background preloader

Les liens de la semaine du 3 juillet

Facebook Twitter

The Twitter Effect: How Social Media Changes the News Narrative. Matthew Arnold The Victorian poet and critic Matthew Arnold, best known for the bleak and cynically fatalistic love poem, “Dover Beach,” once described journalism as “literature in a hurry.”

The Twitter Effect: How Social Media Changes the News Narrative

As the news cycle has been spurred on by Twitter and social media, and quickened to the point of being nearly instantaneous, I can’t help but wonder what Arnold would think of the 21st-century version of “in a hurry,” and of the recent tendency toward brevity and first-person narration at the expense of both news value and style. Surprisingly, when grading my students’ feature stories last semester, I noticed that, contrary to my expectations, the stories were long.

Too long. I’d assigned 800-1,000 words and been graced with 1,200-word plus stories that, while grammatically correct and well-written, suffered from doldrum-like paragraphs in desperate need of a breeze, and also from the exceedingly long, flat quotes that I’d forbidden. Two factors contribute to this verbosity.

Related. Pottermore.com: bye bye les libraires old school ? L'auteure d'Harry Potter vient de lancer un site qui coupe l'herbe sous les pieds des libraires mais aussi de ses éditeurs.

Pottermore.com: bye bye les libraires old school ?

Encore un peu de Harry Potter ? … Welcome in Pottermore.com (jeu de mots facile, j’en conviens ;). Et voilà, J. K. Rowling, devenue auteure à succès avec sa gentille série fantasy pour ados (et grands enfants) Harry Potter, nous en propose un peu plus, avec le lancement du site Pottermore.com [en], dévoilé à la presse à Londres jeudi dernier. Les aventures d’Harry Potter, c’est donc fini, alors que le septième tome, Harry Potter et les reliques de la mort, scellait ses aventures de petit sorcier. Le plus, ce sont bien sûr les nouvelles expériences de lecture qu’offriront ces e-books : son auteure le promet, ils comporteront des illustrations et des éléments interactifs. Auteur du futur : tes droits numériques tu ne cèderas jamais.

Et si les conférences de rédaction étaient participatives ? Le journalisme participatif se fait de plus en plus de places : les sites d'infos s'ouvrent aux contributions des internautes.

Et si les conférences de rédaction étaient participatives ?

Ils rédigent des blogs, des commentaires. Mais pour la plupart, la collaboration avec les internautes s'arrêtent là. Journalism.co.uk raconte l'histoire de Norran, un journal suédois qui laisse ses lecteurs participer aux conférence de rédaction, et décider des sujets à traiter et des angles journalistiques. Le blog du Voyage de Mediareporter — 15 sources de revenus possibles pour un journaliste globe-trotter et blogueur (#1/3) Clickjacker le nouveau bouton suivre de Twitter. Fin mai (2011), Twitter annonçait le lancement de son nouveau « follow button »: Celui-ci permet en un clic, sans passer par la case Twitter (sauf pour se login via un popup), de follower des twittos.

Clickjacker le nouveau bouton suivre de Twitter

Comme vous pouvez le constater, nous avons installer des boutons follow dans la colonne de droite, donc n’hésitez pas à vous amuser avec en cliquant dessus Le rendu est simple et efficace, et Twitter rattrape ainsi Facebook qui a lancé son like button depuis un moment déjà, et a été fortement adopté par le world wide web. En permettant aux Internautes de s’abonner à du contenu sans les rediriger sur sa propre plateforme, Twitter va probablement observer de fortes augmentations dans le nombre de follows sur sa plateforme. Classement : les meilleurs journaux sur Facebook. Faut-il créer une page sur Facebook ?

Classement : les meilleurs journaux sur Facebook

Google+ : la véritable ambition de Google dans le web social. Fin mars, Google a lancé le bouton "+1".

Google+ : la véritable ambition de Google dans le web social

Un enrichissement du moteur de recherche perçu comme une réplique au bouton "Like" de Facebook. Et on a cru que l'incartade du géant de l'Internet dans le web social s'arrêterait là. Ce mardi soir, Google a enfin dévoilé sa vraie ambition face à l'essor des médias sociaux : "Google+". L'intention est claire : prendre le contre-pied de Facebook, ou, à défaut, combler ses lacunes. "Si une grande partie de ces échanges a aujourd'hui lieu en ligne, les outils à notre disposition y sont encore trop rigides et ne laissent que peu de place à la nuance, ce qui rend l'expérience inconfortable pour nombre d'entre nous.

La proposition de Google dans le Web social se découpe en 4 propositions : 4 Statistiques Sur Foursquare A Ne Pas Manquer. La semaine dernière, Foursquare a publié une infographie pour célébrer le franchissement d’un nouveau cap.

4 Statistiques Sur Foursquare A Ne Pas Manquer

En effet, le réseau de géolocalisation vient de passer la barre des 10 000 000 utilisateurs. Foursquare a été créé aux Etats-Unis en 2009 et y a trouvé une certaine audience. L’engouement pour ce réseau social s’explique en partie par son aspect ludique. Mais les entreprises ne sont pas en reste puisqu’il existe aujourd’hui plus de 400 000 entreprises dans le monde qui utilisent son système de coupons et de récompenses. Foursquare vient de lever 50 millions de dollars et sa valorisation atteint maintenant 600 millions de dollars. Where do tablets fit in your news organization’s future?