background preloader

Lauréats 2011

Facebook Twitter

« Les internautes veulent aider les créateurs » Face au concept de Flattr , deux types de réactions.

« Les internautes veulent aider les créateurs »

L’incrédulité forcément, car un système qui permet aux internautes de payer sans aucune contrepartie semble voué à l’échec tant il est éloigné du modèle marchand classique. Ou l’optimisme, parce que c’est inédit et on ne peut pas savoir avant d’essayer. Qui aurait parié, en 2001, sur le succès d’une encyclopédie alimentée par les internautes et librement modifiable ? Flattr permettra de payer une somme fixe mensuelle. En surfant, l’internaute pourra appuyer sur un bouton «Flattr» sur les blogs, les sites d’artistes, ou sur toute autre plateforme de création. Comment vous est venue l’idée de créer Flattr ? Il y a environ deux ans, le débat en Suède concernant le financement sur Internet était très virulent, et personne n’essayait une approche différente : utiliser comme base de réflexion la philosophie même d’Internet.

Y a-t-il un lien entre The Pirate Bay (TPB) et Flattr ? Oui, c’est à peu près la même chose. Non, pas vraiment. J'aime (payer) l'info. Parce que les lecteurs zappent les pubs qui ne rapportent déjà pas des masses, parce que les enquêtes et les reportages ne s'écrivent pas comme un bouquin de Frédéric «Crtl C/ Ctrl V» Lefebvre, parce qu'il faut éviter de se reposer sur d'éventuelles subventions, et pour bien d'autres raisons encore, la plateforme Jaimelinfo.fr a été lancée aujourd'hui.

J'aime (payer) l'info

Cette initiative entend regrouper des sites d'informations «souhaitant s'appuyer sur leurs lecteurs pour se développer et lancer des projets» . Plus de 70 sites font partie de l'aventure. Chaque site est libre ou non de proposer des projets précis, le lecteur mécène (on dit crowdfunding , pour financement communautaire) pouvant se contenter d'apporter son soutien ponctuel ou régulier (possibilité de dons mensuels) à un site nécessitant des fonds pour fonctionner quotidiennement.

Sur le même sujet : La presse en ligne en rangs d’union. Welcome to the mPedigree. 39-mpedigree.pdf (Objet application/pdf) Médicaments contrefaits : le contre-feu par… SMS ! A l’image de la France, la plupart des pays industrialisés se sont dotés de systèmes de contrôles pour leur marché du médicament.

Médicaments contrefaits : le contre-feu par… SMS !

Ces derniers ne laissent théoriquement pas de place aux fausses molécules dans les réseaux traditionnels de distribution. En revanche, dans de nombreux pays en développement la situation est toute autre. A tel point que la contrefaçon médicamenteuse constitue un problème majeur de santé publique, à l’origine chaque année de dizaines de milliers de morts, principalement en Afrique et en Asie. Dans ce contexte, la mise au point d’un système qui permet d’authentifier les médicaments peut véritablement sauver des milliers de vie. C’est en effet ce que propose l’ONG M-Pedigree. La communication est bien entendu gratuite pour le patient. Pour l’heure, cette plate-forme fonctionnerait seulement au Ghana et au Kenya. Aller plus loin : Aide-mémoire n°275 de l’OMS sur les Médicament contrefaits (janvier 2010) © 1996-2011 Destination Santé SAS - Tous droits réservés.

Natural Security. Live Traffic CCTV & Info Lalu Lintas Terkini - LewatMana.com. Booyah. Global Drug Pedigree. Obami. Flattr - Social micropayments. Avec Flattr, Numerama vous propose de gagner et partager de l'argent. En avril 2010, l'ancien porte-parole de The Pirate Bay, Peter Sunde, avait présenté Flattr, dont le concept nous avait immédiatement séduit.

Avec Flattr, Numerama vous propose de gagner et partager de l'argent

L'idée de base était de permettre à ceux qui le souhaitent de remercier les auteurs des contenus qu'ils apprécient sur Internet, en leur faisant don d'une partie d'une "cagnotte", dont le montant est choisi librement par chaque utilisateur de Flattr. Grâce à un bouton qui fait office de compteur, chaque membre de Flattr signale les contenus qu'il a apprécié au cours de sa navigation, et la somme qu'il a décidé d'injecter dans la communauté Flattr se répartit ensuite automatiquement entre les auteurs de chacun des différents contenus. Si l'utilisateur décide de faire don de 10 euros, et clique sur 10 contenus différents, chaque contenu aura reçu 1 euro (ou plutôt 90 centimes, puisque Flattr prend une commission de 10 % sur les versements effectués). (suite après la vidéo) C'est ici que les choses sérieuses commencent.