background preloader

France

Facebook Twitter

Histoire, Recherche, Chercheurs, Identité, Géographie, Hexagone

Les maisons aux images du Moyen-Âge. Cela n’est pas encore suffisamment connu, le Moyen-Âge est riche en images sacrées et profanes. Les murs et plafonds richement illustrés de bâtiments à usage d’habitation de l’époque médiévale en témoignent. Ils nous plongent dans un monde lointain et mystérieux où religion, fantasmes et superstitions sont ancrés dans le quotidien.

Dans l’arc méditerranéen, les princes, les prélats, des nobles et de grands marchands ont commandé pour leurs maisons de grands décors dont les plafonds peints étaient une pièce maîtresse. Une attention particulière y fut donnée aux closoirs, ces planchettes glissées entre les solives pour cacher le disgracieux espace vide qui les séparent. Pendant longtemps, ce type d’art a été peu étudié car considéré comme mineur. Mais dans les années 1990-2000, l’anthropologie, en s’intéressant aux images dites « populaires », l’a remis au goût du jour. Cependant, ces images sont loin d’avoir révélé tous leurs secrets. Type de film : documentaire. Durée : 40’ Le devenir professionnel des diplômés du Bac pro. Le Bac pro est un diplôme national axé sur les études professionnelles et qui, par conséquent, se réfère explicitement à des métiers. Selon l’Office national (Onisep), il « offre une qualification reconnue sur le marché de l’emploi et répond à la demande des entreprises de la production et des services ».

Qu’en est-il en réalité, plus particulièrement après la réforme dont il a été l’objet en 2009 ? L’enquête « Génération 2013 » conduite par le Céreq auprès de ceux qui ont obtenu leur Bac pro en 2016 constitue la première opportunité d’analyser l’entrée sur le marché du travail des sortants du baccalauréat professionnel en trois ans tel qu’institué par la réforme de la voie professionnelle.

Auparavant préparé en quatre ans, soit deux années conduisant au Brevet d’études professionnelles (BEP) suivies de deux années menant au Baccalauréat, le nouveau Bac pro se prépare, comme les baccalauréats généraux et technologiques, en trois ans à l’issue de la classe de troisième. CC Pixabay Geralt. Une histoire par le bas : rendre la parole aux Croquants. Que les campagnes aient rassemblé longtemps la majorité de la population en France comme en Europe, il ne viendrait à personne de le contester.

Que les paysans et autres « gens de village », pour reprendre une expression venue du Moyen Âge, aient imprimé leurs marques dans nos paysages, notre sécurité alimentaire, notre patrimoine et nos racines, chacun le conçoit. Que les ruraux aient produit les richesses sur lesquelles les élites ont édifié leur puissance et les pouvoirs publics leurs finances, nul n’en disconviendra. Pourtant, sauf rarissimes exceptions, ils demeurent dans l’anonymat de l’histoire. C’est à eux que j’aimerais rendre la parole.

Ils ne sont pas censés avoir « fait » l’histoire mais l’avoir subie. Moriceau J. Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et L’Histoire dans le cadre d’un partenariat de co-publication. CC Wikimedia Commons Gustavb Et si nous regardions ces anonymes du passé de l’intérieur, et pas seulement d’en haut ? Les situationnistes, ou l’esprit de mai 1968. L’Internationale Situationniste (IS) a la force d’un mythe. Il s’agit dans le film L’Internationale Situationniste – de l’Histoire au mythe de l’histoire d’une organisation et d’un homme, Guy Debord, qui prennent a posteriori l’aspect de pères spirituels de mai-juin 1968. Il s’agit de l’histoire de la construction d’un mouvement subversif, ainsi que de l’édification de son histoire, de sa mémoire, de sa légende.

Il s’agit enfin de l’histoire de l’embaumement de contestataires par une société qu’ils étaient censés vouloir renverser. À bas la société spectaculaire marchande : l’historienne Anna Trespeuch-Berthelot aboutit à un constat : Debord et les Situationnistes sont devenus le symbole de ce que l’on voudrait retenir de mai 1968, c’est-à-dire un esprit de fronde, une spontanéité, une importance donnée à la créativité et une esthétique. Mai 1968 : les Situationnistes se comptent toutefois sur les doigts d’une main en mai-juin 1968. Type de film et année : Film-recherche (2016) Berre, un étang à risques. En mai 2018, sur la base d’une étude, France Info relève que l’Étang de Berre (Provence) est surexposé à la pollution : « À l’oeil nu, on se doute que l’air est saturé en polluants et cette étude confirme une intuition.

Les dioxines, le benzène et le plomb se retrouvent en plus grande quantité dans l’organisme des habitants de la région. Autre révélation : la consommation de produits locaux peut être dangereuse pour la santé » (France Info, 29/05/2018). L’étang de Berre est un des plus grands étangs d’eau saumâtre d’Europe. Situé aux portes de Marseille, il est aujourd’hui une des lagunes les plus étudiées du pourtour méditerranéen tant pour ses ressources que pour les risques que l’industrialisation de la zone fait courir à l’écosystème et aux riverains. Au XIXe et XXe siècles, le développement des industries chimiques, pétrochimiques et aéronautiques a fortement pollué ses eaux en métaux lourds et en hydrocarbures interdisant la pêche et la baignade. Cliquez pour lancer le film. Athéna, déesse grecque au service de la France. C’est bien connu, les dieux et déesses antiques ont souvent été « récupérés » à des fins politiques.

Athéna, fille de Zeus et de Métis, déesse grecque de la sagesse, de la stratégie militaire, et de la raison n’a pas échappé à cette destinée. C’est ce que montre Manon Champier, docteure en histoire contemporaine de l’Université Toulouse – Jean Jaurès. Elle a soutenu en juillet 2018 sa thèse sur l’utilisation de la déesse antique Athéna dans l’imagerie officielle du XIXe siècle en France. L’imagerie officielle c’est tout simplement toutes les images produites par ou pour l’Etat : monnaies, timbres, sceaux, façades de monuments publics, bustes de mairie etc.

L’Antiquité est en effet un passé prestigieux et « utile » à l’époque contemporaine, car elle charrie avec elle un ensemble de valeurs et de modèles desquels tout le monde peut et/ou veut se réclamer : la démocratie, l’empire ou la république, les beaux-arts ou la philosophie. Champier M., 2018, L’invention d’Athéna. Le cinéma d’Art et Essai après mai 68 : la saga Utopia. Années 1970 : l’exploitation cinématographique française se meurt. Après avoir connu des heures de gloire entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début des années 1960 (la France enregistre alors entre 300 et 400 millions d’entrées annuelles), les salles vivent maintenant des heures sombres : les chiffres de la fréquentation sont divisés par deux. Sous l’effet combiné de la crise, de la concurrence des autres loisirs, mais aussi de la démocratisation massive de la télévision, les exploitants ferment leurs établissements, divisent leurs grands palaces cinématographiques en complexes multisalles, se spécialisent dans le porno.

Dans le même temps, le secteur de l’Art et Essai cherche à s’ouvrir au plus grand nombre en démocratisant l’accès aux cinématographies les plus avant-gardistes. Toutes ces salles ne sont pas engagées corps et âme dans un programme Art et Essai. CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux CC Wikimedia Commons inconnu CC Pixabay Geralt CC Pixabay mermyhh. Racisme et ventre des femmes. Juin 1970 : un scandale éclate à l’Île de la Réunion.

Des milliers d’avortements et de stérilisations forcées sont pratiqués par des médecins blancs sur des femmes réunionnaises venues consulter pour des opérations bénignes. Trente d’entre elles portent plainte et témoignent contre leurs oppresseurs. L’île est à l’époque marquée par un climat antinataliste, perceptible dans les campagnes de prévention et de favorisation de l’avortement. Les médecins de la clinique de Saint-Benoît, responsables de ces avortements, l’invoquent pour justifier leurs interventions et obtenir des remboursements de l’Assistance médicale gratuite, allant parfois jusqu’à majorer le coût des opérations déclarées. Les accusés n’auraient fait qu’obéir aux ordres de la clinique, au motif que la natalité augmentait la pauvreté.

L’affaire est médiatisée mais tombe rapidement dans l’oubli. Vergès F., 2017, Le ventre des femmes. CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux CC Publicdomainpictures.net Karen Arnold Natacha Guay. Saint-Auvent, le pèlerinage des tsiganes du Limousin. C’est bien connu et d’ailleurs très médiatisé, les Saintes-Maries-de-la-Mer (Camargue) accueillent plusieurs fois par an des pèlerinages de Gitans, Manouches, Roms et Tsiganes vénérant Sara la Noire, leur sainte. Mais que savez-vous du pèlerinage des « gens du voyage » organisé chaque année au centre de la France pour honorer le « Devel » (Dieu en manouche) et la « Petite Sainte » (Marie) ?

C’est en effet dans le Limousin, près du petit village de Saint-Auvent, sur le bord de la rivière Gorre, au sanctuaire de Notre-Dame-de-la-Paix qui imite la grotte de Lourdes, que se déroule chaque lundi de Pâques un pèlerinage dit « des gens du voyage », que la plupart des participants préfèrent appeler « pèlerinage manouche ». Les familles manouches ou de voyageurs demeurées catholiques, souvent implantées de longue date dans la région, s’y retrouvent pour une journée à la fois cultuelle, festive et conviviale, animée au son des guitares par une figure d’aumônier hors du commun. Durée : 52 minutes. Le terroir est-il soluble dans le vin bio ? Issu de cépages et de pratiques viticoles et œnologiques d’une diversité étonnante, le vin est devenu un produit de consommation de première importance au niveau mondial.

Le film Gaillac : Faire du bio, faire du terroir ? Qui donne largement la parole aux viticulteurs, apporte un éclairage particulier sur un terroir viticole du Sud-ouest de la France qui, comme d’autres, s’est « mis au bio », du moins pour partie. Situé à 50 km au Nord-est de Toulouse, Gaillac (Tarn) s’inscrit parmi les vignobles du Sud-ouest français. Il illustre les orientations prises par nombre de ces vignobles à partir des années 1970 : le renforcement de la discipline collective (interprofessions), la préservation de spécificités dans la conduite de la vigne et la vinification, l’amélioration des chais et le retour à de plus fortes proportions de cépages locaux, quelquefois oubliés. Mais à Gaillac comme ailleurs, le modèle AOC est mis en question et de nouvelles voies sont explorées.

Durée : 55’ Mai 1968 dans la BD. En 2018, la France célèbre les 50 ans de mai-juin 1968. Ce mouvement de contestation sociale, politique et culturelle a marqué fortement l’histoire contemporaine et l’imaginaire collectif, au point que certains n’hésitent pas à le qualifier de « mythe ». En tout état de cause, il ne laisse personne indifférent. Il constitue un héritage que chacun, à des degrés divers, s’approprie ou rejette. Matthew Screech, maître de conférences à la Manchester Metropolitan University, a analysé l’évolution de cette mythologie nationale dans un média particulier, la bande dessinée. Le neuvième art se présente en effet comme un support idéal pour explorer toutes les potentialités narratives, mais aussi fantastiques, d’un événement historique qui a tant marqué les esprits. Dans son article « The Myth of May 1968 in bandes dessinées », publié en 2017 dans la revue Belphégor, il retrace chronologiquement l’évolution des représentations de Mai 1968, des symboles et des modèles qui lui sont associés.

L’arbitre de rugby dans la presse sportive. En France, comme dans plusieurs pays anglo-saxons, le rugby fait désormais partie des sports les plus médiatisés. Ses joueurs, ses entraîneurs, ses publics et quelquefois ses dirigeants sont régulièrement placés sous les feux des projecteurs des médias généralistes ou spécialisés. Mais un de ses acteurs majeurs, l’arbitre, ne bénéficie pas du même type de traitement médiatique, alors même que l’arbitrage fournit depuis toujours aux commentateurs sportifs (et aux supporters) des motifs pour discourir sans fin sur les jugements, décisions et évaluations de « l’homme en noir ».

Autrement dit, sur un ensemble de considérations qui renvoient au droit, à la justice, à la morale et aux valeurs. Excusez du peu ! Pour notre part, nous nous sommes intéressées au traitement réservé aux arbitres dans L’Équipe, seul quotidien sportif français, et Midi Olympique, principal hebdomadaire du rugby, au cours des quatre dernières coupes du monde (2003, 2007, 2011, 2015). CC Pixabay Hirobi. Les grands ensembles ont leurs raisons. En France, entre 1950 et 1970, élus, architectes, entreprises et artisans œuvrent pour loger dans des villes des milliers de familles. Cette démarche, qui donne naissance à ce que l’on a très rapidement appelé les « grands ensembles », est un phénomène d’une ampleur sans précédent dans l’histoire des villes et de l’urbanisme en raison de la quantité de logements construits, du nombre de villes et de personnes concernées et, chose ignorée, de l’originalité de chacune des réalisations : « Nous avons emménagé le 21 mai 1967.

Mon mari était rentré du travail un soir en nous annonçant la bonne nouvelle : on nous avait trouvé un logement ! Un quatre pièces, avec beaucoup de lumière et tous les équipements modernes. Trois ans que nous attentions ! ». Courbebaisse A., 2018, Le sens caché des grands ensembles, Toulouse : PUM, coll. CC Gallica Villemot, Bernard De nombreuses villes sont d’ailleurs peu touchée par les destructions de guerre. CC Pxhere CC Pixabay Zorro4. La sexualité à travers les paroles des garçons des années 1968. Le film présenté ici traite d’une histoire de la sexualité des garçons (et des filles) dans la France des années 1950 et 1960, mais une histoire étudiée uniquement à partir de la parole des garçons.

En s’appuyant sur les archives du COPES (Centre d’observation public de l’éducation surveillée), le chercheur Régis Révenin met en évidence une grande liberté sexuelle dont bénéficiaient les garçons, bien avant 1968, liberté dont ne disposaient pas les filles. L’histoire est marquée par un grand fossé entre deux éducations, deux socialisations, celle des femmes et des hommes que soulignait déjà Simone de Beauvoir. L’historien remet en cause la réelle importance de Mai 68 du point de vue de la libération sexuelle. Il s’appuie sur les archives du COPES pour montrer que cette liberté existait déjà pour les garçons, y compris en matière de pratiques homosexuelles. Révenin R., 2015, Une histoire des garçons et des filles. CC Wikimedia COmmons Wellcome Trust Le film Une histoire de garçons.

Compter les fonctionnaires ou réduire les services publics ? « La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts » : de sketchs en tweets, et blogs journalistiques, le succès de cette petite phrase attribuée à Clémenceau témoigne de la persistance d’une vision de la fonction publique réduite à un coût pour le contribuable. De là, probablement, la surenchère de certaines promesses électorales, et le soutien que les politiques de réduction du nombre des fonctionnaires semblent obtenir dans « l’opinion publique ». Début mars 2018, comme plusieurs autres avant lui, un sondage réalisé pour Libération faisait ainsi apparaître que 45 % des personnes interrogées considéraient que « de manière générale il y a trop de fonctionnaires » en France, tandis que 54 % seraient favorables à la réforme de leur statut via « rémunération au mérite, recours aux contractuels et plan de départs volontaires ».

Haro sur le nombre des fonctionnaires ! CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux CC Pixxabay OpenIcons. L’enseignement supérieur et la recherche face à l’évaluation et à la performance. Mai-juin 1968 en France : mémoires plurielles, histoire méconnue ? Mai-juin 1968 en France : mémoires plurielles, histoire méconnue ? Rendez-vous au monument aux morts. Mémoires et actualités de la contraception et de l’avortement en France. Retrouver la Résistance ?

Retour sur l’histoire des Grands fermiers – Mondes Sociaux. Le fleuve Adour raconte son histoire… – Mondes Sociaux. Le Président de la République au risque des caricatures – Mondes Sociaux. Le jazz habite aussi à Marciac… – Mondes Sociaux. Restoring the Historical Sound of Paris – Mondes Sociaux.

Charles Martel, une récupération identitaire – Mondes Sociaux. Restituer le passé sonore de Paris – Mondes Sociaux. Les coopératives agricoles dans les filières et les territoires – Mondes Sociaux. L’expatriation « à la française » au prisme des médias – Mondes Sociaux. Etrangers dans la Résistance. Les usines à gaz de l’évaluation. Épisode 2 – Mondes Sociaux. Les modes d’évaluation de l’enseignement et de la recherche. Épisode 1 – Mondes Sociaux. Quand la publicité enlève le bas… – Mondes Sociaux. Les recompositions de l’exploitation agricole familiale – Mondes Sociaux. Quand un économiste français fascinait les gestionnaires allemands (1868-1914) – Mondes Sociaux. Géographie de la France en mutations – Mondes Sociaux.

Sexe, drogues et transmigrations – Mondes Sociaux. La Grande Guerre à travers ses témoins. Les racines historiques du système français d’enseignement supérieur et de recherche – Mondes Sociaux. Pourquoi la recherche se déconcentre en France ? – Mondes Sociaux. Être Français aujourd’hui – Mondes Sociaux.