background preloader

Mal de dos

Facebook Twitter

Dorsalgie. Récemment, 35 % des Français déclaraient avoir souffert d'une lombalgie au cours des douze derniers mois. "Tour de reins" ou "reins en compote", les causes peuvent être nombreuses, d'où l'importance d'un très bon diagnostic. Détaillons les origines des maux de la partie basse du dos. Le scénario est malheureusement trop classique : vous vous penchez pour lacer vos chaussures, une décharge électrique vous parcourt la jambe. Votre dos vient tout simplement de se rappeler à vous en vous faisant payer la facture des nombreuses années de négligences et d'efforts inconsidérés. Les névralgies d'origine lombaire : du lumbago à la hernie discale Lorsque vous souffrez d'une névralgie d'origine lombaire, c'est souvent que le noyau du disque vertébral - ou un fragment de celui-ci - vient d'être expulsé de l'anneau fibreux.

Si la hernie se situe dans la partie postérieure du disque, elle peut se trouver au contact du nerf rachidien. Le lumbago ou le "tour de reins" Le mal de dos provoqué par... la bactérie de l'acné. Les antibiotiques permettraient de soigner le mal de dos chronique. Une étude danoise révèle que dans 40 % des cas, le mal de dos serait provoqué par une bactérie, et qu'un traitement antibiotique permettrait donc de soulager la douleur. Selon l'équipe de scientifiques danois dirigés par le Dr Hanne B. Albert, professeur à l'université du Sud du Danemark, qui a publié les résultats de ses recherches dans la revue spécialisée European Spine Journal, 80 % des 162 participants à l'étude – qui souffraient de douleurs depuis plus de six moins après une hernie discale et la formation d'un œdème autour de la colonne vertébrale – ont affirmé moins souffrir après la prise d'antibiotiques trois fois par jours pendant cent jours.

"Chez les personnes ayant reçu des placebos, il ne s'est rien passé", a déclaré le mardi 7 mai à Londres, lors d'une conférence de presse, le Dr Albert. Ces essais viennent confirmer de précédentes recherches qui avaient déjà lié certains cas de douleurs dorsales chroniques à la présence d'une infection bactérienne. Mal de dos : et si c'était la cigarette ? De précédentes études ont montré un lien entre le tabagisme et les douleurs dorsales. Des chercheurs de l'université de Floride aux Etats-Unis ont souhaité précisé ce lien.

Ils ont suivi 5333 personnes souffrant de maux de dos et de hernies discales pendant une prise en charge médicale classique sur une durée de 8 mois. Au début de l'étude les chercheurs constatent déjà que les personnes qui fument ont plus de douleurs dorsales que les non-fumeurs. Tous ont ensuite reçu un traitement, allant de la chirurgie aux simples médicaments anti-inflammatoires.

Au bout de 8 mois le résultat est toujours le même : les personnes qui fument ont plus de douleurs. Pour les chercheurs ces résultats confirment bien que la nicotine accentue les douleurs. A lire également : Fumer détruit les neurones Arrêter de fumer diminue le stress Référence Caleb Behrend, Mark Prasarn, Ellen Coyne, MaryBeth Horodyski, John Wright, Glenn R.

Ne plus avoir mal au dos avec des conseils simple sur les maux de dos et cervicaux. Voici une suite d’articles sur le mal de dos. Je vous recommande de visiter mon site sur la méthode que je préconise, qui explique en détail ce qui est évoqué à travers ses articles. Daniela Vannuchi diplômée en Biokinétique (C.S.C.S) Le mal de dos est certainement quelque chose dont nous entendons de plus en plus de personnes se plaindre de nos jours et en arrive même à prendre le titre du mal du siècle. Avec plus de 100,000 édits scientifiques au bout de trente années, il semblerait que le mal de dos ait fait plusieurs millions de victimes. En effet, nous remarquons que de plus en plus de médicaments et de traitements sont par ailleurs proposés pour soulager ou même faire disparaitre ces maux qui tourmentent tellement d’individus et qui les empêchent de vivre une vie normale.

Bien évidemment, les années qui passent ont aussi contribué à ce que cette pathologie change peu à peu de visage. 1. Le mal de dos est un terme général qui amalgame plusieurs types de douleurs. 2. 1. 2. 3. 4. 5. Se muscler le dos - Exercices de musculation du dos. Véritable charpente de notre squelette, notre colonne vertébrale doit être entretenue chaque jour. Alors que notre mode de vie devient de plus en plus sédentaire, quelques exercices peuvent vous épargner bien des désagréments. Prenez quelques minutes chaque jour pour vous réconcilier définitivement avec votre dos. Nous vous présentons cinq exercices qui vous permettront de relaxer et entretenir les muscles lombaires, des cuisses et des abdominaux.

Une bonne ceinture abdominale et des cuisses musclées sont autant de garanties de la bonne santé de votre dos. Renforcement et relaxation des muscles lombaires Le relevé de bassin au sol : Position de départ : Allongé sur le dos, les bras tendus le long du corps au sol, jambes fléchies jointes, pieds au sol. Exécution de l'exercice : Expirez en décollant les fesses du sol, en contractant les fessiers et sans creuser le bas du dos. Entraînement : 6 séries de 20 répétitions Dos creux et dos rond à quatre pattes Position de départ : A quatre pattes. Mal de dos, 10 exercices contre le mal de dos. Le mal de dos, quand il est d'origine mécanique, se soigne avec des exercices de musculation et d'étirements actifs de la colonne vertébrale et des auto-massages profonds sur les muscles dorso-lombaires à faire au moins 3 fois par semaine, idéalement tous les jours. Le mal de dos d'origine inflammatoire est moins répandu (1 patient sur 20).

Il est la conséquence d’une maladie auto-immune sous-jacente qui peut s’aggraver avec le temps. Réaliser des radiographies et des bilans sanguins permet de distinguer le type de mal de dos dont on souffre, mécanique ou inflammatoire. Causes du mal de dos Sollicitation musculaire excessive Vertèbres, disques, muscles et nerfs sont impliqués dans le mal de dos mais il semble bien que le dysfonctionnement des muscles dorsaux, et notamment du muscle multifidus, à la suite d'un geste souvent anodin exécuté en extension ou en rotation dorsale, soit la cause dominante des lombalgies, lumbago et autres douleurs lombaires.

Préparation physique inadaptée Le sport. 1 : Mal de dos traitements -Les solutions médicamenteuses. Plus de 100 000 publications scientifiques en 30 ans, plusieurs millions de victimes… Le mal de dos est bien le mal du siècle. Pour preuve : 60 à 90 % de la population française en souffre. Pour améliorer la qualité de vie des patients, des solutions médicamenteuses sont disponibles. La proportion de personnes souffrant de mal de dos n'a fait qu'augmenter ces vingt dernières années. Des années pendant lesquelles cette pathologie a changé de visage. Aujourd'hui, les personnes qui en souffrent sont moins des travailleurs de force que des travailleurs statiques, bricoleurs du dimanche et autres stressés de la vie moderne.

Pour les aider, différents types de prises en charge sont disponibles, parmi lesquelles les traitements médicamenteux, par voie générale et/ou locale. Trois catégories sont couramment utilisées. Les antalgiques Ils ne sont là que pour vous rendre les douleurs plus supportables. Définitions des trois paliers des antalgiques définis par l'Organisation Mondiale de la Santé. 2 : Mal de dos traitements -Les solutions médicamenteuses. (Page 2 sur 2) Les anti-inflammatoires Ils atténuent les douleurs excessives en cas d'inflammation importante et sont plus efficaces que les antalgiques chez certaines personnes. On en distingue trois sortes. Et comme leurs cibles d'action ne sont pas les mêmes, il est possible de les associer. Les non-stéroïdiens : aspirine, ibuprofène… Les corticostéroïdes ne sont pas recommandés à long terme dans le traitement de la lombalgie chronique. Ils ne doivent être utilisés que sur le court terme ; Les myorelaxants : sont utiles quand la contracture est excessive et trop prolongée.

Les antidépresseurs tricycliques Ils ont un effet antalgique modeste chez le lombalgique. Ils sont proposés sous forme de gels et de pommades à faire pénétrer par les pores de la peau. Les corticoïdes Les infiltrations épidurales et intra-articulaires de corticoïdes semblent avoir un effet à court terme sur les lombalgies selon l'ANAES. Mais d'autres solutions non-médicamenteuses existent. Karine Hurstel Sources : 1 : La hernie discale- Mal de dos. Le "mal du siècle", une expression commune pour désigner le mal de dos.

La hernie discale en est l'une des causes. Cette affection des disques intervertébraux se caractérise le plus souvent par une lombalgie ou une sciatique. Symptômes, diagnostic et traitements, Doctissimo fait un tour d'horizon de la hernie discale. Souvent à l'origine de douleurs lombaires, accompagnées ou non de sciatique, la hernie discale serait responsable de 2 % des maux de dos. Le coupable : un disque intervertébral fissuré. Le point sur cette affection, des symptômes aux traitements. Une déformation du disque intervertébral en cause La hernie discale est une maladie liée au déplacement d'un des disques intervertébraux. Hernie : des symptômes au diagnostic Les manifestations de la hernie discale sont très variables d'un patient à l'autre. Les voies thérapeutiques Les hernies discales sont plus ou moins sévères et les douleurs varient en fonction des patients. 2 : La hernie discale- Mal de dos.

(Page 2 sur 2) Les hernies discales sont plus ou moins sévères et les douleurs varient en fonction des patients. Il existe donc quatre approches possibles : Le traitement médicamenteux, à base d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), d'antalgiques ou de myorelaxants (décontractants musculaires). Prescrits sur de courtes durées et accompagnés d'un repos, ces traitements suffisent dans la plupart des cas pour supprimer les douleurs. La hernie peut persister malgré l'absence de douleurs ou bien disparaître toute seule L'infiltration locale d'anti-inflammatoires (corticoïdes) est proposée en cas d'échec au traitement médical.

Quel que soit le traitement choisi, il est souvent accompagné de séances de rééducation chez le kinésithérapeute. La hernie discale disparaît d'elle même dans 50 % des cas et les traitements non-chirurgicaux permettent la guérison dans 80 % des cas. Sarah Laîné.