background preloader

Individus déterminés par la société

Facebook Twitter

Xavier Molénat sur Twitter : "Préférence pour le bleu ou le rose chez les enfants : des différences de genre ténues et instables (@familyunequal) En finir avec la fabrique des garçons. Pour ce premier Top10 de l'été, on se demande si les difficultés scolaires des garçons au collège ne trouvent pas leur origine dans les messages paradoxaux qu'ils reçoivent pour la construction de leur identité masculine. Une fois par mois, retrouvez sur notre site les Inédits du CNRS, des analyses scientifiques originales publiées en partenariat avec Libération. (link is external) Quelque chose ne tourne pas rond chez les garçons. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : au collège, ils représentent 80 % des élèves sanctionnés tous motifs confondus, 92 % des élèves sanctionnés pour des actes relevant d’atteinte aux biens et aux personnes, ou encore 86 % des élèves des dispositifs Relais qui ­accueillent les jeunes entrés dans un processus de rejet de l’institution scolaire.

Tous ces garçons ont-ils des problèmes, des troubles du comportement et/ou de l’apprentissage ? Eh bien non, loin s’en faut. L’injonction sociale à la virilité Cette fabrique des garçons se prolonge hors de l’école. CREDOC, enquête, Conditions de vie et aspirations, fammile, adoption, homosexualité, femmes. Dans son enquête annuelle "Conditions de vie et aspirations" de juillet 2010, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC) évalue les modifications de l’opinion concernant les modes de vie.

En 2010, près d’un Français sur deux estime qu’un couple homosexuel devrait pouvoir adopter un enfant, contre 40% il y a quatre ans. 61% de la population considère que deux personnes de même sexe devraient pouvoir s’unir civilement à la mairie (55% en 2007). Les points de vue sur le travail des femmes et sur le mariage convergent. La valeur famille, qui reste fondamentale, est moins hégémonique : les liens familiaux sont de plus en plus choisis et de moins en moins subis. Dans le même temps, la sociabilité tend à se diversifier : moins centrée sur le foyer, elle s’élargit aux réseaux de voisinage, amicaux, professionnels, associatifs et virtuels avec la diffusion d’Internet. Marché de gros produits frais, grossiste produits traiteurs.

Les nouveaux comportements des Français sont liés à de multiples facteurs, à savoir les contraintes économiques, la gestion du temps, la prépondérance des loisirs et des activités annexes, le développement du travail féminin, l’industrialisation de l’alimentation et l’essor de la grande distribution, l’urbanisation croissante, la modification des rythmes de vie, l’équilibre nutritionnel et la santé... Tous ces facteurs conduisent à un mode alimentaire beaucoup moins déterminé par des coutumes traditionnelles implicites. Nouveau modèle alimentaire… Dans un contexte économique difficile (hausse des dépenses contraintes et baisse du pouvoir d’achat), les Français sont conduits à arbitrer leurs dépenses en défaveur de l’alimentation. Le poids des dépenses alimentaires à domicile et hors domicile a chuté, passant à 18,6% en 2006 contre 19,7% en 2005.

La progression du snacking… Une dimension hédoniste… Pascale Hebel - (Directrice du département Consommation au Credoc) Courssocialisation1ES2. Pour Scarlett Johansson, les Parisiens sont malpolis - People. L'actrice américaine n'a pas sa langue dans sa poche. Fraîchement installée dans le VIe arrondissement de Paris depuis ses fiançailles avec le français Romain Duriac, Scarlett Johansson semble s'être déjà lassée de la capitale. Lors de son installation, elle avait pourtant confié au magazine Vanity Fair son excitation à l'idée de déménager. Elle avait même donné sa vision de la journée parfaite : "Je commencerais par me balader au jardin du Luxembourg le matin.

Je m'achèterais un sandwich chez Cosi, rue de Seine pour le déjeuner, et je dînerais d'un poulet rôti au Select. Ensuite je retrouverais sûrement des amis pour boire un coup au Rosebud, et je finirais par un tour en scooter. " Invitée du Late Show de David Letterman à New-York, l'actrice a fait part de son désanchantement. "Les Parisiens ne savent pas comment marcher" Passionnée de promenade, l'actrice trouve d'ailleurs très embêtant que les Parisiens ne sachent pas marcher.