background preloader

Inclusion numérique

Facebook Twitter

"L'e-inclusion (ou inclusion numérique) désigne l'ensemble des politiques visant à mettre en place une Société de l'Information inclusive et non exclusive. L'e-inclusion désigne donc les manières de lutter contre la fracture numérique.

"

"La fracture numérique est une ligne de rupture symbolique, le tracé d'un clivage entre d'une part les individus ou groupes sociaux qui sont – ou se sentent – bien intégrés à la « société de l'information », d'autre part ceux qui sont – ou se sentent – exclus de cette société. Comme bien d'autres frontières, cette ligne est difficilement visible voire totalement imperceptible dans le terrain. " Luc Vodoz « Fracture numérique, fracture sociale : aux frontières de l'intégration et de l'exclusion », SociologieS. Fracture numérique: cause ou représentation d'inéglités. Benoît Thieulin : "La révolution numérique, un levier de changement du monde" SGMAP. Inclusion numérique et innovation social. Du professeur connecté à l'étudiant connecté - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Du professeur connecté à l'étudiant connecté Corinne Weisgerber, professeure associée à l'université St Edwards au Texas. A l'heure où l'utilisation des médias sociaux fait partie des pratiques quotidiennes des étudiants, on peut se poser la question de la place qu'ils pourraient occuper dans le milieu universitaire. Outils de production et de diffusion de l'information comme outils sociaux et outils de partage, quelle portée pédagogique peuvent-ils avoir et quelle stratégie peut-on élaborer pour en faire un outil académique ? Corinne Weisgerber fait le témoignage de son expérience de l'usage des médias sociaux ; comment, de néophyte en 2006, elle en est venue à intégrer différentes plateformes telles que Twitter, blogues et sites de partage de signets dans ses pratiques pédagogiques.

La notion de "partage" est récurrente dans l'intervention ; partage d'information, d'expertise, d'expérience. Pour en savoir plus : ePortfolio de Corinne Weisgerber Blog "Social Media for Public Relations" Hommes-femmes : et si le numérique rendait le monde du travail un peu moins inégalitaire ? (visuel : visualisation générée via wordle de ce billet) Changer de travail, se remettre à niveau après une interruption d’activité, télé-travailler, ou bien encore créer sa propre entreprise : les technologies numériques sont perçues par 53 % des femmes en demande d’emploi comme un facteur pouvant contribuer à l’amélioration de leur situation professionnelle, révèle une étude Microsoft / Ipsos (PDF) dévoilée ce mardi, à l’occasion de la conférence : « Quel rôle pour les femmes dans la révolution numérique ? ». >> Quatre « familles » Ce travail, mené auprès de 500 femmes actives, établit une typologie de quatre familles-type de femmes, en fonction de leur attirance pour les outils numériques, et de leur sentiment de disponibilité. « Femmes techno-demandeuses » (10% de l’échantillon), « femmes numériques » (61%), « techno-défavorisées » (12%), et « techno-sceptiques » (17%) : voilà les quatre grandes familles mises en avant par l’étude : >> La formation > Pour aller plus loin sur RSLN :

Microsoft Word - Rapport CNNum.doc - CNNum_Rapport-inclusion-numérique_nov2013.pdf. ANSA Agence nouvelle des solidarités actives. Emerit39.pub - Emerit39. Numériques | @Profs - Etudiants - Documentalistes. Territoires-et-numérique-Rapport-Lebreton.pdf. E-inclusion.

T.I.C.

Données. Initiatives. Digital natives. Fracture numérique.