background preloader

Nucléaire

Facebook Twitter

Ce pearltree est né suite à la catastrophe de Fukushima, qui m'a poussé à me documenter un peu plus sur le sujet, et a conforté mon opinion...

Il a pour vocation de rassembler des articles/dossiers/vidéos autour du nucléaire.


Tous les avis sont bienvenus, par contre, merci aux contributeurs de garder un peu "d'ordre" dans l'arbre, en essayant de garder des branches par "sujet".

Je vois qu'il y a de plus en plus de membres, alors n'hésitez pas à soumettre vos contributions. Radioactivité record sur un poisson pêché près de Fukushima. Un poisson pêché à des fins de contrôle près de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima présente un niveau impressionnant de contamination radioactive, plus de 2 500 fois supérieur à la limite légale fixée par le Japon, a annoncé, vendredi 18 janvier, l'opérateur du site.

Radioactivité record sur un poisson pêché près de Fukushima

La compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) a déclaré avoir mesuré dans un poisson appelé "murasoi" une quantité de césium radioactif égale à 254 000 becquerels par kilogramme, soit 2 540 fois la limite de 100 becquerels/kg définie pour les produits de la mer par le gouvernement. Le poisson, proche des sébastes, a été capturé dans la baie à proximité de la centrale Fukukshima Daiichi, victime, le 11 mars 2011, d'un gigantesque tsunami qui a saccagé quatre des six réacteurs, dispersant dans la nature d'importantes quantités de substances radioactives. A Fukushima, des "nettoyeurs" irradiés et sous-payés.

L'analyse de l'IRSN du déroulement de l'accident de Fukushima Daiichi en mars 2011. En raison de son poids, le démarrage de la vidéo peut demander quelques secondes.

L'analyse de l'IRSN du déroulement de l'accident de Fukushima Daiichi en mars 2011

Une version haute définition non chapitrée est également disponible sur les espaces vidéos de l'IRSN sur les sites YouTube et Dailymotion. Cette vidéo nécessite un lecteur Flash. Si vous n'en disposez pas sur votre ordinateur, vous pouvez le télécharger (gratuitement) sur le site d'Adobe : Le menu permet d’accéder aux différents chapitres du film, dont la durée totale est de 66 minutes. Sous la vidéo, la barre d’outils possède les commandes classiques : Lecture/Pause - Avance/Recul rapide - Chapitre Suivant/Précédent - Barre de progression – Retour au menu - Son (Silence/Volume) – Plein écran (touche Echap pour quitter ce mode). La barre de contrôle disparait après quelques secondes, et réapparaît en passant la souris dessus.

Un accident nucléaire, c'est la fin de la démocratie. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Antonio Pagnotta, photojournaliste Après deux ans de photojournalisme intensif sur les conséquences des catastrophes nucléaires de Fukushima, certaines conclusions se sont imposées qui rendent obsolètes tous les débats sur le coût du mégawatt électronucléaire et sur la sûreté de fonctionnement des centrales nucléaires.

Un accident nucléaire, c'est la fin de la démocratie

Prenons l'hypothèse d'un accident nucléaire en France : les conséquences ne seraient pas seulement économiques – le coût s'élèverait à 430 milliards d'euros par réacteur explosé, selon un rapport de l'IRSN. ACTUALITÉS FUKUSHIMA-INFORMATIONS. Le corium de Fukushima 1F1 : posé sur le plancher de la salle du tore 1F1 ? Distribution of the radioactive contamination in the Pacific Ocean from Fukushima. Un accident nucléaire du type de Fukushima coûterait à la France 430 milliards d'euros. Creys Malville, vidéo Creys Malville, vidéo Economie et société Vie sociale - Archives vidéos Economie et société Vie sociale. Récupéré: La Cour des comptes et les "vrais" coûts du nucléaire. Dans un rapport très attendu rendu public mardi 31 janvier, la Cour des comptes met à plat les coûts de production de l’électricité nucléaire, qu’il s’agisse des dépenses d’investissement passées, des dépenses courantes (charges d’exploitation) ou des dépenses futures (démantèlement et gestion des combustibles et des déchets).

Récupéré: La Cour des comptes et les "vrais" coûts du nucléaire

Ce que coûterait une sortie progressive du nucléaire en France. La durée de vie des centrales nucléaires françaises prolongée. Nicolas Sarkozy a décidé de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires françaises au-delà de quarante ans pour permettre à l'économie de disposer d'une énergie bon marché, a déclaré dimanche 12 février le ministre de l'industrie Eric Besson, précisant que le chef de l'Etat a demandé aux opérateurs "de procéder à tous les efforts de maintenance, de recherche des plus hauts standards de sécurité et de sûreté, pour faire en sorte que ce parc puisse être prolongé".

La durée de vie des centrales nucléaires françaises prolongée

L'extension de la durée de vie des réacteurs est considérée comme l'option la moins chère dans le rapport sur les scénarios énergétiques à l'horizon 2050 commandé par Eric Besson et dont la version définitive doit être présentée lundi. "La conclusion que j'en tire, c'est que ce serait un gâchis d'arrêter nos réacteurs à 40 ans", a déclaré le ministre lors d'une émission "Le Grand Rendez-vous" d'Europe 1, i-Télé et Le Parisien. Libérons l'énergie ! Les réacteurs de Berkeley, symboles de la complexité et du coût du démantèlement.

[beta] seismi.org. Pic de radioactivité inexpliqué à Fukushima. Deux hommes, en mars 2011, travaillant dans la centrale de Fukushima peu après l'accident du 11 mars. © NISA Pic de radioactivité inexpliqué à Fukushima - 2 Photos Lundi 1er août, Tepco, l’opérateur de la centrale de Fukushima, a annoncé avoir enregistré un niveau record de radioactivité au fond d’un puits de ventilation, entre les réacteurs 1 et 2.

Pic de radioactivité inexpliqué à Fukushima

Les radiations atteignent 10 sieverts par heure, le niveau le plus élevé depuis l’accident nucléaire du 11 mars dernier, qui a suivi le séisme et le tsunami. Le précédent pic, relevé le 3 juin dans le réacteur 1, n’avait atteint que 3 à 4 sieverts par heure. Une telle radioactivité est très dangereuse pour les ouvriers qui travaillent sur ce chantier. Centrale nucléaire menacée par le Missouri : une digue a cédé. La centrale nucléaire de Fort Calhoun, près de la ville d’Omaha, dans le Nebraska est menacée depuis la mi-juin par les eaux du fleuve Missouri en crue.

Centrale nucléaire menacée par le Missouri : une digue a cédé

Des digues de terre ont été érigées afin de protéger le cœur de la centrale contre toute inondation. Mais dimanche dernier, une de ces digues a cédé et l’eau s’est infiltrée dans le bâtiment qui abrite les turbines. Certaines rumeurs ont fait état de fusion de barres de combustible nucléaire et d’une fuite de tritium radioactif dans la rivière. Mais les autorités se veulent rassurantes vis-à-vis de la population locale inquiète. C’est ainsi que l’opérateur de la centrale, Omaha Public Power, affirme que tous les bâtiments importants de l’usine sont sécurisés : il n’y a fusion, ni fuite radioactive, selon lui. De même, selon la US Nuclear Regulatory Commission (NRC), il n’y a aucun danger. Les habitants des environs expliquent qu'ils sont toujours préoccupés par la fuite de substances radioactives, mais qu’ils ne peuvent rien y faire.

Fort Calhoun : le réacteur sur générateur de secours dimanche. Les générateurs diesel ont été mis en marche avec succès pour pallier à des difficultés d’alimentation de la centrale en électricité par le réseau électrique.

Fort Calhoun : le réacteur sur générateur de secours dimanche

Comme à Fukushima, le système de refroidissement de la centrale dépend de la fourniture constante en électricité. Par ailleurs, plusieurs explosions ont créé des brèches sur des digues en amont de la centrale Nucléaire inondée de Fort Calhoun aux USA. La rupture de ces digues a provoqué l’inondation des champs de maïs jusque-là protégés. Les autorités gouvernementales ont d’abord démenti être à l’origine de ces explosions, et laissent entendre que des fermiers en colère seraient suspects, mais vendredi, Jeff Theulen, le coordinateur des opération d’urgence, a déclaré que les digues ont peut-être été rompues intentionnellement.

En effet, un corps d’ingénieurs de l’US army travaillait à niveler ces digues depuis une semaine. Nuclear Detonation Timeline "1945-1998". Jeremy Rifkin Nucléaire France. Les centrales nucléaires en France. A Brennilis, la centrale nucléaire est morte mais pas démantelée. La centrale de Brennilis, en Bretagne, est en déconstruction depuis 19 ans.

A Brennilis, la centrale nucléaire est morte mais pas démantelée

Le niveau de radioactivité du chantier d’EDF inquiète. L’ancienne centrale nucléaire de Brennilis (Emilie Vialet) A midi, dans ce petit village du Finistère campé dans le paysage vert et ondulé des Monts d’Arrée, l’heure de la sieste n’a pas encore sonné mais le bourg semble endormi. Aucun pas, aucun son de voix ne résonne dans ses rues désertes. Visite décennale à la centrale nucléaire de Fessenheim. Définition Centrale nucléaire - Encyclopédie scientifique en ligne. Centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne) Une centrale nucléaire est une centrale électrique, utilisant la fission nucléaire de matières fissiles pour produire de la chaleur dont une partie est transformée en électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie.

Définition Centrale nucléaire - Encyclopédie scientifique en ligne

L'électricité désigne également la branche de la physique qui étudie les...). C'est actuellement la principale mise en œuvre civile de l'énergie nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :). Histoire Le 27 juin 1954, la première centrale nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) civile fut connectée au réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Description Fonctionnement technique. Présentation du Réacteur à Eau Pressurisée. Ecole des Applications Militaires de l'Energie Atomique. Documents confidentiels internes à EDF révélant la dangerosité de l'EPR. L'Autorité nucléaire pointe des "faiblesses" du réacteur EPR.

Les vicissitudes de l'EPR, réacteur nucléaire de "3e génération" Combustible MOX. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le combustible MOX (ou MOx) est un combustible nucléaire constitué d'environ 7 % de plutonium et 93 % d'uranium appauvri. Le terme MOX est l'abréviation de « Mélange d'OXydes » (ou Mixed OXides en anglais) car le combustible MOX contient du dioxyde de plutonium (PuO2) et du dioxyde d'uranium appauvri (UO2), produit en poudre, granulés ou pastilles (Pellets)[1]. Actuellement, le MOX n'est produit que par le groupe français Areva[2]. Cette production constitue un débouché technique pour le retraitement nucléaire du plutonium issu des combustibles usés[3]. [Révélations] Areva au coeur du réacteur de Fukushima. Dès le mois de mai 2001, une procédure ouverte aux États-Unis condamnait l'utilisation du MOX dans le réacteur 3 de Fukushima.

Une centrale alimentée par Areva. Des experts de Greenpeace prévoyaient les risques. Dès le mois de mai 2001, Greenpeace préconisait de renoncer à utiliser du MOX, un combustible nucléaire, dans les réacteurs de Fukushima, dans le cadre d’une procédure conduite aux États-Unis. Le plus gros complexe nucléaire d'Europe va cesser la production de MOX.

Réflexions à propos du sarcophage de Tchernobyl : Le blog de Kad. Hasard du calendrier ou non, alors que les Japonais bataillent pour sécuriser les réacteurs endommagés de la centrale de Fukushima, on reparle du sarcophage de Tchernobyl. En effet, l'édifice protégeant les restes du réacteur accidenté avait été construit à la hâte, dans des conditions effroyables, et il montre désormais des signes de vieillissement accéléré. Les autorités ukrainiennes ont donc décidé de construire une nouvelle structure par-dessus l'actuelle afin de la renforcer. Ceci pose une question fondamentale au sujet de la centrale désafectée de Tchernobyl et de son réacteur numéro 4. Les restes liquéfiés du réacteur ayant fait fusion reposent aujourd'hui au fond d'un trou, provisoirement stabilisés.

Mais les matériaux nucléaires qui composent ce magma refroidi seront encore dangereux pour des centaines de milliers d'années. Des liquidateurs de Tchernobyl tentent de prendre d'assaut le Parlement. Un millier de "liquidateurs" de Tchernobyl ont tenté d'entrer dans l'enceinte du Parlement ukrainien, à Kiev, mardi 1er novembre. Ces hommes ont participé au nettoyage autour de la centrale de Tchernobyl après la catastrophe nucléaire de 1986 et protestaient contre un projet de loi qui vise à abolir leurs avantages sociaux. Le projet de loi, voté en première lecture en septembre, a provoqué le même tollé dans la société ukrainienne. Un bâtiment d'appui du sarcophage de Tchernobyl s'est en partie effondré. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir et Cédric Pietralunga Une destruction partielle des murs et du toit de l'enceinte de confinement du réacteur4 de Tchernobyl (Ukraine) est survenue mardi 12 février, selon le service de presse de la centrale, cité, mercredi matin, par le journal La Pravda et l'agence de presse Ria Novosti.

Les dégâts, touchant une surface de 600 m2 et provoqués par l'accumulation de neige, ont affecté un bâtiment annexe du réacteur. Accident de la centrale de Fukushima Daiichi : Modélisation de la dispersion des rejets radioactifs dans l’atmosphère à l’échelle mondiale - Version du 19 mars 2011. Le blog de Fukushima. Exclusive: Chris Martenson Interviews Arnie Gundersen: The Dangers of Fukushima Are Worse And Longer-Lived Than We Think « Speaking Truth to Power. Below is the transcript for Exclusive Arnie Gundersen Interview: The Dangers of Fukushima Are Worse and Longer-lived Than We Think Chris Martenson: Welcome to another ChrisMartenson.com podcast. I am your host, Chris Martenson and today I have the privilege of speaking with Arnie Gundersen of Fairewinds Associates.

In my eyes, a kind of living legend in the field of nuclear engineering. He has over thirty-nine years of nuclear industry experience and oversight and is a frequent expert witness on nuclear safety matters to the US Federal Government and private industry. Since the initial days of the disaster at Fukushima, Arnie and his staff at Fairewinds have produced hands down, the most thorough, measured, accurate analysis of the unfolding developments there. Arnie Gundersen: Thank you very much and I note that a lot of your readers have come to our site and I appreciate it.

Arnie Gundersen: Well thanks. Now, was it foreseeable? Arnie Gundersen: Yes. FUKUSHIMA... à voir ! Liens et vidéos Page initiée le 27 juillet 2011. {sciences²} FUITES – De l’urine radioactive chez des habitants de Fukushima. AFP/Christian Aslund. Fukushima > 8% du territoire japonais contaminé au cesium radioactif. Alors que le débat sur l'avenir du nucléaire fait rage en France, cette carte fraîchement publiée par le ministère japonais des Sciences invite à hiérarchiser les enjeux: sanitaires avant d'être économiques, encore que...

Fukushima: Démission d'un expert en protection nucléaire - En quête de science. 30 avril 2011 - Toshiso Kosako, expert en protection nucléaire et conseiller scientifique du Premier ministre japonais Naoto Kan depuis le 16 mars, a démissionné vendredi 29 avril 2011. Fukushima, silences coupables. Sous-informés par les autorités, de plus en plus conscients du risque d'une catastrophe dont ils sont, pour la plupart, dans l'incapacité d'évaluer la gravité, les Japonais sont désormais d'autant plus inquiets que fait aujourd'hui surface, à la lecture de la presse et grâce aux témoignages d'experts nucléaires diffusés sur des chaînes privées de télévision ou sur des blogs, l'arrière-plan nauséabond de ce drame : la puissance de ce que, par pudeur, on nomme le "lobby nucléaire".

Un milieu riche et puissant dont le coeur bat au ministère de l'économie, du commerce et de l'industrie (METI), qui a la haute main sur la politique nucléaire, et dont les ramifications comprennent la Fédération des compagnies d'électricité (FEPC), l'Agence de sûreté industrielle et nucléaire (NISA), les groupes industriels qui construisent les centrales - Toshiba et Hitachi en tête - et les opérateurs. L'ex-directeur de la centrale de Fukushima souffre d'un cancer de l'œsophage. Day Laborers Brave Risks at Japan’s Nuclear Plants. COUP DE GUEULE D ALEX SUR LA SITUATION NUCLEAIRE FRANCAISE - une vidéo Expression Libre. L'accident nucléaire de Fukushima est désormais considéré comme "terminé" Fukushima : l'usine de décontamination des eaux arrêtée cinq heures après sa mise en service. Démanteler la centrale de Fukushima doit prendre 40 ans. A Fukushima, des maires français face à "l'ennemi invisible" Comprendre l'accident de Fukushima en 3 minutes.

Informations Japon. Fukushima : rejets record d'éléments radioactifs en mer. Nouvelles craintes de fission nucléaire à la centrale de Fukushima. Japon : explosions en série, le scénario de l’accident nucléaire majeur se répète. Graphique des doses de radiations. Accueil - IRSN - Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire.


  1. jovial1 Oct 28 2014
    Très beau travail, et qui malheureusement ne fait que commencer. Bon courage, gardons l’œil ouvert !