Les visionnaires hétérodoxes

Facebook Twitter

Jérôme Batout : "L'Europe vit une crise de croyance dans la croissance" Jérôme Batout a eu l'intuition que ses recherches sur la finance ne pouvaient être envisagées qu'à travers la philosophie.

Jérôme Batout : "L'Europe vit une crise de croyance dans la croissance"

"L'Itinéraire de la valeur", la thèse qu'il vient de soutenir, est une reconstitution sur la très longue durée de la manière dont l'humanité a tenté de donner un sens à son action. Cela lui permet d'avoir une lecture très originale et stimulante de la crise actuelle. Qu'est-ce qui vous permet de dire que l'idée de croissance n'a pas toujours conduit les sociétés humaines ? Les hommes ont toujours agi sur ce qui les environne : c'est une constante.

Simplement, ils n'ont pas toujours donné à cette action la même finalité. Jérôme Batout : "L'Europe vit une crise de croyance dans la croissance" Jérôme Batout : "L'Europe vit une crise de croyance dans la croissance" Manifeste d’économistes atterrés, 01/09/2010. From Gilles Raveaud Cette initiative d’André Orléan, président de l’AFEP, et de Philippe Askenazy, Thomas Coutrot et Henri Sterdyniak Manifeste d’économistes atterrés, 01/09/2010 [looking for someone to translate this into English] Introduction La reprise économique mondiale, permise par une injection colossale de dépenses publiques dans le circuit économique (des États-Unis à la Chine), est fragile mais réelle.

Manifeste d’économistes atterrés, 01/09/2010

Quand la finance prend le monde en otage, par Frédéric Lordon (L. Spéculation immobilière, ralentissement économique « La tourmente que traversent actuellement les marchés financiers va peser sur la croissance mondiale », estime le directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI), M.

Quand la finance prend le monde en otage, par Frédéric Lordon (L

John Lipsky. Comment protéger l'économie réelle, par Frédéric Lordon (Le Mond. Spéculation immobilière, ralentissement économique En complément de son article publié dans Le Monde diplomatique de septembre, et qui analyse la crise financière partie cet été du marché américain du crédit immobilier (lire « Quand la finance prend le monde en otage »), Frédéric Lordon livre, dans cet article exclusif pour notre site Internet, ses pistes de réflexion sur la finance... et les moyens de limiter sa suprématie.

Comment protéger l'économie réelle, par Frédéric Lordon (Le Mond

Cet ensemble d’articles fait l’objet d’un débat sur notre site par Frédéric Lordon, septembre 2007 Aperçu Il se pourrait qu’il y ait du vrai dans l’adage populaire voulant qu’« à quelque chose malheur [soit] bon » — mais encore faut-il aller débusquer ce « quelque chose » là où il se cache... RR_seriePH_2007-1.pdf (Objet application/pdf) 167_20_03_2007_Lordon.pdf (Objet application/pdf) 168_27_03_2007_Lordon.pdf (Objet application/pdf) Sapir46.pdf (Objet application/pdf) La crise des subprimes, éclatement d’une bulle ou cris. La trêve estivale a pris fin.

La crise des subprimes, éclatement d’une bulle ou cris

L’actualité va bientôt reprendre ses droits et avec elle l’activité d’Horizons. Il arrive parfois que dans la torpeur des mois d’été survienne dans l’indifférence générale des évènements à portée historiques, les médias continuant à s’intéresser à l’actualité sportive, aux accidents de la route et aux diverses morts violentes qui surviennent ici ou là. Déjà au cours de l’été 2004, les prix du pétrole avaient commencé à flamber et il avait fallu plusieurs mois pour que l’on s’en inquiète. Au cours de l’été 2007, la crise des crédits à risques ("subprimes") a fait quelques unes, mais entre le discours rassurant des élites officielles et le dilettantisme des médias, l’affaire passe presque inaperçue ou elle est présentée sous un jour suffisamment technique pour être incompréhensible au grand public. Pourtant, cette crise pourrait bien annoncer un Krach de grande ampleur de tout le système économique mondial.

GEAB N°11 - Contents. Impact phase of the Global Systemic Crisis: Six aspects of Ameri. Archives du blog » L’immobilier américain. J’ai voulu faire le point sur la question et j’ai adressé le texte suivant à un quotidien qui m’a assuré vouloir le publier dans les jours qui viennent (L’immobilier américain et ses nouvelles courroies de transmission, Les Échos, le 18 juin 2007 : 15). « La dégringolade des marchés boursiers le 28 février avait été attribuée à la chute de la bourse de Chang-Hai le jour précédent.

Archives du blog » L’immobilier américain

Or, l’événement ne touchait qu’un marché périphérique et dans les jours qui suivirent, les commentateurs découvrirent deux nouveaux suspects : le discours prononcé par Alan Greenspan le 26 février où il n’excluait pas l’éventualité d’une récession fin 2007, ensuite, couronnant son érosion progressive au cours des mois précédents, la chute brutale de l’indice ABX, chute résultant d’une prise de conscience par les milieux financiers américains du taux croissant de bénéficiaires de prêts au logement incapables désormais de faire face à leurs échéances. Archives du blog » Une contagion qui n’en. L’indice boursier Dow Jones a perdu aujourd’hui 226 points, soit 1,6 % de sa valeur.

Archives du blog » Une contagion qui n’en

Rien de très surprenant, la volatilité de l’indice est en effet considérable depuis quelques semaines : la montée des taux rend le marché des obligations peu attractif, l’argent en excès cherche à se placer en bourse et du coup les cotes grimpent, mais comme les mauvaises nouvelles ne manquent pas ils dégringolent à intervalles réguliers, d’où l’effet de yo–yo que l’on observe en ce moment. La mauvaise nouvelle du jour, ce sont les résultats trimestriels de Countrywide, le numéro un du prêt immobilier et plus particulièrement ce que les analystes décèlent dans les chiffres publiés comme « effet de contagion » : les chiffres révèleraient que la crise du « sous–prime » est en train de s’étendre au secteur « prime », celui où – par opposition au « sous–prime » – les consommateurs disposent des moyens financiers qui leur permettent de rembourser leur emprunt. Archives du blog » Le « Grand Bouillon » o.

Le 24 juillet, dans la conférence de presse tenue pour ses actionnaires par Countrywide, la plus importante banque de prêt hypothécaire aux États–Unis, Angelo Mozilo, son PDG, faisait un rapprochement qui fit mouche entre le marasme financier actuel aux États–Unis et certains événements historiques : « On n’a rien vu de pareil depuis la Grande Dépression », déclarait–il.

Archives du blog » Le « Grand Bouillon » o

Le parallèle fit aussitôt la une des journaux. La comparaison fit non seulement trembler dans les chaumières mais elle encouragea également Mr. Edwards de Dresdner Kleinwort, une filiale du groupe Allianz, à proposer sa propre expression pour la Grande Crise qui s’annonce : « the Great Unwind ». « Unwind » est difficile à traduire : littéralement, c’est « déroulage », « débobinage », « dévidage ». 2007 » août. Hystériques et hypocrites Le Monde rapportait tout à l’heure que « La valeur des fonds gelés par BNP Paribas a beaucoup moins baissé que prévu ».

2007 » août

Comme je me suis intéressé dans plusieurs blogs récents (« Juste prix » et « juste valeur » et « Pas de Prix ! ») à une question d’actualité sur les marchés […] L’économie a besoin d’une authentique constitution Le texte ci–dessous a paru dans Le Monde Économie, en date du mardi 4 septembre, en page VI. Archives du blog » Le champ de mines s’éte. La façon dont je m’étais représenté en 2005 la crise à venir était un champ de mines où, ici et là, et de manière imprévisible, une mine exploserait en entraînant ou non d’autres à sa suite.

Archives du blog » Le champ de mines s’éte

Et c’est exactement ce qui est en train de se passer : on consulte les nouvelles financières sur Bloomberg, Reuters ou sur le site en ligne du Wall Street Journal et on lit qu’une autre « mortgage bank », un autre organisme de financement de prêts immobiliers prend le bouillon, ou bien comme hier, Sentinel, une firme qui avance à très court terme des fonds à ceux qui traitent sur les marchés de futures et qui se trouve à court de liquidités. Qu’une firme comme celle–là, au cœur même de Wall Street, ait des ratés, jette un froid : ça fait le même effet qu’un obus qui éclaterait au beau milieu de la zone verte à Bagdad. Archives du blog » Là où les optimistes et. Au cours des deux dernières semaines, les optimistes déclaraient « La crise est contenue : elle n’a pas débordé du domaine immobilier.

L’économie se porte comme un charme : on n’a jamais vu de crise véritable éclater quand le marché de l’emploi est en aussi bonne santé ! ». Ce matin, les optimistes déchantent : les économistes avaient prévu pour août la création de 110.000 emplois sur le marché américain, ils découvrent à la place, la perte de 4.000 ; les chiffres qui avaient été proposés pour juin et juillet sont eux revus drastiquement à la baisse : 69.000 pour juin au lieu des 126.000 originellement annoncés, 68.000 pour juillet au lieu de 92.000. Le capitalisme, un système économique condamné par la science. Crise systémique globale / USA-UK - L. Le risque des Euro-divergences : le cas exemplaire de l’Espagne, En mars 2007, Martin Wolf analysait la situation économique espagnole - alors apparemment florissante - et mettait en garde contre la douloureuse purge qui allait inévitablement se produire après l’éclatement prévisible de la bulle immobilière, financée comme il se doit à crédit.

La solution habituelle en la circonstance, consistant à tabler sur les exportations afin de compenser la contraction de la demande intérieure, s’avérera extrêmement douloureuse, avertissait-il, les salaires devant en supporter le poids, en l’absence du mécanisme d’ajustement du taux de change. --- Les vues de Wolf n’ont rien perdu de leur actualité pour les pays les plus fragiles de l’Europe, même s’il n’envisageait évidemment pas, à l’époque, la charge supplémentaire que le secteur public serait contraint de devoir supporter pour prévenir l’effondrement total de l’activité.

Crise, la croisée des chemins. Il y aurait matière à faire un sort à tous les ahuris qui depuis l’été 2007 ne loupent pas une occasion de se féliciter que « le pire est derrière nous le plus dur est passé la crise est terminée ». On rappellera qu’ils n’en sont jamais qu’à leur troisième tour de piste (automne 2007, printemps 2008, fin 2009) et que, vaillants comme on les connaît, on peut être tout à fait certains, le point chaud grec viendrait-il à relaxer, qu’ils ne nous décevraient pas pour une petite quatrième.

Stupéfiante comme elle devient, la situation ne laisse cependant pas trop le loisir de s’appesantir sur ce genre de chose – et puis le compte-rendu de la cécité réjouie est devenu une entreprise sans espoir. Stupéfiante, la situation l’est sans l’être tout à fait. Car la mutation de la crise de finances privées en crises de finances publiques, et leurs métamorphoses subséquentes en crises monétaires et en crises politiques étaient prévisibles dès la fin 2007.