background preloader

Japon

Facebook Twitter

Abenomics. Au Japon, fausse audace économique, vrai nationalisme, par Katsumata Makoto. Juillet 2013. Après la victoire écrasante du Parti libéral-démocrate (PLD) aux élections sénatoriales, le premier ministre japonais Abe Shinzo dispose de la majorité absolue dans les deux Chambres. Alors que le pays a connu des années de déflation — depuis la crise de 1997 —, puis le désastre du séisme et de l’accident historique de la centrale nucléaire de Fukushima, en mars 2011, le gouvernement Abe a, dès son arrivée au pouvoir, le 28 décembre 2012, mis l’accent sur sa volonté de redressement économique.

C’est ce que les médias ont appelé les « abenomics », en référence aux « reaganomics » qui avaient marqué la première période du néolibéralisme américain sous la présidence de Ronald Reagan, dans les années 1980. Rompre avec l’orthodoxie ne suffit pas En revanche, la baisse de la (...) Taille de l’article complet : 2 518 mots. Vous êtes abonné(e) ? Connectez-vous pour accéder en ligne aux articles du journal. Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Accès sans abonnement. Baisse record de la population en 2013. Selon les estimations chiffrées communiquées mercredi par le ministère de la santé, le pays a enregistré 1'031'000 naissances l'an dernier, soit 6'000 de moins que l'année précédente. En revanche le nombre de décès a augmenté d'environ 19'000 par rapport à 2012 pour s'établir à 1'275'000. Il s'agit de la plus forte hausse depuis la deuxième guerre mondiale, selon le ministère. En 2012, la population globale de l'archipel avait déjà baissé de 219'000 personnes. Selon les estimations officielles, 2013 constitue un nouveau record. La tendance au dépeuplement est constante depuis 2007 au Japon où plus de 20% de la population est âgée de 65 ans et plus, une des proportions les plus élevées au monde.

D'un point de vue économique, ce déclin de la population n'est pas compensé par une politique d'immigration, prônée par exemple par le Fonds monétaire international, mais qui est quasi inexistante du fait des fortes réticences tant des autorités que des Japonais eux-mêmes. (afp) La vieillesse, un marché qui excite le patronat japonais, par Florian Kohlbacher.

Le vieillissement et, dans certains cas, la décroissance de la population ont des conséquences économiques, sociales, individuelles et organisationnelles importantes. Le Japon est à la fois le pays le plus touché par cette mutation démographique et le plus avancé en termes d’innovation et de développement d’un marché nouveau. La baisse de la population a commencé dès 2005. En octobre 2010, les personnes âgées de 65 ans et plus représentaient 23 % de la population, et celles de 50 ans et plus 43 %, soit les taux les plus élevés du monde. D’un côté, cette mutation fait peser la menace d’une pénurie de main-d’œuvre et d’une perte de savoir-faire, ainsi que d’un rétrécissement du marché intérieur. Selon les prévisions, un tiers des Japonais auront 65 ans ou plus en 2025. Dès 2005, cette baisse démographique s’est accompagnée d’une diminution de la force de travail. Depuis 2007, la génération des baby-boomers est en mesure de partir à la retraite.

Inflation : le Japon joue avec le feu... Le Japon à l'heure du virage nationaliste. Comme une éclipse, ou presque. Absent du pouvoir pendant près d’un demi-siècle, le Parti démocratique du Japon (PDJ) a été massivement rejeté moins de quatre ans après avoir pris les rênes de l’archipel. Elu pour redonner du tonus au pays qui glissait lentement mais sûrement sur la pente de la récession, le parti du premier ministre Noda Yoshihiko est tombé, faute d’avoir su faire face à la catastrophe de Fukushima, aux défis de la reconstruction et d’avoir pu redonner espoir à la population. Le rejet de ce parti a atteint son paroxysme avec le doublement du taux de la TVA (de 5 à 10 %) qu’il a initié et qui sera effectif d’ici à 2015.

Le PDJ et ses alliés passent ainsi de deux cent quarante-huit sièges en 2009 à cinquante-six élus ! Un désaveu total. Le Parti libéral démocrate (PLD) rafle la mise et retrouve le pouvoir. Un discours musclé De toute évidence, les électeurs japonais sont sensibles à un nationalisme renforcé. Sept premiers ministres en six ans M. "La catastrophe de Fukushima a révélé les maux du Japon actuel" LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Philippe Pons ((propos recueillis)) La catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima, consécutive au séisme puis au tsunami du 11 mars 2011, marque une rupture dans l'histoire moderne du Japon. Non seulement parce qu'elle a révélé l'ampleur de la collusion entre l'Etat et les intérêts privés sur laquelle est fondée une expansion économique qui entraîne des risques pour la population, mais aussi parce qu'elle a réveillé une partie de l'opinion. Depuis l'été s'est ouvert un nouvel espace politique : la rue.

Chaque vendredi soir, des dizaines de milliers de personnes manifestent pacifiquement leur opposition au nucléaire devant la résidence du premier ministre. Une mobilisation populaire qui pourrait peser sur les élections générales anticipées du 16 décembre. Special Report: Japan's homeless recruited for murky Fukushima clean-up.

Radiation level spiked up in west coast of Japan for about 10 hours. Posted by Mochizuki on December 1st, 2012 · 1 Comment According to Ministry of Education, Culture, Sports, Science and Technology, radiation level spiked up in Komatsu city Ishikawa. It jumped up from 0.05 μSv/h to 0.1 μSv/h between 10:30 and 20:00 of 12/1/2012. Source Français : Il y a eu un pic de radioactivité sur la côte ouest du Japon pendant environ 10 heures Selon le ministère de l’Education, de la Culture, des Sports, de la Science et des Technologies, le niveau de radioactivité est monté dans la ville de Komatsu, préfecture d’ Ishikawa.

Il est passé de 0,05 μSv/h à 0,1 μSv/h entre 10:30 et 20:00 ce 1er décembre 2012. 3/30から5/5まで、おれ氏はキプロスを調査しておりもす。 調査費は自腹で、見積もりを出す以前にキプロスに飛び込んでしまいましたが、未開の地を開拓するサソタ・オレオ号にみなさんのオレオを投資して頂けると嬉しいです。 現在の総オレオ/目標オレオ:81/222.5 Fukushima Diary can accept donation directly at bank.Le Fukushima Diary peut recevoir des dons directement à sa banque.Fukushima Diaryは銀行口座でも直接寄付を受けられます。 Thank you for your donation. Recurring Donations. 情報は以下のとおりです。 » 1200 Démographie du Japon. Prenons aujourd’hui un peu de recul sur la Crise, pour observer des tendances décennales avec la démographie. Celle du Japon est une des plus dégradée au monde. On observe que le taux de fécondité du Japon n’est plus de 1,5 enfant par femme, alors qu’il doit être évidemment égal à 2 pour assurer la stabilité de la population. Il entraîne donc un fort recul des naissances.

Il saute aux yeux que la natalité ayant fortement diminué depuis les années 1970, jusqu’à dépasser la mortalité, la population commence donc à diminuer au Japon. Dans la série Peak Everything, le pic de population a ainsi été atteint en 2004, avec 127,8 millions d’habitants. Le Japon entame actuellement son inéluctable déclin démographique. Car si la “croissance infinie” de la population n’est ni possible ni souhaitable, un recul aussi violent et rapide s’apparente à un suicide démographique, et bouleversera la société japonaise par le vieillissement généré.

La pyramide des âges montre l’ampleur des dégâts : » 0650 PIB du Japon. Les chiffres du PIB japonais viennent d’être publiés. Observons tout d’abord l’évolution du PIB nominal, en trillions de Yens courants : Le coup d’arrêt à la croissance donné à partir de 1990 est patent. Comme quoi, entre la croissance et la décroissance (dont on nous abreuve), il y a évidemment une alternative : la stabilité… Mais nous en reparlerons. Toutefois, le Japon ayant connu de longues périodes de déflation, il convient d’analyser le PIB en yen constants : En fait, corrigé de l’inflation, le PIB a très légèrement augmenté. La cassure de 2008 est notable, et le PIB est stable depuis. On constate que le peu de croissance est liée à la consommation des ménages, aux dépenses gouvernementales et aux exportations. Pour être encore plus précis, il convient au vu de la situation démographique catastrophique du Japon de regarder le PIB par habitant : On constate que si le PIB par habitant augmente encore, sa croissance devient extrêmement faible : 0,4 % en moyenne sur la dernière décennie.

Le Japon, un pays suspendu à un fil. 230%, voilà le rapport PIB/ dette du Japon, un ratio qui aurait de quoi faire rêver la Grèce ou l'Irlande. Le succès économique du Japon après guerre fut incroyable. Les élites au pouvoir élaborèrent un modèle de développement mêlant certains aspects « keynésiens » alors en vogue en Europe de l'ouest, à savoir un état-providence, une planification destinée à orienter l'investissement des entreprises et l'investissement public en infrastructures, un enseignement de masse destiné à promouvoir une main d'œuvre hautement qualifiée. On a souvent dépeint l'économie japonaise comme une économie « socialiste », et c'est faux. Une histoire blitz du Japon moderne De 1945 aux débuts des années 60, les salaires et les conditions de travail furent sacrifiés sur l'autel de l'économie, la police se chargeant de mater un syndicalisme très offensif au nom de la lutte contre le communisme, avec l'aide de la pègre et du gouvernement américain.

Les bulles éclatent sans crier gare. Il faut l'avoir vu. Le Japon va mettre en place un nouveau plan de relance de l'économie - Japon. Le Japon a décidé, ce mercredi 17 octobre, de mettre en oeuvre un nouveau plan de soutien à son économie, la troisième du monde. Il investira douze milliards de dollars (9,6 milliards d'euros) pour prévenir une nouvelle récession alors que l'activité sur ses principaux marchés d'exportation est en très net ralentissement.

Les économistes doutent de l'impact à moyen et à long terme de ce nouveau plan. Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles Ce plan de douze milliards de dollars sert moins à soutenir l’économie qu’à sauver - si c‘est possible - d’un naufrage électoral le parti de centre-gauche du Premier ministre Yoshihiko Noda. Des élections générales approchent. Ces douze milliards de dollars seront investis dans les énergies renouvelables, la santé et l’agriculture déjà la plus subventionnée au monde. Pour le moment, le Japon ne doit rien au monde extérieur ou presque, mais plus pour très longtemps. Cérémonies / KAO OKYO Les visages de Tokyo. Cérémonies. On était arrivé à la fin d’une civilisation. Une parmi d’autres. Celle de nos parents s’était éteinte avec le vacarme mondial d’un conflit auquel ils n’avaient pas cru. Durant des mois, la terre avait tremblé à cause des hommes. Nous avons essayé. Ils étaient les membres les plus importants du système.

Stéphanie Hochet Cliquez sur le diaporama pour le voir en plein écran. KAO OKYO . Ils s’appellent Hayato, Tomohisa, Akira, Mineto,Teppei…les prénoms japonais traduisent toujours une pensée poétique positive, et pourtant l univers auquel certains de ces hommes appartiennent est hermétique à toute évasion spirituelle. Salarymen, est un terme anglais, crée par les japonais pour désigner le salarié nippon voué corps et âme à son entreprise. Ils voient très peu leur famille, car leurs soirées sont aussi très souvent occupées. Oublier de prendre le dernier train pour rejoindre la famille, les enfants. . « Je travaille 10 heures par jour, comme informaticien dans une grande société. Les ventes de couches pour adultes dépassent celles pour bébés au Japon. SPECIAL JAPON: Un point de vue historique sur la crise japonaise aujourd'hui.