April

Facebook Twitter

Le FBI saisit un serveur hébergeant un service de courriels anonymes. Cible des réseaux sociaux Facebook et Google+, l’anonymat est aussi attaqué par les autorités américaines.

Le FBI saisit un serveur hébergeant un service de courriels anonymes

Le FBI a en effet saisi mercredi un serveur à New York, suite à une enquête portant sur diverses alertes à la bombe à l’Université de Pittsburgh réalisées ces dernières semaines. Le serveur hébergeait un service offrant aux internautes Mixmaster, un « remailer » permettant d’envoyer des courriels anonymement. Une attaque contre l'anonymat Selon les organisations Riseup Networks et May First/People Link, toutes deux détentrices de la machine saisie, cette « attaque gratuite » vise l’anonymat dans son ensemble. « Cette saisie n’est pas seulement une attaque à notre encontre, mais une attaque à l’encontre de tous les utilisateurs d’Internet qui ont besoin de communications anonymes » résume Jamie McClelland, le directeur de May First/People Link.

‘I was the fall guy’: Julian Assange in his own words. Video : Pourquoi VLC veut lire les Blu-ray. Un particulier peut attaquer Facebook devant la justice française - Nouveau Monde - High Tech. CISPA, un projet de loi sur la cybersécurité controversé. Au début de l'année, les projets de loi américains SOPA et PIPA, destinés à lutter contre le piratage en ligne, ont suscité de vives polémiques. Pour enrayer le téléchargement illégal, SOPA (Stop Online Piracy Act) et PIPA (Protect Intellectual Property Act), entérinaient un blocage DNS (un blocage au niveau fondamental d'Internet, qui consiste à empêcher un navigateur Internet de "trouver" une page Web) des sites reconnus comme portant atteinte aux lois américaines sur le droit d'auteur. Les textes initiaux prévoyaient aussi un déréférencement de ces sites dans les moteurs de recherche, et un gel des comptes sur les sites de paiement électronique. Plusieurs initiatives, comme le black-out de Wikipedia, fin janvier, ont fait reculer les promoteurs de ces textes.

Mais désormais, les associations de protection de la vie privée s'inquiètent d'un nouveau projet de loi, baptisé Cyber Intelligence Sharing and Protection Act (Cispa). L’Hadopi américaine se dévoile, calquée sur les prémices français. Annoncée opérationnelle pour le 12 juillet prochain, l’Hadopi américaine prend forme.

L’Hadopi américaine se dévoile, calquée sur les prémices français

Le « Center for Copyright Information » (CCI) vient de préciser le mécanisme de réponse graduée, le « Copyright Alert System » (CAS). Présidé par Jil Lessers, qui a également travaillé pour AOL, le CCI sera doté d'un conseil exécutif composé de six membres représentant exclusivement les industries culturelles et les FAI. Un conseil consultatif est également mis en place, où siègeront plusieurs défenseurs des droits et libertés sur Internet, mais dont la portée semble bien dérisoire.

Le mécanisme de réponse graduée prend forme aux États-Unis. Londres va surveiller tous les e-mails, appels et visites de sites web. Comme le dit ce qui devient un adage trop connu, 1984 était un roman qui n'était pas destiné à devenir un manuel.

Londres va surveiller tous les e-mails, appels et visites de sites web

Pas plus que la bande dessinée V pour vendetta d'Alan Moore, qui a prêté son masque aux Anonymous. Ce week-end, la presse britannique a fait savoir que le gouvernement allait présenter une loi qui autoriserait la police et les services de sécurité à surveiller toutes les communications électroniques de l'ensemble des personnes résidant en Grande-Bretagne. Jusqu'à présent, seules les personnes faisant l'objet d'une enquête pouvaient faire l'objet d'une surveillance de leurs communications, sur autorisation. "Le nouveau système devrait autoriser les agents de sécurité à vérifier qui parle à qui, et à quel moment les conversations sont tenues exactement, mais pas le contenu des message", précise le Guardian. L'UE veut se doter d'un centre européen de lutte contre la cybercriminalité. Crédit Photo: D.R L'UE a fait part de son projet de créer un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité pour combattre la criminalité sur internet et protéger les consommateurs en ligne.

L'UE veut se doter d'un centre européen de lutte contre la cybercriminalité

La lutte contre la cybercriminalité s'organise au sein de l'Union Européenne. La Commission a présenté un projet de mise en place d'un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité dans le but d'améliorer la protection des entreprises et des citoyens contre les menaces informatiques. Ce centre, fait savoir l'UE, sera abrité dans les locaux d'Europol à La Haye.

OWNI