgésique à visée antalgique et comme antitussif. Elle a été isolée pour la première fois en 1832 par le chimiste français Pierre Jean Robiquet. Son nom provient du nom en grec de la tête de pavot : kôdé. Elle est considérée comme un morphinique mineur mais possède d'importantes propriétés pharmacologiques. Profil et propriétés[modifier | modifier le code] La codéine subit au sein de l'organisme une transformation qui permet sa métabolisation rapide en morphine à hauteur de 10 % en moyenne de la dose administrée.

L'effet analgésique de la codéine est réputé plus long que celui de la morphine, à cause de cette transformation et de la variété de métabolites d'activité mineure qui lui sont corrélés. Indications thérapeutiques[modifier | modifier le code] Douleurs et toux sèche[modifier | modifier le code] Étorphine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'étorphine (ou M99) est un opioïde semi-synthétique possédant des propriétés analgésiques à peu près 10 000 fois plus grandes que celles de la morphine. Elle a été fabriquée pour la première fois en 1960 à partir de l'oripavine (en) et reproduite en 1963 par un groupe de recherche de la compagnie Macfarlan-Smith and Co., à Édimbourg, dirigé par le professeur Kenneth Bentley[2],[3]. Elle peut également être produite à partir de la Thébaïne.

Son effet analgésique est d'une puissance 10 000 fois supérieure à celle de la morphine du fait d’une affinité avec les récepteurs morphiniques et d’une liposolubilité 300 fois plus grande que la morphine. Sa liposolubilité explique son action rapide et la brièveté de ses effets. Habituellement utilisée pour la capture des animaux sauvages, elle crée une dépression respiratoire mortelle chez l’Homme (ce qui explique que la substance ne soit pas commercialisée sous forme de médicament). Opioïde. Morphine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] Découverte[modifier | modifier le code] « L'année suivante, il fit partie des jeunes chimistes qu'Armand Séguin plaça dans le laboratoire qu'il venait d'ouvrir, pour travailler à l'avancement d'une science à laquelle il devait son immense fortune. Dans la répartition des travaux que Séguin voulait entreprendre, Courtois fut désigné pour l'étude de l'opium.

. — Paul-Antoine Cap, Études biographiques pour servir à l'histoire des sciences, 1857 Friedrich-Wilhem Sertürner isole du pavot un principe somnifère qu'il nomme d'abord « acide méconique » ; il publie en 1805 une étude préliminaire dans Journal der Pharmacie de Johann Trommsdorff puis en 1806 l'article final dans lequel il précise n'avoir pris connaissance des découvertes de Derosne qu'après avoir abouti à ses propres conclusions. Développement[modifier | modifier le code] En 1874 Alder Wright découvre la diacétylmorphine. III- L'action de la morphine et son administration - TPE 2009: La morphine. L'action de la morphine et son administration par Maximilien JONCHERAY. I -Voie d’administration II -L’action de la morphine I -Voie d'administration 1) Différents modes d'administration La voie par injection, injection intraveineuse (dans une veine à l'aide d'une seringue généralement), injection sous cutané (sous la peau, fréquemment au niveau du ventre ou des cuisses), injection intraveineuse en perfusion (système de goutte à goutte permettant l'injection d'un médicament), injection péridurale (cf schéma),injection intrathécale (Une injection intrathécale est une injection qui se fait à l'intérieur du systeme nerveux ) Par voie orale:comprimé ou géllule, sirop, solution buvable; -Dans le cas du traitement d'une douleur aiguë , on réalise une titration de la dose de morphine.

. - Dans le cas de douleurs chroniques, la mise en route du traitement par morphine vient en remplacement d'un autre traitement pour diminuer la douleur. 2) Doses prescrites II -Action de la morphine b) Action de la morphine. Quand_la_synthese_organique_rencontre_les_produits_naturels_aspirine_morphine_taxol. Morphine et dérivés : Définition | Traitement | Santé. La morphine et ses dérivés hémisynthétiques ou de synthèse sont utilisés comme médicaments contre la douleur. Ce sont des antalgiques majeurs et de référence, de palier III selon la classification de l’OMS qui comporte 3 paliers de 1 à 3. La morphine, principal alcaloïde issu du pavot est considéré comme la référence à laquelle, sont comparés tous les autres analgésiques en termes d’efficacité. La morphine et ses dérivés sont les médicaments analgésiques les plus efficaces pour soulager divers types de douleurs dont les douleurs cancéreuses ; un dérivé hémisynthétique, l’hydromorphone possède une action antalgique 7,5 fois supérieure à la morphine, elle est indiquée dans les douleurs intenses d’origine cancéreuses, en cas de résistance ou d’intolérance à la morphine, et est également utilisée, comme alternative possible à la morphine, dans le cadre de « la rotation des opioïdes ».

La morphine existe sous différentes formes, selon l’usage ciblé : La%20Chimie%20Organique. Synthese de la morphine. La morphine. Les substances chimiques qui contrôlent la douleur :les morphiniquesConstance Hammond, directeur de recherche, U29, INSERM Jean-Pierre Ternaux, Laboratoire Neurocybernétique cellulaire - UPR 90 - CNRS La morphine et ses dérivés La morphine est un alcaloïde extrait de l’opium du pavot Papaver somniferum. Pour recueillir l'opium, on pratique en général des incisions superficielles dans les capsules des pavots pour que s'écoule un suc laiteux qui se dessèche, s'oxyde à l'air et prend alors une couleur brunâtre.

Après malaxage, cette substance devient l'opium qui contient environ 10% de morphine. Elle constitue le plus vieux remède connu par l’homme pour lutter contre la douleur. Malgré une utilisation depuis de nombreux siècles, les mécanismes d’action de cette substance sur la modulation du message douloureux, au niveau cérébral, n’ont été découverts qu’au cours de la deuxième moitié du XXème siècle.

(cliquez sur l'icône pour obtenir l'affichage en grand de l'image correspondante)