Guerre des Monnaies

Facebook Twitter
LA GUERRE DES MONNAIES (DOLLAR contre YUAN) LA GUERRE DES MONNAIES (DOLLAR contre YUAN) Q’est-ce que la monnaie ? Qu’est-ce que le dollar, l’euro, le yuan, et les autres monnaies en circulation de par le monde ? Ces devises servent aussi bien aux échanges quotidiens dans les magasins, que, sous d’autres formes, à la spéculation boursière et au commerce international dans une économie capitaliste incontrôlée et anarchique.
www.medelu.org/IMG/pdf/Dans_l_oeil_du_cyclone.pdf
Dans cet entretien qu’il donne au Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde (CADTM) , Eric Toussaint (président du Cadtm Belgique et membre de la Commission présidentielle d’audit intégral de la dette de l’Equateur) livre une analyse pointue, pédagogique et très documentée de la situation économique des pays membres de la zone euro face à la crise de la dette souveraine. Il montre notamment comment les banques et les investisseurs institutionnels ( assurances, fonds de pension, etc.) ont, depuis la crise financière de 2008 et le renflouement du secteur bancaire par les Etats, largement contribué à jeter la Grèce dans le piège de l’endettement insoutenable. Et ce, pour de pures raisons spéculatives. De même, il décortique comment la Banque centrale européenne (BCE) se met au service des intérêts des banques privées en rachetant les titres des Etats en difficulté, non pas à ces derniers, mais à ces mêmes banques privées sur le marché secondaire. Dans l’œil du cyclone : la crise de la dette dans l’Union européenne Dans l’œil du cyclone : la crise de la dette dans l’Union européenne
GEAB N°54 est disponible! Crise systémique globale : Automne 2011 – Budget/T-Bonds/Dollar, les trois crises américaines qui vont provoquer la Très Grande Panne du système économique, financier et monétaire mondial
George Soros : «La menace d'une guerre des monnaies se renforce» - POLITIQUE MONETAIRE George Soros : «La menace d'une guerre des monnaies se renforce» - POLITIQUE MONETAIRE Les Echos n° 20874 du 21 Février 2011 • page 8 Peut-on établir un lien direct entre la flambée des prix alimentaires et les insurrections populaires en Tunisie et en Egypte ? Je pense que le lien n'est pas aussi important que l'on voudrait le faire croire. En réalité, on a assisté à une authentique révolution à l'ancienne, où le peuple s'est lassé d'un gouvernement corrompu et réclame désormais un profond changement. Le mouvement a démarré en Tunisie, s'est étendu à l'Egypte et pourrait gagner l'ensemble du monde arabe.
Le plus gros détenteur de la dette américaine n'est plus la Chine, c'est... Madoff était finalement un petit joueur. Avec ses 50 ou 60 milliards de dollars détournés, il n'a pas exploité toutes les possibilités de la fameuse chaîne de Ponzi... Face au tandem Geithner-Bernanke, nos nouveaux Robert Redford et Paul Newman dans ce remake de « l'Arnaque », il faut dire que la concurrence est rude. Le plus gros détenteur de la dette américaine n'est plus la Chine, c'est...
Billet invité. Reprenons, la crise financière de 2008 a amené les états à coordonner leurs efforts autour de plans de relance volontaristes et à travers des organes de décision comme le G8 ou le G20. Cette belle coopération internationale a pris fin en 2010. LA GUERRE DES MONNAIES, PRELUDE AU PROTECTIONNISME GENERALISE, par Charles Sannat LA GUERRE DES MONNAIES, PRELUDE AU PROTECTIONNISME GENERALISE, par Charles Sannat
Mercredi 3 novembre 2010 3 03 /11 /Nov /2010 12:11 Et bien voilà les intérêts de la dette publique sont maintenant le premier poste budgétaire du pays, on dit merci monsieur Sarkozy. L'élève de Baladur a réussi à dépasser son maitre qui lui même avait laissé au pays une sacrée ardoise pour sauver le "franc fort". Et oui pour faire l'euro il en a fallut des sacrifices et pour le maintenir il faudra en faire de plus en plus. On apprend ainsi sur le site d'alternatives économiques que le budget de l'état a comme première dépense ses engagements financiers pour 46,9 milliards d'euros, contre 45.6 pour l'éducation nationale. Le crime silencieux de la dette publique Le crime silencieux de la dette publique
LA GUERRE CIVILE MONDIALE EST DÉCLARÉE PAR LA MONNAIE, par Pierre Sarton du Jonchay Billet invité La monnaie déconnectée du réel La banque centrale des États-Unis va lancer sa seconde campagne de quantitative easing intensif que tout le monde traduit désormais par « planche à billet ». Avant la crise des subprimes et la faillite de Lehman Brothers, la planche à billet avait été déclarée hérétique par la sagesse politique, économique et financière. L’expérience avait montré que l’émission de signes monétaires par le système bancaire devait être réglée par le crédit et que le crédit devait être réglé par une anticipation réaliste de la valeur économique désirée et engagée. L’alignement du crédit sur l’anticipation de la valeur réelle et de la monnaie sur le crédit était la clé de l’équilibre de la croissance économique entre les deux écueils de l’inflation et de la déflation. LA GUERRE CIVILE MONDIALE EST DÉCLARÉE PAR LA MONNAIE, par Pierre Sarton du Jonchay
La "guerre des monnaies" expliquée aux nuls La "guerre des monnaies" expliquée aux nuls A l’approche du G20 qui s’ouvre jeudi, politiques et médias ne parlent que de cette « guerre ». De quoi s’agit-il ? Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, la « redoute » ; Christine Lagarde juge qu’elle ne « sera pas résolue » lors du sommet du G20 qui s’ouvre jeudi à Séoul.
La monnaie est une question économique très particulière, et ce parce que les monnaies entre elles représentent la relation gagnant/perdant par excellence. Quels qu’en soient leurs mérites, la dévaluation ou la réévaluation d’une devise particulière ne sont des stratégies gagnantes que si les autres devises sont perdantes. Tout le monde ne peut pas dévaluer simultanément. C’est une impossibilité logique et c’est donc politiquement absurde. La situation internationale est bien connue. Dans le monde où nous vivons, le dollar américain est la monnaie de réserve internationale. Guerre des monnaies ? Oui, bien sûr Guerre des monnaies ? Oui, bien sûr
La guerre des monnaies: conversion du système de crédit en système monétaire. - SPARTACUS En septembre 2009 nous terminions notre article « OR et dollar les reliques de la barbarie capitaliste » par une citation de Marx , indiquant comment s'opère « une brusque conversion du système de crédit en système monétaire ».Cela fait déjà quelque temps, que le dollar en tant qu' équivalent général ou monnaie universelle est contesté du nord au sud. Mais pour le moment toutes les tentatives de liquider le dollar ont été déminées, y compris par la guerre comme en Irak(1). Quelques jours avant la réunion du G 20 ( le 11 novembre) la banque centrale américaine (FED) annonce le 3 novembre, qu' elle va de nouveau faire marcher la planche à billet(2. Le monde entier venait ainsi d' apprendre, que la FED allait émettre 600 milliards de dollars pour contenir une déflation menaçante, mais aussi pour déclencher une inflation spéculative(3 à l' échelle mondiale. La guerre des monnaies: conversion du système de crédit en système monétaire. - SPARTACUS
L'ex-ministre PS des Affaires étrangères ne croit pas à un accord systématique avec la Chine. «La guerre des monnaies est en cours.» Le stade de la menace est donc déjà dépassé, pour Hubert Védrine, invité hier soir du «Talk Orange-Le Figaro». Alors que Nicolas Sarkozy est aujourd'hui à Séoul pour le G20, le sommet des dirigeants des principaux pays riches et émergents, l'ancien ministre socialiste des Affaires étrangères pointe les États-Unis «qui gèrent leur monnaie de façon économique, mais aussi politique, la Chine qui la gère de façon carrément politique et la zone euro qui la gère de façon, disons, idéaliste». «Et ces entités, dit-il, utilisent la baisse de valeur des monnaies pour favoriser les exportations.» Alors que la France hérite aujourd'hui de la présidence du G20, Hubert Védrine indique qu'elle proposera sans doute «la mise en place d'un système monétaire international». Le Talk : Hubert Védrine, invité du Talk Orange-Le Figaro
Lors de sa réunion des 2 et 3 Novembre, la FED a confirmé son opération QE2. De quoi s’agit-il ? A l’issue de sa réunion de Septembre, la FED avait déjà annoncé que la faiblesse de la conjoncture économique aux Etats-Unis pourrait l’amener, à partir de Novembre, à mettre de nouveau en œuvre des mesures « non conventionnelles », c’est-à-dire des mesures quantitatives d’injection de monnaie centrale (« quantitative easing »), puisque les taux d’intérêt sont à zéro et que la politique conventionnelle ne peut donc aller plus loin. Chômage et Monnaie » Editorial : La guerre des monnaies aura lieu
La banque centrale américaine va racheter d'ici la mi-2011 pour 600 milliards de dollars d'emprunts d'Etat, créant ainsi une masse monétaire équivalente sur les marchés internationaux. Quel est l'effet de la décision de la Fed sur les pays émergents ? La création monétaire américaine fait baisser le dollar par rapport à monnaie des économies émergentes, ce qui porte préjudice à leurs exportations. Sur ce point, les pays asiatiques sont particulièrement mal lotis : comme Pékin garde fermement le contrôle de son taux de changes, les devises des autres pays asiatiques s'apprécient plus que le yuan face au dollar, ce qui rend leurs exportations moins compétitives que les chinoises. Par ailleurs, les matières premières en particulier peuvent flamber puisqu'elles jouent le rôle de valeur refuge contre la baisse du dollar, ce qui contribue à alimenter les pressions inflationnistes dans ces pays. Pourquoi les pays émergents en veulent à la Fed
Billet invité. Rarement une décision de la Fed aura suscité dans le monde entier un tel tollé des gouvernements, ainsi qu’autant de réactions favorables des marchés en sens opposé. Canal habituel de réaction du gouvernement chinois vers l’étranger, l’éditorial du China Daily a commenté l’annonce du plan de 600 milliards de dollars avec une sévérité inaccoutumée : « Il est irresponsable pour le pays ayant la principale monnaie de réserve mondiale de maintenir la devise notre argent, votre problème« , poursuivant « …il est injuste pour une économie riche de diluer ses dettes aux dépens de la stabilité de l’économie mondiale et de son système financier ». Alors que nous sommes à une semaine de l’ouverture du G20 de Séoul, qui promet d’être animé, Cui Tiankai, vice-ministre des Affaires étrangères et négociateur en chef de la préparation de celui-ci a déclaré que « les Etats-Unis nous doivent une explication ». Sous entendu : avant que le G20 ne commence. CE N’EST QU’UN DÉBUT…
D’ abord un mot sur la lutte : elle continue. Ne jouez pas votre petit journaliste. Ne commencez pas à vous faire des mines inspirées sur le reflux de la mobilisation, la victoire du gouvernement et tout ce saint frusquin des muscadins du pouvoir. La mobilisation est intacte ! Entre Drucker et Figeac
L’actualité de la crise: L’HEURE DES FUITES EN AVANT A SONNÉ
L'économie mondiale menacée par une guerre des changes - Les Echos.fr
Dominique Strauss-Kahn redoute une guerre des monnaies et dit que le FMI fera tout pour l'éviter
Guerre des monnaies : la compétitivité...
Faut-il craindre une guerre des monnaies?
Dominique Strauss-Kahn redoute "une guerre des monnaies"
une guerre partie pour durer