background preloader

Lutte piratage numérique

Facebook Twitter

Synthèse : DRM - dispositifs de contrôle d'usage. Document réalisé par l’April avec des logiciels libres.

Synthèse : DRM - dispositifs de contrôle d'usage

Vous êtes encouragés à utiliser, copier, diffuser et modifier ce document selon les termes d’au moins une des licences suivantes : licence Art libre version 1.3 ou ultérieure, licence Creative Commons By Sa version 2.0 ou ultérieure et licence GNU FDL version 1.3 ou ultérieure. « Si les gens savaient qu’il y a un DRM, ce que c’est et comment ça fonctionne, nous aurions déjà échoué » (“If consumers even know there’s a DRM, what it is, and how it works, we’ve already failed”) Disney, dans The Economist, septembre 2005 Table des matières 1 Définition Les DRM sont des dispositifs qui ont pour but de contrôler l’accès aux œuvres numériques et l’usage qui en est fait, notamment en limitant la copie.

Par exemple, les DRM peuvent imposer : STOP aux DRM. Ebooks et Piratage : Non à Hadopi, les éditeurs choisissent d’autres solutions. Ebooks et Piratage : Non à Hadopi, les éditeurs choisissent d’autres solutions Il y a deux ans le Syndicat National de l’Edition avait fait savoir qu’il estimait que la Hadopi n’était pas appropriée pour lutter contre le piratage des livres numériques (lire notre article).

Ebooks et Piratage : Non à Hadopi, les éditeurs choisissent d’autres solutions

Vincent Montagne, Président du SNE, a annoncé mercredi, qu’il allait être proposé aux éditeurs adhérents « deux dispositifs de lutte contre le piratage à des prix raisonnables». Pour lutter contre le piratage des ebooks, le SNE va donc prochainement présenter à ses adhérents une solution automatisée de notification en vue du retrait des livres numériques illicites. Cette solution mutualisée va permettre à chaque éditeur qui y souscrira, d’envoyer en masse des emails aux sites pirates (le prix à payer sera basé sur le principe d’une tarification négociée, la somme n’a pas été précisée).

Les maisons qui opteront pour cette solution auront accès à un Back Office dédié incluant un outil de statistiques. E-FRACTIONS : distributeur et diffuseur, à faire sauter les verrous. C'est l'histoire d'un militant tourné vers l'avenir du livre et à petit prix, désireux de préserver la cohésion entre les maillons de la chaîne livresque à l'ère dématérialisée.

E-FRACTIONS : distributeur et diffuseur, à faire sauter les verrous

Au cours du mois de septembre 2013, la maison d'édition française E-FRACTIONS lançait ses nouveaux services de diffusion et distribution physique d'ebooks, activités ouvertes à ses pairs dont elle apprécie la ligne éditoriale. Basé en province à Faugères, dans le Languedoc-Roussillon, cet acteur papier et numérique veut contribuer aux meilleures accessibilité et découvrabilité de la littérature contemporaine, sous toutes ses formes, en rompant avec les têtes de gondoles et autres verrous DRM. Biotechnologies et Patent troll : protéger la propriété intellectuelle. La défense de la propriété intellectuelle est le combat premier des éditeurs.

Biotechnologies et Patent troll : protéger la propriété intellectuelle

Fait logique : c'est de l'exploitation commerciale des oeuvres que découle tout le commerce du livre. Et si l'on ne protège pas les droits que l'on a acquis, on peut risquer gros. La protection juridique est évidemment une approche première, qui a ses limites à l'ère numérique : c'est là qu'intervient le verrou numérique, qui est protéiforme.

Quelque part en 2010, des clients d'Adobe avaient découvert avec stupeur les conditions dans lesquelles les EPUB pouvaient être utilisés. Le principe des droits numériques était ainsi défini, pour les livres numériques Copying not allowed Printing not allowed Lending not allowed Reading aloud not allowed Bon, le principe de copie ou d'impression, voilà qui est déjà difficile à avaler. Poussons un peu la réflexion : les solutions techniques de protection de la PI interviennent fort logiquement dans l'environnement numérique. HACHETTE A L’ASSAUT CONTRE LE PIRATAGE DES LIVRES NUMERIQUES. La numérisation bouscule les modes de consommation des œuvres et depuis quelques années déjà la dématérialisation du livre a le vent en poupe.

HACHETTE A L’ASSAUT CONTRE LE PIRATAGE DES LIVRES NUMERIQUES

D’après une enquête Ipsos pour livre Hebdo, publiée sur le site du syndicat national de l’édition (SNE), « le taux de lecture de livres numériques progresse (…), 8 % des Français ont déjà lu un livre numérique contre 5 % en septembre 2009. » Le trauma de l’industrie du disque Numérisation des œuvres ne rime pas avec gratuité. Et c’est un véritable pillage, que connait depuis ces dernières années l’industrie du disque. Les majors se sont fait picorer leur part du gâteau par les offres de téléchargements illégales qui se multiplient sur la toile. Musique, photographie, livre, aucune œuvre n’est épargnée par le phénomène de contrefaçon sur le net. Syndicat national de l'édition. Depuis plusieurs années, le phénomène grandissant du piratage en ligne des livres numériques – et des livres imprimés, parfois numérisés illégalement, inquiète auteurs et éditeurs.

Syndicat national de l'édition

La lutte contre la diffusion illicite d’œuvres relève pleinement des missions du Syndicat national de l’édition agissant au soutien de la promotion et de la défense du droit d’auteur. En application de la Loi pour la confiance dans l’économie numérique de 2004, l’hébergeur et/ou l’auteur d’un site sur lequel un fichier est illégalement mis à disposition ne sont pas tenus d’une obligation générale de surveillance. En revanche, si le titulaire des droits leur a signalé la présence illégale d’un fichier, l’hébergeur et/ou l’auteur du site sont tenus de prendre rapidement des mesures pour retirer le fichier incriminé: c’est la procédure dite de notification (signalement de la présence illégale d’un fichier) et retrait.