background preloader

Impression 3D et médecine

Facebook Twitter

Une prothèse pour chien imprimée en 3D avec 3D Systems. Une employée du constructeur américain 3D Systems a utilisé les imprimantes 3D de son employeur pour fabriquer des prothèses adaptées à son chien Derby, un husky souffrant d’une déformation aux pattes avant.

Une prothèse pour chien imprimée en 3D avec 3D Systems

C’est ainsi que le toutou peut courir dans tous les sens, chercher la balle et faire de longues promenades. Après des années à vivre avec ce handicap aux pattes avant, le maitre de Derby était triste de ne pas le voir jouer avec d’autres chiens, du fait que le sien ne pouvait pas courir ni sauter. Grâce à une modélisation précise de ses pattes et à plusieurs essais, une prothèse imprimée en 3D a redonné la joie de vivre à ce husky.

La video ci-dessous montre la quatrième version de la prothèse spécialement conçue pour le chien. Wounded turtle can return to the ocean thanks to a 3D-printed beak. Look, we know this sea turtle's prosthetic beak has a tragic backstory, but it sure makes the reptile look like it has a future as a badass pizza-loving mutant.

Wounded turtle can return to the ocean thanks to a 3D-printed beak

According to 3D Printing Industry, Turkish animal rescuers found it almost lifeless at sea, after a boat propeller shaved off a huge part of its snout. It escaped the clutches of death thanks to those kind folks, but a turtle that has to be hand-fed can never survive back in the wild. That's why the organization contacted 3D printing service provider BTech Innovation, which took the turtle's CT scans to create a beak that would fit it perfectly. The company recreated the reptile's upper and lower jaws through software, and it printed out the resulting design using medical-grade titanium. That beak has been surgically attached recently so the critter's still in recovery, but it's doing just fine, as you can see in the video below.

A 3-D Printed Back Brace Scoliosis Patients Might Not Hate Wearing. No matter how sophisticated a back brace may be, it’s not going to correct scoliosis if a patient doesn’t wear it.

A 3-D Printed Back Brace Scoliosis Patients Might Not Hate Wearing

And given the awkward, torture-contraption look of most braces available, kids and teens with scoliosis—sentenced to two to three years of brace-wearing—often do their best to avoid them. Untreated, scoliosis can lead to painful spine surgery down the road. We hope Bespoke, a new 3-D printed back brace, will make huge strides in fixing this problem. Comment une imprimante 3D a sauvé trois bébés. Europe 1Mélanie Gomez et <author id="23320" type="name">Pauline Hofmann</author> Sans imprimante 3D, ces enfants ne pourraient pas respirer.

Comment une imprimante 3D a sauvé trois bébés

Un article scientifique paru mercredi dans la revue Science Translational Medicine par des chercheurs de l'université du Michigan dévoile que trois bébés américains se sont vus implanter une prothèse imprimée en 3D pour soigner une maladie rare qui touche 2000 enfants dans le monde. Une maladie mortelle et incurable. Les petits Kaiba, Garrett et Ian souffraient tous les trois d'une forme mortelle de trachéo-bronchomalacie, une malformation des voies respiratoires. Leurs poumons étaient touchés mais aussi leur trachée, qui s'affaissait régulièrement. Pour les guérir, les médecins de l'hôpital des enfants C. Une imprimante 3D spécialisée dans la dentisterie. 17mar2015 Avec la bijouterie, la dentisterie fait partie aujourd’hui des secteurs d’activité qui emploie le plus l’impression 3D.

Une imprimante 3D spécialisée dans la dentisterie

Guides chirurgicaux, modèles, couronnes provisoires ou encore implants… Les applications sont réelles et multiples dans ce domaine. Une tendance qui s’accentue d’année en année tant cette technologie se spécialise et se perfectionne. Fort de ce plébiscite, le constructeur américain Stratasys vient de dévoiler l’Objet260 Dental Selection, une nouvelle imprimante 3D capable de reproduire des modèles dentaires très réalistes. Présenté lors du salon international d’odontologie de Cologne en Allemagne, ce modèle fonctionne selon la technologie triple jet. L'impression 3D en chirurgie cranio-maxillo-facial.

Accueil » Actualité » L’impression 3D au service de la chirurgie cranio-maxillo-facial Clément Ernoult, chirurgien maxillo-facial, expérimente l’utilisation d’une imprimante 3D tant pour améliorer le confort de travail de son service que celui de ses patients.

L'impression 3D en chirurgie cranio-maxillo-facial

En effet, en se basant sur des scanners du massif facial, le docteur Ernoult peut très rapidement imprimer lui-même des répliques de pièces osseuses de grande précision. Il peut ensuite utiliser ces dernières afin préparer au mieux les interventions. Ces gabarits imprimés en 3D permettent par exemple de repérer les zones d’interventions ou de former les éventuelles pièces de titane. L_impression_3D_etat_des_lieux_et_perspectives_-_DIRECCTE_Centre_en_partenariat_avec_CCI_Centre_-_10_decembre_2014-2.pdf. Le CHU de Nantes s'intéresse de près à l'impression 3D pour la chirurgie. C’est à l’occasion d’un congrès médical en Corée du Sud que le Dr.

Le CHU de Nantes s'intéresse de près à l'impression 3D pour la chirurgie

Corre, chirurgien au service maxillo-facial du CHU de Nantes, découvre l’impression 3D. Convaincu du potentiel de cette technologie, il rentre en France et réussi à convaincre son service de lancer une série de projets de recherche sur le sujet. Selon le Dr Corre, l’impression 3D a d’abord un intérêt pédagogique dans la formation des internes et chirurgiens, afin de parfaire leur technique. L’impression 3D sera complémentaire de la formation sur sujets anatomiques dont les cas, tous différents, ne permettent pas de répéter les mêmes gestes et opérations (pose d’implants, réduction de fractures…).

D’ailleurs, les internes sont déjà très intéressés pour être formés sur ce type de technologie. Impression 3D. China conducts first 3D printed vertebra implant. L'impression 3D révolutionne la médecine ? On fait le point. En ce mois de janvier 2014, l’impression 3D n’en est qu’encore qu’au temps des espoirs et des promesses.

L'impression 3D révolutionne la médecine ? On fait le point

Additiverse vous propose un point sur les projets existants et évolutions médicales qui risquent de changer la médecine moderne, du diagnostique au traitement. Ici, nous n’essaierons pas de répondre aux questions d’éthiques, théologiques, philosophiques inhérentes aux avancées médicales. Nous vous proposons juste de faire un arrêt sur image l’impression 3D médicale en ce début 2014. Le monde de l’impression 3D est tellement riche en déclarations qui relèvent de la science-fiction, que pour beaucoup d’entre nous c’est l’incrédulité qui prend le pas et laisse place à St Thomas et son fameux dicton. Le domaine médical est d’autant plus touché par le phénomène, qu’il s’agit de vies humaines. Comparatif : que vaut une prothèse de main imprimée en 3D ? C’est l’histoire de Jose Delgado, 53 ans, qui a vécu toute sa vie avec une malformation de la main gauche.

Comparatif : que vaut une prothèse de main imprimée en 3D ?

Il a très vite pu bénéficier des avancées de la médecine et porte une prothèse de type myoelectric fort coûteuse, plus de 40 000 dollars. Avec les possibilités incroyables de l’impression 3D, il a essayé une nouvelle prothèse de main imprimée en 3D et qui ne coûterait que 50 dollars à produire. Jose donne son avis et son retour d’expérience est précieux pour justifier ou pas de l’intérêt de l’impression 3D dans le monde médical. Depuis sa naissance, Jose a essayé et utilisé de nombreuses prothèses pour palier à la malformation de sa main gauche. L’impression 3D délivre ses secrets. L’impression 3D délivre ses secrets Depuis le début du mois, le Pavillon de l’Arsenal a installé en partenariat avec le FabShop le premier atelier et démonstrateur public de fabrication digital au centre de Paris.

L’impression 3D délivre ses secrets

Cette plateforme ouverte, lieu de présentation, d’expérimentation, de formation, d’échange et de création, souhaite autant informer chacun que permettre à tous de concevoir en 3D. Jusqu'au 30 mars. VIDEO. Avec l’installation de ce FabLab au coeur des espaces d’exposition du Pavillon de l’Arsenal, le FabShop propose aux professionnels et au grand public à s’initier et s’approprier cette technologie pour en comprendre le fonctionnement et l’utiliser. Impression 3D : un bassin humain recréé par un chirurgien.

Impression 3D : un bassin humain recréé par un chirurgien L’impression 3D fait à-nouveau parler d’elle, cette fois-ci dans le domaine médical où un docteur aurait réussi à imprimer en 3D le bassin d’un patient souffrant d’une forme rare de cancer des os. En effet, pour venir en aide à l’un de ses patients (âgés d’une soixantaine d’années), le docteur Craig Gerrant, consultant en chirurgie orthopédique et son équipe ont numérisé en 3D le bassin du patient dans le but de créer un nouvel os sur mesure. Une fois numérisé, l’équipe médicale a fait appel à la société britannique Stanmore Implants, spécialisée dans la conception de matériaux médico-chirurgicaux pour recréer l’os en question.

Entièrement constitué de poudre de titane (une matière bio compatible) l’opération de remplacement de la partie détériorée du bassin a nécessité une reconstruction chirurgicale. « Le cancer avait affecté toute la partie droite du bassin [...] Un plâtre en 3D, léger et aéré pour réparer les os cassés. L'impression 3D fait un nouveau pas dans le secteur médical et propose un concept novateur : le Cortex, un exosquelette léger et aéré qui se substitue au plâtre lourd et fermé. Imaginée par un étudiant de l’Université Victoria de Wellington nommé Jake Evill, l’imprimante 3D Cortex pourrait bien être la solution libératrice aux fractures.

Si l'objectif de maintenir en place un os qui s'est déplacé reste inchangé, il s'agit bien de mettre au point un principe d'immobilisation moins contraignant que le bon vieux plâtre lourd et hermétique, qu'il faut garder plusieurs semaines. L'imprimante permet de créer un plâtre sur mesure à partir de radiographies des endroits fracturés. Kansas Boy Gets New Hand, Created at a Library Makerspace. By Carolyn Sun Nine-year-old Matthew is the owner of a brightly-colored prosthetic Robohand that was created several months ago in the MakerSpace of the Johnson County Library in Overland Park, KS. Matthew, who is adopted, was born with partial fingers on his right hand due to a birth condition called limb difference.

He’d always been a self-confident kid, according to his mother, Jennifer, whose father had been born with the same condition. But, after they moved to Miami County, KS, two years ago, Matthew endured the spotlight of being the new kid as well as relentless questions about his hand from classmates. Un plâtre en 3D, léger et aéré pour réparer les os cassés. Un nouveau bras pour 500 dollars. Un canard handicapé soigné avec une prothèse imprimée en 3D.

Mercredi 26 juin Divers - 26 juin 2013 :: 09:42 :: Par Buttercup, un canard handicapé de la patte gauche, a subi une amputation de celle-ci puis, son membre a été remplacé par une prothèse imprimée en 3D. Buttercup n’était pas un caneton comme les autres lorsqu’il est né en novembre dernier dans le laboratoire de biologie d’une école. Le pauvre animal était handicapé et avait sa patte gauche tournée vers l’arrière, ce qui le gênait énormément lorsqu’il voulait se déplacer. Malgré des tentatives de membres de cette école pour réussir à soigner la patte malformée de Buttercup, rien n’y faisait et le canard progressait toujours avec difficulté. C’est alors qu’il a été transféré au Feathered Angels Waterfowl Sanctuary, un centre qui s’occupe des canards domestiques abandonnés en leur prodiguant notamment des soins et en les nourrissant.

C’est pourquoi les gens du sanctuaire ont décidé d’amputer sa patte gauche. (source) PROGRÈS – Un bébé sauvé par une imprimante 3D. Cette attelle trachéale fabriquée par une imprimante 3D a sauvé la vie d'un bébé (University of Michigan Health System) Sans imprimante 3D, le jeune Kaiba Gionfriddo, 20 mois, ne serait peut-être plus en vie. Atteint d'une trachéobronchomalacie, le nourrisson s'est arrêté de respirer à 6 mois. L'air ne passait plus à cause d'un affaissement de sa trachée.

Dépourvus de solutions, ses médecins ont fait appel à des chercheurs de l'université du Michigan spécialisés dans l'impression 3D de polymères bioabsorbables, raconte le Science Daily. La vie d'un bébé sauvée par la 3D - Linternaute.com Science. Garrett est le deuxième enfant à recevoir un dispositif respiratoire imprimé en 3D.

Cette opération lui a sauvé la vie. Du haut de ses 18 mois, Garrett Peterson est né sans valve pulmonaire. Cette anomalie a causé l'obstruction de ses voies respiratoires et a sérieusement mis la vie de l'enfant en danger. Heureusement, les parents de Garrett ont entendu parler d'un patient ayant reçu un dispositif respiratoire entièrement crée grâce à une imprimante 3D. Les Peterson ont réussi à convaincre l'équipe médicale du service santé de l'Université du Michigan de tenter l'expérience. Contraint de vivre constamment sous respirateur avant l'opération, Garrett passe de plus en plus de temps sans ce dispositif. Prothesthétique.

Un exosquelette imprimé en 3D pour aider une petite fille à se mouvoir. Alors que certains s’affairent à nous démontrer qu’il est possible de produire des pièces d’armes à feu à l’aide d’une imprimante 3D, d’autres tentent de nous révéler le véritable potentiel de cette technique en plein essor. Dans le reportage ci-dessous, vous ferez la connaissance d’Emma, une petite fille de deux ans née avec une maladie orpheline nommée arthrogrypose qui l’empêche de lever ses bras sans une aide extérieure. Pour tenter de remédier à son handicap et ainsi lui permettre de profiter pleinement de ses capacités, un hôpital dans le Delaware (côte Est des États-Unis) a conçu plusieurs exosquelettes en plastique lui permettant de se mouvoir et d’effectuer plusieurs gestes du quotidien. Prothèse de main : de dix mille à cent cinquante dollars grâce à l'impression 3D.

Quand l’association de l’impression 3D et de l’esprit Libre donnent des choses extraordinaires… Impression 3D : Le visage d'un homme reconstruit. The future of medicine. Impression 3D : un petit génie de 17 ans crée une prothèse et reçoit le soutien d'Obama. SANTÉ- Âgé de seulement 17 ans, Easton LaChappelle est un petit génie: profitant de l'essor des imprimantes 3D et en s'aidant uniquement d'internet, le jeune américain originaire du Colorado a réussi à développer une prothèse fonctionnelle de bras et de main, à un prix inbattable, moins de 500 dollars au lieu d'environ 80. 000 dollars, comme l'explique le site internet Gizmag.