background preloader

April 2o15

Facebook Twitter

[Airbus, Eurocopter] Les services de renseignement allemands « sous-traitants » pour le compte des États-Unis. Les services de renseignement allemands ont espionné entreprises européennes, dont EADS, responsables et hauts fonctionnaires européens pour le compte des Etats-Unis révèle le quotidien allemand Der Spiegel.

[Airbus, Eurocopter] Les services de renseignement allemands « sous-traitants » pour le compte des États-Unis

Faisant d’eux, les « sous-traitants » des Américains. On se remémore les réactions courroucées de l’Allemagne apprenant que l’Agence de sécurité nationale américaine, la NSA, avait espionné des leaders mondiaux dont la chancelière allemande, Angela Merkel, en piratant son téléphone et sa boite mail perso. Des cris d’orfraie fortement relativisés lorsque, sur la base des Snowden’s Files, Der Spiegel, déjà, révélait que l’Allemagne collaborait non seulement avec la NSA depuis des décennies, mais qu’elle représentait sa base opérationnelle la plus importante sur le continent européen. Les nouvelles révélations du Der Spiegel vont plus loin et jettent un nouveau pavé dans la mare, plaçant l’Allemagne dans la ligne de mire.

Comment s’est formalisée cette sous-traitance ? AdBlock Plus déclaré légal en Allemagne. Alors qu'un groupement d'éditeurs allemands avait assigné en justice la société Eyeo GmbH, éditrice du logiciel bloqueur de publicité Adblock Plus, les tribunaux allemands ont finalement donné raison à l'éditeur de logiciel.

AdBlock Plus déclaré légal en Allemagne

Après 4 mois de procès, les créateurs d'Adblock Plus ont gagné leur procès devant les tribunaux de Hambourg, qui ont déclaré le logiciel comme étant 100% légal. Les plaignants étaient les sociétés Zeit Online GmbH et Handelsblatt GmbH, éditeurs notamment des sites Zeit.de, Handelsblatt.com et Wiwo.de. Ce cas risque de faire jurisprudence pour les cas à venir concernant des logiciels de blocage de publicité. Selon la société Eyeo GmbH, Adblock Plus est utilisé par près de 300 millions d'utilisateurs dans le monde. Il reste que les éditeurs de sites donnant de l'information gratuite vivent de la publicité et que la part de publicité bloquée est estimée entre 20% et 40%.

Source: Les enseignants britanniques obligés de dénoncer à la police leurs étudiants radicalisés. TV5 Monde admet une "bourde" Par: rédaction 10/04/15 - 21h24 Source: AFP TV5 Monde a concédé vendredi avoir commis une "bourde" après la diffusion à la télévision d'images montrant des mots de passe internet affichés sur les vitres d'un de ses bureaux, mais souligné que ces derniers avaient été scotchés après la cyberattaque dont elle a été victime.

TV5 Monde admet une "bourde"

"On ne fait pas fi du fait que c'est une bourde", a déclaré à l'AFP Yves Bigot, directeur général de la chaîne, soulignant que "les codes n'étaient pas affichés avant" la cyberattaque survenue dans la nuit de mercredi à jeudi et "n'ont rien à voir avec". Dans un reportage diffusé jeudi au journal de 13 heures de France 2 et consacré à cette cyberattaque, un journaliste de TV5 Monde est interrogé devant une vitre où sont accrochées plusieurs feuilles de papier. Sur l'une d'elles est notamment inscrit le mot de passe du compte YouTube de TV5 Monde. "Celui de Youtube semble (...) être... Cyber-attaques : Obama lance un programme de sanction contre les menaces étrangères.

Le président américain Barack Obama a lancé mercredi un programme autorisant des sanctions économiques à l'encontre des pirates informatiques impliqués dans des attaques ciblant les Etats-Unis.

Cyber-attaques : Obama lance un programme de sanction contre les menaces étrangères

Des mesures qui concernent aussi bien les USA que l'étranger. « Une urgence nationale » : c'est ainsi que Barack Obama considère le sujet des cyber-attaques à l'encontre des Etats-Unis. Dans un décret dévoilé mercredi, le président américain donne la possibilité au Département du Trésor américain de geler les avoirs et les transactions financières des personnes impliquées dans des cyber-attaques destructrices visant les USA. Une démarche qui devrait cependant rester « exceptionnelle » et ne concerner que les attaques sur les infrastructures essentielles pour le bon fonctionnement du pays, telles que la défense ou les systèmes bancaires. Le piratage de Sony évoqué Des réactions mitigées De nombreux experts en sécurité et législateurs américains saluent la démarche d'Obama. A lire également : « Au moins, dans un système totalitaire, on sait à quoi on a affaire »