Open Data.gouv

Facebook Twitter

Open Data : le gouvernement précisera sa feuille de route fin 2012. Engagé sous Nicolas Sarkozy et François Fillon, le développement de l'Open Data en France se poursuit désormais avec la nouvelle majorité.

Open Data : le gouvernement précisera sa feuille de route fin 2012

Le premier ministre en particulier s'est montré sensible par le passé à ce mouvement, qui pousse à l'ouverture et la mise à disposition de données publiques. Il s'est montré volontariste lorsqu'il était maire de Nantes et a fait signer à son équipe une charte incluant l'Open Data. Mais quel cap va suivre le gouvernement Ayrault en matière d'Open Data ? C'est la question posée par le député UMP Lionel Tardy au ministre en charge de la réforme de l'État, de la décentralisation et de la fonction publique. Car en effet, l'histoire récente a montré que la mise à disposition des données publiques dans un format réutilisable a parfois été accompagnée de certaines considérations pécuniaires.

Il faudra attendre la fin de l'année pour connaître précisément le cap fixé par l'actuelle majorité. Data.gouv.fr : Plateforme française d'ouverture des données publiques (Open Data) Data.gouv.fr : la plateforme d'open data française est en ligne. La très attendue plateforme d’open data, data.gouv.fr, a été officiellement lancée ce lundi 5 décembre.

data.gouv.fr : la plateforme d'open data française est en ligne

Etalab, la mission interministérielle chargée de coordonner l’ouverture des données publiques des administrations de l’Etat, a présenté les principales caractéristiques de la plateforme et posé les bases des prochaines étapes. Compte-rendu. > Un moteur de recherche avec 352 000 jeux de données 352 000 jeux de données publiques sont disponibles sur le site, produites par 90 acteurs, essentiellement des ministères mais également des collectivités territoriales ou la SNCF.

Si certaines de ces données sont nouvelles – notamment celles concernant les ministères du Budget ou de l’Agriculture - environ deux tiers proviennent des statistiques de l’Insee, réparties sur les 36 000 communes. « Aujourd’hui, ce n’est qu’un commencement, un début. La plateforme est avant tout un moteur de recherche – et en a d’ailleurs l’aspect. > Des dépenses de l’état à la pollution atmosphérique. La gratuité des données publiques encouragée par data.gouv.fr. Trois mois après la formation de l’équipe en charge de créer le futur portail data.gouv.fr, un décret et une circulaire sortis au Journal Officiel ce matin viennent préciser le cadre dans lequel ÉtaLab et les ministères vont travailler.

La gratuité des données publiques encouragée par data.gouv.fr

Coup de frein à la marchandisation des données publiques Le décret 2011-577 risque de ne pas faire plaisir à tous les intermédiaires qui vivent de la revente de données publiques sur le dos du travail des administrations. A partir du 1er juillet 2011, il sera beaucoup plus complexe pour une administration centrale de créer des barrières financières à l’accès à ses données publiques. Alors qu’elle pouvait jusqu’alors le faire sur simple initiative de son ministère de tutelle, elle devra désormais demander l’avis du Conseil d’orientation de l’édition publique et de l’information administrative (COEPIA) et la publication d’un décret dédié (donc après validation par les services du Premier ministre). Les données payantes le resteront au moins jusqu’en 2012.

Etalab

Données publiques : l’Etat adopte un principe de gratuité pour la réutilisation. Publié le 27/05/2011 • Mis à jour le 24/06/2011 • Par Romain Mazon • dans : France La circulaire et le décret du 26 mai, publiés au JO du 27 mai, entérinent de précédentes déclarations de François Fillon lors de l’annonce de la création de la mission Etalab : le principe de la gratuité pour la réutilisation des données publiques.

Données publiques : l’Etat adopte un principe de gratuité pour la réutilisation

Le Premier ministre fait siens, dans la circulaire, deux arguments traditionnellement mis en avant par les tenants de la gratuité pour l’opendata : l’exigence de transparence de l’action de l’Etat,et le potentiel de croissance économique promis par les services développés par les réutilisateurs. Les innovations sociales permises par les nouveaux services attendus ne sont pas, elles, citées. Décret et circulaire ont manifestement profités des premiers mois de travaux de la mission Etalab, dont les animateurs ont rencontré les principaux acteurs du secteur, associations ou entreprises. La liste des données soumises à redevance sera publiée sur un site internet.