background preloader

Reclus de Monflanquin

Facebook Twitter

"Reclus de Monflanquin" : comment une famille aisée et éduquée a pu se faire manipuler. Jean Marchand, l'époux de Ghislaine de Védrines, avec son avocat le 24 septembre 2012 (Pierre Andrieu/SIPA) Article initialement publié le 24 septembre 2012.

"Reclus de Monflanquin" : comment une famille aisée et éduquée a pu se faire manipuler

L’histoire de la famille Védrines, qui s’est fait manipuler par un pervers à Monflanquin, fascine la presse. Cette dernière se demande comment cette famille nombreuse –11 personnes en tout– a pu se faire manipuler alors qu’elle était composée de personnes de bonne éducation, d’un bon niveau social et économique. La réponse est simple : les pervers manipulateurs ne s’appuient pas sur les failles de l’intelligence de leurs victimes, mais sur leurs plus petites failles émotionnelles, des fragilités psychologiques, qui peuvent être passagères On croit toujours que seuls les gens qui ont un faible niveau d’instruction peuvent être manipulés ; ce n’est pas du tout le cas, cela n’a même rien à voir. Quant au fait que la manipulation ait concerné 11 personnes, le processus est le même que celui qui aboutit à la manipulation d’une seule. Manipulation mentale : un manifeste pour que les familles puissent porter plainte. Quelles séquelles pour les "reclus de Monflanquin" après dix ans de manipulation ?

Reclus de Monflanquin : dix ans de prison pour Thierry Tilly. Sous l'emprise du gourou. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Yves Bordenave - Bordeaux Envoyé spécial Sur la photo, on croirait Bill Gates.

Sous l'emprise du gourou

Le même visage de premier communiant que le temps aurait épargné. Des lunettes fines, les cheveux en ordre, la raie sur le côté. Né il y a quarante-cinq ans à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine), père de Loana, 10 ans, et d'Erwan, 5 ans, compagnon de Jessica, Thierry Tilly dévoile un petit sourire timide. Le cliché date un peu. Selon l'avocat bordelais Me Daniel Picotin, qui le poursuit depuis six ans, Thierry Tilly incarne "le Léonard de Vinci de la manipulation mentale". Au total, onze personnes, cultivées et actives. En huit ans, toute cette fortune a été pillée. Christine de Védrines, 59 ans, est à l'origine de la plainte qui a permis au juge bordelais Stéphane Lorentz de lancer un mandat d'arrêt européen contre l'escroc.

C'est par le biais de Ghislaine, l'une des filles de Guillemette, que Thierry Tilly est "entré" dans la famille. Ghislaine sera donc sa première proie. Reclus de Monflanquin (47) : nouvelle victoire judiciaire pour les époux Védrines. Voilà qui va faire jurisprudence.

Reclus de Monflanquin (47) : nouvelle victoire judiciaire pour les époux Védrines

Jusque-là la justice ne reconnaissait pas la manipulation mentale comme une insanité d'esprit sur un plan juridique. C'est désormais chose faite depuis l'arrêt rendu par la cour d'appel dans l'affaire des Reclus de Monflanquin. Deux de ceux-là, les époux Christine et Charles-Henry de Védrines, contestaient leur condamnation, à plus de 40 000 euros, pour le non respect d'un contrat en mandat exclusif de la vente du château familial qui les liait avec un agent immobilier de Monflanquin. La cour d'appel dans son arrêt reconnaît qu'au moment de la signature en janvier 2008, les Védrines, n'étaient pas sains d'esprit. Du coup, la justice jugent comme nul le contrat. Deuxième acte en décembre Un bon point pour Me Picotin, l'avocat des Védrines, qui le 18 décembre prochain ira demander, devant le tribunal de grande instance d'Agen cette fois-ci, l'annulation de la vente du château de Martel pour les mêmes raisons.

L'improbable envoûtement des reclus de Monflanquin. FAIT-DIVERS - Onze membres d'une même famille de l'aristocratie du Sud-Ouest envoutés.

L'improbable envoûtement des reclus de Monflanquin

Reclus dans leur château en Lot-et-Garonne avant un déménagement à Oxford, où ils dégringolent l'échelle sociale. Aux manettes dix ans durant, Thierry Tilly, redoutable gourou aux allures de premier de la classe et dont le procès - pour escroqueries, extorsion de fonds, abus de faiblesse sur personnes en état de sujétion psychologique ou physique et séquestration accompagnée d'actes de torture ou de barbarie - s'ouvre, lundi 24 septembre, devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. FTVi revient sur cette affaire d'emprise mentale hors norme. Cadres ou médecins, socialement intégrés, de "la haute" et bien éduqués, ils deviennent brusquement paranoïaques. Se terrent dans la demeure familiale transformée en bunker ultra-surveillé en 2001.

La rencontre.