background preloader

Innovation sociale

Facebook Twitter

Les fondements théoriques de la solidarité et leurs mécanismes contemporains. Existe-t-il des soubassements communs à différentes formes d’entraides des sociétés occidentales — génériquement rassemblées sous l’appellation de « solidarité » — et si oui, comment caractériser chacune d’entre-elles.

Les fondements théoriques de la solidarité et leurs mécanismes contemporains

En définitive, l’histoire de la solidarité est l’histoire des efforts faits par une société pour articuler d’un côté l’indépendance et la liberté de l’individu avec, de l’autre côté, une vie sociale contrainte. Pourquoi sommes-nous solidaire ? On peut distinguer des solidarités dites « naturelles » (familiale, par exemple) et des solidarités construites ; des solidarités contraintes et d’autres non-contraintes ; des solidarités bénéficiant à tous quand d’autres s’exerceront sur un socle moins large ; des solidarités désignant un simple constat l’interdépendance ou au contraire des solidarités prônées comme une valeur ; enfin certains fonderont les solidarités sur la morale (religieuse ou républicaine) tandis que d’autres en feront un argument de la raison.

L’économie collaborative au service du territoire. Les pratiques collaboratives se multiplient. © Marion Boulay La consommation collaborative : un levier de mutation pour des territoires durables Un simple système économique permettrait de redessiner nos territoires ?

L’économie collaborative au service du territoire

Pour ce qui est de l’économie collaborative on n’est pas loin de pouvoir l’affirmer. D’ores-et-déjà nos villes se dotent d’infrastructures permettant d’organiser et de faire fonctionner ces échanges. On voit, par exemple, se multiplier les aires de co-voiturage, les vélos ou véhicules en libre-service, les bricothèques, ou encore les espaces de travail partagés.

La consommation collaborative, quels bénéfices pour la ville ? Le design : un élément essentiel pour faciliter les échanges Quelles motivations pour consommer autrement ? La consommation collaborative a encore besoin de convaincre pour recueillir l’adhésion du grand public. Les interactions humaines : un potentiel de richesses pour le territoire. Coopération, co-opétition, collaboration, co-opportunité, économie collaborative, co-management, Co-Révolution… KesaCO? Faire simple. Repérer et soutenir les projets sociaux créatifs. Thérapie communautaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thérapie communautaire

La thérapie communautaire (ou thérapie communautaire systémique et intégrative) est une méthode thérapeutique collective créée par le professeur Adalberto Barreto au Brésil Définition[modifier | modifier le code] Dans la thérapie communautaire, c'est le groupe qui accueille, soutient et dégage les solutions. Cette thérapie est dite « systémique » parce qu'elle rapproche les difficultés individuelles des interactions sociales. Les individus ne sont pas vus comme isolés mais comme membres d’un réseau relationnel, capable d’autorégulation, de progression, de croissance. Au cours d'une séance, chansons, poèmes, musique, danse, proverbes, etc… amenés par les participants, enrichissent la thérapie par la diversité des codes d’expression. Cette thérapie est fondée sur deux présupposés fondamentaux : Historique[modifier | modifier le code] Actuellement, il existe au Brésil 36 centres de formation[3]).

Concepts[modifier | modifier le code] Qu’est-ce que l’intelligence collective ? Le thème de l’intelligence collective a fait l’objet de nombreux travaux durant les quarante dernières années.

Qu’est-ce que l’intelligence collective ?

Même si les appellations diffèrent, un objet commun semble se dégager : noosphère de Teilhard de Chardin, écologie de l’esprit de Gregory Bateson, écologie des représentations de Dan Sperber, sujet collectif de Michel Serres, cybionte de Joël de Rosnay, hive mind de Kevin Kelly, intelligence connective de Derrick de Kerckhove, super-brain de Francis Heylighen, Global Brain de H. Bloom, intelligence émergente de Steven Johnson, etc. Stricto sensu, l’intelligence collective est un concept régulateur qui peut être défini comme une intelligence variée, partout distribuée, sans cesse valorisée, coordonnée en temps réel, qui aboutit à une mobilisation effective des compétences [1]. L’intelligence collective constitue également un champ de recherche dont l’objet est l’étude de la coopération intellectuelle entre humains dans un environnement techniquement augmenté.

Repérer et soutenir les projets sociaux créatifs. Démocratie et Participation. Comprendre l'économie contributive en 9 minutes. Premier pas vers une gouvernance contributive. Un texte en première écriture qui sera probablement amendé au fil des réactions Notre société est aujourd’hui plus éclatée, les solidarités anciennes sont mises à mal tandis que de nouvelles commencent juste à émerger dans une économie mondialisée.

Premier pas vers une gouvernance contributive

Dans bien des domaines le pire côtoie le meilleur : les énergies renouvelables et le nucléaire mortifère de Fukushima ou l’espace de liberté d’internet et la surveillance massive de la NSA, les financements solidaires et les mafias des banques offshores. Ce monde à venir est profondément révolutionné par la troisième mutation des échanges entre les hommes et les femmes ; celle du numérique après l’invention de l’écriture puis de l’imprimerie. [2] Cet article présente, à travers une expérience locale, l’apprentissage d’une gouvernance contributive, à même de favoriser l’implication, le développement local, l’innovation sociale et le partage. Une suite qui reste à écrire …. Politique publique du numérique et démarche contributive.