background preloader

Proposition d'un référendum

Facebook Twitter

Initiée par Alexis Tsipras qui devrait suivre l'avis de sa population, à la différence des [autres].

En Grèce, le combat continue. Entretien avec Stathis Kouvélakis. Crédit Photo : Anthee Carassava (Athènes) Publié par Contretemps.eu.

En Grèce, le combat continue. Entretien avec Stathis Kouvélakis

Le dernier accord convenu entre le gouvernement grec dirigé par Alexis Tsipras et l’Eurogroupe a surpris, désorienté ou choqué nombre de militant-e-s de la gauche radicale, en Grèce et au niveau international. Cet accord entérine en effet un nouveau plan d’austérité d’une grande violence et semble marquer la fin d’un cycle politique pour Syriza. « Jamais je ne pourrai voter et légitimer le contenu de l’accord » Mesdames et messieurs, chers collègues, En de pareils instants, nous devons agir et parler avec sincérité institutionnelle et courage politique.

« Jamais je ne pourrai voter et légitimer le contenu de l’accord »

Nous devons assumer chacune et chacun la responsabilité qui nous revient. Grèce : Ce “NON” n'était que le début ! - NPA - Comité de l'Ariège. La réponse « NON » au référendum du 5 juillet a été une grosse claque pour les partis traditionnels du capital, la bourgeoisie, les médias du système.

Grèce : Ce “NON” n'était que le début ! - NPA - Comité de l'Ariège

Durant la courte période qui a précédé le référendum, cette alliance encline à la polémique a fait du chantage et terrorisé le peuple, par tous les moyens à sa disposition : via la télévision, les journaux, et sur les lieux de travail. Ils n’ont réussi qu’à se ridiculiser et faire monter encore plus la haine de classe. Le peuple grec montre la voie ; contre l’austérité, ouvrons la brèche - NPA - Comité de l'Ariège. Crédit Photo : DR Les résultats du référendum de dimanche ont été pour chacunE une superbe et double surprise.

Le peuple grec montre la voie ; contre l’austérité, ouvrons la brèche - NPA - Comité de l'Ariège

On attendait un résultat très serré, avec une possible victoire du Oui de la réaction, mais la victoire du Non s’est révélée triomphale : 61,3 % , avec une participation semblable à tous les scrutins. Et surtout, les résultats ont montré le caractère populaire et de classe du vote. C’est une défaite totale pour la réaction : toutes les régions ont voté pour le Non, avec des scores allant de 57,3 % pour le Péloponnèse jusqu’à 70 % pour la Crète (59,7 % en Attique). La grande victoire ouvrière et populaire du NON est le prologue de la bataille décisive qui s’annonce - NPA - Comité de l'Ariège. Crédit Photo : DR Publié par alencontre.org .

La grande victoire ouvrière et populaire du NON est le prologue de la bataille décisive qui s’annonce - NPA - Comité de l'Ariège

Communiqué de la Gauche ouvrière internationaliste (DEA) 1. L’appel à changer l’Europe. Par Patrick Le Hyaric Les grecs ont déjoué tous les pièges et les chantages.

L’appel à changer l’Europe

Ils ont refusé l’humiliation. La fameuse missive rayée de rouge par les institutions européennes a été retournée à ses correcteurs qui, avec leurs airs supérieurs, pensaient pouvoir traiter ce grand peuple avec dédain. Le Peuple Souverain ! Liberté, Souveraineté. Mélenchon : « Pour nous, le peuple est la solution » Grèce : plusieurs centaines de manifestants à Paris pour fêter le "non" au référendum. Les manifestants, qui répondaient à un appel lancé sur Twitter par le cofondateur du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon, brandissaient des drapeaux grecs et des bannière du parti et du Front de gauche, du PCF et du NPA.

Grèce : plusieurs centaines de manifestants à Paris pour fêter le "non" au référendum

Regroupés autour de la statue de la République sur le socle de laquelle s’était hissé Jean-Luc Mélenchon, ils ont appelé à la solidarité avec le peuple grec et fustigé la chancelière allemande Angela Merkel et le FMI avant d’entonner l’Internationale. Jean-Luc Mélenchon a ensuite pris la parole, chacune de ses phrases étant reprise en coeur par l’assemblée. Il a notamment salué "le courage immense du peuple grec" qui a "su résister quand il n’y avait plus d’argent en circulation, plus de marchandises dans les magasins et malgré les armes de désinformation massives" Par leur vote, les Grecs ont ouvert "une nouvelle page pour toute l’Europe", selon lui.

Désavoué, le président de la Commission est toujours là. Le triomphe d'Alexis Tsipras face à l'Europe de la rigueur. Grèce : le "non" grec place Angela Merkel au pied du mur. Désormais, le bluff n'est plus possible pour Angela Merkel.

Grèce : le "non" grec place Angela Merkel au pied du mur

Après une semaine de campagne réalisée dans des conditions inimaginables de banques fermées, d'argent rationné, de retraités angoissés et de matraquage médiatique angoissant, les Grecs ont dit une nouvelle fois « non. » On pourra certes relativiser la portée de ce non par le taux d'abstention. Mais il n'empêche. Dans les conditions décrites ci-dessus, il s'est trouvé plus d'électeurs grecs pour refuser l'ultimatum posé par les créanciers à leur pays que pour l'accepter. Le message envoyé à l'Europe. No Grexit. Δημοψήφισμα Ιούλιος 2015. Référendum en Grèce : toute la soirée en direct. Live Updates: Greece Votes In Referendum On Bailout Proposal. Share + Opposition leader and former Prime Minister Samaras is being urged to resign German economic heavyweights say Greece can't stay in the Euro: "I voted yes, thinking that a 'Yes' result would calm both sides and give the chance to start negotiations again," Andreas Kazantzidis told the BBC.

Live Updates: Greece Votes In Referendum On Bailout Proposal

"However, there is so much anger here against the European politicians (but not the European people). And they dare to provide consultance: this is the result of their effort. " Syntagma square is filling up with "no" voters celebrating their victory. Reuters is running a live feed of the square. In Athens' Syntagma square, anticipation: Watch the live view of the scene outside Greece's Parliament here. No plans for an emergency Eurogroup meeting tomorrow, the Greek state news agency reports. Minister of State Nikos Pappas and Deputy Foreign Minister Euclides Tsakalotos are to head to Brussels tomorrow for negotiations.

An agreement must be reached within 48 hours, Sakellaridis added. ΞΕΦΑΝΤΩΜΑ ΣΤΗΝ ΚΡΗΤΗ. Je lutte donc je suis - A la Une. NOUVELLE FOURCHETTE : NON 51%-53% / OUI 47%-49% Blogyy.

Manifestation pour le "non" sur la place Syntagma à Athènes le lundi 29 juin – alwen

Pétition: Non à l'austérité, Oui à la démocratie ! - Alter Summit. Tsipras répond « oxi » aux tentatives de coup d’État financier. Athènes, envoyée spéciale.

Tsipras répond « oxi » aux tentatives de coup d’État financier

Alexis Tsipras n’entend pas donner sa reddition face à la tentative de coup d’État financier en cours contre la Grèce. Il l’a répété hier après-midi, dans une adresse solennelle à la nation : il maintient le référendum. La veille, le premier ministre grec avait adressé aux créanciers d’Athènes une offre ultime, incluant, encore, de rudes concessions, comme la suppression progressive de l’allocation de solidarité pour les personnes âgées, mais conditionnée à un accord sur la restructuration d’une dette insoutenable. Alexis Tsipras : "Le «non» n’est pas un simple slogan" Grecques, Grecs, Nous nous trouvons aujourd'hui à un tournant de notre histoire, à un moment crucial pour l’avenir de notre pays.

Dimanche, ce n’est pas entre le maintien de notre pays dans l’euro et la sortie de la monnaie unique que nous serons appelés à choisir ― l’appartenance de la Grèce à la zone euro ne peut être contestée par personne ―, mais entre l’acceptation de l’accord proposé par les Institutions et la revendication d’une solution viable ― une revendication renforcée par le verdict des urnes. Le peuple grec doit savoir que le gouvernement a la ferme intention de parvenir à un accord durable, ouvert sur l’avenir. Dès l’annonce de la tenue du référendum, nous avons de fait reçu de meilleures propositions sur la dette et sa nécessaire restructuration que celles que nous avions en mains jusqu’à vendredi. Je veux redire que le choix démocratique est au cœur des traditions européennes. Les peuples européens ont eu recours au référendum à plusieurs moments-clé de leur histoire. Grèce: Martin Schulz s'attend à "un gouvernement de technocrates" si Tsipras démissionne.

Juncker se lance dans la campagne du « oui » au référendum grec. La déclaration d’indépendance de la Grèce. Semaine d’action : NON à l’ultimatum des créanciers, oui à la démocratie. Dans la soirée du 26 juin, Alexis Tsipras a annoncé son intention d’organiser un référendum sur le plan d’austérité imposé par les créanciers de la Grèce. Depuis, les pressions politiques et médiatiques se multiplient contre ce recours démocratique. Face à ces intimidations inacceptables, nous disons « NON à l’ultimatum des créanciers, oui à la démocratie ! » Dans la continuité de la semaine d’action européenne en soutien avec la Grèce, nous appelons, d’ici au 5 juillet, à « voter » symboliquement contre l’ultimatum des créanciers, en signant et en faisant signer l’appel ci-dessous, et en organisant partout en France des votations citoyennes symboliques et rassemblements ou manifestations.

Faire une bureau de vote est facile : une table, une urne et des tracts en guise de bulletins de vote. DIRECT. Grèce : 17 000 personnes manifestent en faveur du "non" au référendum, selon la police. Environ de 17 000 manifestants, selon la police, pour la plupart des sympathisants du parti de la gauche radicale Syriza au pouvoir en Grèce , ont manifesté lundi 29 juin à Athènes et à Thessalonique (nord) en faveur du "non" au référendum, prévu le 5 juill. Ils dénoncent "le chantage des créanciers", UE et FMI. Référendum en Grèce : Tsipras appelle à voter « non », la crainte d’un « Grexit » s’accentue. « Si j'étais grec, je ne sais pas ce que je voterais. Tsipras va soumettre le plan d’aide à la Grèce à référendum.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) « Au peuple de parler sans pression ni chantage. » 1 h 20 du matin en Grèce (0 h 20 à Paris), samedi 27 juin : dans une déclaration très solennelle, le premier ministre Alexis Tsipras annonce qu’un référendum se tiendrait le 5 juillet sur le plan d’aide au pays. Selon des sources gouvernementales, la question posée sera : « Oui ou non à la proposition des créanciers » — Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire internationale. « Nous avons livré depuis cinq mois une bataille » a continué Alexis Tsipras. « Mais malheureusement les créanciers nous ont fait une proposition en forme d’ultimatum.

[Nous] n’avons jamais cédé. Nous n’avons jamais trahi votre confiance (…). « Pour la souveraineté et la dignité du peuple grec » (Alexis Tsipras, Athènes, samedi 27 juin 2015) Dans la nuit du vendredi 26 au samedi 27 juin, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé, dans une adresse au peuple retransmise par la chaîne de télévision publique (ERT), la tenue d’un référendum sur les propositions faites à la Grèce par les « Institutions » (FMI, BCE, Commission européenne) dans le cadre des négociations sur la dette. Traduction.

Les puissances aujourd’hui à la tête de l’Europe doivent dès lors, et plus que jamais, se hisser à la hauteur des circonstances et prendre des initiatives qui mettront fin à la crise de la dette publique grecque, une crise qui affecte d’autres pays européens et menace le futur même de l’intégration européenne. Grecques et Grecs, du grec par Dimitris Alexakis Alexis Tsipras va soumettre le plan d’aide à la... par lemondefr. «Pour la souveraineté et la dignité du peuple grec» (Alexis Tsipras, Athènes, samedi 27 juin 2015) Allocution du premier ministre A. Tsipras au peuple grec. La choix au peuple souverain .#Référendum. Allocution d’Alexis Tsipras le 26 juin 2015. Referendum (Grèce, Grecia, Greece, Griechenland, Grécia) : Alexis Tsipras.