background preloader

Villes

Facebook Twitter

De quoi les Google bus sont-ils le symptôme. Mercredi 22 janvier, les protestations anti-Silicon Valley qui se multiplient depuis le printemps 2013 en Californie ont franchi une nouvelle étape quand plusieurs manifestants s'en sont pris à un salarié de Google, Antholony Levandowski, qui travaille sur le projet de voiture autonome.

De quoi les Google bus sont-ils le symptôme

Les manifestants ont bloqué son domicile et distribué des tracts le dénonçant à ses voisins. Comme l'explique en détail Jérôme Marin de Silicon 2.0 (@jeromemarinsf), qui témoigne que les opposants ont mené une enquête très fouillée et détaillée sur cet employé, tel un rappel des données que Google accumule sur chacun d'entre nous. Jusqu'à présent, ces protestations se sont surtout attaquées aux bus Google, des bus privés de luxe qui transportent matins et soirs les travailleurs riches, jeunes et éduqués de San Francisco jusqu'à la Silicon Valley, rapporte le LA Times. Mais pas seulement. Les laissés-pour-compte de la Silicon Valley - Nouvelles technos.

CR subprimes H Lefebvre. 11 2014 CAHIERS PALLADIO N°17 HUGO LEFEBVRE. Global cities. Global Cities : Mesurer. Saskia Sassen et la théorisation du concept de ville globale La " ville globale " est un concept apparu pour la première fois dans l'ouvrage de référence de la géographe Saskia Sassen, The global city : New York, London, Tokyo publié en 1991.

Global Cities : Mesurer

Penser la ville cosmopolite à partir des mobilités  LeHuffPost est partenaire de la Villa Gillet pour Mode d'emploi: un festival des idées Le phénomène urbain a entamé depuis une trentaine d'années une mutation profonde sous l'impulsion des potentiels de vitesse procurés par les systèmes de transport et de communication: il s'est étalé, globalisé, fragmenté.

Penser la ville cosmopolite à partir des mobilités 

Au-delà de la mosaïque terminologique et de la diversité des approches, cette transformation n'estompe pas les différentiations spatiales et sociales; au contraire, celles-ci s'accentuent et se construisent autour de nouvelles dimensions, dont les mobilités. Revue Urbanisme. Capital financier et production urbaine (in extenso) Ludovic Halbert* et Renaud Le Goix**, coordonnateurs de ce dossier sur “La ville financiarisée”, expliquent leur approche.

Revue Urbanisme

Crise de la dette souveraine, licenciements boursiers, bulle spéculative sur les matières premières : l’actualité témoigne d’un mouvement de financiarisation défini par le “rôle croissant des marchés financiers dans le fonctionnement économique, politique et social des territoires” /1. Surproduction immobilière et crise du logement en Espagne. Une autre version de cet article est parue dans Études Foncières (nº 138, mars-avril 2009, p. 21-26).

Surproduction immobilière et crise du logement en Espagne

La périphérie des villes espagnoles présentait encore très récemment un paysage insolite en Europe. À perte de vue, on voyait des grues et des murs de briques en construction. En pleine meseta castillane, dans le désert qui entoure Madrid, des affiches au graphisme immédiatement identifiable montraient des familles saines et souriantes devant des maisons en bande ou de grands immeubles aérés entourés d’une végétation domestiquée.

On avait du mal à croire qu’au milieu des cailloux et de l’herbe jaune sortirait bientôt de terre cette nouvelle résidence et, surtout, qu’elle serait effectivement habitée. Villes à l’heure du capitalisme global. Des centres commerciaux géants, des villes privées au milieu du désert ou de l’océan ?

Villes à l’heure du capitalisme global

Telles sont les fantasmagories urbaines et architecturales du néo-capitalisme. L’ouvrage dirigé par Mike Davis et Daniel Monk en propose une analyse, critique et parodique, à travers le portrait de 11 villes. Recensé : Paradis infernaux. Les villes hallucinées du néo-capitalisme, (traduction française de Étienne Dobenesque et Laure Manceau, postface de Éric Hazan), sous la direction de Mike Davis & Daniel B. Monk, collection Penser/Croiser, Les prairies ordinaires, Paris, 2008, 320 p. Ce recueil collectif qui rassemble 15 auteurs se donne pour objectif de décrire et de dénoncer ouvertement les maux qui affectent les villes à l’heure du néo-capitalisme, comme l’indiquent clairement l’introduction et le titre. Désastres urbains - Thierry PAQUOT. Ville, capitalisme et souffrances. Dossier : Penser la ville avec Marx En juillet 2010, Barry Wellman, sociologue urbain à Toronto connu pour ses travaux dans les années 1980 sur les communautés, les quartiers et les réseaux sociaux, envoyait sur la liste de diffusion du RC21 (Research Committee 21 – Urban and Regional Studies) de l’Association internationale de sociologie un message d’exaspération : « Suis-je le seul à être incommodé par l’usage dévergondé du qualificatif “critique” dans le discours universitaire, comme dans “sociologie urbaine critique” ou “penser de façon critique” ?

Ville, capitalisme et souffrances

» [1]. Selon lui, la posture « critique » dont se réclament plusieurs chercheurs est problématique puisqu’elle dévalorise ceux qui ne s’identifient pas à ce label. Pourtant, comme Wellman le suggère, la pensée critique ne caractérise-t-elle pas tout travail d’analyse scientifique ? La controverse soulève trois éléments intéressants : qu’entend-on par posture critique ? L’affaire Bouvier menace l’île Seguin, Services - Conseil. Mis en examen pour escroquerie, le patron de Natural Le Coultre et de plusieurs ports francs est l’investisseur du pôle art, R4.

L’affaire Bouvier menace l’île Seguin, Services - Conseil

L’île Seguin serait-elle maudite depuis la fermeture des usines Renault il y a vingt-trois ans ? Après le forfait en 2005 de François Pinault, qui a préféré installer sa fondation à Venise, après l’abandon du projet de centre d’art de Dominique de Villepin l’année suivante, le pôle R4 imaginé par Yves Bouvier et comprenant un hall d’exposition, un plateau de création, des galeries, des salles de ventes aux enchères, des zones de stockage d’œuvres, un restaurant, un parc de sculptures… va-t-il à son tour capoter ? Ce chantier à 150 millions d’euros, pour lequel toutes les autorisations de construire avaient été délivrées, pourrait bien être la victime collatérale de la mise en examen, samedi dernier, du patron de Natural Le Coultre par le tribunal de première instance de Monaco pour « escroqueries » et « complicité de blanchiment ». M. Les effets du thatchérisme dans les villes du Nord de l’Angleterre. Les réactions au lendemain du décès de Margaret Thatcher reflètent de profondes divisions sur son bilan politique.

Les effets du thatchérisme dans les villes du Nord de l’Angleterre

Les hommages et le recueillement contrastent avec des manifestations de joie – phénomène très rare lors de la mort d’un leader politique dans une démocratie – événements abondamment repris par les médias, sans réelle analyse de leur représentativité. Ainsi, le 9 avril 2013, le Daily Mail, tabloïd pro-conservateur, inscrit à sa une « The Woman who Saved Britain » alors que le Daily Mirror, tabloïd de gauche, titre avec la volonté de se démarquer « The Woman who Divided a Nation ». Au-delà des titres chocs de la presse tabloïd, ce sentiment reste prégnant à gauche, ainsi que dans certains territoires particulièrement marqués par la désindustrialisation et le chômage dans les années 1980. Hammerson : Toute l'actu de la société de commerce sur LSA Conso. Australia 108: bienvenue dans le gratte-ciel le plus haut et luxueux de l'hémisphère sud. Le gratte-ciel Australia 108 avec ses 319 mètres sera l’édifice le plus haut de l’hémisphère australe.

Australia 108: bienvenue dans le gratte-ciel le plus haut et luxueux de l'hémisphère sud

Il s’annonce tellement superlatif qu’il a pour vocation d’offrir sur un plateau d’argent les services les plus hauts de gamme possibles. En effet, il a été conçu pour devenir la tour la plus haute de tout l’hémisphère sud et pour s’imposer comme l’un des édifices les plus luxueux de la planète. En plus des 1105 appartements de prestige destinés aux particuliers, le projet comprend trois étages pour créer des espaces communs où l’on trouvera toute sorte de services pour les loisirs, les activités sportives et la détente. En outre, deux étages, le 70e et le 71e, seront réservés à l’exclusif Star Club, entièrement conçu pour une clientèle raffinée en quête de bien-être et de prestations de grand standing.

La forme singulière du gratte-ciel, en étoile, offre un design soigné. Bien au-dessus des nuages, un incroyable penthouse sera mis en vente. Le «bon» shadow banking illustré par l’exemple. Persée : Portail de revues en sciences humaines et sociales. 4villesglobaleslecon. Séries : TES, TL Titre : Les territoires de la mondialisation New York : la ville globale Cette semaine a lieu l’élection du nouveau maire de la ville globale par excellence : New York. Sa fonction ne se résume pas à l’administration et à l’aménagement de la mégapole. Points de repères : Les villes globales. On trouve des villes globales sur tous les continents, sous toutes les latitudes, de New York à Buenos Aires, de Londres à Mumbay, de Tokyo à Sydney.

Tant en termes de création de richesse que de pilotage de l’économie mondiale, quelques pôles urbains tiennent cependant le haut du pavé. La mégalopole américaine, le réseau de villes européen et le nuage urbain Tokyo-Osaka se voient confirmés dans leurs fonctions. Une poignée de villes émergentes asiatiques s’est néanmoins imposée, emmenée par Singapour, Séoul et Hong Kong. Il existe plusieurs manières de mesurer l’importance économique d’une ville. Introduction - Les villes mondiales en compétition ? Dans le monde global qui s’édifie sous nos yeux, de nouvelles géographies se dessinent dans lesquelles tant les relations politiques planétaires que les affaires économiques se décident dans les échanges permanents qui se nouent au sein des réseaux de villes.

Le monde n’a plus un seul centre, comme le furent en leur temps Amsterdam puis Londres organisant autour d’elles les flux de marchandises et de capitaux, mais une pluralité de pôles de poids comparables, liés autant par des relations de coopération que de concurrence. Une multiplicité de circuits connecte désormais différents types de villes et de régions. On dénombre ainsi plus de soixante circuits de la finance et presque autant de circuits dans le pétrole, qui coexistent avec les mille géographies de la production industrielle mondialisée.

Dans une économie constituée de réseaux de portée mondiale, y a-t-il lieu d’identifier une ville mondiale idéale ? Introduire le concept de ville globale. Notes S. Sassen, The Global City : New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, 2001 (1re éd. en 1991). Les analyses de Giovanni Arrighi concernant la récurrence de certaines caractéristiques organisationnelles à différentes phases de l’économie capitaliste ne manquent pas d’intérêt. Voir The Long Twentieth Century. Money, Power, and the Origins of Our Times, Londres, Verso, 1994. Initialement attribué à Goethe, le terme de world cities, « villes-monde », a repris de la vigueur sous la plume de Peter Hall avant d’être redéfini plus récemment par John Friedmann. The Changing Face of the Global City.pdf. Battersea fait partie d'un projet de construction énorme - mais pas pour les Londoniens. Le magnat de l'immobilier et du cinéma chinois nommé comme la personne la plus riche du pays.

Fortunes planétaires et villes mondiales. London Bridge Quarter - The Shard - Overview. La ville financiarisée - Geodatas, ressources pédagogiques en géographie pour le cours de Benjamin Pomier (Professeur de géographie en CPGE, lycée Jean Vilar de Meaux) Inventeur de la « géographie radicale », David Harvey tente de concilier marxisme et géographie pour montrer que villes et terroirs s’efforcent de constituer des rentes de monopole. Car les injustices de la mondialisation s’incarnent dans des espaces : les pays du Sud victimes d’un développement inégal et, à l’inverse, les lieux où se développe une vision alternative du monde, comme Porto Alegre. Recensé : David Harvey, Géographie de la domination, Les Prairies Ordinaires, 2008, 118 p., 12 €. En mars 2008, un colloque international de géographie a réuni à l’université de Nanterre des chercheurs en sciences sociales autour du thème « Justice et injustice spatiale ».

Pour tous, les travaux que David Harvey mène depuis plus de trente ans constituaient une base de réflexion et une référence en épistémologie de la géographie. Hasard éditorial, c’est précisément en mars 2008 que la maison d’édition Les Prairies Ordinaires publie pour la première fois des textes de David Harvey en français. Investir dans l'immobilier depuis chez soi : le livre. Également disponible sur amazon.fr : déjà 18 commentaires, noté 5.

Revue Urbanisme. REIT et SIIC (1/4) Foncière cotée : qu’est-ce que c’est, typologie des foncières cotées et comment valoriser une foncière cotée ? Les REIT (Real Estate Investment Trust), en français SIIC (Sociétés d’Investissements Immobiliers Cotées), après des années fastes, sont particulièrement malmenés en bourse depuis un an et des opportunités commencent à apparaître. Je pense notamment à Vornado Realty Trust (VNO) aux USA et Land Securities Group (LAND) au UK. Les réseaux de firmes multinationales dans les villes d’Europe centre-orientale. 1Depuis une vingtaine d’années, le monde bipolaire constitué de deux systèmes économiques fortement opposés (le capitalisme et le communisme) a subitement disparu pour faire place à un nouvel ordre mondial, où ne règne plus que l’unique système économique libéral et capitaliste.

Si pour le « monde occidental » cette disparition s’est produite dans une certaine continuité, elle a en revanche signifié ruptures et bouleversements pour les territoires issus de l’ancien système communiste. En passant d’une économie de type planifiée et centralisée à une économie de marché, les territoires anciennement soumis à un régime communiste ont dû se reconstruire, s’adapter et s’intégrer au nouveau paradigme économique. 2Les facteurs nationaux d’adaptation à ce nouveau système ont été primordiaux grâce aux restructurations opérées au niveau des États dans leurs organisations juridiques, institutionnelles et sociales (Lintz et al., 2005).

La Défense : politique d’un quartier d’affaires international. La Défense, quartier d’affaires international situé dans la banlieue ouest de Paris, est un exemple fascinant de la planification et de l’architecture des villes mondiales. Créé en 1958, l’Établissement public pour l’aménagement de la région de la Défense (EPAD [1]) a exercé des pouvoirs étendus pour transformer une banlieue modeste en un des plus grands centres d’affaire mondiaux. Le résultat a été une expérience singulière de rénovation urbaine, d’innovation architecturale et de jeux de pouvoir politiques qui ne montre aucun signe de ralentissement plus d’un demi-siècle après sa création. Les études académiques sur la Défense sont pourtant bien moins importantes que celles sur les Docklands à Londres et Battery Park City à New York. « Trendsetting cities » : les modèles à l’heure des politiques urbaines néolibérales.

Dossier : Actualité des modèles urbanistiques Début 2012, aux États-Unis, un projet d’un genre nouveau est annoncé. Ludovic Halbert : Les acteurs des marchés financiers font-ils la ville ? Vers un agenda de recherche. Ludovic Halbert 1La crise des « subprimes » a rendu visible la pénétration des marchés financiers dans la production du logement d’une partie des ménages modestes des villes états-uniennes (Aalbers 2012). Elle a souligné, plus généralement, combien la fabrication des espaces urbains doit désormais être interrogée dans le cadre d’un capitalisme patrimonial. La présence d’acteurs financiers dans la construction des villes n’est certes pas une nouveauté (sur Paris au 19e siècle, voir Lescure 1980, Harvey 2003). La multipolarité dans les espaces métropolitains: Paris, Lyon, Marseille et Lille. Shrinking cities.

Detroit, la ville américaine entre splendeur et misères avec Pap N'diaye. « Déclin urbain » et Shrinking Cities : une évaluation critique des approches de la décroissance urbaine. La campagne électorale pour les élections municipales de 2008 a mis sous la lumière médiatique un phénomène peu discuté en France : le déclin des villes. Différents articles de presse (Les Échos, 12 février 2008) ont évoqué les difficultés de villes devant faire face à la fois à des mutations économiques et à une perte de population. Alors que les analyses du déclin étaient en France cantonnées jusque-là surtout aux espaces ruraux et aux régions industrielles en crise, ces analyses électorales témoignent de l’émergence dans notre pays d’un enjeu qui occupe et anime depuis déjà plusieurs années la scène politique et les débats académiques dans d’autres pays.

Le déclin des villes n’est pas un phénomène récent. Jusqu’aux années soixante-dix et 80, le déclin urbain était l’apanage quasi exclusif des pays développés, qui accueillaient environ 70 % des villes en décroissance, particulièrement concentrées aux États-Unis, au Royaume Uni et en Allemagne. Villes post-industrielles : pour une nouvelle approche. Dossier : Y a-t-il des urban studies à la française ? News Republic. Par Tim Cavanaugh. Je dois tirer mon chapeau à Charles Gasparino. Ruine de Détroit - Photographies artistiques de la ville en déclin.