Fukushima

Facebook Twitter
Le Japon dépend quasi exclusivement des énergies fossiles Le Japon dépend quasi exclusivement des énergies fossiles Plus de 92% de l’énergie primaire du Japon provient de ressources fossiles du fait des conséquences de l’accident nucléaire de Fukushima, a annoncé le gouvernement dans une compilation de statistiques pour l’année d’avril 2012 à mars 2013. La part cumulée du pétrole, du charbon et du gaz naturel n’a jamais été aussi élevée depuis 1977, selon les données publiées par le ministère du Commerce et de l’Industrie (Meti). Cette dépendance accrue résulte de l’arrêt progressif de l’ensemble des réacteurs de l’archipel à la suite de la catastrophe nucléaire de Fukushima provoquée par le tsunami du 11 mars 2011. Auparavant, l’énergie nucléaire représentait environ 10% de l’énergie primaire (et était à l’origine d’environ un quart de l’électricité produite), mais en 2012 cette part était réduite à 0,6% et à néant actuellement. A l’inverse, la part cumulée des énergies fossiles, que leJapon importe, est passée de 83% juste avant le désastre de Fukushima à environ 92,5% en 2012-2013.
Fukushima 9 mars 2013 - 2 ans - le pire est à venir
Naoto Matsumura, seul dans la zone interdite de Fukushima pour sauver les animaux
Réfugiés de Fukushima, pourquoi ont-ils été abandonnés ? - A. Gundersen 03 02 2014
La réalité à Fukushima - un avocat japonais prend la parole à l'ONU - World Network For Saving Children From Radiation La réalité à Fukushima - un avocat japonais prend la parole à l'ONU - World Network For Saving Children From Radiation Fukushima Collective Evacuation Trial est un collectif de citoyens demandant à la municipalité de Koriyama, Fukushima, d'évacuer les enfants vers les zones en-dessous de 1mSv / an de contamination radioactive. Si le cas des enfants à Koriyama est entériné par le tribunal, la jurisprudence fera que les autorités des zones à forte contamination devront adopter cette norme et assurer aux enfants une évacuation sanitaire.
Révélation d'un ancien travailleur du nucléaire : vêtements d'enfants contamines à 470 Bq/kg - World Network For Saving Children From Radiation
DocumentingIan
Fukushima - Que savaient-ils et quand ? - A. Gundersen 11.03.13
Retirez TEPCO de Fukushima avant de retirer le combustible - A. Gundersen 14.11.13
RapportCommisionIndependanteFukushima
Fukushima a rendu la forêt radioactive Fukushima a rendu la forêt radioactive D'une gravité sans précédent depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, la catastrophe nucléaire de Fukushima (Japon) a aussi touché l'écosystème forestier. Une étude de chercheurs japonais de l’Université de Tsukuba publiée dans la revue Geophysical Research Letters s’est intéressée aux conséquences de la catastrophe sur les surfaces forestières. On a beaucoup parlé de l’impact de l’accident nucléaire de Fukushima sur la biodiversité marine, sans que tous les doutes aient pu être levés. Aux dernières nouvelles, les taux de radioactivité relevés sur certains poissons continuaient en tout cas, un an et demi plus tard, à dépasser de loin les seuils autorisés, ce qui donne à penser qu’il existe une source de contamination persistante dans l’océan Pacifique voisin.
« Récits de Fukushima » : huit petits films, témoignages poignants | Rue89 Planète « Récits de Fukushima » : huit petits films, témoignages poignants | Rue89 Planète Une websérie poétique et émouvante nous mène à la rencontre de ces Japonais vivant dans l’enfer de la radioactivité, ce poison invisible. Angoissés, ils commencent tout juste à se révolter contre un gouvernement qui continue de leur jurer que tout va bien. Un an après l’accident à la centrale de Fukushima, la catastrophe « n’est pas finie, elle vient de commencer ». C’est le constat dressé par Alain de Halleux, réalisateur de la série de huit petits films qu’Arte nous autorise exceptionnellement à publier. A la fin du premier épisode, les larmes d’Eiko nous font comprendre ce qui est dit explicitement dans le dernier des huit films :
Mutations chez les papillons de Fukushima : quelles conclusions en tirer ? Question : Que penser de la méthodologie adoptée et du sérieux de l’étude ? Michel Fernex : Cette étude consacrée à un papillon bleu commun au Japon montre que les retombées radioactives de Fukushima altèrent le génome de cette espèce animale [1]. C’est un excellent travail de recherche conduit sur le terrain et au laboratoire par sept universitaires. Les photos illustrent bien les altérations congénitales qui étaient déjà présentes deux mois après les explosions chez les papillons femelles, et qu’on retrouve amplifiées dans les deux générations qui ont suivi. On était en droit d’attendre une telle qualité et une telle rapidité de la part des universitaires japonais. On doit d’autant plus regretter qu’aucune Faculté de Médecine de ce pays hautement qualifié dans ces domaines n’ait eu le même courage. Mutations chez les papillons de Fukushima : quelles conclusions en tirer ?
L'étude Méthodologie et grandes lignes de l’étude : Une variété de papillons bleus, au cycle de vie d’un mois, a été retenue pour cette étude. En mai 2011, des papillons adultes ont été capturés dans la région de Fukushima. Dans les sept localités les plus proches de la centrale, leur taux d’anormalité atteignait 12,4 % (ailes plus petites notamment). À 1700 km de là, ces papillons ont été croisés avec des papillons sains. La mortalité des larves fut élevée et le taux d’anormalité atteignit 18,3 % chez les rejetons des papillons des régions proches de la centrale (yeux et ailes difformes, couleurs anormales). L'étude
Avec l'industrie nucléaire, le changement c'est maintenant ! Avez-vous déjà rêvé d'un monde merveilleux ou les fruits et légumes seraient disons "différents", transformés par les radiations de centrales nucléaires qui nous auraient explosé à la figure comme à Fukushima ? Merci Areva, Tepco, Vinci, EDF, GDF-Suez et les autres... Vous aimez les films d'horreur et de science-fiction ? Et bien réjouissez-vous ! [Fukushima] Des fruits et légumes mutants engendrés par la catastrophe nucléaire de Fukushima [Fukushima] Des fruits et légumes mutants engendrés par la catastrophe nucléaire de Fukushima
Le gouvernement japonais a annoncé vendredi l’arrêt progressif de la production nucléaire d’ici 18 ans, dix-huit mois après l’accident de Fukushima qui a provoqué une catastrophe sans précédent dans le monde depuis Tchernobyl il y a 25 ans. Le Japon devient ainsi le troisième pays, après l’Allemagne et la Suisse à annoncer une sortie du nucléaire. La sortie du nucléaire civil a été mise en place en Autriche (1978), Suède (1980), Italie (1987), Belgique (1999 . En l’état actuel des textes la première phase de sortie est programmée pour 2015), Allemagne (qui a commencé en 2000 et confirmé en 2011) et Suisse (2011). Le 13 juin 2011, 25 millions d’Italiens (94% des votants) ont dit “non” à la relance du nucléaire, voulue par Silvio Berlusconi. Le Japon décide que le nucléaire n'est pas une énergie d'avenir Le Japon décide que le nucléaire n'est pas une énergie d'avenir
Énergie nucléaire : à eux les profits, à nous les risques - A. Gundersen 12.03.14
La dangereuse imposture nucléaire LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jean-Jacques Delfour, professeur de philosophie en CPGE, ancien élève de l'ENS de Saint-Cloud L'information commence à émerger : dans la centrale nucléaire de Fukushima, la piscine du réacteur 4, remplie de centaines de tonnes de combustible très radioactif, perchée à 30 mètres, au-dessus d'un bâtiment en ruine, munie d'un circuit de refroidissement de fortune, menace l'humanité d'une catastrophe pire encore que celle de Tchernobyl. Une catastrophe qui s'ajoute à celle de mars 2011 à Fukushima : 3 réacteurs percés qui déversent leur contenu mortel dans l'air, dans l'océan et dans la terre. Les ingénieurs du nucléaire ne savent pas quoi faire face à tous ces problèmes. Ils ont déclamé que la sécurité, dans le nucléaire, était, est et sera totale, que, lorsqu'une catastrophe majeure a lieu, personne n'a de solution à proposer. Telle est l'effroyable vérité que révèle Fukushima. La dangereuse imposture nucléaire
Six mois après avoir révélé un massif écoulement radioactif à la centrale de Fukushima Daiichi, Tokyo Electric Power (Tecpo) , son exploitant, fait état ce jeudi d’une nouvelle importante fuite sur la partie supérieure d’un réservoir de stockage. Mercredi soir, l’opérateur en charge du site ravagé par le tsunami et le séisme de 2011, a constaté qu’environ 100 tonnes d’eau s’étaient échappées d’une citerne installée à flanc de colline dans la zone H6. Selon Tepco, la découverte a été faite lors d’une opération de transfert de liquide extrêmement contaminé. «L’eau a été versée dans un mauvais réservoir, et elle a débordé», a reconnu ce matin Masayuko Ono, l’un des porte-parole de l’opérateur. Une vanne serait restée ouverte, le liquide se serait écoulé le long d’une gouttière. Tepco a ensuite précisé qu’elle avait mesuré une radioactivité de quelque 230 millions becquerels de strontium 90 et autres émetteurs de rayonnements bêta par litre d’eau. 2014: Nouvelle fuite d'eau contaminée à la centrale japonaise de Fukushima 2014: Nouvelle fuite d'eau contaminée à la centrale japonaise de Fukushima
Le mensonge de Fukushima - ZDF 07.03.2012 - Vidéo Dailymotion#from=embediframe[/dailymotion]#from=embediframe[/dailymotion]
@MaxCLe problème des déchets nucléaires coulés au pôle Nord est une chose connue : je veux dire, c’est pas comme si c’était un secret, tous les médias anglophones en parlent depuis des années : http://news.bbc.co.uk/2/hi/6058302.stmEt puis, il faut arrêter avec ces histoires de références, je ne vais pas te servir les choses sur un plateau. Aujourd’hui, tout le monde est capable de taper 2 ou 3 mots clés dans un moteur de recherche. Mais en l’occurrence, je m’indigne ici et je dis ’honte’ à tous ceux qui n’était pas courant de cette information. Et surtout ’honte’ à Strato qui a l’air de faire passer ça comme insignifiant... Fukushima réacteur 4, un danger au delà de tout ce qu'on a connu
International : «Fukushima a bouleversé notre rapport au nucléaire» INFOGRAPHIE - Le consultant indépendant Mycle Schneider estime que l'accident japonais va rendre plus difficile le financement de nouvelles centrales. Le point sur l'état de cette industrie dans le monde. La catastrophe de Fukushima a frappé les esprits. Que ce soit en France ou en Chine, en Allemagne ou aux États-Unis, il y aura un avant et un après. Mycle Schneider, expert indépendant spécialisé dans les questions de politique nucléaire, rédige chaque année un rapport sur l'état de cette industrie dans le monde.
Conjoncture : Le Japon face au casse-tête de l'énergie nucléaire Un an après l'accident de Fukushima, le gouvernement veut relancer ses centrales arrêtées. Le public rechigne. Depuis le tsunami du 11 mars et la catastrophe nucléaire de Fukushima, les réacteurs atomiques nippons se sont arrêtés, les uns après les autres, afin d'être auscultés. Aujourd'hui, sur les cinquante-quatre chaudières qui fournissaient 28% de l'électricité à l'Archipel, seules deux fonctionnent. Et elles devraient, elles aussi, s'arrêter en avril pour subir des tests de sécurité. Les rues de Tokyo brillent pourtant de tous leurs néons, et la vie de la mégapole de 35 millions d'âmes vit au rythme habituel de ses milliers de trains quotidiens.
Les quatre vérités et les mille mensonges du nucléaire
Les premiers débris de Fukushima arrivent en Alaska Annonciateur d’un possible déferlement de déchets sur les côtes américaines, les premiers débris du tsunami qui a frappé le Japon le 11 mars 2011 ont atteint les côtes de l’Alaska. De simples ballon de football et de volley ont touché l’île de Middleton à l’ouest des côtes de l’Alaska. Les inscriptions sur les ballons ont confirmé qu’ils provenaient d’une école de la préfecture de Fukushima et qui a été, selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américain, sinistrée par le tsunami il y a un an. Cela aurait pu être simplement anecdotique si ces oiseaux de mauvais augures n’étaient pas suivis par d’autres débris beaucoup plus importants, provenant eux aussi de la zone sinistrée du réacteur nucléaire, mais bénéficiant d’une flottaison moindre et donc sont plus lent.
Fukushima, jusque sur les côtes américaines...
Fukushima : une catastrophe d'origine humaine, pas naturelle
Sciences : Fukushima: la centrale n'aurait jamais dû être inondée
Retenir les leçons de Fukushima
Fukushima, Une Population Sacrifiée
Radio