background preloader

Joel Bernat

Facebook Twitter

Hommage à J.-B. Pontalis (version française) - par Joel Bernat. Joël Bernat1 «Rue du Bac, Paris – J.

Hommage à J.-B. Pontalis (version française) - par Joel Bernat

-B. Pontalis» «Les petits faits inexpliqués contiennent toujours de quoi renverser toutes les explications des grands faits.»2 Bien évidemment, s’il s’agit bien ici de J-.B. Joël Bernat: D’une "logique cyclique" d’apparition des mouvements intellectuels et artistiques. La guerre n’est pas un temps initiant ou terminant une époque, mais qu’elle fait office de révélateur ou, mieux, d’amplificateur d’un phénomène commun, repérable dans ce que l’on nomme communément « conflit de générations ».

Joël Bernat: D’une "logique cyclique" d’apparition des mouvements intellectuels et artistiques

C’est ce conflit qui serait le lieu bien plus exact des émergences du nouveau que ne l’est celui de la guerre. Nous allons envisager ce thème comme relevant de « cycles », et non pas d’un « développement linéaire » ou génétique, cette dernière représentation sous-entendant l’adhésion à certains mythes, tels celui du « progrès de l’humain » et son envers symétrique, le « mythe du déclin ». Conférence donnée à l’Université de Metz, le 30 septembre 2006, au Symposium international et transdisciplinaire: Réseau du sens – réseau des sens. De Joël Bernat. Publications de Joël Bernat sur Cairn.info. ➜Recherche avancée Publications de Joël Bernat diffusées sur Cairn.info Articles de revues.

Publications de Joël Bernat sur Cairn.info

Conserver un esprit non prévenu. Joël Bernat Interprétation et transmission de pensées : quel intérêt, pour l'analyse, peut-on attendre d'une telle approche ?

Conserver un esprit non prévenu

Certainement pas celui de satisfaire à quelque goût pour l'occulte, ce qui serait réduire la question à celle de l'animisme. Quel en est l'arrière plan, et que recouvre ce terme de transmission ? Il semble être un "mot valise" et n'indiquer qu'un résultat. Ainsi, l'expression "transmission de pensées" serait-elle une expression par défaut correspondant à l'évocation d'un élément tiers sis entre deux inconscients, expression qui viendrait dans un temps premier d'élaboration et principalement dans les termes de la première topique : mais en lieu et place de quoi vient-elle ?

Α Les 30 & 31 Mars 1910 se tient, à Nuremberg, le second congrès privé de psychanalyse. Théories sur la sexualité. Le processus psychique et la théorie freudienne. Joël Bernat (Extraits de Joël Bernat, Le processus psychique et la théorie freudienne, collection “Etudes Psychanalytiques”, L’Harmattan, 1996.)

Le processus psychique et la théorie freudienne

"J'ai un talent particulier pour le contentement fragmentaire. " S. Freud [1] "Dans les domaines auxquels nous avons affaire, la connaissance ne se présente qu'en éclair. Les théories psychanalytiques sur la sexualité psychique. Joël Bernat Nous pouvons isoler trois temps d'élaboration, dans l'œuvre de Freud, de ce qui constituerait une « clinique de la sexualité » bien plus qu'une « clinique des conduites sexuelles », et sans oublier non plus qu'il s'agit avant tout d'une « clinique sexuelle » Introduction « Dès l'instant où un homme remet en cause le sens et la valeur de sa vie, il est malade, car objectivement aucune existence ne peut en avoir; en se posant cette question, on admet simplement l'existence de libido insatisfaite qui aurait attendu quelque chose d'autre, une sorte de fermentation menant à la tristesse et la dépression.

Les théories psychanalytiques sur la sexualité psychique.

Je crains que mes explications n'aient pas l'air merveilleuses. Peut-être parce que je suis trop pessimiste. » Sigmund Freud à Marie Bonaparte, le 13 août 1937 Mais est-il possible de faire une « théorie de ou sur la sexualité - psychique » ? BernatOrgasme. Une notion boussole. Joël Bernat En quoi pourrions-nous affirmer que la question de la vision-du-monde est centrale pour l'analyse et l'analyste, si l’on se réfère aux Nouvelles conférences d'introduction à la psychanalyse ?

Une notion boussole

Car il y a à remarquer le peu d’estime ou de curiosité pour cette dernière des conférences, “ Sur une Weltanschauung ”, qui, une fois Freud disparu, fut au moins déconsidérée, sinon déniée ; par exemple, dans sa note introductive à l'édition anglaise, le traducteur James Strachey, la place radicalement “hors du champ de l’analyse”. Nous retrouvons cette tendance à effacer, non pas le nom de Freud mais les bases même de sa pensée, bases de la psychanalyse.

Cet acte est fait sous l’influence d'une vision-du-monde médicale, qui évacue l’Éthique sous prétexte de “ scientifique ”. I - Histoire de la notion. Deux éléments épistémologiques. Joël Bernat Nous savons combien Freud aimait se réclamer des Lumières et donc de sa méthode, dont il ne cessât de répéter un des axiomes de base : la science (psychanalytique) “ affirme qu’il n’y a pas d’autre source de connaissance du monde que l’élaboration intellectuelle d’observations soigneusement vérifiées (...) sans qu’il y ait par ailleurs de connaissance par révélation, intuition ou divination ”[2].

Deux éléments épistémologiques

Axiome souvent illustré dans ses écrits, lorsqu’il demande à d’autres de confirmer ou d’infirmer ses propres observations, ou lorsqu’il laisse reposer un texte au fond d’un tiroir pendant quelques mois ou années (le temps de perlaborer), ou encore, lorsque la pratique l’impose, renoncer et détruire les précédentes théorisations. Le système perception - conscience C’est en s’appuyant sur ce système que Freud put définir le fonctionnement psychique de l’analyste : le système Perception doit toujours rester vierge pour percevoir car conscience et mémoire s'excluent[6].

Réflexions sur la notion de cadre. Joël Bernat (notes sur le séminaire de juin 2003)

réflexions sur la notion de cadre

La crise du sujet savant. Joël Bernat (Conférence donnée au Colloque « Ethiques et modernités », décembre 2002, oganisé par l'U.F.R.

La crise du sujet savant

Langues et Civilisations Étrangères, CENTRE D'ÉTUDES GERMANIQUES ET SCANDINAVES « LIRA », « Littérature, religion, anthropologie ».) Introduction. La seconde Entstellung. Joël Bernat (Extrait de : Le processus psychique et la théorie freudienne, L’Harmattan, 1996.) "Rien // n'aura eu lieu // que le lieu" Une question symptôme. Joël Bernat Groucho Marx Quelques points de vues (le des questions) Bernat-JeBarbare. Chemins de la colère. Pour peu que l’on « reprenne ses esprits », tout cela semble bien curieux : il y aurait donc un état très particulier où notre je quitte l’abris de son moi, sortie qui s’accompagne d’échauffements à l’image d’une navette spatiale entrant dans l’atmosphère... Le désir manque ou plein. Joël Bernat (Conférence faite à la Société Philosophique du Luxembourg les 8 & 15 juillet 2004) Première partie «On a enseigné à mépriser les tout premiers instincts de la vie ; on a imaginé par le mensonge l'existence d'une "âme", d'un "esprit" pour ruiner le corps ; dans les conditions premières de la vie, dans la sexualité, on a enseigné à voir quelque chose d'impur.»

Nietzsche[1] « Ainsi, il y a entre Kant et les éléates, entre Schopenhauer et Empédocle, entre Eschyle et Richard Wagner de telles affinités et relations, que l'on est presque tangiblement poussé au rappel de l'essence très relative de tous les concepts de temps : il semble presque que certaines choses vont ensemble et que le temps n'est qu'un nuage qui rend difficile à nos yeux de voir cette parenté. Introduction. Cheminant avec Freud. Joël Bernat (Extrait de Le processus psychique et la théorie freudienne, Paris, collection « Études psychanalytiques », L'Harmattan, 1996) Par quel chemin ce qui surgit dans le champ du réel est-il perçu puis accède à la conscience ?

Quel est le processus psychique qui admet ou refuse une perception à la conscience ? Freud et la religion. Affirmation, négations et clivages. Joël Bernat: Les actes psychiques de négation. Quelques notes sur « L’invention de la dépression » Drogues : et nous serons comme des dieux ! Joël Bernat La fonction psychique du stupéfiant[2] (Conférence faite à la journée du CERCI sur les drogues, au Centre International des Langues de Nantes, le 24 Mars 2007)