background preloader

EIIL ex-DAECH

Facebook Twitter

EIIL État Islamique en Irak et au Levant. Sur la bannière noire du drapeau de l’État islamique, on peut lire, calligraphiée, la profession de foi des musulmans : « Il n’y a de dieu que Dieu et Mahomet est son prophète. » L’organisation jihadiste a pour objectif de créer un Etat islamiste régi par les principes de la charia au Proche- Orient : les pays principalement concernés sont la Syrie, l’Irak et le Liban. Organisation armée ultra-radicale proche d’Al-Qaeda, l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) a supprimé toute référence à l’Irak et la Syrie au moment de la récente proclamation d’un « califat islamique » en juin 2014. L’État islamique affirme ainsi clairement sa volonté de fédérer les musulmans du monde entier.

EI se retrouve sous l’appellation Isis en anglais et Daech en arabe. Quelques dates concernant la formation et l’évolution de l’Etat Islamique (EI) : 15 Octobre 2006, date de la création de l’Etat Islamique d’Irak (Dawlat al-’Irâq al-Islâmiyya) Quelles sont les origines de l’Etat islamique ? J'aime : DANS L'OMBRE. Projet de Califat del'EIL & Co. A qui profite l'avènement du nouveau califat ? Serment du calife Ibrahim. Discours de propagande de la pensée unique. 2014 chef EI appelle au génocide des chiites & alaouites. Zahran Allouche. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Biographie[modifier | modifier le code] Sa croyance est influencée par des savants comme Ibn Baz[1], Ibn Uthaymin, Abdullah Al-Ghunayman, Muhammad Al-Mukhtar Al-Shinqiti, Abdullah ibn Abdulaziz Al-Aqil, etc. [réf. souhaitée] Il est arrêté en 2009 pour ses activités politiques et religieuses, puis libéré en 2011 à la suite d'une amnistie décrétée par le régime de Bachar al-Assad.

Principal chef rebelle des environs de Damas, il prend part depuis 2012 à la bataille de la Ghouta orientale. Zahran Allouche est tué le à Al-Marj, dans la Ghouta orientale à la suite d'un bombardement revendiqué par l'armée syrienne contre une réunion secrète du commandement du Front islamique[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18].

Notes et références[modifier | modifier le code] Jaysh al-Islam. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jaysh al-Islam (arabe : جيش الإسلام, « L'Armée de l'islam ») est un groupe rebelle de la guerre civile syrienne. Créé en 2011, il prend initialement le nom de Liwa al-Islam (« La Brigade de l'islam »), puis adopte son nom actuel en 2013 après sa fusion avec plusieurs autres mouvements. Affiliation[modifier | modifier le code] Jaysh al-Islam est le plus important groupe rebelle du gouvernorat de Rif Dimachq. En octobre 2015, une nouvelle coalition baptisée Jund al-Malahim (les Soldats de l'aventure) est formée à Damas, elle regroupe le Front al-Nosra, Ahrar al-Sham et l'Union islamique Ajnad al-Sham, mais Jaysh al-Islam refuse de l'intégrer[6].

Idéologie[modifier | modifier le code] Le groupe est salafiste[7]. Effectifs et organisation[modifier | modifier le code] Les effectifs du groupe sont estimés entre 9 000 et 25 000 combattants[1],[8],[5],[2]. Actions[modifier | modifier le code] Financement[modifier | modifier le code] Issam al-Buwaydani succède à Allouch. QATAR • Le Club Med des terroristes. Alors que le Qatar affirme combattre l’extrémisme et a rejoint la coalition contre l’Etat islamique, différents rapports sur le terrorisme du département d’Etat américain montrent que des Qataris financent, avec l’aval de l’émirat, le mouvement djihadiste en Irak et en Syrie. Alors que le Royaume-Uni va intervenir en Irak, Alastair Campbell, le grand manitou de la communication de la précédente guerre en Irak [et ancien directeur de la communication de Tony Blair], s’est trouvé un nouveau boulot.

Lui et son fils Rory écrivent désormais pour un blog sur le football, The Pressing Game, qui se targue d’être “vraiment indépendant” mais qui passe la majeure partie de son temps à réfuter les critiques concernant l’organisation par le Qatar de la prochaine Coupe du monde. Malheureusement, comme Channel 4 l’a révélé le 26 septembre, The Pressing Game est un fait financé en secret par des lobbys qui travaillent pour le gouvernement qatari. Les preuves de l’action du Qatar Des juteuses fusions.

Salafisme tour operator du terrorisme international. 08/2014 Mossoul - Chrétiennes vendues comme esclaves. Témoignage Jinan, jeune irakienne victime de Daech. Homs 2 garçons sodomisés jetés d'1 toit & lapidés. Le 13 août 2015, la province de Homs de l’État islamique (EI) a diffusé une vidéo montrant l’exécution de deux hommes de Palmyre, en Syrie, reconnus coupables de s’être livrés à des actes homosexuels. Les hommes ont été projetés du haut d’un immeuble, puis lapidés. Avant de mettre en ligne la vidéo, l’EI avait déjà diffusé des photos de cette même exécution le mois dernier.

Celle-ci fait suite à une série d’autres exécutions d’homosexuels en Irak. Au début de la vidéo, d’une durée d’un peu plus de six minutes, un homme masqué de l’EI lit à voix haute la sentence des homosexuels devant un rassemblement d’hommes et d’enfants. L’orateur cite le jugement islamique qui leur est réservé, à savoir l’exécution, et explique que « les Compagnons [du Prophète] s’accordaient sur la mise à mort de l’homosexuel, mais non sur la méthode d’exécution ». La séquence suivante montre l’exécution : les hommes aux yeux bandés entrent dans un bâtiment, puis sont projetés du toit par plusieurs membres de l’EI.

11/2015 châtiment public. Après sodomisation jeté d'1 jeune syrien à Raqqa. Centre de formation. In een nieuwe door ISIS openbaar gemaakte video zien we hoe ISIS een kind een executie laat uitvoeren, door middel van onthoofding. Het kind onthoofdt een man, die volgens de berichten een jurist van het Levant Front zou zijn. Deze strijdgroep, ook wel Jabhat al-Shamiyya, is een coalitie van strijdgroepen uit het noorden van Syrië. Het Levantine Front kennen we van een eigen video. Daarin laten ze gevangen genomen ISIS strijders opdraven, om ze te onderwerpen aan een executie in ISIS stijl. Wat volgt is niet de onthoofding, maar een preek over het geloof, waarna de mannen het leven gespaard wordt. Strijd in Syrië De jongen spreekt in de video, enigszins moeilijk verstaanbaar, eerst in het Engels.

Zoals de laatste tijd het geval met de ISIS video’s zien we ook hier weer een uitnodiging aan het westen om naar het Midden-Oosten te komen om de strijd met ISIS aan te gaan, “Ik wil jullie ontmoeten op de heuvels van Dabiq”. Let op: schokkende beelden Gebruik van kinderen. Dr Malik Fndy. Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV Dr Malik Fndy, un Syrien de la région de Daraa qui réside en Allemagne, a mis en ligne le 7 janvier 2016 une vidéo dans laquelle il explique son soutien à l’État islamique (EI). Dr Fndy affirme que l’EI est le seul Etat qui applique la loi islamique. Il fustige les régimes et les entités infra-étatiques du Moyen-Orient, les traitant de « porcs » et les accusant de collaborer avec « les infidèles ». Il accuse les médias occidentaux de déformer l’image de l’EI en ne diffusant pas leurs vidéos originales et intégrales, qui présentent le raisonnement derrière la lapidation d’une femme ou l’incinération du pilote jordanien Moaz Kasasbeh, par exemple.

Dr Fndy se présente dans ses comptes de réseaux sociaux comme un Syrien de Karak (à proximité de Deraa), qui s’est rendu en Allemagne pour étudier les mathématiques à l’Université de technologie de Darmstadt. Extraits : J’aimerais vous dire pourquoi je soutiens l’Etat islamique. Dābiq (magazine international de l'EI) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nom du magazine vient de la ville de Dabiq, au nord de la Syrie. D'après l'eschatologie islamique, c'est là où les armées de l’islam affronteront les forces anti-islamiques lors de l'apocalypse[2],[3]. Le même numéro contenait un article intitulé « La renaissance de l'esclavage avant l'Heure », qui reconnaissait la mise en esclavage des femmes yézidies après avoir envahi leurs villages dans l'Irak du Nord-Ouest.

L'article présentait les justifications religieuses à l'esclavage et chantait les louanges de sa renaissance[6],[7],[8],[9],[10]. The Islamic State's (ISIS, ISIL) Magazine. All of the issues of the Islamic State's glossy propaganda magazine 'Dabiq,' named after a key site in Muslim apocalypse mythology can be found here.

The Islamic State (ISIS) regularly puts out a glossy propaganda magazine aimed at recruiting jihadists from the West. It is sophisticated, slick, beautifully produced and printed in several languages including English. In order to combat extremist groups, it is critical to understand their underlying ideology. Therefore, Clarion Project will continue to post the issues of Dabiq here as they are released. See all the magazine's issues below. 'Dabiq' as it is called, bills itself as "a periodical magazine focusing on the issues of tawhid (unity), manhaj (truth-seeking), hijrah (migration), jihad (holy war) and jama'ah (community). Dabiq is a place in Syria that is supposed to be the location for one of the final battles according to certain Muslim myths about a final apocalypse.

Issues of Dabiq released so far: Imagery from Dabiq - issue one. 31/03/2015. Le 30 mars 2015, l’État islamique (EI) a sorti le huitième numéro de son magazine en anglais Dabiq. Ce numéro contient une interview d’Abou Muqatil Al-Tunisi, l’assassin du député tunisien Mohammad Brahmi, tué en juillet 2013. Al-Tunisi était membre de la cellule dite « du 19ème arrondissement » (ou filière irakienne), où il a connu les frères Kouachi, auteurs de l’attentat de Charlie Hebdo du 7 janvier 2015. Al-Tunisi révèle les motivations de l’assassinat de Brahmi : il s’agissait essentiellement de plonger la Tunisie dans le chaos pour faciliter la circulation des djihadistes et des armes à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Al-Tunisi mentionne également l’assassinat du politicien tunisien Chokri Belaid, quelques mois plus tôt, dans le même but, par un autre moudjahid, Kamal Gafgazi.

Al-Tunisi raconte son expérience du djihad dans la dernière décennie, révélant qu’il était membre du groupe Jamaat Al-Tawhid Wal-Jihad, dirigé par l’ancien chef de l’EI, Abou Musab Al-Zarqawi. Al Jazeera. 24/07/2014 pdg Yasser Abou Hilala salafiste djihadiste. Qui est donc Yasser Abou Hilala, le PDG d'Al-Jazeera, dont les Tunisiens ignoraient jusqu'au nom avant de découvrir son récent statut sur facebook au sujet des commentaires injurieux de ses deux employées Fatma Triki et Khadija Benguenna ? Ce qui nous a mis la puce à l'oreille pour fouiller dans le passé bien enfouie de Yasser Abou Hilala, c'est la lettre de l'égyptienne Howaida Taha, qui a passé 19 ans dans Al-Jazeera où elle était productrice de documentaires (voir l'article de Samira Hendaoui).

Nous avons alors fouillé et nous avons trouvé suffisamment d'éléments et de preuves pour déduire que Yasser Abou Hilala est vraiment l'homme qu'il faut à la place qu'il faut ! Un Frère musulman passé au salafisme djihadiste D’origine jordanienne, Yasser Abou Hilala a commencé sa carrière islamo-journalistique au début de 1990 dans certains quotidiens jordaniens, notamment le journal Al-Ribat ( الرباط ), l’une des voix officielles des Frères musulmans dans ce pays. 1 productrice d’Al-Jazeera affirme que son PDG est de Daech. L'égyptienne Howaida Taha, le jour de son éviction d'Al-Jazeera après 19 après de bons et loyaux services. Cette longue lettre, datée du 13 septembre 2015, commence par la transcription de la décision d’Al-Jazeera à son égard : « Nous regrettons de vous informer que la direction a mis fin à vos services à partir d’aujourd’hui » (voir document original en bas de cet article).

Et à Howaida Taha Metoualli Faraj d’écrire : « Cette phrase résume la fiche de renseignement que j’ai reçue ce matin, jour de mon retour des vacances annuelles. J’étais fonctionnaire d’Al-Jazeera mère, en tant que productrice de documentaires. Ce matin là, je bouclai 19 ans de carrière moins deux jours. C’est que je suis de la première génération d’Al-Jazeera, plus connue sous le nom de fondateurs, c’est-à-dire ceux qui étaient en poste dès le jour de la première diffusion en 1996 ».

Le daéchien jordanien Yasser Abou Hilala, l'actuel PDG d'Al-Jazeera. La notification de licenciement de Howaida Taha. Axe Qatar Clinton Google. Les medias occidentaux ont ignoré une collaboration inattendue entre Washington, Google et l’«indépendante» Al Jazeera, qui vise à renverser le président syrien Bachar el-Assad. La semaine dernière, le site WikiLeaks a levé le voile sur une correspondance échangée entre Jared Cohen, directeur de Google Ideas, et l’équipe de celle qui était alors la secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, de l’été 2012.

Dans un courriel du 25 juillet 2012 aux responsables du département d’Etat, Jared Cohen présente l’«outil» qu’il s’apprête à lancer aux membres du premier cercle d’Hillary Clinton, leur demandant de garder un œil dessus. Il s’agit en fait d’une application développée par Google pour nuire aux troupes de Bachar el-Assad en montrant les défections. La fuite qui a rendu ce projet public, qui pourrait être considéré comme un scandale monstrueux pour certains, a été difficile à repérer dans les médias. Google félicite Al Jazeera Les médias occidentaux n’en ont aucune idée. 1 opération de propagande râtée. Bourreau cheveux longs blonds francophone. L’EI menace l’Occident d’attentats pire que le 11/09. Le 30 janvier 2016, la société médiatique de l’État islamique (EI) dans la province de Ninive en Irak a mis en ligne une vidéo de 8 minutes montrant les aveux et les exécutions de plusieurs musulmans condamnés pour avoir comploté et agi contre le califat.

Avant l’exécution des prisonniers, un combattant masqué de l’EI délivre un message à l’Occident en français. Déclarant que l’EI veut venger l’ « offense [des puissances occidentales] à notre religion, notre prophète et vos massacres envers les musulmans », il avertit que l’EI mènera des attaques contre l’Occident « qui [vont] vous faire oublier le 11 septembre et les attentats de Paris ». Il ajoute que les musulmans n’ont pas oublié Al-Andalous (nom des territoires de la péninsule ibérique sous domination musulmane entre le 8e et le 15e siècle), et combattront jusqu’à la récupérer. Dans la dernière partie de la vidéo, cinq combattants de l’EI (l’orateur et quatre autres) exécutent chacun un prisonnier d’une balle dans la nuque.

Claude Adil Covassi, ex-infiltré converti. ManipulationClaude Covassi - La semaine dernière, plusieurs individus ont inondés certaines rédactions de courriers électroniques, ceci dans le but de répandre de fausses rumeurs. Ainsi, un homme en Italie prétendait que j’aurais été à la tête d’un trafic d’ecstasy en 2003, lors de ma « collaboration » avec la brigade des stupéfiants de la police du canton de Genève. Une rapide enquête de Monica Fahmy, journaliste de FACTS et du Sonntagszeitung, a permis de démontrer que cela ne me concernait en rien. Plus subtile, une certaine Linda Zender a affirmé, dans des courriers rédigés en anglais, que je serais en fait rattaché aux services de renseignements suisses depuis 1992. Comme ces informations recoupent quelques vérités astucieusement mélangées avec des inventions grossières, ceci pour donner une illusion de cohérence à l’ensemble, je tiens à en reprendre les points principaux, afin de mettre un terme à la confusion générale.

Cette photo à été prise le 23 juin dernier à 16h40. Autre piste Steve Duarte luxembourgeois. 7 & 8/03/2016 attaque terroriste à Ben Guerdane.