Mooks

Facebook Twitter
Sur la couverture, en noir sur fond rouge sang, le visage de Nicolas Sarkozy. Un visage enlaidi, grêlé, tordu. Comme un portrait de Dorian Gray qu’on aurait enfin tiré de sa remise. En capitales, le nom de la revue Ravages. Le thème du numéro, pathologies de la République, s’égrène ensuite en plusieurs néologismes qu’on jurerait sortis d’un manuel de psychiatrie : carcéromanie, berlusconite, pédophobie, obscurantisme, cacophonie... Ravages Ravages

Schnock

Si vous aussi, vous ressentez l’envie d’échapper à l’hystérie de l’époque en faisant un pas de côté et en tournant poliment le dos au jeunisme ambiant, cette revue est faite pour vous. Elle vous fera replonger dans des œuvres parfois oubliées, rencontrer des personnages hauts en couleur, mémoires encore vivaces de notre patrimoine culturel, vous permettant ainsi de satisfaire vos goûts de jeune ou vieux Schnock. Ni rétrograde, ni passéiste. Schnock
Feuilleton
Ithaque