background preloader

#Groupement d'achats épicerie

Facebook Twitter

Avignon, Valence et Nantes, championnes françaises de l'autonomie alimentaire. (Crédit : levork / wikimédia) (Crédit : Utopies) We Demain : Comment expliquer que le degré d'autonomie alimentaire des 100 premières aires urbaines françaises soit en moyenne de 2 % seulement ?

Avignon, Valence et Nantes, championnes françaises de l'autonomie alimentaire

Arnaud Florentin : Ce qui est frappant c'est que nos systèmes d'alimentation locaux répondent à un schéma économique relativement absurde. À l'échelle des aires urbaines, nous importons la quasi-totalité des produits agricoles qui entrent dans notre alimentation et exportons dans le même temps la quasi-totalité de ce que nous produisons dans nos champs ou nos fermes. Notre consommation alimentaire porte sur des produits élaborés, qui ne peuvent raisonnablement être tous produits localement. Pourquoi un tel schéma ? Pourquoi est-il important que les zones urbaines gagnent en autonomie alimentaire ?

Pourquoi est-ce crucial, pour les villes, de consommer plus de produits locaux ? Circuits courts : ces éleveurs qui ne connaissent pas la crise. Un agriculteur sur dix a fait le choix des circuits-courts (Crédit : DR) Depuis le 19 juillet, les producteurs de lait et de viande manifestent contre des prix d’achat trop bas.

Circuits courts : ces éleveurs qui ne connaissent pas la crise

En cause, les marges de la grande distribution, des transformateurs, et une concurrence européenne accrue. "À New York, on a visité le plus grand supermarché coopératif américain : 16 000 bénévoles !" Marine Sophie Gimaret et Mickaël Rouvière (Crédit : M.

"À New York, on a visité le plus grand supermarché coopératif américain : 16 000 bénévoles !"

La Louve, le supermarché parisien dont les clients seront les patrons. ©La Louve La grande distribution vous donne de l'urticaire ?

La Louve, le supermarché parisien dont les clients seront les patrons

Imaginez. Vous faites vos courses dans un supermarché d'un genre nouveau. Le personnel, en caisse et en rayons, est à la fois bénévole et gérant de ce magasin. Quand vient le moment de payer, surprise ! Campagne de financement Mais avant cela, le projet devra récolter 150 000 euros grâce au financement participatif, afin de d'offrir des garanties à Paris Habitat, le bailleur des locaux au sein desquels la Louve aspire à s'installer : un espace flambant neuf de 1 450 m2, situé dans le quartier populaire de la Goutte d'or, au coeur du XVIIIe arrondissement.

Monnaie d'échange. La Louve est entrée dans Paris. L'histoire de deux américains qui veulent créer le premier supermarché coopératif à Paris.

La Louve est entrée dans Paris

M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par JP Gené « Nous voulons créer dans le nord de Paris un lieu qui reflète nos idéaux en matière d'alimentation, d'agriculture et de commerce pour y faire nos courses. Nous voulons pouvoir acheter des produits issus d'une agriculture pérenne, respectueuse des sols, de l'eau et du vivant. Nous voulons que les personnes qui cultivent et transforment nos aliments soient rémunérées correctement et travaillent dans des conditions dignes. Nous voulons vendre à prix bas, afin de permettre l'accès à des produits de qualité. Le supermarché coopératif SuperQuinquin a débarqué à Lille. Ce magasin participatif a ouvert ses portes depuis deux mois à Fives, un quartier populaire de la capitale des Flandres.

Le supermarché coopératif SuperQuinquin a débarqué à Lille

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pascale Krémer Pour le Nutella, il y aura débat en assemblée générale. Pas question de proposer tant de gras à la légère. Chez SuperQuinquin, ce sont les clients qui décident des produits mis en rayon, comme de tout le reste. Le patron, c’est eux. Poussée la porte grise, apparaissent un comptoir de bois clair auquel s’accouder pour un café, un tourniquet présentant les livres à disposition, une caisse de kiwis ramollis qui s’offrent, eux aussi, à qui veut.

Folle ambition Car pour devenir client de SuperQuinquin, il faut acquérir pour 100 euros de parts sociales (10 euros pour les étudiants et bénéficiaires de minima sociaux) et accepter de consacrer trois heures de son temps à la coopérative toutes les quatre semaines. La Ruche qui dit Oui ! - Ouvrir une Ruche. Créer votre propre réseau d'alimentation locale ? C'est facile, grâce à cette plateforme. Production maraîchère en Australie (Crédit : Open Food Network) "La principale cause de tous nos problèmes alimentaires, c'est la concentration du système entre les mains de quelques multinationales.

Créer votre propre réseau d'alimentation locale ? C'est facile, grâce à cette plateforme

Ce sont elles qui forcent les prix à la baisse, ce qui entraîne des risques pour la santé et l'environnement", explique Myriam Boure. À LIRE AUSSI : Crise de l'agriculture : c'est le modèle qui est en cause Pour renforcer le lien entre producteur et consommateur, cette jeune entrepreneuse sociale contribue au lancement d' Open Food France. Une plateforme à but non lucratif qui permet à tout un chacun de développer facilement son réseau d'alimentation alternatif. "Grâce au numérique, l'agriculture va dire adieu aux intermédiaires traditionnels"

Achat groupé, entraide : une application pour recréer de la solidarité entre voisins. Mon Pti' Voisinage est une plateforme permettant l'entraide et l'achat groupé entre voisins.

Achat groupé, entraide : une application pour recréer de la solidarité entre voisins

(Crédit : Mon Pti' Voisinage) Chaque année, un foyer Français dépense en moyenne 8 700 euros pour se nourrir et plus de 1 700 euros pour se chauffer. Pour réduire ces dépenses, le réseau social mon Pti' Voisinage propose désormais d'effectuer ces achats entre voisins. Fruits et légumes, viandes, vins, granulés de bois ou encore fuel : autant de postes de dépense qui peuvent être réduites jusqu'à 40 % en achetant en grand volume.

Bienvenue sur Open Food Network France. Le Court Circuit : Du producteur au consommateur dans le Nord-Pas-de-Calais - LeCourtCircuit.fr.